« Marguerite sonne » Minuteur publicitaire par Jaz

Marguerite (3)Marguerite sonne . Grand minuteur 60 minutes , en tôle lithographiée , diamètre 19 cm .Marguerite (2)Exemplaire sans bouton ; mention Made in France en bas de cadran marguerite détailOn notera les trois pattes de fixation qui rappellent celles d’un COMTIC . Il s’agit d’ailleurs d’un de ces minuteurs dont le cadran à été élargi pour des raisons évidentes de visibilité à des fins publicitaires . Ces minuteurs offerts par Produits Marguerite aux boulangers pâtissiers avaient besoin d’être bien fixés dans leurs laboratoires . Marguerite dosAu dos , on reconnaît le dos d’un COMTIC avec l’emplacement du rivet de maintien de l’ergot de sonnerie . comtic calibre (2) Sur un COMTIC , comme sur le minuteur Marguerite , ce plot A correspond au rivet visible à l’extérieur , rentre dans l’orifice rond B ménagé dans la platine pour que le battant du marteau C . Ce petit cylindre est donc frappé par le marteau ; comme il est fixé par un rivet au dos/cloche cela fait tinter celui-ci .plaque émaillée margueriteProduits Marguerite est un important fournisseur des professionnels de la pâtisserie , confiserie , biscuiterie depuis des décennies , implanté dans la banlieue immédiate de Strasbourg à Schlitigheim en Alsace , à 80 km de l’usine  Jaz de Wintzenheim  .

Schlitigheim est surnommée la cité des Brasseurs , en raison de la présence des bières Fischer , Schutzenberger , Adelshoffen , l’Espérance , Perle et Heineken , de nos jours. Mais n’oublions pas que c’est aussi  le berceau de Caddie , antonomase des chariots de supermarchés , comme Jaz a été celui des réveils : la marque remplace le nom du produit . L’autre entreprise d’envergure internationale implantée à Schlitigheim , c’est Produits Marguerite , fondée en 1919 comme Jaz . Marguerite (1)Facture Marguerite de 1931 .                                                                                                Les Produits Marguerite portent le nom d’une fleur et d’un prénom féminin , qui était celui de la mère de l’un des fondateurs et de la femme du second , messieurs Grussenmeyer et Tony . Prénom très en vogue , au début du siècle dernier , époque romantique où l’on effeuillait cette  fleur à pétales pour connaître la force des sentiments : un peu , beaucoup , passionnément , etc . Pour conquérir le marché outre Rhin , Marguerite y est nommée Margot  , sa traduction en allemand . L’entreprise est à l’origine spécialisée dans la fabrication de moutarde , d’anchois , de pâte d’amande et de confiture . L’objectif des fondateurs est déjà de proposer des ingrédients nobles et de haute qualité pour les préparations d’avant-produits du laboratoire des pâtissiers et confiseurs .

Du siège historique ,,du 1 route de Bischwiller à Schiltigheim , juste à l’entrée de la commune limitrophe de Bischeim , il ne reste que cette grande fresque murale .l'usine bleueReprise en 1998 par la CSM , un conglomérat américain d’origine hollandaise ,Marguerite a réussi à fêter ses 100 ans sur son nouveau site , dite l’usine bleue .horloge du siteHorloge vintage Marguerite , fixée sur une des façades du siège de la CSM , dont on aperçoit la fameuse usine bleue , en arrière plan . Produits MargueriteHorloge de rue rétro-éclairée musée margueriteVitrine musée à l’entrée du siège mais pas de minuteur Jaz visible , hélas .

pub margueritepublicités issues de la presse professionnelle des métiers de la pâtisserieproduit marguerite 1Si Marguerite est essentiellement destinée à une clientèle de professionnels , elle a tout de même distribué de la farine aux particuliers dans des boîtes en métal  .

Produits Marguerite a offert divers objets publicitaires à sa clientèle de pâtissiers dont le minuteur Jaz qui permettait de mesurer les temps de levée des pâtes ou celui de cuissonsMarguerite à la foire de lyonStand Marguerite à la Foire de Lyon , après la seconde guerre mondiale , on y reconnaît le bas en bois des vitrine des stands que nous avons étudiés et décrits dans notre article JAZ carte d’acheteur Foire de Lyon 1924 .publidéal créationPUBLIDEAL est le troisième intervenant pour ce minuteur , mais pas le moindre , puisque clairement crédité de sa création au dos du minuteur  .Publideal factureFacture de pailles publicitaires de 1956 . Son siège historique est certes implanté à Bordeaux , mais dans l’entête à droite , on trouve une agence sise  à Riquewihr soit moins de quinze kilomètres de l’usine Jaz de Wintzenheim . Dès lors  on comprend mieux comment cette société bordelaise à rapproché ces deux sociétés implantées en Alsace

Fondée en 1946 , cette grande entreprise de publicité , ne pouvait pas éviter de célébrer son vingtième anniversaire avec un porte -clefs , comme elle en a tant produit pour ses clients et que l’on trouve à foison sur les sites marchands .Kanterbrau                                   Visière casquette du tour de France

Broche du centenaire de la Défense de Belfort 1970tendrexbuvard publicitaire

Glacoïde pour un cognac

Cendrier publicitaire , signé de l’agence parisiennecamion céramiqueà part ce camion publicitaire cendrier , les productions publicitaires de Publidéal ne brillent guère par leur originalité , finalement le minuteur Marguerite/Jaz est le plus créatif .

JAZ carte d’acheteur Foire de Lyon 1924

Carte d’acheteur Jaz pour la Foire de Lyon 1924 , recto et verso , format 13,5 x 10,5 cm .

