Collaboration Jaz et Miror 1957

Jaz Lion noirJaz avait l’habitude d’ajouter dans ces boîtes des notices, modes d’emplois et des petits prospectus à sa propre gloire. Si la marque au jaseur pose des étiquettes en faveur de son partenaire Leclanché  au dos des horloges à piles, il n’y a pas d’autres exemples où Jaz fasse l’apologie d’une autre marque dans ces boîtes. Pour autant, on ne peut parler d’association, mais une petite collaboration de circonstance, qui ne sera pas sans rasséréner les collectionneurs de Jaz qui désoxydent leurs réveils avec l’éternel Miror et un gros pourcentage d’huile de coude personnelle.

Photos , courtoisie du collectionneur  Serge Bennati que nous remercions.

boc3aete-janvic-deserge-bennatiBoîte de JANVIC 1957 . L’accord est donc né de l’adoption par Jaz d’une nouvelle matière première : le polystyrène . Si Jaz fait preuve de cette inhabituelle générosité publicitaire , c’est que , par rebond , le fabricant de réveils profite de l’incroyable renommée de Lion Noir . Cette société , créée en 1911 par Gustave Fremont , est alors connue de tous .

LION NOIR produit cirages, encaustiques, insecticides, pâtes à brillant, teintures, brillants liquides, en créant une marque pour chaque produit et sous-produits.

Naissent alors Diabolic , Argentil , Radiola , Liona , Lion Blanc, Metapol , Radia la pâte à fourneaux , Stella la pâte à métaux . Miror est un des produits les plus célèbres d’entre eux , puisqu’il se vend encore , même s’il est dorénavant fabriqué par le groupe Henkel . Toutefois la marque Lion Noir est aujourd’hui , comme Jaz , au portefeuille de Julien CLAIRET , antiquaire de marques et gérant de Brand Access . Ce n’est pas hasard s’il a porté son dévolu sur ces deux marques à l’image très forte , pas plus que ces deux reines de la publicité tout azimut , ne se sont associées à l’époque sans raisons . Jaz a très tôt misé sur le cinéma , mais ce sera aussi  la radio , la presse , la télévision , les tickets , affiches et plans de métro , etc .

Lion d’Or , en revanche fait des choix beaucoup plus éclectiques avec:

des tourniquets distributeurs

des pelles à bonbons

des classiques plaques émaillées

des jouets et plumiers pour les enfants

des buvards

des étonnants véhicules pour les Tours de France

s’arrogeant la collaboration de Béatrice Mallet, grand Prix de l’Expo Universelle

ou d’autres artistes talentueux.

 

Affiche pour le Métropolitain par Ravo

affiche rené ravoAffiche papier 54 x 41 cm , imprimerie Hénon Paris , par René RAVO ( 1904 +1998 ) de son vrai nom René RAVAULT , un des plus célèbres affichistes du XX° siècle . Hénon était une imprimerie plutôt spécialisée dans l’affiche de cinéma.Métro Revue vendre Avril 1935 détailLe format de notre affiche , 54 x 41 cm , correspond aux encadrement standardisés des fonds des wagons . Métro Revue vendre Avril 1935 page 251Même pour les grands panneaux des stations divisés en huit , cette affiche aurait été trop  petite ; il en est de même pour les couloirs de correspondances . Néanmoins il existait des emplacements , par exemple sous le rappel bas du nom de la station , offrant la possibilité de coller deux affiches de ce format (revue Vendre Avril 1935)Métro Revue vendre Avril 1935Revue Vendre avril 1935 , publicité pour l’Office de Publicité . Le métropolitain , en raison de sa fréquentation était un haut lieu de la publicité parisienne , proposant de nombreux supports à exploiter , entre autres , par Jaz : affiche , tickets et plans publicitaires .

quai-station-trinite-metro-yann-covesEn mars 2016 , à la station Trinité-d’Estienne d’Orves , sur la ligne 12,  à l’occasion de travaux de rénovation , les cadres métalliques des 4×3 sont décrochés ; Apparaissent alors d’anciennes affiches publicitaires  qui se cachaient derrière , dont certaines collées à même le carrelage , permettant l’adoption de format d’affiches moins standardisé.

Affiches qui ont été récupérées et inscrites à l’inventaire des collections historiques et patrimoniales de la RATP .

