Calibre R et dérivés 1952 à 1960

Le calibre R est un mouvement électrique sur secteur , en 110 ou 220 volts , apparu commercialement en 1952 , équipant essentiellement des pendules murales et une pendulette à poser , la SECTIC . Son apparition induit la création de la gamme Jaz Electric .

doc calibre R (11)doc calibre R (1)

Le calibre R fait ses débuts commerciaux avec les pendules murales VIRIC et CHAMPIC en 1952 puis la RUMIC et la pendulette SECTIC en 1953.

1954: RAMPIC, SOLIC, SPHERIC et ZODIC

1956: DIFFIC

1957: MARPIC

1958: LIMIC

1959: apparition du calibre AL à pile qui va « ringardiser » les calibres sur secteur

1960: TRALIC et ROMBIC alors qu’apparaissent les premiers calibres à transistors.

Le calibre R est abandonné en 1962.

 

Lancement d’un calibre 2R ( si l’indication du voltage a disparu du capot extérieur , vous le retrouverez inscrit à la peinture rouge sur le moteur lui même : 220 volts en l’espèce)Jazette_1959_Decembre page 1 extraitUne de la Jazette de Décembre 1959 ( extrait)                                                                    Conçu en fait en 1932 , le calibre R est donc le premier mécanisme électrique commercialisé par JAZ , seulement vingt ans plus tard , qui n’est pas pionnier en la matière . En 1840 l’horloger écossais Alexander Bain réalise la première horloge électrique . L’énergie est fournie par une pile qui alimente un électro-aimant lequel fait osciller un pendule. Il imagine également qu’une horloge centrale pourrait envoyer des signaux électriques pour synchroniser de nombreuses autres horloges. Cette idée sera mise en application par Louis Breguet en 1856 qui installe à Lyon un système pouvant faire fonctionner 76 cadrans logés dans les lanternes de l’éclairage public reliés entre eux par un réseau de fils électriques . L’horloge mère, alimentée par une pile électrique, est connectée à un régulateur qui envoie un courant inversé à chaque minute dans le conducteur pour assurer à tous les cadrans d’afficher la même heure . Cela reste bien anecdotique jusqu’à l’extension des réseaux électriques au début du XX° siècle avec , toutefois , ce problème récurrent et rédhibitoire de régulation incertaine . Les premières horloges électriques pratiques sont réalisés en 1918 par Henry Ellis Warren  un inventeur américain sous la marque Warren Telechron Clocks . Elles fonctionnent avec un moteur synchrone asservi à la fréquence stabilisée du réseau électrique  alternatif . Il était parvenu à convaincre les fournisseurs américains d’électricité d’offrir la distribution d’un courant correctement régulé comme un service supplémentaire après que la faible , mais constante,  consommation des horloges soit devenue quantifiable électriquement et donc financièrement .

Le faible investissement requis pour assurer une grande stabilité était largement compensé par la consommation supplémentaire engendrée par la multiplication des horloges : il fallait y penser et cela permet à Telechron puis General Electric d’envahir le marché américain d’avant guerre avec des pendules et horloges sur secteur . catalogue 1935 1936catalogue vedette 1935 1936Catalogue VEDETTE 1935-1936 page 14 et 15                                                                                                                                                                                                                De ce côté de l’atlantique , personne n’a cherché à convaincre L’Union d’Electricité  , L’Energie Industrielle ou l’un des nombreux autres précurseurs d’EDF  qui est créé en 1946 ( dans la Jazette de Décembre 1959 , citée plus haut  Jaz commet un petit anachronisme )

En revanche VEDETTE avait trouvé un solution ingénieuse en électrifiant des mouvements mécaniques : un petit moteur électrique remontait le ressort d’un mouvement classique , résolvant ainsi plusieurs problèmes inhérents aux mouvements électriques . Effectivement , en général , les horlogers étaient plutôt rétifs envers cette technologie qu’ils ne connaissaient pas , la consommation devenait réellement négligeable et la régularité du courant n’avait plus d’importance , toutefois cette solution astucieuse restera sans lendemain .( voir notre article sur la saga Vedette )

Avant guerre en Europe , les horloges électriques sont le domaine , sans conteste , de Léon HATO connu par la licence ATO . ( consultez notre grand article sur ATO)  Elles étaient pour la plupart alimentées par pile , esquivant le souci de la régularité du courant , mais toujours noblement habillées , parfois même par Lalique , elles n’étaient pas à la portée de tout le monde . En 1958 , Jaz lance son propre mouvement électrique à pile avec le calibre AL à remontage électro-aimanté à bascule et balancier circulaire . Celui- ci présente l’inconvénient d’être bruyant : consultez notre grand article sur le calibre AL . Toutefois c’est l’obtention de l’exclusivité de la licence ATO pour la France , la même année 1958 qui va permettre à Jaz de devenir le leader européen de l’horlogerie électrique par une diffusion à la portée de toutes les bourses avec 245 Jaz dotés de calibres sous licence ATO de 1959 à 1977 

doc calibre R (2)doc calibre R (3)