Carte acheteur 1924 CIMHJAZ carte d’acheteur Foire de Lyon 1924 recto

La CIMH ou Compagnie Industrielle de Mécanique Horlogère est la raison sociale de Jaz qui n’est alors que son nom commercial . On le comprend aisément , cette carte est bien éditée par Jaz , mais sur un modèle commun à tous les exposants . Cette carte ne donne pas de privilège apparent au porteur , pas même l’entrée gratuite , sauf qu’un acheteur pouvait avec cette carte profiter de tarifs de transport réduits de 40 % et surtout d’un service d’aide à l’hébergement sur Lyon .caduceeLe petit caducée central n’a rien de médical , il est le symbole d’Hermès dieu des voyageurs , des commerçants et des orateurs ; ce qui justifie pleinement sa place pour une foire commerciale , si l’on veut bien oublier que , celui que les Romains nomment Mercure , était aussi la déité des voleurs . Ce que tout le monde désigne comme caducée pour les médecins est en fait le bâton d’Esculape et ce n’est que par analogie tardive qu’on évoque le caducée d’Asclépios  pour les docteurs , à tort donc . Même erreur pour la coupe d’Hygie des pharmaciens qui comprend aussi un serpent .FOIRE-DE-LYON 1924 papier à en têtePapier à en tête du comité de la Foire de Lyon en 1924

Le producteur de cette belle affiche et de la vignette est le même imprimeur lyonnais que  pour la carte d’acheteur : les établissements typographiques et lithographiques des Frères Cohendet , rue du Commandant Fuzier .

groupe 50Sur cette carte postale , au bout de la flèche rouge , on entrevoit l’entrée du groupe 50 , qui est donc celui des horlogers bijoutiers et orfèvres : ainsi , Jaz se trouvait dans ce groupe 50 , au stand 48 , comme indiqué sur la carte d’acheteur . groupe 50 détailCet agrandissement nous permet d’identifier les publicités pour les carillon GIROD de Morbier , deux publicités pour le célèbre orfèvre Apollo , dont on aperçoit la boutique , et les bijoux Fix , inventeur du plaqué or laminé , une des rares entreprises qui est encore existante de nos jours . Ce sont les câbles qui soutiennent les pancartes  qui font cette sorte de quadrillage .

Ces trois marques sont complémentaires de l’offre de celle de Jaz proposait à un « horbijo« , si bien qu’on retrouve fréquemment leurs plaques émaillées ou logos côtoyant les publicités Jaz aux façades des horlogers , bijoutiers , joailliers .Carte acheteur 1924 CIMH.jpg versoJAZ carte d’acheteur Foire de Lyon 1924 verso                                                                   La typographie , employée au dos de cette carte pour le Mot JAZ , est très surprenante car elle ne correspond pas du tout à celle employée par Jaz de manière constante , dite à tête d’os , avant guerre .

PETITE HISTOIRE DES FOIRES et EXPOSITIONS DE LYON

Les foires avaient existé à Lyon dès le Moyen Age . En pleine guerre de Cent Ans , on intervint auprès du dauphin Charles , celui de Jeanne d’Arc , qui était encore Régent  . Celui qui deviendra le roi Charles VII , accorde à l’ancienne capitale des Trois Gaules   l’autorisation de tenir chaque année deux foires franches , c’est-à-dire exemptes d’impôts , ouvertes aux marchands de toutes nationalités , admettant les monnaies de tous les pays , forains et marchandises bénéficiant de la protection des soldats du roi , un concept très moderne pour en faire l’égale de celles de Genève , Francfort et Leipzig , avant d’être étouffée au XVI° siècle par la suppression de la franchise de taxes .

Le XIX° siècle n’est plus celui des foires , mais celui des Expositions Universelles , partout dans le monde . En 1894 , Lyon , dotée d’une ambition internationale , organise une Exposition Universelle et Coloniale , avec l’exhibition de 160 indigènes . L’Exposition ayant lieu sur le site du fameux Parc de la Tête d’Or et de son jardin zoologique , on peut vraiment parler de zoo humain .

Hélas , on s’en souvient essentiellement  pour une tragique raison : le premier assassinat d’un Président de la République Française , à savoir Sadi Carnot venu pour l’inaugurer . Exposition_internationale,_La_cité_moderne_par_Tony_Garnier_1869-1948_Bibliothèque_municipale_de_LyonEn 1914 , l’Exposition Internationale de Lyon semble encore frappée par une malédiction puisque une énorme tempête affecte le 22 février toute la vallée du Rhône tandis qu’ une inondation emporte ses bâtiments avec que l’exposition ne commence ;  elle sera en outre handicapée par les grèves puis l’état de guerre . Tony garnier Halles Néanmoins cette exposition de 1914 est un succès et l’emploi de l’immense Halle Tony-Garnier , conçue pour devenir ensuite des abattoirs , a marqué les esprits par son ampleur et son audace architecturale : l’équivalant de deux terrains de football et pas un seul pilier soit  210 m de long , 80 m de large pour une surface de 16 800 m² et une hauteur de 21 mètres GE DIGITAL CAMERAPendant la Grande Guerre , l’oeuvre de Tony Garnier est transformée en arsenal militaire , puis devient l’immense abattoir prévu jusqu’en 1967 , avant une désaffectation et un abandon de vingt ans , pour finalement devenir une salle de concert modulable jusqu’à 17.000 places quand Bercy en reçoit 20.300 .Expo 1914 ler progrèsBien d’autres bâtiments composaient cette immense exposition dont celui du Progrès de Lyon , pour qui Jaz réalisera en 1953 une horloge publicitaire aux couleurs du journal .                                                                                                                                                                        1916 foire de lyonAvec cette Première Guerre Mondiale , le temps n’est plus aux Expositions Universelles . Étonnamment parce qu’en plein conflit , l’idée folle de créer une foire commerciale à Lyon en 1916 , aboutit . On couvre plusieurs quais du Rhône de petites baraques en bois , bien modestes , où les produits seront présentés et groupés par sections , sur une longueur frôlant les 2,5 kilomètres . Malgré les difficultés liées à la guerre , les industriels français et étrangers – alliés ou neutres uniquement – sont largement présents et la manifestation peut s’ouvrir à la date prévue. Ils sont 1 342 exposants, dont 143 étrangers parmi lesquels 77 Suisses, 43 Italiens et 14 Britanniques . « un lieu où l’on peut faire le maximum d’affaires , sur le minimum d’espace, dans le minimum de temps ».1916 Japy En 1916 , Japy est encore la troisième entreprise de France : une entité qui fabrique les casques Adrian des Poilus , de l’outillage , des moteurs , des pièces de bicyclette , des luminaires , des meubles de jardin , des pompes , des moulins à café , des machines à écrire mais aussi des réveils et des horloges , évidemment s’agissant de son coeur de métier . Toutefois la séparation par sections professionnelles contraint Japy à occuper  plusieurs stands , symbole prémonitoire de la dislocation de l’empire Japy après guerre dont Jaz reprendra la partie horlogère en 1954 .
1917_Foire_de_Lyon PoincaréMars 1917, Raymond Poincaré – notez l’orthographe fautif ci-dessus – chapeau levé , visite la Foire devant les mêmes petites stands en bois qu’en 1916 , qui font face à un bel arc de bâtiments bas en pierre . Derrière lui , on reconnaît Edouard Herriot , tête nue et moustache , figure incontournable de Lyon et personnage central de la III° République qui sera , au total , maire de Lyon pendant 45 ans , ministre au sein de nombreux gouvernements , préside la Chambre des députés , puis de l’Assemblée nationale sous la IVe République et Président du Conseil des ministres à trois reprises , l’équivalant de notre Premier Ministre actuel . 1917 soldatsà gauche les baraques en bois et à droite une enfilade bien plus noble , avec colonnes de pierre , derrière quelques soldats en permission . 1917_Foire_de_LyonOn s’agglutine devant les baies vitrées mais les portes restent fermées aux badauds ,