 

Petit prospectus triptyque 1960 à 1962

noticeNotice triptyque , le plus petit dénominateur commun à tous ces Jaz sont les années  1960 à 1962 . Papier épais mat en couleurs . Editeur Genin Frères Levallois . Format fermé 15 x 9 cm , cette longueur exceptionnelle pour un prospectus Jaz lui interdisait d’être inclus dans un boîte de réveil commun comme c’était l’usage .notice ASCINTIC notice BRIDIC, DIRIC et TOURNIC .notice CALGIC , TALIC et SOLMIC notice DFANIC et TRANSICnotice EBARDIC et TARVIC , GAMBIC .notice FCHANTIC , SLAVIC et TEMPIC.

METRIC 1939

Metric 1939 pieds tubesMETRIC  n°2232 cadran paille non-lumineux                                                                                                                                                                                                                    METRIC , petit réveil rectangulaire , gamme des Stylites , mouvement mécanique , calibre 1J . Boîtier chromé , chevalet deux pieds avant vissés , aiguilles glaives  , aiguilles et points  lumineuxchemin de fer au pourtour , mention Made in France en bas de cadran . Format 8,5 x 6,5 cm .                                                                                                                                                                                                                                                          Metric 1939METRIC  n°2231 cadran bleu nuit Lx   au tarif général F 178 d’avril 1939 .                                                                                                                                                                      Cinq variantes disponibles : cadran bleu réf. 2230 pour la version non lumineuse ; cadran bleu nuit  réf. 2231 pour la version lumineuse ; cadran paille réf. 2232 pour la version non lumineuse ; cadran paille réf. 2233 pour la version lumineuse ; cadran noir à centre argenté réf. 2234 pour la version non lumineuse qui n’existe pas en version lumineuse.                                                                                                                                                                                                                                                                                                          La dénomination METRIC sera réattribuée à une horloge murale en 1978 . Un réveil très proche d’aspect sauf pour le pied était au catalogue en 1939 avec le même nom de METRIC . Le LEGIC ressemble lui aussi beaucoup à ce METRIC mais il s’en distingue aisément par la présence du jaseur boréal .metric 1939Publicité de presse de 1939 pour le METRIC ,  il apparaissait également dans les publicités cinéma de 1939 :  Les méfaits d’un mauvais réveil  et  Le réveil de la Terre .

Édouard-Louis Cousyn 1881+1926 illustrateur

VENDRE n°5 Mars 1924 ours page 311Vignette signée E.L.C , pour Edouard -Louis COUSYN , entête de la revue professionnelle Vendre n°5 de mars 1924 , page 311 article sur les campagnes publicitaires de Jaz .VENDRE n°5 Mars 1924 ours page 312Prospectus illustré par E.L. Cousyn , reproduit en vignette du même article de la revue Vendre à la page 313 .

Edouard- Louis COUSYN , né le 20 mai 1881 à Lorient, mort le 26 décembre 1926 à Paris. Cet affichiste renommé , et artiste peintre , a réalisé les premiers prospectus de Jaz. Hélas sa mort soudaine en 1926 interrompt une carrière remarquable et une collaboration avec Jaz qui s’annonçait fructueuse.

EL COUSYN Belle jardinière Il a  travaillé en particulier pour Michelin ,  pour Peugeot , réalisé quelques dessins de mode pour des Grands Magasins et a illustré de nombreux livres éducatifs et de nombreux romans .

Il collabore au Journal Amusant avec des dessins humoristiques mais aussi , la même année , à des hommages aux Poilus avec une palette plus sombre .

En Février 1927 , dans la revue Vendre , Paul Nicolas , qui n’est pas encore Directeur de Jaz , fait sa nécrologie : il décrit ainsi ce dessinateur publicitaire au caractère débonnaire:  » Naturellement élégant, d’allure un peu nonchalante, son visage si français barré de grandes moustaches rousses à la gauloise, était éclairé de deux yeux clairs et limpides. Sa conversation blagueuse semée d’argot rapin était amusante au possible ». Ce « prodigieux artisan » possédait de multiples talents . « il coupait , taillait et confectionnait lui-même ses pardessus , dessinait des robes et des manteaux » . Il créait également meubles , lampes , abat-jour , paravents , coussins « imprévus de forme et de matière ».

les dessinateurs de bibendumBien que créé par O’Galop , COUSYN est une des  plus grandes signatures à avoir hissé le Bibendum Michelin à la position qu’il occupe aujourd’hui , proclamé Meilleur Logo du Monde par le Financial Times et le magazine Report on Business en 2000 . Salvador Dalí , lui-même auteur du logo de Chupa-Chups , l’a toujours considéré comme un travail commercial presque parfait .

Bibendum_esperanto Texte en Espéranto , langue internationale créée par le Docteur Zamenhof , nommé douze fois au Prix Nobel de la Paix , un record !cousyn 1921On retrouve beaucoup d’illustrations du Bibendum signées par E.L. Cousyn dès les années 1910 ; on reconnaît ici le style qu’il utilise pour Jaz .

