Billet de Loterie Nationale publicitaire Jaz 1937

loterie nationale JazLe document n’est pas daté mais la seule date commune à ces modèles est 1936/1937 , confirmé par les tarifs de cette même année 1936 .

billet de loterieLe billet est inclus dans un petit dépliant publicitaire billet loterie On notera que pour la SEVRIC, il est précisé que les mouvements sont à rubis , ils étaient tout d’abord à pointes métal . L’autre précision d’importance est la fixation brevetée du mouvement sans vis apparente sur le cadran : consultez notre article pour constater à quel point cela représentait une différence esthétique importante par rapport à la concurrence qui pouvait afficher jusqu’à quatre vis en façade  . Il s’agit d’un authentique billet de la Loterie Nationale offert par un horloger bijoutier , Albert Banholzer , qui incarnait la troisième génération dans sa grande boutique à Châlons sur Marne , devenue Châlons en Champagne en 1995 .

La maison Banholzer qui a édité ce billet , a disparue de nos jours , mais l’immense limousine Peugeot 601 d’avant guerre du patron est resté dans la mémoire des vieux chalonnais qui achetaient montres , réveils , bijoux et orfèvrerie auprès de cette enseigne emblématique de la ville champenoise

La première petite boutique Banholzer en 1904 place de la République à Châlons , celle du 43 rue de la Marne était cinq fois plus grande .