En 1917 Herriot approuve le projet de construction d’un « Grand Palais » destiné à accueillir les foires . Il voit les choses en grand et en dur : il  jette son dévolu sur un vaste espace de dix hectares disponibles entre le Parc de la Tête d’Or et le Rhône furent dévolus à la construction du Palais de la Foire .

Pour la Foire de Lyon 1919 , les affiches sont dans l’esprit du temps revanchardes et violemment et clairement anti-allemandes , particulièrement ciblée contre la Foire de Leipzig , la concurrente depuis 1420 ! sarre-c3a9maillerieLes exposants germains n’étant toujours pas admis à la Foire après guerre , on peut s’étonner de la présence des Émailleries de la Sarre . Mais Sarrelouis est occupée par le vainqueur français , sous mandat de la Société des Nations, et la région de la Sarre est détachée de l’Allemagne et devient une région autonome, la Saargebiet de 1919 à 1935 . Voyez notre article sur le  Musée des Horloges du Länder de la Sarre .Leipzig LyonPour comparaison , rappelons que Jaz – fondée cette même année 1919 – a bien failli s’appeler OZARM , nom déposé par la direction le 25 Juillet 1919 , qu’il faut bien entendre ainsi : aux armes ! Et pas seulement comme allusion au début de la Marseillaise . Toutefois Jaz n’est pas à cette foire de 1919 , n’ayant commencé à produire des réveils qu’en 1921 .Acheteurs étrangers Foire de LyonLes acheteurs étrangers ont leur entrée ; le tramway traverse les 2,5 km de la Foire palais de la foire et parc de la tête d'orLe palais et ses pavillons se construisent sur plusieurs années au bord du Rhône , adossé au Parc de la Tête d’Or . La petite colonnade de pierre , en arc de cercle , se trouve cachée de l’autre côté des bâtiments qui ont remplacés les méchantes baraques de bois . 1931 Foire de LyonVue aérienne en 1931 palais de la foireLes grands pavillons ont des allées centrales qui donnent sur des galeries de tous côtés Grand PalaisEscaliers et ascenseurs permettent une circulation croisée en cas d’affluence foire de Lyon galerie et numéros Les galeries sont constituées de stands relativement petits mais entièrement vitrés .agricultureon pouvait ajouter des petits étals dans les couloirs meubles métalliquesVisiblement , certains exposants manquaient encore de créativité pour la présentation ; Dans cet exemple , le stand est double , numéroté 20 et 21 . Nous savons par notre carte d’acheteur que Jaz ne disposait que d’un stand , numéroté 48 . Mais cela devait être largement suffisant pour une gamme encore bien restreinte en 1924 .1937 En 1937 , le choix proposé par Jaz à la Foire de Lyon est bien plus étoffé . Toujours au groupe 50 mais au stand 86 . Jaz ne ratera plus aucune édition de la Foire de Lyon , de Paris , ni la foire horlogère de Bâle lorsqu’elle s’ouvre aux entreprises étrangères  devenue Baselworld en 2003 .technica-nc2b0157-aoc3bbt-1959-uneMais aussi , en 1958 ,  l’Exposition Universelle de Bruxelles arrachant la médaille d’or dans sa catégorie .1996 lyonAprès soixante-dix ans de bons et loyaux services, la Foire internationale de Lyon émigre hors les murs devient Eurexpo et s’établit sur la commune de Chassieu depuis 1985 .  Jaz n’y expose plus évidemment mais c’est un amusant réveil qui est la mascotte de l’édition 1996  .

                                                                                                                                                                    LES DIFFÉRENTS MODÈLES DE CARTES

1917 PetolatCarte d’acheteur 1917 1919 carte d'acheteurCarte d’acheteur 1919  1920 carte-d'acheteurCarte acheteur 1920 1922 carte acheteurCarte d’acheteur 19221924 carte vierge Carte d’acheteur 19241931 foire-lyon-carte-achCarte d’acheteur 1931

PÉTOLAT ANGENOT & JAZ

Pétolat DijonCette carte postale , présentant un calicot Pétolat à la Foire de Lyon , est pour nous l’occasion d’évoquer les liens entre cette famille d’industriels et Jaz . Cette entreprise familiale , à laquelle est affilié un des rédacteurs de ce site , était la locomotive de l’industrie mécanique à Dijon , petit jeu de mot facile lié à l’activité de cette branche des Pétolat  . Fondée en 1884 par Alfred Pétolat , l’entreprise était spécialisée dans la fabrication de matériel de chemins de fer et tramways ou en voie étroite pour les mines . C’est essentiellement en wagons qu’elle équipait de nombreuses compagnies de chemin de fer en métropole et dans l’Empire français .Pétolat et AnguenotLa branche bisontine de cette famille était alliée aux Anguenot , qui ont assemblé dans leurs ateliers de Villers- le-Lac , les premières montres Jaz .Cimetière BesançonCimetière des Chaprais Besançon  , tombe André Anguenot 1885 +1936 .                         Au moment où Jaz voit le jour , en 1919 , Ulysse Anguenot 1849 +1947 , fabricant de montres à Villers Le Lac , cède son affaire à quatre de ses fils ; notons qu’il y avait eu quinze enfants . L’un d’eux Marius crée seul une entreprise à son propre nom , tandis que André ( 1885 +1936) s’associe avec ses beaux-frères Georges et Henri Pétolat dans l’entreprise d’horlogerie Pétolat Frères & Anguenot , à Besançon . Enfin Alfred et Gaston fondent Anguenot Frères devenue Herma et au fil des associations , assemblera les montres distribuées sous la marque Jaz  .