RAMPIC 1954 à 1957

rampic (3) RAMPIC , horloge murale , gamme Jaz Electric , mouvement électrique sur secteur , calibre 1R 110 volts et 2R 220 volts . Nouveauté du catalogue 1954, page  17, référencée 916-10 en 110 volts ou 916-20 en 220 volts puis 916-30 / 40 en 1955 avec changement de fixation . Boîtier alu poli , lunette chromée , zone des chiffres dorée , chiffres noirs  sur zone galbée dorée , aiguilles marron , trotteuse centrale rouge; existe avec patère au dos ou trois pattes pour fixer au mur . Diamètre 19,5 cm . rampic ouvertlunette en métal inox , vitre en verre bombé . La lunette est ouvrante pour modifier l’heure en poussant l’aiguille des minutes rampic dos au dos est indiqué le voltage au tampon encreur en l’occurrence 110 volts pour cette 916-30 .rampic ouvert (2) La tige permet de relancer le rotor du moteur après une coupure de courant , elle se termine par une boucle qui sort par un orifice en bas pour effectuer l’opération sans enlever l’horloge du mur . La câble d’alimentation par le secteur disposait d’un autre orifice en haut .                                                                                                                                                                                                                                                                     La RAMPIC est disponible jusqu’en 1957 . La CAMPIC est sa version mécanique qui s’en distingue essentiellement par l’absence de trotteuse . Son anagramme la MARPIC lui est très semblable hormis le boîtier peint en crème et surtout  l’absence de lunette et de vitre .pub-rampic-viricProspectus Jazdelfic formic mitric rhonic neptic cuisic rampic campic pubpublicité Paris Match 1954 , format 34,5 x 13 cm .CAMPIC et RAMPIC étant esthétiquement identiques , une seule a été reproduite .

MARPIC 1957

marpic-1957-page-22MARPIC , horloge murale , gamme Jaz Electric , mouvement électrique sur secteur , calibre 1R 110 volts et 2R 220 volts . Nouveauté du catalogue 1957 à la page 22 , référencée 910-10 en 110 volts ou 910-20 en 220 volts . Boîtier métal crème , sans lunette , zone des chiffres dorée , chiffres noirs , aiguilles brunes , trotteuse centrale rouge . Diamètre 19,5 cm. La MARPIC n’est disponible qu’en 1957 ; sa seule véritable différence avec son anagramme la RAMPIC est l’absence de lunette et de vitre .

CHAMPIC 1952 à 1954

champic premiere versionCHAMPIC , horloge murale , gamme Jaz Electric , mouvement électrique sur secteur , calibres 1R et 2R . Nouveauté présentée dans la Jazette de Juillet 1952 à la page 4 , référencée 920-12 en 110 volts et 920-22 en 220 volts . Boîtier en métal  , trotteuse centrale rouge , aiguilles « phalliques » brun Van Dyck , chiffres peints en noir ,vitre en verre . Diamètre 30 cm.champic lunnette laitonCHAMPIC 920-12 modèle rond avec lunette laiton champic-jazette-avril-1952-page-2Extrait de la Jazette n° 29  d’Avril 1952 . Les CHAMPIC et VIRIC sont donc les premières pendules Jaz électriques sur secteur . L’allusion au manque de régularité du courant distribué à l’époque est d’importance car il avait une incidence sur l’utilisation d’horloges électriques sur secteur et encore il n’est pas fait mention des fréquentes coupures de courant , plus ou moins longues d’ailleurs .champic etiquetteAu dos de l’horloge , en revanche , il est fait allusion à ces fameuses pannes de courant  , dès lors une tirette pour relancer le mouvement se devait d’être aisément accessible . tirette-champicà travers les six trous du rotor apparaîssent , peints en jaune , le voltage -110 ou 220 volts- et la date de fabrication : mois et année .champic-doschampic-tirette-110-voltstirette-lancementUne tirette métallique est installée qui présente l’intérêt de ne pas nécessiter de retourner l’horloge pour le lancement du mouvement champic dosVersion – la plus courante- où la tirette est remplacée par une cordelette …  champic ouverte…et un anneau en nylon pour relancer le mouvement après une coupure de courant

Dénuée de bouton de changement d’heure , celui ci s’effectue en poussant délicatement l’aiguille des minutes ; le hublot est donc pivotant pour accéder aux aiguilles .prise-champicen général les câbles sont cuits par le temps et ne permettent pas , hélas , de conserver les prises moulées avec le logo Jaz en creux pub champicpublicité 1952 Paris Match n°163 April 1952 , format 35 x 13 cm .                                              La dénomination CHAMPIC sera réattribuée en 1975 à un petit réveil en forme de champignon ; ce nom avait , peut être , été déjà donné à cette horloge pour ces aiguilles phalliques où l’on peut voir aussi un champignon qui serait donc à l’origine de son nom .

