Collaboration Phinney-Walker / Jaz

1911 phinneyPhinney-Walker est une compagnie américaine qui s’est fait connaître avant guerre pour équiper en montres de tableau de bord des Ford T jusqu’au Rolls Royce Phantom II …phinney walker auto… qui portaient , en général des noms de villes américaines , comme  Manhattan , Frisco , Tacoma , Broadway , Erie , etc . Mais à partir des années 30 , Phinney- Walker n’est déjà quasiment plus productrice d’horloges . Devenue une division de Hamilton Watch Company , elle se contente jusque dans les années 70 de distribuer sous son nom des horloges et réveils produits par diverses entreprises européennes ou japonaises : UTI Swiza , Europa et donc Jaz . Elle s’inscrit ainsi dans la longue liste des entreprises horlogères qui ont collaboré avec Jaz comme Bulova , Seth Thomas , EuropaMetamec , Acctim , Peter Uhren , Lorentz , Vedette , Smi , etc … 1962 Phinney-Walker Jaz.jpgCette page de 1962 ne contient que des Jaz estampillés Phinney-Walker , sans qu’aucune allusion ne soit faite à la firme au jaseur boréal . En haut un CLENIC , au milieu un OFFIC , en bas à gauche une CLAUSIC  , en bas à droite un MOSIC .publicite-italie-1962-legendeeIl s’agit des mêmes Jaz qui étaient proposées à l’export en Italie où elles étaient rebaptisées contrairement aux Usa où elles perdent leurs noms .

à gauche la SACLIC de 1961 et à droite la page de publicité de 1959 prouve que les deux marques avaient certainement , dans ce cas spécifique ,  le même fournisseur .

à gauche la PENDIC de 1957 et à droite sa version Phinney-Walker de la même année , dotées toutes deux du même boîtier d’origine allemande mais de mouvements différents

Grande similitude entre la version Phinney-Walker et le TAGIC , hormis les orifices prévus pour les crayons chez Jaz et les cadrans différents pour ces deux réveils apparus tous deux en 1957

OFFIC par Jaz …                                                      et sa version Phinney-Walker

phinney-walker-france-transistor cadranSeule différence : la marque mentionnée au cadran , Phinney-Walker au lieu de Jaz .

D’ordinaire Phinney-Walker ne modifie en rien ses reprises , hormis la substitution de son logo à celui de Jaz , exception faite pour cette LORENESE qui se voit encadrée de joues en bois assez réussies .

Pour ses réveils de voyage , fera appel comme la moitié de l’Europe horlogère dont Jaz  , à l’allemand Europa et aux fabricants japonais .

Reprise de la célèbre lampe d’aladin par Swiza devenue , aux USA , une Phinney-Walker .

 

Le Réveil du Dimanche de Michael Cacoyannis 1954

le réveil du dimanche (1)le réveil du dimanche (2)

Ce film nous emmène à Athènes , dans les années 50 , pour une histoire d’amour naissant à cause d’un billet de loterie volé .

Au détour de deux scènes , dans la chambre de l’héroïne, un JAZIC est posé sur la table près du lit. Il s’agit certainement du modèle vert, réf. 193-32.

Le réveil du Dimanche , film grec, tourné en Grèce et en Egypte , nous montre une fois de plus que JAZ était implanté partout dans le monde.

Waites & Son horloger à Cheltenham

1950 jan 23 Gloucestershire EchoPublicité par WAITES  dans le Gloucester Echo du 23 Janvier 1950 . Il est étonnant que la maison Waites , qui avait également l’activité de joaillier , cible cette publicité uniquement sur les , famous Jaz Alarm , célèbres réveils Jaz.Gloucester Business Magazine été 2017Gloucestershire Business Magazine été 2017                                                                                  La maison Waite & Son est visiblement toujours florissante en 2017

Productions anciennes de la maison Waites & Son

Les réveils humains ou knockers concurrents des Jaz

Il est important de garder à l’esprit qu’au XIXe siècle et au début du XX° siècle , il n’y avait toujours pas de réveille-matin , ou du moins n’étaient ils  pas très courants , dans la plupart des maisons de la classe ouvrière.                                                                                                                                                                                                                                                                          Ce n’est qu’au moment où l’industrialisation est apparue , que la plupart des citoyens sont allés travailler comme salariés d’un patron , qui les obligeait à respecter un calendrier d’entrée et de sortie , et que la nécessité d’un réveil ponctuel s’est fait sentir.