Plan Métro publicitaire JAZ cinquantenaire RATP 1950

Plan publicitaire pour JAZ du métropolitain parisien en 1950 , fermé et ouvert . D’autres marques , comme Perrier , la Reine des Crèmes ou la RATP elle même , ont offert ce même plan commémoratif à leurs clients . Format 19 x 15 cm . jaz-ticket-métroNous avions décrypté les tickets de métro publicitaires Jaz dans un article complet . On constate que le plan de 1950 reprend , assez logiquement , le slogan des tickets de 1949 : Ne ratez pas votre Métro Réveillez -vous au Jaz avec toutefois un petit rajout : le Réveil de Paris alors que Jaz a très peu revendiqué son origine parisienne hormis avec une Tour Eiffel couronnant le mot PARIS sur la boîte du DRILIC et autres Jazistor de 1964  à 1972 . On retrouve un autre slogan Jaz à l’intérieur du plan : Il y a un JAZ pour chaque pièce de votre appartement JAZ  PENDULETTES et REVEILS  .

Le plan du Cinquantenaire utilisé par Jaz , entre plat de spaghetti et chevelure de Méduse et autres Gorgones , est le premier plan officiel de la RATP . Nous allons donc dans cet article décrire le contexte dans lequel il s’inscrit : ceux qui veulent approfondir le sujet se procureront l’ouvrage suivant :

l’Histoire du Métro parisien racontée par ses plans , ou sa version anglaise Paris Underground , du même Marc Ovenden aidé de Julian Pepinster & Pascal Pontremoli pour celle éditée par La Vie du Rail en français . On y trouve notre plan , évidemment , parmi ses 176 pages .

Plan de 1901 : une seule ligne verticale  . Plan par Cartes Tartide en 1905 , offert par Alhambra : la carte s’est bien étoffée en peu de temps .

La CMP , ou Compagnie du Métropolitain de Paris , juge superflu un plan officiel pour le métro à ses origines ; à sa décharge , reconnaissons qu’il n’y a d’abord qu’une seule ligne , si bien que les plans seront longtemps d’initiatives privés , supports de publicités qu’il faut confier à des cartographes plus ou moins doués , mais tous les plans ne sont pas offerts : un marché se créé .1913Ce plan était vendu en 1913 . Les huit lignes sont  reprises sur les côtés ,  présentées en thermomètres comme dans les rames ou les autocars  .vieux-plan-metro-parisien« thermomètre » apposé dans une rame , avant guerre .1930 Cartes Taride , un des plus célèbres éditeurs géographes français , publie ce plan en 1930 .Ce grand spécialiste sera choisi pour le plan officiel lorsqu’il voit enfin jour .

Couvertures du plan offert à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1937                                                                                                                                                                        plan 1935Plan de 1936  actualisé de la nouvelle ligne 11                                                                     A partir du moment où l’on commence à penser à un plan officiel pour faciliter la vie des utilisateurs du Métro , au fur et à mesure que le réseau s’agrandit , se complexifie , il faut actualiser les plans officiels , mais aussi les autres qui continuent leur vie indépendante .                                                                                                                                                       Station AllemagneBien évidemment , il en va de même quand des stations changent de nom , afin que les voyageurs puissent s’y retrouver. Ci-dessus , la station Allemagne devenue Jaurès , juste après l’entrée en guerre en 1914 :  il en fut de même pour la rue éponyme . La station Berlin est rebaptisée Liège pour les mêmes raisons .  Après la seconde guerre , quelques stations prennent le nom de résistants , mais la raison du changement de la station Obligado est moins connue . Il ne s’agit évidemment pas de la formule de politesse espagnole Obrigado , mais d’une bataille navale remportée en 1845 contre l’Argentine . En 1947 , la charismatique Eva Peron visite Paris avec une aide alimentaire généreuse pour la reconstruction française , dans son sillage : Obligado devient donc Argentine en 1948 , pour cesser de froisser la fierté de Buenos Aires .

Puis viennent la guerre et ses restrictions de papier , l’uniformisation des teints grisâtres , mais surtout un fonctionnement du métro au ralenti : d’où de nouveaux plans aussi allégés que les rations alimentaires , et même rédigés en allemand pour le tourisme de ces “messieurs un peu trop envahissants” ou en uniformes qui ont un accès gratuit à la Première Classe .carte de stingemoreLondon Underground Map par F.H. Stingemore en 1927 : style plat de spaghetti coloré comme les plans parisiens . beckÀ partir des années 1920, le réseau du métro de Londres devient lui aussi très complexe . Le célèbre designer industriel Harry Beck va s’y atteler avec succès . Il était spécialisé dans les schémas électriques qui vont visiblement l’inspirer .beck london Son plan est extrêmement simplifié , comprenant seulement les stations avec leurs noms et des segments de droites les reliant ; même le tracé de la Tamise ondule verticalement , horizontalement ou à 45 degrés , loin du véritable lit sinueux et ondulant du fleuve londonien . En conséquence le terme de carte souterraine , ou Undeground Map , n’est pas approprié puisqu’il ne s’agit pas d’une carte mais d’un schéma et qu’elle pas vraiment souterraine dans la mesure où 55% des 270 stations du réseau et 402 km de voies étant en surface , ce que l’on nomme à Paris : le métro aérien .