Annotation 2020-01-20 233911 Son grand père Rodolphe , dont on voit ci-dessus le décret présidentiel qui l’autorise en 1872 à résider en France , était le fondateur de cette dynastie originaire du Grand Duché de Bade , ce qui correspond à cette région frontalière avec la France qui comprend la Forêt Noire . Vous noterez qu’un autre badois se voit accorder le même privilège , le même jour . En fait ce n’est guère étonnant quand on connaît l’importance de l’immigration vers la France des habitants de cet état signataire du Traité de Paris en 1806  initié par Napoléon I° , qui en fait un Grand Duché au sein de la Confédération du Rhin contre un contingent de 8.000 soldats badois au service de l’Empire Français . Eugène Spüller , fidèle compagnon de Gambetta , deviendra , peu après ce décret , ministre de l’Instruction Publique , des Beaux Arts , des Cultes et des Affaires Etrangères : il était lui même descendant d’un boucher né à Forcheim en Bade , pour choisir un exemple célèbre.                                                                                                        Historiquement c’est la région horlogère d’Allemagne , où sont nés les coucous et s’établiront des entreprises telles que Kaiser , Emes  ou Kienzle , Mauthe et Bürk à Villingen – Schwenningen ou encore le partenaire de Jaz , Peter Uhren à Rottweill  .                                                                                                                                                      Une petite histoire de la Loterie Nationale Française s’impose pour comprendre dans quel contexte ce billet publicitaire s’inscrit et pourquoi il a été autorisé .                                                                                             congrèsAlbert JUGON , deuxième en partant de la droite  sur une carte représentant les cinq délégués des mutilés français                                                                                                                                                                                                                                       L’actuelle campagne publicitaire télévisée pour la privatisation de la Française des Jeux  l’apprend aux jeunes générations et le rappellent aux anciens : la loterie est née sur une initiative des Gueules Cassées , plus exactement celle d’un héros : Albert JUGON . Le petit aide -comptable de Bretagne monté à Paris avec sa femme et ses deux filles , est mobilisé en 1914 . Son unité part au sud de la Belgique pour la bataille de Rossignol, le 22 août . Le breton figure parmi les 400 survivants de la première brigade , qui comptait encore 6.800 hommes le matin même . Suite à cette défaite , les armées françaises lancent une contre-offensive sur la Marne , début  septembre . Son régiment est redéployé en Argonne où il est pris sous un violent bombardement allemand . Jugon est touché par des éclats d’obus qui lui emportent la moitié de la figure et de la gorge ; une partie de sa langue est arrachée , son œil droit crevé… il est laissé pour mort plusieurs jours au bord d’une tranchée .                                                                                                La Grande Guerre frappe par sa démesure . En France , plus d’un quart des hommes de 18 à 27 ans ont perdu la vie au combat . S’y ajoutent 300.000 civils et autant de disparus . On se souvient moins des blessés , qui dépassent les 4 millions , soit plus de la moitié des mobilisés . Au sortir du conflit , les amputés se comptent par centaines de milliers , les aveugles sont plus de 40.000 . Mais de tous les mutilés , ceux dont le visage a été ravagé par les balles , les obus , les grenades , qui génèrent des blessures inédites , sont les plus dépourvus au sortir du conflit . Ils sont près de 15.000 à avoir été défigurés mais étonnement cela n’ouvre pas droit à une pension puisque ce n’est pas une infirmité fonctionnelle .traité de versailles Les Gueules Cassées choisis par Georges Clémenceau avec le moustachu Colonel Picot , député lui même mutilé .                                                                                                                                                                                                                                            Certes cinq d’entre eux , dont Albert Jugon  à l’extrême droite de cette photo , sont invités par le Tigre , lors de la signature du Traité de Versailles , pour assister à l’humiliation du II° Reich . Pour autant leur quotidien dans l’après-guerre est rien moins qu’assuré : ils peinent à retrouver un emploi dans la vie civile , sont rejetés par leurs compagnes et leurs familles , inspirent la peur ou la pitié des passants .picot-colonelLe Colonel Picot                                                                                                                       Refusant le statut de victimes, trois d’entre eux fondent en 1921 l’Union des blessés de la face : Albert Jugon ,  Bienaimé Jourdain et le Colonel Picot qui surnomme alors ces hommes les « gueules cassées ». Non sans humour , ils prennent pour devise « sourire quand même ». Si le nom initial , « Les Gueules cassées », a été refusé par la préfecture de Paris, cela n’empêche pas ses membres de se faire appeler ainsi pour marquer les esprits albert-jugon-pere-des-gueules-casseesAlbert JUGON , à gauche sur la photo montrant un billet de loterie                             Pourtant, dès son origine, l’association refuse de demander des subventions publiques, préférant subvenir aux besoins de l’association et de ses membres par ses propres moyens . Malheureusement , la générosité du public ne suffit pas à suffisamment soutenir financièrement le dispositif de prise en charge des mutilés de la face . carte-la-dette_tbnEn 1927 , Albert Jugon et ses amis lancent l’idée d’une grande souscription nationale, assortie d’une tombola aux lots fabuleux  et pléthoriques . la-dette-page-pub-dans-bulletin-gc-juin-1932-001_tbnOn peut même y gagner des avions de tourisme ! Appelée « la dette » , elle se développe avec d’autres associations de victimes de guerre dès 1931 .paiement-gros-lot-par-eugene-fournier-vice-president-gc-001_tbn paiement-gros-lot-albert-jugon-et-bienaime-jourdain-001Ce gros paquet dans les bras de JUGON ce sont des billets de banque ! Les fameux billets bleus et roses de 1000 Francs , en cours de 1890 à 1933 , mesurait 235 mm par 130 mm                                                                                                                                                                                                                                                                            Le premier billet de loterie est remis solennellement à Gaston Doumergue, Président de la République , lors de sa visite au domaine de Moussy-le-Vieux , en Seine-et-Marne qui recueillait des Gueules Cassées , dit le château sans miroirs : on comprend aisément pourquoi…                                                                                                                        Hasard extraordinaire ce même Président Doumergue prend sa retraite à Tournefeuille dans la maison qu’il avait gagnée à la loterie grâce à un billet acheté avec un voisin . Heureusement pour lui , car rappelons qu’à l’époque les Présidents de la République n’avaient pas de retraite . Jusqu’alors issus de la grande bourgeoisie ou assassinés en cours de mandats , comme Doumer ou Sadi -Carnot , ils n’en avaient guère besoin .                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Séduit par ce succès l’Etat s’en arroge le monopole en créant la Loterie Nationale qui voit le jour en 1933 , au profit toujours des mutilés mais y ajoute les anciens combattants et les victimes de calamités agricoles . Aujourd’hui encore , elle est actionnaire de la Française des Jeux , dont elle détient 9,23 % du capital .860_bonhoure_coffeur_loterie Paul Bonhoure descendant les Champs Elysées  après avoir touché ses gains .            Le premier tirage de la Loterie Nationale rend millionnaire un coiffeur de 50 ans , à Tarascon , marié , deux enfants,qui est happé par une célébrité foudroyante. 870x489_tirage_loterie_8_novembre Premier tirage de la loterie nationale 5 M. de Francs correspondent à 3 M d’€uros Généreux et élégant , il offre son salon à son assistant , s’achète une grosse voiture et une propriété de plus de cinquante hectares près de Beaucaire où s’écoule tranquillement le reste de son existence , excepté le harcèlement de solliciteurs qui rendra les gagnants suivants plus discrets sur leurs adresses .                                                                                kiosque-loterie-sur-la-canebiereKiosque des Gueules Cassées à Marseille sur la Canebière au 43 , devant le syndicat des Ouvriers Horlogers Réunis                                                                                                                                                                                                                               Mais les billets sont à 100 Francs , équivalent à 80 € , et donc inaccessibles au plus grand nombre . Le Colonel Picot a donc l’idée d’acheter les billets à l’État , de les fractionner en « dixièmes » qui seront ensuite revendus au public à un prix abordable . Une nouvelle fois , c’est un succès .. Voilà pourquoi sur cette photo marseillaise , les Gueules Cassées annonce avoir gagné pour la 7° fois le gros lot : en fait ayant acheté à l’Etat des billets pleins , ils les ont revendus à acheteurs dont certains sont devenus des gros gagnants .dixieme-gueules-cassees-1935-001_tbn En 1935, l’État réglemente le fractionnement des billets entiers en dixièmes , officialisant ainsi la profession d’émetteurs de Loteries . A la fin des années trente sont autorisés le sur-fractionnement des billets pour des besoin de publicité , jusqu’à 1/5000° comme notre billet émis par Albert Banholzer , horloger à Châlons en Champagne , de fait devenu lui- même émetteur de loteries .