Il participa très largement aux mises en scène du Bibendum dans les tableaux publicitaires proposés en 4ème de couverture du supplément théâtrale de l’illustration . Il signa d’ailleurs les deux couvertures des recueils des dessins proposés par Michelin et intitulés: Théâtre illustré du pneu par Bibendum.

 

 

 

 

 

On doit à COUSYN une grande série de vues de Dijon , dont voici un florilège , qui justifie pleinement sur son avis de décès , ci-après , sa qualité d’artiste peintre .COUSYN Revue Vendre n°39 1927 page 27 Revue VENDRE n°39 Février 1927 page 207acte de décès

Avis de Décès Décembre 1926

Si sa sœur aînée décède en 1978 , à l’âge de 104 ans et son épouse à 90 ans en 1970 , il quitte ce monde prématurément à 45 ans , en 1926 . Par la même , sa collaboration avec Jaz s’interrompt trop rapidement , au moment où la marque prend son essor .

Carte PUBLIBEL JAZ entier postal Belgique 1946 /1947

entier postal Jaz belgeCarte postale publicitaire Jaz  , entier postal émis par la poste belge , timbre imprimé au Lion Héraldique de 65 centimes de Franc Belge  .                                                                                                                                                                                                            Un entier postal est un support  – enveloppe ou carte postale – sur lequel un timbre est imprimé , pour faire simple .

Toutefois la véritable définition , proposée par  l’Académie de Philatélie , est celle – ci :     « Imprimé émis par l’Administration des Postes , ayant une valeur fiduciaire, et directement utilisable par l’usager »

Les Cartes PUBLIBEL sont des entiers postaux belges sur cartes postales  , existant de 1933 à 1984 , avec tirage variant de 500 à 2 000 000 d’exemplaires .

Jaz a utilisé d’autres supports publicitaires à caractère philatélique comme le Timbre Européen et les Flammes Postales .                                         publibelSérie de quatre Publibel sur le thème de l’Horlogerie                                                                                                                                                                                                 Ces cartes sont éditées avec une publicité imprimée par l’Agence Belge de Publicité Postale , dite PUBLIBEL , concessionnaire exclusif qui se charge d’imprimer le timbre et les autres mentions . L’annonceur décide de la zone de diffusion soit à l’ensemble de la Belgique  , soit dans les bureaux de postes régionaux . Les Publibel Jaz étant toutes d’avant 1951 sont du premier type et mesurent donc le format standard suivant 140 mm x 90 mm ;  après 1951 le format de référence devient 148 mm x 104 mm . Le papier utilisé est de couleur jaune clair /crème pour la Belgique et bleu ou verte pour l’étranger . Cette norme est en fait internationale puisque les entiers postaux ne sont pas , loin de là , une spécificité belge . Ainsi les cartes françaises sont jaunes pour la France et bleue pour l’international , exactement comme en Belgique ou ailleurs dans l’Union Postale  .

entiers postaux belgesOn connait 2790 différents numéros de cartes Publibel , sur de nombreuses thématiques très diverses . L’atelier du timbre de Malines fournissait le carton à Publibel qui imprimait la partie publicitaire puis les cartes étaient retournées à Malines où l’imprimerie de la poste belge apposait l’entête et le timbre poste .Jaz Publibel n°630Chaque Publibel est numéroté , celui de Jaz est 630 , il a été employé de 1946 à 1947.Jaz Publibel n°630 détailagrandissement                                                                                                                                                                                                                                                                   PUBLIBEL acronyme de Publicité Belge a été crée en 1932 . L’année suivante , est  présentée la première d’une longue série de cartes entiers postaux belges avec la publicité qui ont été vendues dans les bureaux de poste de Belgique tout d’abord au profit des chômeurs pendant la crise des années trente avant d’être attribuée aux services sociaux de la Poste . Puisque la Belgique est bilingue, la plupart des annonces ont été imprimées en versions française et flamande pour la distribution dans les régions appropriées du pays . revue l'entier postalComme tout autre objet philatélique , les entiers postaux sont collectionnés . Pour les Publibel vous en trouverez , une moyenne de plus de 15.000 exemplaires , à la vente sur le site belge Delcampe , la cote moyenne semble être de 3 € pour une carte circulée ou non , les oblitérations sont toujours de 1946 ou 1947 . Une association , l’ACEP , fédère les collectionneurs depuis 1922 laquelle édite une revue .                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                QUELQUES PUBLIBEL HORLOGERS                                                                                                                                                                                                                               COD publibel 764COD n°764FantomeFANTOME n°2459FHorlogeriWaarborg publibel 915Horlogeriewaarborg n°915 Comité National Belge des Joailliers et Horlogers Olor Publibel 761OLOR n°761OLOR publibel n°763OLOR n°763 Waltic publibel 1173WALTIC n°1173Zonnestand Publibel 665ZONNESTAND horloger à UCCLE n°665 