Amsterdam à gauche et Stockholm à droite , un plan de New York ne serait pas un exemple valide , les rues y sont effectivement à angles droits et le Subway également . On le voit avec ces exemples , le plan du métro de Londres de Beck influença grandement le graphisme des cartes de réseaux de transport du monde entier qui reprennent tous ses principes .plan du métro parisien par beckProjet de plan du métro parisien par Beck lui -même en 1951  : on notera la Seine en trombone bleu , qui fait une seule petite bosse pour les îles de la Cité et Saint Louis , à juste titre d’ailleurs :  il n’y a qu’une seule station pour les deux . Plan rejeté par Paris  … chardon lagacheLa raison du refus de ce « schématisme » par les parisiens est assez rationnel toutefois : les piétons utilisent également les plans du métropolitain en surface pour trouver les rues . KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERACe paysan avec sa vache ne va pas prendre le métro : il cherche l’adresse de livraison de son bovin . Le plan se doit donc d’être géographique , quitte à être plus difficilement lisible pour la partie métropolitain .

800px-Bienvenue Fulgence Bienvenüe devant un de ces plans Taride à l’entrée d’une station de style Art Nouveau par Hector Guimard  : suite d’un accident de chantier , on constate que le fondateur du métro est amputé du bras gauche . En 1942 , la station Montparnasse est renommée  Montparnasse- Bienvenüe en sa mémoire . Le choix porte sur cette station pour sa grande taille , mais aussi parce que Bienvenüe était d’origine bretonne et que depuis l’arrivée du train en Bretagne , le quartier Montparnasse est celui des bretons de Paris . Il pose – ci- dessus -devant un plan extérieur de style deux fois Nouille : plat de nouilles pour la cartographie et de style Nouille pour son entourage en fonte , puisque c’est ainsi que se voit nommer le style Art Nouveau par ses détracteurs trouvaient les lignes trop molles . Mais il faut savoir qu’il s’agit d’une de ses dernières photos de Bienvenüe qui meurt en 1936 .Métro_Rome_Guimardà l’origine Hector Guimard avait livré ses stations ,  comme celle-ci de la rue de Rome , sans plan … et pour cause , on vient d’expliquer qu’il n’y avait pas de plan du tout au début et ensuite pas de plan officiel avant bien longtemps .

ACCES GUIMARD, RUE DE LOBAU : PROTOTYPE DE PORTE PLAN LUMINEUX
ACCES GUIMARD, RUE DE LOBAU : PROTOTYPE DE PORTE PLAN LUMINEUX

En 1934 , on ajoute un premier plan rétro-éclairé -d’où son épaisseur et adjoint d’une horloge Brillié – de style Art Déco , bien massif et carré ,  se mariant fort mal avec le style Art Nouveau de Guimard , pas plus qu’avec la boîte aux lettres victorienne d’ailleurs ou même l’Hôtel de Ville néo-renaissance , à l’arrière plan . Ce prototype des années trente n’a pas été retenu , bien heureusement , et on a eu l’idée de compléter l’oeuvre de Guimard par un plan de même style devant lequel pose donc Bienvenüe plus haut .médaille 1900 1950 (1)Le sculpteur Joachim Costa semble faire sortir une rame comme un glaive tranchant de la manche gauche de Bienvenüe , pour sa médaille du Cinquantenaire du Métro en 1950 . En arrière fond , un plan de métro plutôt organique et une inquiétante Seine serpentine , spectaculaire et efficace sur une si petite surface , à savoir 50 mm pour 50 ans , où cette fois l’île Saint Louis apparaît . Notons bien : ce que célèbrent , cette médaille et le plan commémoratif de Jaz , ce sont les cinquante ans du métro pas ceux de la RATP , laquelle était encore bien jeune en 1950 puisqu’elle voit le jour l’année précédente comme la Régie Renault et la SNCF . On évite souvent de le rappeler , mais le métro parisien est d’origine belge ! Si les tunnels, viaducs et stations  sont confiés à la Ville , en revanche ceux des accès , des voies et l’exploitation le sont à un concessionnaire , à savoir la Compagnie générale de traction , propriété du baron belge Édouard Louis Joseph Empain .