NYMPHIC 3004/3005 ( 1936 à 1937)

CONSULTEZ LA GALERIE DES NYMPHIC 3000 à 3007nymphic 3400NYMPHIC 3004  Nl nymphic-3005 NYMPHIC 3005 Lx                                                                                                                                                                                                                  NYMPHIC 3004  Nl et 3005 Lx , réveil de la gamme des Stylites , mouvement mécanique , calibre J , 30 heures . Présentés aux pages 7 du tarif d’Août 1936 et du catalogue de l’été 1937 . Chevalet et socle en métal chromé , demi colonnes en  Jazolite couleur noyer , vitre plate en verre biseauté , huit chiffres rapportés en relief  pour la version Nl : le NYMPHIC 3004 . Pour le 3005 ou 3.005  Lx , les aiguilles  lumineuses sont pleines de radium et des barrettes sont posées sur le chemin de fer à la périphérie de chaque chiffre . Format 16,5 x 10,5 cm , poids 540 gr .nymphic anatomieLes demi-colonnes creuses en bakélite sont simplement collées et maintenues en place par le cadre en métal chromé.nymphic-gammeFascicule publicitaire présentant trois des neuf NYMPHIC , CB signifie « cadran blanc » non-lumineux et CL  » cadran lumineux« ou cadran luxe . Le NYMPHIC 3004 est au milieu .