Ainsi en se basant sur l’exemple des armées , où un soldat assurait le réveil de ses camarades à l’aide d’un tambour ou d’un clairon ,  a commencé à émerger dans l’ Angleterre et l’Irlande du XIX° siècle , la figure de «l’alarme humaine» .

alarmArmés de perches en bambous pour atteindre les fenêtres à l’étage , ces Knockers allaient de maison en maison pour réveiller ces travailleurs qui devaient se lever pour aller à leur travail.

knocker-up (5)ils se devaient d’attendre de voir le dormeur à la fenêtre

knocker-up (13)Le poste d ‘«alarme humaine» était exercé par des retraités, des policiers qui en tiraient un petit salaire supplémentaire ou des femmes au foyer qui n’avaient pas obtenu de travail dans l’usine locale . Si certains étaient à leur compte , des usines ont fait le choix d’engager ces réveilleurs pour s’assurer de la ponctualité de ses salariés .

Parmi les dizaines de cas singuliers qui ont parcouru les rues britanniques de grand matin , on peut citer Mary Smith et sa manière particulière d’éveiller ses concitoyens : en utilisant un petit tube en forme de sarbacane avec lequel elle tire, d’un coup , des pois secs qui frappent les fenêtres et dont le bruit réveille ceux qui y vivent. molly moore        Mrs Molly Moore , une autre célèbre Knocker-Upperknocker_up-postcard1au même titre que les crieurs de rue , cireurs , livreurs de lait et ramoneurs , le knocker-up appartient à l’imaginaire populaire britannique .    knocker womanAu Royaume-Uni, la profession d’alarme humaine a officiellement disparu au milieu du XXe siècle, lorsque les prix des réveils ont commencé  être accessibles pour une somme modique et que tous les ménages ont été équipés de réveils mécaniques .knocker-up (12)L’emploi du marteau , même gainé de cuir comme ci-dessus , posait deux problèmes : il réveillait aussi ceux qui voulaient dormir mais surtout ceux qui n’avaient pas payé .

Les perches en bambou permettaient de cibler la fenêtre visée et pas les voisins

Toutefois on signale encore des knockers dans les années 70 . Spécifiques aux îles britanniques , Jaz n’a pas eu ce type de concurrent sur le continent .                                                                                                                                                                                                            Voir sur You tube :                                                                                           https://www.youtube.com/watch?v=ngegztks61Y&t=77s       https://www.youtube.com/watch?v=TZGNf6zIO-8bugle_recycle_en_reveilCet hybride vous amuse ? c’est le but mais il aurait pû être le symbole de Jaz qui a failli se nommer OZARM – aux armes – ou CLERSON , voyez notre article sur l’origine du nom Jaz 

 

 

METAMEC & Jaz collaboration

Horloge murale METAMEC , calibre FC par Jaz

Pendule murale à dateur dotée d’un calibre FC par Jaz

En fait , toutes les pendules murales à dateur de la marque METAMEC sont dotées de calibres Jaz comme Bulova , Seth Thomas , Europa Uhren ou Acctim Ltd .

Geoffrey Bowman Jenkins et Bernard A. Smart s’associent en 1926 pour créer la société Bowman Models de Dereham, comté de Norfolk en Angleterre ,  qui fabrique des jouets , particulièrement des locomotives . Bowman Jenkins est un homme étonnant et inventif qui avait commencé par vendre des jouets en bois à partir de 1917 , puis commercialise le rasoir de sécurité Domex en 1931 et présente sa célèbre brosse à dents à moteur à eau Kavor en 1932 . Avec sa femme Edith , ils fondent la fameuse société de meubles Jentique  qui pour contribuer à l’effort de guerre , se convertira pendant le conflit en fabricant de bombes . Dans les années 1950 avec son fils Max, il retourne aux jouets en bois avec la gamme recherchée des collectionneurs , les yachts Bowman Racing                                                                                                                                                       

 En 1936 Bowman Jenkins s’était séparé de son associé B. A. Smart qui fonde en 1947 dans la même ville de  Dereham une usine d’horlogerie domestique sous le nom «Metamec» , dérivé de «métallurgie et mécanique». Le parcours de Bernard Arthur Smart1891 +1979 ) n’est pas moins atypique que celui de son ex-associé . Effectivement il commence dans l’entreprise de ses parents en 1911 , qui produit des chapeaux de paille . En 1916, à l’âge de 24 ans, il se qualifie pour devenir pilote du Royal Naval Air Service , devient un As de l’air effectuant une des premières attaques aériennes depuis un porte-avions de l’Histoire , abattant des Zeppelins et sera médaillé de la DSO par le Roi Georges V.   Après la guerre, en 1919, il prend sa retraite en tant que pilote et devient un homme d’affaires en s’alliant d’abord à Bowman Jenkins .