Plan Métro publicitaire JAZ cinquantenaire RATP 1950

plan 1950 bPlan Métro rectoplan 1950Plan Métro /Autobus  verso                                                                                                        Plan publicitaire pour JAZ du métropolitain parisien en 1950 , fermé et ouvert . D’autres marques , comme Perrier , la Reine des Crèmes ou la RATP elle même , ont offert ce même plan commémoratif à leurs clients . Format 19 x 15 cm . jaz-ticket-métroNous avions décrypté les tickets de métro publicitaires Jaz dans un article complet . On constate que le plan de 1950 reprend , assez logiquement , le slogan des tickets de 1949 : Ne ratez pas votre Métro Réveillez -vous au Jaz avec toutefois un petit rajout : le Réveil de Paris alors que Jaz a très peu revendiqué son origine parisienne hormis avec une Tour Eiffel couronnant le mot PARIS sur la boîte du DRILIC et autres Jazistor de 1964  à 1972 . On retrouve un autre slogan Jaz à l’intérieur du plan : Il y a un JAZ pour chaque pièce de votre appartement JAZ  PENDULETTES et REVEILS  .

Le plan du Cinquantenaire utilisé par Jaz , entre plat de spaghetti et chevelure de Méduse et autres Gorgones , est le premier plan officiel de la RATP . Nous allons donc dans cet article décrire le contexte dans lequel il s’inscrit : ceux qui veulent approfondir le sujet se procureront l’ouvrage suivant :

l’Histoire du Métro parisien racontée par ses plans , ou sa version anglaise Paris Underground , du même Marc Ovenden aidé de Julian Pepinster & Pascal Pontremoli pour celle éditée par La Vie du Rail en français . On y trouve notre plan , évidemment , parmi ses 176 pages .

Plan de 1901 : une seule ligne verticale  . Plan par Cartes Tartide en 1905 , offert par Alhambra : la carte s’est bien étoffée en peu de temps .

La CMP , ou Compagnie du Métropolitain de Paris , juge superflu un plan officiel pour le métro à ses origines ; à sa décharge , reconnaissons qu’il n’y a d’abord qu’une seule ligne , si bien que les plans seront longtemps d’initiatives privés , supports de publicités qu’il faut confier à des cartographes plus ou moins doués , mais tous les plans ne sont pas offerts : un marché se créé .1913Ce plan était vendu en 1913 . Les huit lignes sont  reprises sur les côtés ,  présentées en thermomètres comme dans les rames ou les autocars  .vieux-plan-metro-parisien« thermomètre » apposé dans une rame , avant guerre .1930 Cartes Taride , un des plus célèbres éditeurs géographes français , publie ce plan en 1930 .Ce grand spécialiste sera choisi pour le plan officiel lorsqu’il voit enfin jour .

Couvertures du plan offert à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1937                                                                                                                                                                        plan 1935Plan de 1936  actualisé de la nouvelle ligne 11                                                                     A partir du moment où l’on commence à penser à un plan officiel pour faciliter la vie des utilisateurs du Métro , au fur et à mesure que le réseau s’agrandit , se complexifie , il faut actualiser les plans officiels , mais aussi les autres qui continuent leur vie indépendante .                                                                                                                                                       Station AllemagneBien évidemment , il en va de même quand des stations changent de nom , afin que les voyageurs puissent s’y retrouver. Ci-dessus , la station Allemagne devenue Jaurès , juste après l’entrée en guerre en 1914 :  il en fut de même pour la rue éponyme . La station Berlin est rebaptisée Liège pour les mêmes raisons .  Après la seconde guerre , quelques stations prennent le nom de résistants , mais la raison du changement de la station Obligado est moins connue . Il ne s’agit évidemment pas de la formule de politesse espagnole Obrigado , mais d’une bataille navale remportée en 1845 contre l’Argentine . En 1947 , la charismatique Eva Peron visite Paris avec une aide alimentaire généreuse pour la reconstruction française , dans son sillage : Obligado devient donc Argentine en 1948 , pour cesser de froisser la fierté de Buenos Aires .