 

 

SOLIC 1953 à 1955

solic 1955 page 15.jpgSOLIC  , grande horloge murale , gamme Jaz Electric , pendule éclairante , mouvement électrique sur secteur , calibre 1R et 2R  . Présente au catalogue 1955 à la page 15  , référencée R985-10 en 110 volts et R685-20 en 220 volts . Equipée d’un tube fluorescent blanc rosé 32 watts , puissance réelle 100 watts ,  supportant des pastilles collées servant de points d’heures . Corps en aluminium laqué blanc , grandes aiguilles building peintes en bleu nuit , prise de courant estampillé Jaz , cordon et interrupteur blancs  . Diamètre 33 cm , poids plus de 3 kg .                                                                                                                                                                                                                                                                                                               La SOLIC est le version tout électrique de la LUMIC dont elle se distingue aisément par la mention Jaz Electric au cadran et sa trotteuse centrale rouge .Etrangement elle disparaît avant sa version mécanique puisqu’elle n’est plus au catalogue en 1956 .Consultez l’article de la LUMIC pour l’historique complet des pendules éclairantes Jaz à néon .En 1961 il n’y a plus aucune pendule éclairante au catalogue . La dénomination SOLIC sera réattribuée en 1972 et de nouveau en 1980 .solic 1953 et 1953Publicité presse , Reader’s Digest mi-août 1953 et fin août 1953 ; aucunes différences entre ces deux publicités , si ce n’est le prix passé de 14.800 Frs à 16.450 Frs alors que seulement 15 jours  les séparent ; l’explication n’est pas dans une inflation , certes importante à l’époque , mais dans la distribution du nouveau catalogue -celui de 1954 -qui était distribué aux détaillants dès l’été de l’année précédente .solic 1953 et 1954.jpgEn conséquence,  entre le 31 Août 1953 et 15 Janvier 1954 , le tarif n’a pas changésolic pub

DIFFIC 1956 à 1960

diffic-1957-page-22DIFFIC , horloge murale , gamme Jaz Electric , pendule éclairante , mouvement électrique sur secteur , calibre 1R en 110 volts ou calibre 2R en 220 volts . Nouveauté du catalogue 1956 à la page 18 , référencée P987-12  en 110 volts et P987 22 en 220 volts . Equipée d’un tube fluorescent blanc rosé 32 watts , puissance réelle 100 watts ,  recouvert d’un diffuseur en polystyrène incolore à l’origine de son nom ; points d’heures en métal doré mats , boîtier chromé , zone centrale peinte en blanc mat , aiguilles dorées mates , trotteuse centrale rouge , fil prise de courant estampillé Jaz , cordon et interrupteurs blancs . Voir l’article de la ZODIC pour l’historique des pendules éclairantes à tubes néon Jaz . En 1961 il n’y a plus aucune pendule éclairante au catalogue . Diamètre 35 cm . pub-solic-lumic-1954-difficPublicite presse pour la SOLIC en 1954 et la DIFFIC en 1957 . Reader’s Digest , format 18,5 x 13cm .

VIRIC 1952 à 1960

viricVIRIC , horloge murale , gamme Jaz Electric , mouvement électrique sur secteur , calibre 1R en 110 volts et 2R en 220 volts . Lunette en duralinox poli , vitre en verre plat , cadran en métal satiné , chiffres et aiguilles noires , aiguilles style buildings , trotteuse centrale rouge . Diamètre 30 cm .viric 4viric 2viric 3 Cette horloge est la variante électrique de la VISIC dont elle se distingue aisément par la mention Jaz Electric au cadran et sa trotteuse centrale rouge . Référencée 925-10 en 110 volts et 925-20 en 220 volts . La VIRIC apparaît pour la dernière fois au catalogue 1959/60 .pub-rampic-viricProspectus Jaz