Ce sont dans les bureaux d’études que sont mises au point les techniques de construction du métro de Paris , financées par un emprunt lancé et souscrit en Belgique , sous la direction du Baron Empain , premier du nom , ancien aide de camp du Roi des Belges qui l’anoblit en 1907 . Paris avait été la première métropole à envisager un chemin de fer urbain en 1845 , elle sera quasiment la dernière à s’en doter pour l’Exposition Universelle de 1900 , afin de ne pas renouveler les embouteillages de l’Expo 1889 . L’attente aura du bon puisqu’il sera électrique et souterrain , l’entrepreneur ayant acquis en outre une belle expérience sur d’autres chantiers . Toutefois en 1901 le marché de la ligne Nord-Sud lui échappe , confié à J-B Berlier qui lui doit tout construire , même les infrastructures . Celui-ci fait moins chiche qu’Empain , qui ayant tout misé sur ses belles entrées par Guimard ,  rognait sur le reste . La ligne Nord -Sud qui se développe de 1910 à 1916 est mieux décorée de riches mosaïques , de beaux éclairages et belles rames aux couleurs claires . La CPM du Baron Empain va même devoir , comme le faisait déjà Nord-Sud de Berlier  , offrir des plans de poches officiels . Edouard_Empain_chromo_Liebig Le Baron Empain qui avait été général , se consacre effectivement aux transports en commun avec des réseaux de tramways en Belgique et dans divers pays ainsi qu’au métro de Paris que sa société , la CMP  ou Compagnie du Chemin de Fer Métropolitain de Paris construit et exploite jusqu’en 1949 . A sa mort son patrimoine comporte 12 sociétés de traction dont le métro parisien , 16 sociétés de fourniture de gaz et électricité , 10 sociétés de portefeuille Electrorail , 4 banques , 6 sociétés immobilières , 3  sociétés hôtelières , 6 sociétés de commerce , 7 sociétés chimiques , 14  sociétés de verrerie , 17 sociétés de construction électrique, mécanique et travaux publics et 3 charbonnages . Si on le voit enturbanné c’est que , distingué égyptologue , il fonde la ville idéale d’Héliopolis , aujourd’hui quartier du Caire , où il est enterré . Mes-63-jours-d-horreur-Quand-le-baron-Empain-racontait-son-calvairePour la plupart des français , le nom de baron Empain est lié à son petit fils , Edouard -Jean Empain , tristement célèbre pour son enlèvement suivi de séquestration et d’une horrible mutilation en 1978 . Il sera libéré , avec de quoi s’acheter un ticket , près d’une station de métro qu’il n’avait jamais pris mais que sa famille avait construit . Son groupe , Empain-Schneider , pèse alors des milliards avec plus de 150.000 employés et 300 sociétés dont Framatome et les centrales nucléaires , Creusot-Loire ou encore Spie Batignolles le numéro un français des travaux publics qui aménage des ports , fore des tunnels et  installe des oléoducs . Ce sont également les chantiers navals de Dunkerque premiers producteurs mondiaux de méthaniers , la Société métallurgique de Normandie , les fabrications d’armes du Creusot , les machines-outils d’Ernault-Somuss , Creusot – Loire Entreprise qui vend des usines clés en main dans le monde entier mais encore Merlin-Gerin dans le matériel électrique , Jeumont-Schneider dans l’électromécanique et enfin Jaz dans l’horlogerie qu’il avait racheté à la demande de l’Etat Français pour sauver le jaseur en perdition et qu’il revendra à Matra en 1979 .plan-de-metro1999 Il faudra attendre 1999 pour que la RATP adopte un plan à la Beck .                                        Les plans continuent de se développer , s’améliorer , d’autant plus que le réseau n’a jamais été figé . Même de nos jours il continue à progresser avec la station de RER  nommée Rosa Parks , en hommage à la femme afro-américaine surnommée « mère du mouvement des droits civiques » par le Congrès des USA  , judicieusement choisie puisque devenue célèbre en , en Alabama pour avoir refusé de céder sa place à un passager blanc dans l’autobus . Douloureuse situation qui n’est pas sans rappeler celle de Cyrla Szulewicz , employée chez Jaz et mère de Georges Perec qui devait , comme les autres juifs et les « nègres » , ne prendre que la dernière voiture dans le métro parisien pour se rendre à l’usine de Puteaux , avec terminus à la Porte Maillot ou Pont de Neuilly ce qui laisse encore quatre kilomètres à parcourir dans les deux cas  .

Jazette Avril 1946 . Les ouvriers se rendaient donc en autobus à l’usine ou grâce au tramway inter-communes de l’avenue Wilson . Il faudra attendre les années 60 pour que métro et RER gagnent la banlieue Ouest , mais Jaz s’était vue expropriée entre temps . Voir notre article ( à venir) sur l’usine de Puteaux . affiche rené ravoJaz avait donc fait éditer des tickets et des plans de métro en 1949 et 1950 , c’est dans le cadre de cette offensive publicitaire vers le métropolitain et ses usagers que Jaz lancera une campagne publicitaire dans les couloirs de métro avec ces affiches de René RAVO.

 

 

ADDENDA pour approfondir le sujet
Beck révisé

Les plus curieux iront consulter les deux documents suivants :  cet article Better than Beck sur les tentatives d’améliorer le schéma de Beck pour le métro londonien où Jug Cerovic , un designer parisien excelle : beau retour des choses . Plans de métroComment parcourir les rues de l’ancienne Königsberg en ne passant qu’une seule fois sur chacun des sept ponts qui enjambent la rivière Pregolia ? Combien de couleurs faut-il pour colorier une carte géographique sans que deux pays limitrophes arborent la même teinte ? Toutes ces énigmes qui réjouissent les amateurs de jeux mathématiques , ont un point commun : elles peuvent être résolues grâce à la théorie des graphes . Malgré son caractère ludique apparent , la théorie des graphes est une des plus ingénieuses et des plus utiles qui soient . Pensez que , grâce à elle , on peut résoudre des problèmes aussi complexes que la planification des circuits de ramassage d’ordures, l’optimisation des process de fabrication industrielle , la conception des circuits électroniques , rendre un plan de métro lisible , la modélisation de structures moléculaires ou la distribution des pièces dans un bâtiment public . Cet ouvrage présenté par Cédric Villani , décoré de la Médaille Fields l’équivalent du Prix Nobel , entré récemment en politique , explique tout cela sans formule mathématique absconse, mais avec de simples dessins composés de points et de traits .

Plaque de verre publicitaire au jaseur boréal circa 1943

plaque 4Plaque de verre publicitaire au jaseur boréal , circa 1942 , format 11 x 10 cm , poids 70 et 75 gr ( support non d’origine) . Nous possédons deux exemplaires de ce petit objet publicitaire qui , à notre connaissance , n’est pas présent dans d’autres collections  .Jazette n°2 Août 1943 page 4 Nous manquons de documents les concernant , nous sommes donc soumis aux conjectures . Toutefois nous supposons qu’il s’agit  -des oiseaux Jaseurs à coller sur vos glaces évoquées dans cette Jazette d’Août 1943 qui essaye de palier les pénuries induites par l’occupation par divers artifices . N’imaginez pas des auto-collants publicitaires comme de nos jours en 1943 . Les stickers n’apparaissent qu’à partir des années 60 .