Puis viennent la guerre et ses restrictions de papier , l’uniformisation des teints grisâtres , mais surtout un fonctionnement du métro au ralenti : d’où de nouveaux plans aussi allégés que les rations alimentaires , et même rédigés en allemand pour le tourisme de ces “messieurs un peu trop envahissants” ou en uniformes qui ont un accès gratuit à la Première Classe .carte de stingemoreLondon Underground Map par F.H. Stingemore en 1927 : style plat de spaghetti coloré comme les plans parisiens . beckÀ partir des années 1920, le réseau du métro de Londres devient lui aussi très complexe . Le célèbre designer industriel Harry Beck va s’y atteler avec succès . Il était spécialisé dans les schémas électriques qui vont visiblement l’inspirer .beck london Son plan est extrêmement simplifié , comprenant seulement les stations avec leurs noms et des segments de droites les reliant ; même le tracé de la Tamise ondule verticalement , horizontalement ou à 45 degrés , loin du véritable lit sinueux et ondulant du fleuve londonien . En conséquence le terme de carte souterraine , ou Undeground Map , n’est pas approprié puisqu’il ne s’agit pas d’une carte mais d’un schéma et qu’elle pas vraiment souterraine dans la mesure où 55% des 270 stations du réseau et 402 km de voies étant en surface , ce que l’on nomme à Paris : le métro aérien .

Amsterdam à gauche et Stockholm à droite , un plan de New York ne serait pas un exemple valide , les rues y sont effectivement à angles droits et le Subway également . On le voit avec ces exemples , le plan du métro de Londres de Beck influença grandement le graphisme des cartes de réseaux de transport du monde entier qui reprennent tous ses principes .plan du métro parisien par beckProjet de plan du métro parisien par Beck lui -même en 1951  : on notera la Seine en trombone bleu , qui fait une seule petite bosse pour les îles de la Cité et Saint Louis , à juste titre d’ailleurs :  il n’y a qu’une seule station pour les deux . Plan rejeté par Paris  … chardon lagacheLa raison du refus de ce « schématisme » par les parisiens est assez rationnel toutefois : les piétons utilisent également les plans du métropolitain en surface pour trouver les rues . KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERACe paysan avec sa vache ne va pas prendre le métro : il cherche l’adresse de livraison de son bovin . Le plan se doit donc d’être géographique , quitte à être plus difficilement lisible pour la partie métropolitain .

800px-Bienvenue Fulgence Bienvenüe devant un de ces plans Taride à l’entrée d’une station de style Art Nouveau par Hector Guimard  : suite d’un accident de chantier , on constate que le fondateur du métro est amputé du bras gauche . En 1942 , la station Montparnasse est renommée  Montparnasse- Bienvenüe en sa mémoire . Le choix porte sur cette station pour sa grande taille , mais aussi parce que Bienvenüe était d’origine bretonne et que depuis l’arrivée du train en Bretagne , le quartier Montparnasse est celui des bretons de Paris . Il pose – ci- dessus -devant un plan extérieur de style deux fois Nouille : plat de nouilles pour la cartographie et de style Nouille pour son entourage en fonte , puisque c’est ainsi que se voit nommer le style Art Nouveau par ses détracteurs trouvaient les lignes trop molles . Mais il faut savoir qu’il s’agit d’une de ses dernières photos de Bienvenüe qui meurt en 1936 .Métro_Rome_Guimardà l’origine Hector Guimard avait livré ses stations ,  comme celle-ci de la rue de Rome , sans plan … et pour cause , on vient d’expliquer qu’il n’y avait pas de plan du tout au début et ensuite pas de plan officiel avant bien longtemps .

ACCES GUIMARD, RUE DE LOBAU : PROTOTYPE DE PORTE PLAN LUMINEUX
ACCES GUIMARD, RUE DE LOBAU : PROTOTYPE DE PORTE PLAN LUMINEUX

En 1934 , on ajoute un premier plan rétro-éclairé -d’où son épaisseur et adjoint d’une horloge Brillié – de style Art Déco , bien massif et carré ,  se mariant fort mal avec le style Art Nouveau de Guimard , pas plus qu’avec la boîte aux lettres victorienne d’ailleurs ou même l’Hôtel de Ville néo-renaissance , à l’arrière plan . Ce prototype des années trente n’a pas été retenu , bien heureusement , et on a eu l’idée de compléter l’oeuvre de Guimard par un plan de même style devant lequel pose donc Bienvenüe plus haut .médaille 1900 1950 (1)Le sculpteur Joachim Costa semble faire sortir une rame comme un glaive tranchant de la manche gauche de Bienvenüe , pour sa médaille du Cinquantenaire du Métro en 1950 . En arrière fond , un plan de métro plutôt organique et une inquiétante Seine serpentine , spectaculaire et efficace sur une si petite surface , à savoir 50 mm pour 50 ans , où cette fois l’île Saint Louis apparaît . Notons bien : ce que célèbrent , cette médaille et le plan commémoratif de Jaz , ce sont les cinquante ans du métro pas ceux de la RATP , laquelle était encore bien jeune en 1950 puisqu’elle voit le jour l’année précédente comme la Régie Renault et la SNCF . On évite souvent de le rappeler , mais le métro parisien est d’origine belge ! Si les tunnels, viaducs et stations  sont confiés à la Ville , en revanche ceux des accès , des voies et l’exploitation le sont à un concessionnaire , à savoir la Compagnie générale de traction , propriété du baron belge Édouard Louis Joseph Empain .