metamec usine Metamec 1954Usine Metamec à Dereham en 1954 , montage des calibres sur les boîtiers.    Metamec usines clocks Dereham, 2nd March, 1954Ouvrière , dans un atelier Metamec , collant des chiffres sur un cadran en 1954 grâce à un gabarit métallique  . Sur la chaîne de production , en blanc , ce sont des horloges électriques surmontées d’une douille pour former une lampe de chevet asservie , un peu comme la LAMPIC de Jaz à la même date dont le mouvement était en revanche mécanique

Dès l’origine , l’essentiel de la production de METAMEC a été des horloges électriques sur secteur .

Derrière une METAMEC , il y a presque toujours un fil électrique qui pend .

La gamme comprenait tout de même quelques horloges mécaniques mais aucun carillon , ni montres , ni minuteurs .

Ces formes trapézoïdales en éventail sont un peu la signature de cette marque et ce sont celles qui se collectionnent visiblement le plus .

Horloges à quartz avec leur propre mouvement METAMEC Made in England

….mais METAMEC a beaucoup fait appel à Kienzle pour ses mouvements à piles

Même avec l’évolution des techniques , la société reste essentiellement axée sur l’horlogerie alimentée sur secteur ; en conséquence vous trouverez beaucoup de METAMEC proposées sur les sites marchands , toutefois les ventes sont bien rares pour les murales , effectivement qui souhaite voir courir un fil électrique le long de son mur ?

Toutes les horloges produites par Metamec ont été produites en grande série et l’usine a été agrandie avec l’achat de nouvelles machines pour leur permettre de créer leurs propres mouvements , afin de limiter les importations d’autres horlogers . Toutefois il était certainement plus rentable d’acheter des systèmes à dateur auprès de Jaz , plutôt que de concevoir et construire son propre calibre .

L’usine a augmenté de taille dans les années 1960/70 et employait environ 750 personnes, produisant 350 modèles d’horloge à un rythme de 25 000 horloges par semaine.

Metamec était alors le plus grand fabricant d’horloges au Royaume-Uni, se contentant de son marché intérieur et n’exportant quasiment qu’en Australie .                                                                                                                                                                                                            Comme tous les horlogers européens , METAMEC a décliné à la fin des années 1980 en raison de la pénétration de l’industrie horlogère d’Extrême-Orient . Metamec a été mise sous séquestre en décembre 1984 et a été achetée en janvier 1985 par FKI de Halifax, West Yorkshire , qui a continué à utiliser le nom jusqu’en 1993 .

Quelques exemples de la production de l’usine METAMEC à Dereham .

William LISLE horloger à EXETER

 

 

William  LISLE  , horloger depuis 1845 , 179 Fore Street à EXETER  , comté de Devon .WR LISLE à EXETERCarte de visite de W. R. LISLE

1931 mars 20 the Devon and Exeter Gazette                                 1931 The Devon & Exeter Gazette 20 Mars ;1931 mars 13 western times                           1931 Western Times 13 Mars1931 mars 6 the Devon and Exeter Gazette                                       1931 The Devon & Exeter Gazette 6 Mars

John BULL horloger à Bedford

John bull bedfordEnseigne de la première boutique de John Bull ( taureau en anglais )

John Bull & Co. est considéré comme une institution dans le comté du Bedfordshire et compte parmi les bijoutiers indépendants les plus anciens du pays. Cet horloger a une histoire qui remonte à plus de 200 ans . L’entreprise a été créée en 1817, deux ans après la bataille de Waterloo, et continue d’être à ce jour un symbole d’excellence et le symbole du commerce de détail traditionnel britannique .

John Bull ancienne boutiqueLa pendule « Bull »et son taureau doré  toujours suspendus au-dessus du magasin d’origine , au 49 High Street , est un repère sur la rue principale de Bedford  .