Galerie photo des CUBIC 1929 à 1937

Le CUBIC , petit réveil de Luxe disponible de 1929 à 1937 , a été décliné par Jaz selon de nombreuses variantes  . Cliquez sur la photo pour accéder à l’article correspondant
         

         

         

   

 

Les Jaz de style Art Déco

 

La consultation des petites annonces de vente est un exercice parfois hilarant , parfois désolant par l’abondance des fautes d’orthographes , des descriptions fautives , des indices de rareté totalement erronés et des prix extravagants . Mais le plus ridicule est de voir qualifié Art Déco à tout-va , des pendules Napoléon III , Henri II , Moderniste , Fifties ou Sixties et surtout des réveils sans style du tout  , par des vendeurs convaincus qu’il s’agit d’un sésame absolu . Aussi avons nous décidé de définir l’Art Déco et énumérer les Jaz qui appartiennent à ce style et cette période.

L’Art Déco est un mouvement artistique qui commença en 1910 pour se terminer en 1939 . Ce style typiquement français succède à l’exubérance de l’Art Nouveau qui était avant tout ornemental , s’appuyant sur l’esthétique des courbes organiques ou végétales , décrié sous le nom de Style Nouille .

Les trois premiers Jaz décoratifs NORMAL , ARTIST et  BUREAU relèvent d’un style hybride entre l’Art Nouveau par leurs formes arrondies et leur décor floral , néanmoins mâtiné d’une pointe d’Art Déco par la stylisation des formes.

Au contraire, l’Art déco revient à la pureté des formes et se veut à la fois géométrique et décoratif. Il est extrêmement influent surtout dans l’architecture et le design, ainsi que toutes les formes d’arts plastiques . Le terme Art Déco fait référence à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes organisée à Paris en 1925 qui marqua la consécration de ce style.

Ce mouvement se caractérise essentiellement par la simplification des formes, la stylisation des motifs tout en s’inspirant des mouvements artistiques contemporains : les couleurs vives des Ballets Russes et du Fauvisme, les formes esthétiques de l’Art Nègre, les formes géométriques du cubisme, du futurisme et du constructivisme.

Les matières employées définissent également l’Art Déco avec l’emploi de la bakélite , des chromes , des verres colorés , des pâte de verre , des bois précieux , etc.

CLIQUEZ sur LES VIGNETTES pour accéder à l’ARTICLE CORRESPONDANT
amplic-3horloge-bakelite-faceapplic-1936applic-19481argic-bleu1articartic-bleubasic 1939chamic1charmic-4000cramic boiscramic-facegalerie-des-cubicfantic-1937fasticfastic-dessusfonic thuyafonic-multipans-6fonic-vert-et-thuyagallic-nymphes-21genic-1gotic1gotic-bakelitegotic-jaune1baklite-gb1940-facejanic-1932-nljolic-jaune-et-chrome-1949jolic chromelorriclotic-1lucic-1928nordic 19381938-pendulette-5normic-1939-1nymphic-3006-droitoblic2paric-1944persicportic-faceromic-facestatic-2sylvic-facetoric-marbre1touric1verdicanniversaire

Les réveils Jaz de style Art Déco sont , évidemment , tous mécaniques , excepté le modèle du 70° anniversaire qui est une réédition à quartz