ZODIC 1954 à 1957 / SPHERIC 1956

zodic-1955-page-15ZODIC , horloge murale , pendule éclairante , mouvement mécanique à clé , autonomie 8 jours , calibre 5G , sans trotteuse . Présente au catalogue 1955 à la page 15  , référencée R686-10 en 110 volts et R686-20 en 220 volts . Equipée d’un tube fluorescent blanc rosé 32 watts , puissance réelle 100 watts ,  supportant des pastilles collées servant de points d’heures . Corps en métal chromé  , grandes aiguilles  peintes en bleu nuit . En 1961 il n’y a plus aucune pendule éclairante au catalogue . Diamètre 30 cm . Supprimée en 1958                                                                                                                                                                               Dotée  d’un mouvement électrique synchrone , le calibre 1R et 2R  , elle est nommée SPHERIC , réf.986-10 en 110 volts et réf.986-20 en 220 volts (986-12 / 22 en 1955) dans ce cas il n’y a évidemment pas d’orifice dans le boîtier pour la clé de remontage en revanche elle arbore une trotteuse centrale rouge . La SPHERIC n’est vendue qu’en 1956  , cette dénomination sera réattribuée en 1974 .                                                                                                                                                                          Afin de créer à coût raisonnable une horloge éclairante , le principe choisi par Jaz est assez simple et séduisant : utiliser un tube néon circulaire d’un diamètre de 32 cm d’usage courant , ils sont d’ailleurs toujours en vente de nos jours . Le corps creux en métal chromé dissimule , outre le mécanisme de l’horloge , l’indispensable mais volumineux et lourd  ballast ferro-magnétique . Celui-ci permet de fournir la haute tension nécessaire à l’allumage du tube puis , une fois le néon  allumé , il limite le courant le traversant. Le tube est tenu par trois crochets , celui qui est à 12 heures dissimule la broche d’alimentation à culot G10q à 4 prises . Les deux autres crochets plastique , à 4 heures et 8 heures , sont articulés par des ressorts pour libérer aisément le tube néon . L’aiguille des minutes est légèrement courbe à la pointe pour passer au dessus du tube . Deux fils sortent du corps de l’horloge : celui d’alimentation est au sommet avec une prise estampillée Jaz , en bas le câble abouti sur un interrupteur poire pour éteindre le tube néon à volonté . lumic-et-solicLa niche de vente de ces horloges éclairantes est nettement ciblée dans les publicités : cafés , hôtels , stations-service , garages , cinémas , magasins , bureaux , usines . Elles apparaissent en 1953 à la charnière de deux changements technologiques : la montée en puissance des horloges à mouvement électrique sur secteur  par rapport au traditionnel mouvement mécanique et le passage de la tension de distribution en France du 110 volts au 220 . Jaz est donc contraint  de multiplier les variantes et sous variantes en précisant dans ses catalogues « Ne confondez pas . Les pendules électriques LUMIC et ZODIC sont équipées d’un mouvement MECANIQUE  8 jours ,calibre 5G. Voyez page suivante le DIFFIC à mouvement électrique » .pub-solic-lumic-1954-diffic Esthétiquement la confusion n’est guère possible : La SOLIC  version électrique de la LUMIC est doté d’une trotteuse centrale et ses points d’heures sur le tube sont des barrettes rectangulaires , évidemment elle n’a pas d’orifice sous le logo pour introduire la clé de remontage comme une LUMIC . Preuve que les mouvements mécaniques ont encore leur mot à dire , Jaz ajoute en 1955 la ZODIC dotée du même calibre 5G mais le corps se limite à une cloche centrale , le tube néon se trouvant tenu par 3 bras qui en émergent et ses aiguilles sont plus grosses et arrondies . La DIFFIC , version tout électrique , est plus sophistiquée puisque le tube est dissimulé par un diffuseur qui est à l’origine de son nom , comme la fonction LUMIère donne la  LUMIC et la forme SOLeil induit  SOLIC .

TRALIC 1960 à 1962

tralicTRALIC , horloge murale , Jaz Electric , mouvement électrique sur secteur , calibre 1R en 110 volts et 2R en 220 volts . Nouveauté du catalogue 1960/61 à la page 29 . Boîtier en Formica épais jaune , jonc au pourtour noir , lunette en métal doré , vitre en verre bombé , zone des heures galbée en dégradé de gris , chiffres noirs , aiguilles brun foncé , trotteuse centrale rouge . Disponible en 110 volts réf . 958-10 ou 200 volts réf 958-20 . Format 26,5 x 21,5 cm                                                                                                                                                                                      Elle n’est disponible qu’aux catalogues 1960/61 et 1961/62 . La TRALIC est la version électrique secteur de la TALIC à pile et PLATIC mécanique à clé .

LIMIC 1958 à 1961

limicLIMIC , horloge murale , Jaz Electric , mouvement électrique sur secteur , calibre 1R 110 volts ou 2R 220 volts . Nouveauté du catalogue 1958/59 à la page 25  . Boîtier en métal laqué  , lunette en métal doré , chiffres et aiguilles bruns , trotteuse centrale rouge . Diamètre 19,5 cm.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Pour sa première apparition au catalogue 1958/59 deux couleurs sont proposées  : blanc référencées 914-10 en 110 volts et 914-20 en 220 volts ou jaune référencées  914-30 et 914-40 .  Dans les deux autres catalogues  où elle sera présente , 1959/60 et 1960/61 , seules les versions blanches sont encore disponibles . La LIMIC est la version électrique de l’horloge mécanique LAMIC  dont elle se distingue principalement par sa trotteuse .