 

En 1825, un petit homme trapu nommé John Bull (1802-1870), fils de boucher , fonda une petite entreprise de bijoutier-orfèvre à Bedford , après avoir effectué un apprentissage à partir de 1817. Il déménagea plus tard au 49 High Street , Bedford, dans des locaux qui étaient auparavant des boucheries , justifiant triplement le choix de cette enseigne  bovine . Les inscriptions au répertoire commercial des années suivantes indiquent que son entreprise a également adopté la fabrication d’armes à feu, la fabrication de montres et d’horloges et la vente d’instruments optiques , comme de nombreux horlogers français                                                                                                                                                                                                                                                                                                        John Bull a épousé Miss Priestman qui lui a donné quatre fils et deux filles. John était un humanitaire, comme il ressort de sa réaction lorsque deux cambrioleurs ont été pris en flagrant délit dans son magasin. Le cambriolage étant alors une infraction capitale, les deux hommes ont été condamnés à mort . Mais John a plaidé pour l’indulgence et leur peine a été commuée en emprisonnement prolongé en Australie. Des années plus tard, John a reçu une lettre de l’un des hommes, qui s’était depuis réhabilité  et voulait le remercier pour son aide pendant le procès.

John Bull a finalement déménagé dans la maison familiale de Kimbolton Road. On pouvait le voir tous les matins, conduisant son cabriolet à poney en direction de High Street jusqu’à son magasin.

Bull-GraveTombeaux de John BULL et de sa famille                                                                                                                                                                                                                          À sa mort en 1870, ses deux fils, Richard et Thomas, ont repris l’affaire. Ils ont décidé de démolir les lieux, maintenant délabrés, envahis de rats depuis les salons jusqu’au sous-sol . A sa place, ils ont érigé le bâtiment actuel avec sa façade en brique , avec une grande horloge en saillie et le fameux taureau doré , faisant jeu de mots avec leur nom de famille, qui est de ce fait l’un des monuments les plus connus de Bedford . john-Bull-shop.jpgEn outre, il y avait un poteau vertical en retrait derrière l’horloge , qui portait une bille dorée qui pouvait monter et descendre, mais était normalement placée près du sommet . À dix heures du matin , la bille tombait et frappait une grosse cloche . C’était le signal que les gens du haut de la rue devaient régler leurs montres de poche , puisque l’appareil était déclenché par un signal électrique venant directement du méridien de Greenwich.

Richard est également devenu maire de Bedford en 1870 et a fait don à la ville de la chaîne d’or protocolaire que porte encore l’actuel maire . Après la mort subite de Richards en 1880 , son frère Thomas devint le seul propriétaire et habita au-dessus du magasin . C’est lui qui a financé l’installation des cloches du carillon de la mairie qui jouait des airs toutes les heures .

Il y a une anecdote amusante à propos du fait qu’un soir Thomas a été réveillé par un bruit dans son arrière cour . Dans la faible lumière , il vit une silhouette qui essayait apparemment d’entrer par la porte latérale . Levant la fenêtre, Thomas cria à l’intrus de s’en aller ou sinon de se faire tirer dessus . L’homme n’a pas tenté de partir et ne semblait pas avoir entendu , alors Thomas a tiré sur le mur opposé. Cela semblait avoir un effet finalement , car l’homme avait disparu . Le lendemain matin, un collier portant le nom de la personne responsable a été découvert dans la cour . À la grande joie des nombreux commerçants de High Street, on s’aperçut vite que l’un d’entre eux était tellement saoul  la nuit précédente qu’il était incapable de reconnaître sa propre maison.

Thomas Bull prend sa retraite en 1899. En 1904 , son gendre W.E.  ISON a pris le contrôle de l’entreprise , achète le magasin d’à côté et agrandit les locaux pour les inclure aux n° 47 et 49 de High Street.

Au cours de la Première Guerre Mondiale, la société devint un contractant du gouvernement britannique en tant que fabricant de tendeurs pour resserrer les câbles des premiers biplans . Environ 100 personnes, principalement des filles et des soldats démobilisés, étaient employées dans les différents étages supérieurs des locaux agrandis .

Leur personnel était largement reconnu pour son expertise. Après 1918, l’entreprise comptait trois orfèvres et trois horlogers , en plus du personnel de l’atelier . Parmi les commandes mémorables figuraient une plaque de présentation gravée du célèbre dirigeable R101, qui s’était écrasé en France faisant 48 morts en 1930 et une broche en platine et diamant offerte à la reine mère par Bedforshire and Hertfordshire Regiment .