Nos plaques en verre pourraient correspondre à cette description , d’autant que stylistiquement leur jaseur est très proche d’autres jaseurs des tout débuts de son apparition , à savoir 1942/1943 , comme ce présentoir de vitrine en métal .plaque miroirplaque sur socleplaque sur socle ( ce support n’est pas d’origine) plaque fond noirles parties indiquées par les flèches sont réfléchissantes comme un miroir .plaque de verre pubdeux plaqueson notera une différence de ton pour le plumage du jaseur boréal .plaques dosPlaques de dosdeux plaquesplaques sur fond noir

Billet de Loterie Nationale publicitaire Jaz 1937

loterie nationale JazLe document n’est pas daté mais la seule date commune aux modèles de Jaz reproduits est 1936/1937 , confirmé par les tarifs de cette même année 1936 .

billet de loterieLe billet est inclus dans un petit dépliant publicitaire billet loterie On notera que pour la SEVRIC, il est précisé que les mouvements sont à rubis , ils étaient tout d’abord à pointes métal . L’autre précision d’importance est la fixation brevetée du mouvement sans vis apparente sur le cadran : consultez notre article pour constater à quel point cela représentait une différence esthétique importante par rapport à la concurrence qui pouvait afficher jusqu’à quatre vis en façade  . Il s’agit d’un authentique billet de la Loterie Nationale offert par un horloger bijoutier , Albert Banholzer , qui incarnait la troisième génération dans sa grande boutique à Châlons sur Marne , devenue Châlons en Champagne en 1995 .

La maison Banholzer qui a édité ce billet , a disparue de nos jours , mais l’immense limousine Peugeot 601 d’avant guerre du patron est resté dans la mémoire des vieux chalonnais qui achetaient montres , réveils , bijoux et orfèvrerie auprès de cette enseigne emblématique de la ville champenoise .

La première petite boutique Banholzer en 1904 place de la République à Châlons , celle du 43 rue de la Marne était cinq fois plus grande .

Annotation 2020-01-20 233911 Son grand père Rodolphe , dont on voit ci-dessus le décret présidentiel qui l’autorise en 1872 à résider en France , était le fondateur de cette dynastie originaire du Grand Duché de Bade , ce qui correspond à cette région frontalière avec la France qui comprend la Forêt Noire . Vous noterez qu’un autre badois se voit accorder le même privilège , le même jour . En fait ce n’est guère étonnant quand on connaît l’importance de l’immigration vers la France des habitants de cet état signataire du Traité de Paris en 1806  initié par Napoléon I° , qui en fait un Grand Duché au sein de la Confédération du Rhin contre un contingent de 8.000 soldats badois au service de l’Empire Français . Eugène Spüller , fidèle compagnon de Gambetta , deviendra , peu après ce décret , ministre de l’Instruction Publique , des Beaux Arts , des Cultes et des Affaires Etrangères : il était lui même descendant d’un boucher né à Forcheim en Bade , pour choisir un exemple célèbre.                                                                                                        Historiquement c’est la région horlogère d’Allemagne , où sont nés les coucous et s’établiront des entreprises telles que Kaiser , Emes , Staiger , Kundo ou Kienzle , Mauthe et Bürk à Villingen – Schwenningen ou encore le partenaire de Jaz , Peter Uhren à Rottweill  .                                                                                                                                                      billet de loterie ColmarCe deuxième billet absolument identique au nom d’un autre horloger , Locherer 15 rue des serruriers à Colmar , prouve qu’il s’agissait d’une campagne publicitaire organisée par la maison mère . Jaz était plus habilitée que de simples horlogers à négocier un contrat avec la Loterie Nationale .                                                                                                                                                                                                                                                    Une petite histoire de la Loterie Nationale Française s’impose pour comprendre dans quel contexte ces billets publicitaires s’inscrivent et pourquoi ils ont été autorisés .                                                                                             congrèsAlbert JUGON , deuxième en partant de la droite  sur une carte représentant les cinq délégués des mutilés français                                                                                                                                                                                                                                       L’actuelle campagne publicitaire télévisée pour la privatisation de la Française des Jeux  l’apprend aux jeunes générations et le rappellent aux anciens : la loterie est née sur une initiative des Gueules Cassées , plus exactement celle d’un héros : Albert JUGON . Le petit aide -comptable de Bretagne monté à Paris avec sa femme et ses deux filles , est mobilisé en 1914 . Son unité part au sud de la Belgique pour la bataille de Rossignol, le 22 août . Le breton figure parmi les 400 survivants de la première brigade , qui comptait encore 6.800 hommes le matin même . Suite à cette défaite , les armées françaises lancent une contre-offensive sur la Marne , début  septembre . Son régiment est redéployé en Argonne où il est pris sous un violent bombardement allemand . Jugon est touché par des éclats d’obus qui lui emportent la moitié de la figure et de la gorge ; une partie de sa langue est arrachée , son œil droit crevé… il est laissé pour mort plusieurs jours au bord d’une tranchée .                                                                                                La Grande Guerre frappe par sa démesure . En France , plus d’un quart des hommes de 18 à 27 ans ont perdu la vie au combat . S’y ajoutent 300.000 civils et autant de disparus . On se souvient moins des blessés , qui dépassent les 4 millions , soit plus de la moitié des mobilisés . Au sortir du conflit , les amputés se comptent par centaines de milliers , les aveugles sont plus de 40.000 . Mais de tous les mutilés , ceux dont le visage a été ravagé par les balles , les obus , les grenades , qui génèrent des blessures inédites , sont les plus dépourvus au sortir du conflit . Ils sont près de 15.000 à avoir été défigurés mais étonnement cela n’ouvre pas droit à une pension puisque ce n’est pas une infirmité fonctionnelle .traité de versailles Les Gueules Cassées choisis par Georges Clémenceau avec le moustachu Colonel Picot , député lui même mutilé .                                                                                                                                                                                                                                            Certes cinq d’entre eux , dont Albert Jugon  à l’extrême droite de cette photo , sont invités par le Tigre , lors de la signature du Traité de Versailles , pour assister à l’humiliation du II° Reich . Pour autant leur quotidien dans l’après-guerre est rien moins qu’assuré : ils peinent à retrouver un emploi dans la vie civile , sont rejetés par leurs compagnes et leurs familles , inspirent la peur ou la pitié des passants .picot-colonelLe Colonel Picot                                                                                                                       Refusant le statut de victimes, trois d’entre eux fondent en 1921 l’Union des blessés de la face : Albert Jugon ,  Bienaimé Jourdain et le Colonel Picot qui surnomme alors ces hommes les « gueules cassées ». Non sans humour , ils prennent pour devise « sourire quand même ». Si le nom initial , « Les Gueules cassées », a été refusé par la préfecture de Paris, cela n’empêche pas ses membres de se faire appeler ainsi pour marquer les esprits albert-jugon-pere-des-gueules-casseesAlbert JUGON , à gauche sur la photo montrant un billet de loterie                             Pourtant, dès son origine, l’association refuse de demander des subventions publiques, préférant subvenir aux besoins de l’association et de ses membres par ses propres moyens . Malheureusement , la générosité du public ne suffit pas à suffisamment soutenir financièrement le dispositif de prise en charge des mutilés de la face . carte-la-dette_tbnEn 1927 , Albert Jugon et ses amis lancent l’idée d’une grande souscription nationale, assortie d’une tombola aux lots fabuleux  et pléthoriques . la-dette-page-pub-dans-bulletin-gc-juin-1932-001_tbnOn peut même y gagner des avions de tourisme ! Appelée « la dette » , elle se développe avec d’autres associations de victimes de guerre dès 1931 .paiement-gros-lot-par-eugene-fournier-vice-president-gc-001_tbn paiement-gros-lot-albert-jugon-et-bienaime-jourdain-001Ce gros paquet dans les bras de JUGON ce sont des billets de banque ! Les fameux billets bleus et roses de 1000 Francs , en cours de 1890 à 1933 , mesurait 235 mm par 130 mm                                                                                                                                                                                                                                                                            Le premier billet de loterie est remis solennellement à Gaston Doumergue, Président de la République , lors de sa visite au domaine de Moussy-le-Vieux , en Seine-et-Marne qui recueillait des Gueules Cassées , dit le château sans miroirs : on comprend aisément pourquoi…                                                                                                                        Hasard extraordinaire ce même Président Doumergue prend sa retraite à Tournefeuille dans la maison qu’il avait gagnée à la loterie grâce à un billet acheté avec un voisin . Heureusement pour lui , car rappelons qu’à l’époque les Présidents de la République n’avaient pas de retraite . Jusqu’alors issus de la grande bourgeoisie ou assassinés en cours de mandats , comme Doumer ou Sadi -Carnot , ils n’en avaient guère besoin .                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Séduit par ce succès l’Etat s’en arroge le monopole en créant la Loterie Nationale qui voit le jour en 1933 , au profit toujours des mutilés mais y ajoute les anciens combattants et les victimes de calamités agricoles . Aujourd’hui encore , elle est actionnaire de la Française des Jeux , dont elle détient 9,23 % du capital .860_bonhoure_coffeur_loterie Paul Bonhoure descendant les Champs Elysées  après avoir touché ses gains .            Le premier tirage de la Loterie Nationale rend millionnaire un coiffeur de 50 ans , à Tarascon , marié , deux enfants,qui est happé par une célébrité foudroyante. 870x489_tirage_loterie_8_novembre Premier tirage de la loterie nationale 5 M. de Francs correspondent à 3 M d’€uros Généreux et élégant , il offre son salon à son assistant , s’achète une grosse voiture et une propriété de plus de cinquante hectares près de Beaucaire où s’écoule tranquillement le reste de son existence , excepté le harcèlement de solliciteurs qui rendra les gagnants suivants plus discrets sur leurs adresses .                                                                                kiosque-loterie-sur-la-canebiereKiosque des Gueules Cassées à Marseille sur la Canebière au 43 , devant les ateliers des Ouvriers Horlogers Réunis (anciennement au 2)                                                                                                                                                                                        Mais les billets sont à 100 Francs , équivalent à 80 € , et donc inaccessibles au plus grand nombre . Le Colonel Picot a donc l’idée d’acheter les billets à l’État , de les fractionner en « dixièmes » qui seront ensuite revendus au public à un prix abordable . Une nouvelle fois , c’est un succès .. Voilà pourquoi sur cette photo marseillaise , les Gueules Cassées annonce avoir gagné pour la 7° fois le gros lot : en fait ayant acheté à l’Etat des billets pleins , ils les ont revendus à acheteurs dont certains sont devenus des gros gagnants .dixieme-gueules-cassees-1935-001_tbn En 1935, l’État réglemente le fractionnement des billets entiers en dixièmes , officialisant ainsi la profession d’émetteurs de Loteries . A la fin des années trente sont autorisés le sur-fractionnement des billets pour des besoin de publicité , jusqu’à 1/5000° comme notre billet émis par Albert Banholzer , horloger à Châlons en Champagne , de fait devenu lui- même émetteur de loteries .