Les GAILLARD une dynastie d’horlogers bijoutiers

Le passage Choiseul , avec ses 190 mètres de long et ses 3,9 mètres de large , est le plus long de Paris . Edifié en 1825/27 , il était dans un tel état de décrépitude en 1936 que Louis – Ferdinand Céline , qui y vécut son enfance , l’immortalise sous le nom de Passage des Bérésinas dans Mort à crédit . Heureusement une restauration importante et réussie du Passage Choiseul a eu lieu de 2013 à 2017 . Meilleure allure , meilleure fréquentation , meilleure visibilité à l’extérieur , superbe luminosité à l’intérieur , sont autant d’atouts qui marquent la renaissance du Passage Choiseul , lequel abrite au numéro 57 la bijouterie horlogerie Choiseul . Bel écrin pour abriter la dernière adresse d’une dynastie d’horlogers : sur quatre générations : les GAILLARD dont les cousins LECLOU étaient également horlogers .95 rue de la Chapelleencart publicitaire des années 20gaillard (4) Marcel GAILLARD 1911 médaillé de l’Ecole d’horlogerie de Cluses promotion 1897/1900                                                                                                                            Boutique de la première génération , sise 95 ( actuel 21)  rue de La Chapelle dans le XVIII°à Paris , avec appartement à l’étage . La conformation de ses vitrines est typique de son époque : lettres bombées en émail collées à l’extérieur sur les vitres , pas de publicités mais un maximum d’objets présentés , au point de ne plus voir l’intérieur du magasin ;  dans la vitrine de gauche en haut : les médailles et bijoux ; en bas : les montres à gousset ; dans la vitrine de droite : les réveils à cloche et pendules de cheminée . Pas de Jaz puisque la firme est fondée en 1921 , donc postérieurement .gaillard 1940_(2)[1]Boutique à la Médaille d’Argent en 1940 , 95 rue de la Chapelle . Vitrine de droite on devine malgré le reflet une pancarte Jaz derrière la vitre et à l’extérieur une plaque émaillée Jaz première génération – tout à gauche – répond à une plaque Oméga tout à droite gaillard 1947_(2)[1]intérieur de la boutique en 1947 : on notera la présence d’un éphéméride mural Jaz , hélas , un peu caché par le thermomètre -baromètre en marbre .gaillard (1)Louis GAILLARD 1950 diplômé Ecole de Cluses promotion 1924/1927                                Les années 50 marque l’apogée de Jaz , comme en témoignent les nombreuses publicités qui ornent la boutique de la deuxième génération des GAILLARD . En 1945 , la rue de la Chapelle fut scindée en deux , sa partie sud prenant le nom rue Marx Dormoy : la numérotation s’en trouva modifiée et la boutique qui était au 95 se voit attribuée le numéro 21 que l’on devine derrière la première vitre tout en haut ; en revanche le voisin a gardé le numéro 95 en façade .

En haut à gauche : une plaque émaillée si délavée que ses inscriptions sont à peine visibles : elle prouve toutefois une affiliation à Jaz qui remonte au moins aux années 35/37 . En haut à droite trône au contraire , entre deux carillons Vedette , la toute récente enseigne lumineuse de 44 cm de diamètre qui arbore le jaseur boréal de René RAVO devenu pendant la guerre le logo de Jaz . Très courante à l’époque , puisque Jaz ne produisait pas ce type d’horloges qui connaissaient un grand succès à l’époque , la proximité avec les carillons Vedette s’explique aisément par l’accord conclu entre Jaz et Vedette en 1949 . En revanche les six belles plaques qui ornent les bas de caisse ont été fabriquées sur mesures pour cette boutique qui est , à notre connaissance , celle qui affiche le plus de publicités pour Jaz .gaillard 1954_(1)[1]La boutique au 21 rue de la Chapelle en 1954 et ses magnifiques panneaux Jaz gaillard 1957_(3)[1]en 1957 la diversification s’étend au briquet Flaminaire Louis Gaillard (1)Cette carte publicitaire postérieure montre que , si la plaque émaillée Jaz est toujours présente , les six panneaux de bas de caisse ont été remplacés par d’opportunes vitrines permettant de présenter plus de produits en vente . On notera l’amusant texte conçu par Louis Gaillard , à la première personne , à propos de sa pendule électrique qui « donnait  » l’heure au quartier , ce qui n’est pas exagéré . Effectivement la boutique se trouvant au point culminant de la très longue rue de la Chapelle , cette horloge pouvait être vue depuis l’avenue Max Dormoy ; subsiste d’ailleurs , en place actuellement , un panneau lumineux Citizen qui permet de s’en rendre compte . En général ce sont les beffrois des mairies , des hôpitaux ou les clochers des églises qui rythment les heures d’un quartier , or de l’autre côté de la rue , presque en face l’établissement des GAILLARD , se trouve la Basilique Sainte Jeanne d’Arc qui aurait dû tenir ce rôle sauf qu’elle restera inachevée de 1930 à 1964 et que son absence de clocher traditionnel et d’horloge laissait place « à la médaille d’argent » pour assurer ce service .