Dans le Bedforshire Times , du 29 Février 1926 et du 4 octobre 1929 , John Bull Co Ltd fit paraître des encarts publicitaires vantant les mérites des réveils Jaz .                                                                                                                                                                          Dans ces mêmes années 1920 , il y avait encore des superstitieux qui venaient à la boutique avec un petit flacon et demandaient de l’eau d’or , l’eau dans laquelle l’or était lavé . Certaines personnes pensaient qu’il avait des propriétés magiques , un prolongement de la croyance médiévale en l’alchimie .john bull pancarte

Finalement, lorsque les ouvriers se sont retirés ou sont morts , les travaux de réparation ont commencé à être envoyé hors du magasin. Les types de montres ont évolué au fil du temps, des traditionnelles aux modèles à remontage automatique puis aux montres à quartz et aux numériques comme partout dans le monde . Les 49 locaux de High Street ont été vendus aux enchères le 19 février 1964 et en septembre de la même année , ils ont été transférés au 21 St Peters Street à Bedford, où se trouve donc toujours l’une des plus anciennes entreprises de Bedford , plus de 209 ans après son lancement .

Publicités presse anglaise 1924 à 1950

Publicités parues dans la presse anglaise présentées sous forme de classement chronologique de 1924 à 1950 avec une parenthèse de dix ans , allant de 1939 à 1949 , correspondant à la période de la guerre où Jaz ne pouvait évidemment pas importer en Grande Bretagne .                                                                                                                                                                                                                                                                  Elles émanent quasiment toutes d’horlogers détaillants , nous n’en avons trouvé dans cette période que trois qui auraient été publiées par la firme Jaz elle même puisqu’aucun horloger n’y est mentionné . Une constante , à beaucoup de ces publicités , est un petit chef d’orchestre juché sur un réveil qui dirige , de trois quarts , un orchestre imaginaire avec un réveil Jaz accroché à la ceinture . Ce sujet n’apparaît dans aucune publicité française . Comme cet étrange personnage n’est pas explicité dans les publications , il ne peut justifier sa présence que par une autre légitimité qu’il tire probablement des publicités au cinéma diffusés sur les écrans anglais . Effectivement  Jaz doit son succès en France à des petits films d’animation , grâce au talent de Lortac .                                                                                                                                                                                                     Pour certaines enseignes remarquables , nous avons édité des articles spécifiques auxquels vous avez accès en cliquant sur les liens . Consultez notre article sur les réveils humains anglais ou knockers .

 