Ce sont dans les bureaux d’études que sont mises au point les techniques de construction du métro de Paris , financées par un emprunt lancé et souscrit en Belgique , sous la direction du Baron Empain , premier du nom , ancien aide de camp du Roi des Belges qui l’anoblit en 1907 . Paris avait été la première métropole à envisager un chemin de fer urbain en 1845 , elle sera quasiment la dernière à s’en doter pour l’Exposition Universelle de 1900 , afin de ne pas renouveler les embouteillages de l’Expo 1889 . L’attente aura du bon puisqu’il sera électrique et souterrain , l’entrepreneur ayant acquis en outre une belle expérience sur d’autres chantiers . Toutefois en 1901 le marché de la ligne Nord-Sud lui échappe , confié à J-B Berlier qui lui doit tout construire , même les infrastructures . Celui-ci fait moins chiche qu’Empain , qui ayant tout misé sur ses belles entrées par Guimard ,  rognait sur le reste . La ligne Nord -Sud qui se développe de 1910 à 1916 est mieux décorée de riches mosaïques , de beaux éclairages et belles rames aux couleurs claires . La CPM du Baron Empain va même devoir , comme le faisait déjà Nord-Sud de Berlier  , offrir des plans de poches officiels . Edouard_Empain_chromo_Liebig Le Baron Empain qui avait été général , se consacre effectivement aux transports en commun avec des réseaux de tramways en Belgique et dans divers pays ainsi qu’au métro de Paris que sa société , la CMP  ou Compagnie du Chemin de Fer Métropolitain de Paris construit et exploite jusqu’en 1949 . A sa mort son patrimoine comporte 12 sociétés de traction dont le métro parisien , 16 sociétés de fourniture de gaz et électricité , 10 sociétés de portefeuille Electrorail , 4 banques , 6 sociétés immobilières , 3  sociétés hôtelières , 6 sociétés de commerce , 7 sociétés chimiques , 14  sociétés de verrerie , 17 sociétés de construction électrique, mécanique et travaux publics et 3 charbonnages . Si on le voit enturbanné c’est que , distingué égyptologue , il fonde la ville idéale d’Héliopolis , aujourd’hui quartier du Caire , où il est enterré . Mes-63-jours-d-horreur-Quand-le-baron-Empain-racontait-son-calvairePour la plupart des français , le nom de baron Empain est lié à son petit fils , Edouard -Jean Empain , tristement célèbre pour son enlèvement suivi de séquestration et d’une horrible mutilation en 1978 . Il sera libéré , avec de quoi s’acheter un ticket , près d’une station de métro qu’il n’avait jamais pris mais que sa famille avait construit . Son groupe , Empain-Schneider , pèse alors des milliards avec plus de 150.000 employés et 300 sociétés dont Framatome et les centrales nucléaires , Creusot-Loire ou encore Spie Batignolles le numéro un français des travaux publics qui aménage des ports , fore des tunnels et  installe des oléoducs . Ce sont également les chantiers navals de Dunkerque premiers producteurs mondiaux de méthaniers , la Société métallurgique de Normandie , les fabrications d’armes du Creusot , les machines-outils d’Ernault-Somuss , Creusot – Loire Entreprise qui vend des usines clés en main dans le monde entier mais encore Merlin-Gerin dans le matériel électrique , Jeumont-Schneider dans l’électromécanique et enfin Jaz dans l’horlogerie qu’il avait racheté à la demande de l’Etat Français pour sauver le jaseur en perdition et qu’il revendra à Matra en 1979 .plan-de-metro1999 Il faudra attendre 1999 pour que la RATP adopte un plan à la Beck .                                        Les plans continuent de se développer , s’améliorer , d’autant plus que le réseau n’a jamais été figé . Même de nos jours il continue à progresser avec la station de RER  nommée Rosa Parks , en hommage à la femme afro-américaine surnommée « mère du mouvement des droits civiques » par le Congrès des USA  , judicieusement choisie puisque devenue célèbre en , en Alabama pour avoir refusé de céder sa place à un passager blanc dans l’autobus . Douloureuse situation qui n’est pas sans rappeler celle de Cyrla Szulewicz , employée chez Jaz et mère de Georges Perec qui devait , comme les autres juifs et les « nègres » , ne prendre que la dernière voiture dans le métro parisien pour se rendre à l’usine de Puteaux , avec terminus à la Porte Maillot ou Pont de Neuilly ce qui laisse encore quatre kilomètres à parcourir dans les deux cas  .