Le nom de la boutique est extrêmement bien choisi puisqu’il semble faire allusion à l’activité de bijoutiers qui vendaient beaucoup de médailles en or et argent , souvent religieuses , mais les initiés savaient qu’il s’agissait de la médaille d’argent obtenue en fin de cycle d’études à Cluses par Marcel puis Louis Gaillard qui , par extraordinaire , ont été successivement deuxièmes de promotion de cette école à la réputation internationale .gaillard 1968-23_Boutique_21[1]Monsieur Gaillard devant sa boutique en 1968 et sa petite famille à la fenêtre à l’étage
choiseul gaillardgaillard (3)Olivier (à gauche) et son père Jean Claude GAILLARD diplômé de l’ENHC – Ecole Nationale Horlogère de Cluses , promotion 1952/1956 – dans sa boutique atelier du passage de Choiseul . Rares sont les familles d’horlogers qui ont survécu à l’invasion dévastatrice du quartz nippon , aussi ce type de magasin fait notre bonheur . On n’est pas reçu par de simples changeurs de piles – même s’ils assurent ce service évidemment- mais de vrais horlogers qui peuvent légitimement exposer les superbes outils des générations précédentes et vendre pendulettes d’officier , goussets , etc . Leur sellier maroquinier pourra réaliser un bracelet de montre entièrement sur mesure et selon votre choix le plus particulier . Spécialisés dans la réparation de montres mécaniques, anciennes ou récentes quelque soit leur marque , ainsi que de pendules , ils sont également distributeurs  de nombreuses marques suisses , allemandes ou françaises telles que Junghans , Junkers , Zeppelin , Claude Bernard ,Timberland , etc . Nous adressons nos remerciements les plus chaleureux à Olivier et au regretté Jean-Claude Gaillard ( + 2018) qui ont bien voulu nous confier les documents ci-dessus et pris le temps de nous guider comme ils le feront pour achats et réparations dans leur boutique .

Bijouterie Horlogerie CHOISEUL 57 passage Choiseul 75002 Paris  01.42.96.07.50                  site de la bijouterie http://www.bijouteriechoiseul.com/

du lundi au vendredi de 10H30 à 18h   contact@bijouteriechoiseul.com

 

 

Pierre Marly 45 ans au service de Jaz

 

Pierre Marly , né à Paris le 25 mai 1921. Il entre en 1936 , à 15 ans comme apprenti à la CIMH , Compagnie Industrielle de Mécanique Horlogère  première raison sociale de Jaz , à Puteaux et obtint son certificat d’horloger en 1941 . Requisitionné en 1942 par le STO , Service du Travail Obligatoire , il est enrôlé dans une usine d’optique allemande dont il est libéré par l’armée russe en 1945 .

De retour en France il est réintégré à la CIMH devenue officiellement Jaz S.A. mais comme chef d’équipe . La direction parisienne lui demande, le 1er janvier 1962 , de rejoindre l’usine Jaz de Wintzenheim acquise en 1954 . Il s’installe dans cette petite ville près de Colmar où il fait souche . Devenu chef d’atelier, il prend sa retraite en 1981 après 45 ans au service de Jaz .

Pierre Marly a consacré ses loisirs à l’athlétisme à un haut niveau et c’est bien logiquement que l’ancien horloger a été chronométreur national lors de grandes compétitions sportives .