1924 Oct 22 The Courier pour Reich             1925 Nov 25 Yorkshire Evening Post

1925 dec 4 Yorshire Evening Post 1925  le 4 Décembre The Yorkshire Evening Post . Pas de mention d’horlogers détaillants , il s’agit donc d’une publicité de Gordon & Gotch l’agence de publicité en charge de Jaz en Grande Bretagne . Le texte est encore didactique car les réveils sont encore de nouveaux produits pour beaucoup : si vous actionnez l’alarme, elle doit sonner . Touchez le bouton elle s’arrêtera immédiatement . Comme en France la diffusion est assuré par les horlogers joailliers :  chez les bijoutiers de détail de premier plan .1925 janv 24 West Sussex County Times      1925 Janvier West Sussex County Times pour le joaillier TRELFER 9 East Str HORSHAM , fondée en 1881 cette maison existe encore en 2019 ; Cet étrange fer à cheval , assez peu esthétique est propre à Trefler qui ne l’utilisera qu’une fois . La garantie apportée par le vendeur est de trois ans ! En France Jaz n’était pas aussi généreux .1925 janv 26 the falkirk herald1929 Janv 26 The Falkirk Herald pour Morrison , Vicar Street à Falkirk qui n’assure que 12 mois de garantie 1925 sep 26 West Sussex County Times                            1925 sept 26 West Sussex County Times pour Trelfer 9 East Street 1926 29 février Bedfordshire Times                    Bedforshire Times , du 29 Février 1926 , publicité par John BULL Co ;1926 fev 5 Yorshire Evening Post pleine page                         1926 Fev 5 Yorshire Evening Post , publication de la marque                          1926 fev 12 Yorshire Evening Post pleine page         1926 Février 12  The Yorkshire Evening Post , publication par Jaz directement 1926 fev 27 the falkir herald          1926 Fev 27 The Falkir Herald page 10 pour Morrison 26 Vicar Street Falkirk 1926 oct 9 The Falkirk Herald detail            1926  samedi 9 Octobre The Falkirk Herald pour Wm. Morrison à Falkirk 1927 fev 3 The Berwick Advertiser            1927 Fév. 3    The Berwick Advertiser pour John Cameron à Coldstream 1927 fev 17 The Berwick Advertiser                 1927 Fév. 17    The Berwick Advertiser pour John Cameron à Coldstream
1927 janv 15 west sussex county times  1927 Janv.25 West Sussex County Times  pour Trelfer 9 East Street à Morsham . Garantie de deux ans .1927 janv 20 the Berwick Advertiser                1927 Janv.20 The Berwick Advertiser pour John Cameron à Coldstream 1928 nov 6 The mid sussex Times                             1928  nov. 6      The Mid Sussex Times  pour BUTCHER 1929 janv The Falkirk Herald detail                          1929 Janv. The Falkirk Herald  pour WM Morrison
1929 nov 19 The mid sussex Times                     1929 Nov .19 The Mid Sussex Times pour Butcher à Haywards Heath 1929 oct 3 West Sussex County Times            1929 oct. 3 West Sussex County Times pour B.H Trelfer , 9 East Street 1929 oct 04 Bedforshire Times                    Bedforshire Times , du 4 octobre 1929 par John Bull Co .1931 mars 6 the Devon and Exeter Gazette                           1931 The Devon & Exeter Gazette 20 Mars par l’horloger LISLES                        1931 mars 13 western times                            1931 Western Times 13 Mars par l’horloger LISLES1931 mars 20 the Devon and Exeter Gazette                    1931 The Devon & Exeter Gazette 6 Mars par l’horloger LISLES1931                       en  1931 un groom remplace le mini chef d’orchestre pour BUTCHER1932 fev 6 The mid sussex Times                               1932  Fév. 6 The Mid Sussex Times pour BUTCHER 1932 janv 5 The mid sussex Times une                                          1932  Janv. 5 The Mid Sussex Times pour BUTCHER
1932 janv 5 The mid sussex Times                          1932  Janvier       The Mid Sussex Times pour BUTCHER 1932 oct 18 mid Sussex Times                                                1932 Oct 18 The Mid-Sussex Times pour BUTCHER1932 oct 20 The mid sussex Times1932 Oct .201935 Mars 28 The Forfach dispatch   The Mid -Sussex Times pour Butcher                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        1935 Mars 28 the Forfach Dispatch                                                            ? pourquoi Jaz  parce qu’ils sont 1936 oct 27 The mid sussex Times                         1936 Oct 27 The Mid-Sussex Times pour Butcher 1936 sept 2 Glouceister Echo   1936 Sept 2 The Glouceister Echo pour DIMRA avec deux MODIC , silencieux et standard , et un REPLIC  .1938 oct 11 Brechin Advertiser detail                                1938 Oct. 11 pour Brechin Advertiser  pour James Duncan 1939 avril 11Brechin Advertiser                  1939 avril 11 in The Brechin Advertiser pour James Duncan 1939 fev 24 the western gazette dormeuse   1939 Fev. 24 The Western Gazette pour Sime & Son à Yeovil et Gillingham . Exit les chefs d’orchestre et les grooms , au profit d’une version moderne de la dormeuse , précédemment  très employée dans les publicités Jaz .1949 sept 27 Dundee evening Telegraph                    1949 Sept. 27 The dundee Evening pour LATTO 1950 jan 23 Gloucestershire Echo   1950 Janv. 23 The Gloucestershire Echo pour WAITES 349 High Street à Cheltenham

 

Jaz Clock Co Ltd à Londres

londres siège de JazImmeuble Jaz au 6 Holborn Viaduct , London . Par miracle l’immeuble qui abritait le siège de Jaz Clock Co Ltd , dès les années 30 , a survécu à la furie architecturale tant décriée par le Prince Charles . à gauche surmonté d’un drapeau le Palais de Justice Central Criminal Court et à droite cet immeuble de verre abrite City Thameslink , gare ferroviaire souterraine située au centre de Londres . Elle a été construite pour remplacer la gare de Holborn Viaduct, qui a fermé en 1990 . Cette proximité constante près d’une gare a évidemment généré un fort chalandage juste devant le siège de Jaz .entrée immeuble LondresL’entrée de l’immeuble conserve une certaine élégance malgré les commerces récents .Jaz London vue du ciel .jpgL’immeuble Jaz se trouve face à l’église St Sepulchre-without-Newgate .

à part la suppression des grandes cheminées l’immeuble n’a pas changéplan londresComme l’indique cette marque rouge , il est difficile d’occuper une place plus centrale à Londres . Nous savons qu’en 1982 Jaz comptait encore six filiales dans le Monde :  en Suisse , Espagne , Italie , Belgique , Brésil et en Inde mais plus en Angleterre .

 

pub-anglaisePublicité anglaise circa 1934/35 pour les CADIC , HOTIC et FANTIC .