Jazette Avril 1946 . Les ouvriers se rendaient donc en autobus à l’usine ou grâce au tramway inter-communes de l’avenue Wilson . Il faudra attendre les années 60 pour que métro et RER gagnent la banlieue Ouest , mais Jaz s’était vue expropriée entre temps . Voir notre article ( à venir) sur l’usine de Puteaux . affiche rené ravoJaz avait donc fait éditer des tickets et des plans de métro en 1949 et 1950 , c’est dans le cadre de cette offensive publicitaire vers le métropolitain et ses usagers que Jaz lancera une campagne publicitaire dans les couloirs de métro avec ces affiches de René RAVO.

 

 

ADDENDA pour approfondir le sujet
Beck révisé

Les plus curieux iront consulter les deux documents suivants :  cet article Better than Beck sur les tentatives d’améliorer le schéma de Beck pour le métro londonien où Jug Cerovic , un designer parisien excelle : beau retour des choses . Plans de métroComment parcourir les rues de l’ancienne Königsberg en ne passant qu’une seule fois sur chacun des sept ponts qui enjambent la rivière Pregolia ? Combien de couleurs faut-il pour colorier une carte géographique sans que deux pays limitrophes arborent la même teinte ? Toutes ces énigmes qui réjouissent les amateurs de jeux mathématiques , ont un point commun : elles peuvent être résolues grâce à la théorie des graphes . Malgré son caractère ludique apparent , la théorie des graphes est une des plus ingénieuses et des plus utiles qui soient . Pensez que , grâce à elle , on peut résoudre des problèmes aussi complexes que la planification des circuits de ramassage d’ordures, l’optimisation des process de fabrication industrielle , la conception des circuits électroniques , rendre un plan de métro lisible , la modélisation de structures moléculaires ou la distribution des pièces dans un bâtiment public . Cet ouvrage présenté par Cédric Villani , décoré de la Médaille Fields l’équivalent du Prix Nobel , entré récemment en politique , explique tout cela sans formule mathématique absconse, mais avec de simples dessins composés de points et de traits .

Jaz et autres usines horlogères dans les publicités

La présence des usines Jaz dans les publicités ne peut être comprise sans comparaison avec la communication publicitaire des autres entreprises d’horlogeries françaises ou suisses . Toutefois il convient de distinguer deux types de publicités : la publicité dans les différents organes de la corporation comme la revue France Horlogère ou bien la réclame destinée au grand public sous forme de publications dans la presse quotidienne ou par des prospectus distribuées par les revendeurs de montres ou réveils . On constatera , grâce à ce panorama , que les lieux de production seront essentiellement utilisés pour la communication avec les horlogers affiliés Jaz .Prospectus 1923 page 2Prospectus 1923 page 21. Comprenant des informations techniques, il est destiné aux professionnels de l’horlogerie, revendeurs, etc. Une page est consacrée à l’usine de Puteaux construite en 1919/1921 et démolie en 1964 . Derrière un bâtiment rectangulaire de trois étages, fortement vitrée, on comptabilise la toiture en dents de scie de six sheds.

verso 1 & 2Extrait d’un petit prospectus de 1924 – que l’on trouvait plié dans les boîtes de Jaz donc destiné aux particuliers. Les différences avec l’image précédente est minime.

maison-carton-versoTriptyque publicitaire en carton 1925 Les deux documents, ci-dessus, sont les seuls destinés au public qui reproduisent les usines, tous les autres représentations qui suivent sont extraites de catalogues adressés aux horlogers revendeurs, qui toutefois les montraient parfois aux clients pour montrer la gamme complète Jaz qu’ils n’avaient  pas en stock dans leurs magasins, évidemment . L’usage de commander un produit , chez un détaillant revendeur, était très fréquent au XX° jusque dans les années 80.