 

 

Calibre G 1934 à 1959

calibre GCalibre G ou 1G : Mouvement mécanique à clef amovible , format 6 x 8 cm. Mouvement d’une autonomie de 8 jours sans fonction réveil , platines pleines ( non-ajourées) , hauteur sur platines : 23,5 mm , pont de barillet , arrêtage à croix de Malte , pignons à fuseaux , porte échappement Roskof indépendant à trois pierres , balancier à pivots , spiral auto-compensateurs ( 14.400 oscillations /heure)  .                                                                                                                                                                                                                                         Quatre variantes existantes :                                                                                                Calibre G ou 1G : il dote douze horloges murales  SARRIC , BOISIC , SOFIC , BERTIC , SEVRIC , SORIC , VISIC , MASSIC , TERRIC , MASSIC , FROMIC  , PRINTIC et une horloge à poser POSIC                                                                                                                                                                                                                        Calibre 3G identique à 1G mais avec voyant indicateur d’armage et remontage démultiplié ,  pour emboîtage moulé qui équipe trois murales  APPLIC 1934  ,  APPLIC 1945 , QUADRIC et trois horloges à poser CADIC  , FANTIC , HOTIC                                                                                                                                                                           Calibre 4G identique à 3G mais pour emboîtage métallique pour deux murales en métal  LENTIC , VISIC                                                                                                                                                                                                                                                Calibre 5G identique à 1G mais avec porte -échappements à 6 pierres ( à partir du 1° mars 1951 c’est lui qui est monté dans les horloges murales Jaz soit 21 au total ) VISIC après 1951 , NEPTIC , PRINTIC après 1951 ,  SPIRIC  , BRETIC , FORMIC ,  RHONIC ,  MURIC , Nafra-Don pub , GRANIC Le Progrès Pub ,  Cognac Pub , ZODIC , CUISIC , MITRIC ,  CAMPIC ,  LUMIC ,  LIVIC , REXIC , DELFIC LIGNIC  . Ce calibre ne possède plus le témoin de charge des 3G et 4G .cadran cadiccadran de CADIC                                                                                                        Particularité des calibres 3G et 4G  : la petite fenêtre de témoin de réserve de charge ou voyant indicateur d’armage au milieu du 2 de XII heures : lorsque le triangle est rouge il faut remonter le mécanisme . Le 8 au dessus de l’axe central rappelle l’autonomie de 8 jours du calibre G qui n’a pas de fonction réveil .lentic calibre GLes calibres G ne sont pas toujours datés mais lorsque c’est le cas , ce sont les deux derniers chiffres qui indiquent la date , en l’occurrence 37 pour 1937 .horloge-ceramiqueLa particularité des horloges en céramique Jaz , dotées du calibre G , est l’absence totale de vis de fixation dans le cadran grâce à un système exclusif de maintien par un œillet autour de l’orifice d’entrée de la clé . La concurrence affichait  au moins deux , trois voire quatre têtes de vis pour le moins voyantes et disgracieuses sur ses cadrans .                                                                                                                                                                             Le calibre AG , qui succède à partir de 1956 au calibre G , ne présente plus cet avantage et nécessite deux vis de fixation en facade .Le Guide Jaz fournitures calibre 1GLe Guide Jaz fournitures calibre 3G 4G 5Gpages extraites LE GUIDE JAZ fournitures pour réveils et pendulettes circa 1953 à 1958