Support présentoir Jazistor noir « l’heure à transistor » 1964 à 1967

l heure transistorSupport présentoir en plastique noir ;inscriptions  L’heure à Transistor côté face et Jazistor au recto . Format 14 x 8 x 6 cm . Collection et photos de Serge Bennati que nous remercions .jazistorVoir la version rouge. Les Jazistor existent de 1964 à 1973 , toutefois le jaseur boréal avec sa queue basse démontre qu’il s’agit d’un présentoir des premières années soit 1964 à 1967 .

Support présentoir Jazistor rouge « l’heure à transistor »1964 à 1967

l heure  transistor rouge.jpgSupport présentoir rouge en plastique L’heure à Transistor côté face et Jazistor au recto . Format 14 x 8 x 6 cm . Les Jazistor existent de 1964 à 1973 , toutefois le jaseur boréal avec sa queue basse démontre qu’il s’agit d’un présentoir des premières années soit 1964 à 1967 . Jazistor rougeCollection et photos de Serge Bennati que nous remercions . Voir la version noire. chanic soclePrésentoir surmonté d’un CHANIC de la gamme des Jazistor mais un peu postérieur à ce support comme le démontre son jaseur boréal queue dressée .

épinglette / pin’s Jaz circa 1925

Bennatti epingletteEpinglette / pin’s  en plastique noir , format 8 x 4 cm . Le réveil ressemblant à un REPLIC  non-lumineux , la forme des lettres Jaz et le slogan Jaz Réveil de Précision permettent de la dater d’environ 1925 . D’évidence cette épinglette , ancêtre des pins , devait être porté par un employé de Jaz lors des foires auxquels l’entreprise participait comme celles de Paris et Lyon . Remerciements au collectionneur  Serge Bennati pour les photos de cet objet dont on ne connaît pas d’autres exemplaires épinglette dos