La gamme des PENDULITES 1931 à 1952

pendulites Jazextrait catalogue 1942 page 5                                                                                                                                                                                                                                              Le terme PENDULITE est un néologisme , créé par Jaz  avant guerre , pour distinguer ses réveils aux boîtiers en bakélite , ou comprenant au moins un socle dans cette matière , de ses gros réveils ronds , dit classiques . Deux réveils en zamak , les CARRIC et PENTIC les rejoindront . Cette gamme comporte  31 réveils et apparaît aux catalogues de 1931 à 1952 ; ils étaient dotés pour la plupart de calibres D ou calibres H : BERRIC cal.1D , CAMIC  cal.20D , CARRIC   cal.3D puis 1D , CROISIC cal.11D , DEGIC cal.1D , FACIC  cal.H , FONIC ,  cal.1D , GALLIC cal.1D , GENIC cal.H , GILIC  cal.1D , GOTIC  cal.1D , LOGIC cal.H , LORRIC cal.1D puis 3D , MUSIC cal.20D ,  NOVIC cal.3D puis 1D ,  OBLIC cal.H , PENTIC cal.H , PERSIC cal.D , ROMIC  cal.1D , SYLVIC cal.H , TOURIC cal.1D , VOLTIC cal.3D .                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Avant guerre les références des Jaz ne comportent que trois chiffres , à partir de 1942 elles comportent cinq chiffres qui se décomposent ainsi : les trois premiers chiffres correspondent au modèle , les deux derniers à sa finition ( cadran nickelé , couleur , etc ) ; Le dernier chiffre s’il est est pair ou zéro , indique un modèle  non lumineux ; impair il désigne un modèle  lumineux .  Le premier chiffre indique la catégorie de l’article :  1 pour les Gros Réveils 3 et 4 pour les Stylites 30 heures ;  5 pour les Stylites à l’autonomie de 8 jours ; 6 pour les horloges murales ; 7 pour les modèles de  de Luxe ( Jaz de Luxe et Tirage Limité )30 heures et 8 pour les modèles de Luxe 8 jours . Le chiffre 2 est donc attribué aux PENDULITES .pendulites tableauParallèlement aux PENDULITES , Jaz invente le terme de STYLITES pour désigner ses petits réveils « de style ».

 PANORAMA  des PENDULITES , cliquez sur l’image pour accéder à l’article correspondant

         

         

         

         

         

         

      

 Le dernier Pendulite produit  , le CROISIC , était défini en 1951 comme un PENDULITE  mais devient un Gros Jaz en 1953 ,                                                        sans que celui ci ne subisse le moindre changement ; pour la simple raison qu’il était inutile de maintenir                                                                                                           une catégorie pour un seul réveil .

 

Horlogerie Bijouterie AUBRUN à Chauvigny 1920 à 2000

Nous devons l’essentiel de cet article à Max AUBRUN  ex-conservateur des musées de Chauvigny et co-auteur du remarquable ouvrage de 460 pages : CHAUVIGNY 1851- 1970 120 ans de photographies . Nul n’était mieux placé que lui pour retracer l’histoire de la bijouterie AUBRUN fondée par son grand père Maxime AUBRUN , par ailleurs maire de cette petite ville de la vallée de la Vienne et successeur de Henri BOZIER l’horloger bijoutier de la rue du Marché . Son fils Pierre AUBRUN reprendra le flambeau qui le transmettra à son tour à son propre enfant Max AUBRUN qui – par chance pour tous –  a fait œuvre d’historien pour sa ville et sa famille : qu’il en soit remercié !Chauvigny 0 Chauvigny 1Chauvigny page 298Chauvigny 2

Chauvigny page 300.jpgL’identification des pendules , aux styles les plus caractéristiques , apparaissant dans cette vitrine permet de dater cette photo un peu au delà de l’estimation de l’auteur puisqu’elles sont toutes extraites du catalogue 1964/65 .

 

Chauvigny page 407 600ppLes réveils , à cloche surmontés d’un anneau , qui sont bradés ne sont pas des Jaz , en revanche le réveil géant est bien un Jaz de vitrine , du même  modèle que celui du Raja de Nanpara ; à n’en pas douter il n’est pas bradé mais fait la promotion des Jaz que les AUBRUN  distribuait dès avant -guerre .Chauvigny page 406 600ppMax sera , plus tard , le troisième AUBRUN  à la tête de l’horlogerie bijouterie  jusqu’à sa fermeture .Chauvigny Foire 600ppil n’est pas bien difficile d’identifier une LUMIC à son néon annulaire allumésachets AUBRUN 1938Trois sachets de réparations au nom de Maxime AUBRUN , modèle 1938 , format 11 x 7,5cm