1953-page-0Catalogue 1953 couverture. En bas, l’usine historique de Puteaux considérablement agrandie depuis les vues de 1921/1924. En haut l’usine à Colmar de la Société Alsacienne de Précision, plus connue sous son acronyme SAP, qui produisait des petits réveils estampillés CARAT. Société et usine reprise par Jaz en 1951, le bâtiment était énorme adossé à une longue rangée de sheds. Toutefois, Jaz n’en occupait qu’une partie, louant le reste, mais se réservant particulièrement le rez de chaussée, très haut de plafond, pour ses imposantes presses d’emboutissages. usines jaz catalogues 1954 page 0 Catalogue 1954. Les catalogues étaient destinés aux revendeurs, toutefois ceux -ci  les montraient à leurs clients pour passer commande d’un Jaz qui n’était pas en stock chez l’horloger. Les particuliers pouvaient donc voir brièvement cette page, où l’on voit en haut l’usine historique de Puteaux. Juste en dessous l’ancienne et massive usine SAP de Colmar qui fabriquait les réveils Carat à calibre AB devenus COLMIC , ALSIC et SAPIC. En bas une vue depuis les champs de l’usine de Wintzenheim en banlieue de Colmar. En 1954, année de publication de cette photo, pour faire face au développement constant de son activité, Jaz s’implante à Wintzenheim sur un terrain de 40.000 m2 dont 20.000 m2 couverts dont de longs sheds, hérités de la soierie qui avait construit les bâtiments en 1920.  Étrangement Jaz n’a jamais montré la moindre image de sa petite usine d’Annecy.

1963-64 page 2Catalogue 1963/1964

1964-65 3Catalogue 1964/1965 : la toute nouvelle usine de Nanterre est appelée l’usine-cerveau et celle de Puteaux apparaît pour la dernière fois.1966-67 page 2Catalogue 1966/1967: deux vues aériennes de Wintzenheim.1967 1968 catalogue page 29Catalogue 1967/1968: l’usine de Wintzenheim est en vignette seulement. En bas à droite apparaît encore Carat, marque dont Jaz ne fait plus guère usage: l’entrée de Jaz dans le monde des montres redonnera l’occasion de remettre Carat dans la lumière. On notera que pour redonner un peu d’éclat à ses usines de banlieue et faciliter leurs localisations le nom la grande ville est accolée à son « satellite »: Nanterre avec Paris et Wintzenheim avec Colmar. 1968-69 page 18Catalogue 1967/1968 : l’usine Indienne de Jaz , construite avec son associé Favre-Leuba à Haïderabad pour conquérir le marché asiatique et indien. 1968-69 page 20Catalogue 1968/1969 page 20: l’usine-cerveau de Nanterre est dorénavant nommée usine- laboratoire.

1968-69 page 21Catalogue 1968/1969 page 21: Notez bien la légende très précise et toute en omission puisque l’usine alsacienne fabrique pendulettes et pendules. Il n’est pas fait mention de réveils, et pour cause, ceux-ci sont tous produits par le partenaire allemand Peter Uhren .

Jaz 1969-70 page 19Catalogue 1969/1970: cette fois ce sont les calibres à succès qui sont mentionnés les mouvements à transistor et à pile CR 6AR , 7AR et mécanique DV. 1971-72 page 15Catalogue 1971/1972 page 17 : l’usine-cerveau devenue usine- laboratoire est désormais nommé l’usine-pilote . Allusion est faite au mouvement Diapason , le calibre FD qui ne sera pas un succès.

1974 page 14 Catalogue 1974 page 14 . L’angle de la vue aérienne est changé mais la légende est la même qu’en 1968/1969.

1974 pages 14-15Catalogue 1974 : l’image est strictement la même qu’en 1971/1972, étrangement la légende est également identique mentionnant un agrandissement du bâtiment, celui-ci est pourtant bien antérieur .  1977 wintzenheim NanterreCatalogue 1977: la précaution oratoire a disparue concernant les pendulettes et les réveils fabriqués en Allemagne. Ce sera la dernière fois que Jaz communique sur ces lieux de production. Le siège administratif ne sera montré qu’une fois dans une Jazette.

cp wintzenheimLes cartes postales d’usines, en revanche, ne sont pas forcément produites à l’initiative de l’industriel et on trouve de toutes sortes à travers la France

LES CONCURRENTS

BAYARD

Bayard, le concurrent principal de Jaz, a peu utilisé l’image des ses usines de Saint Nicolas d’Aliermont, excepté sur les habituelles cartes postales qui ne sont pas toujours de son fait.

bayard 1967 Au catalogue 1967 apparaissent enfin les anciennes usines Duverdrey-Bloquel et en dessous l’usine SIDA, Societé Industrielle de Décolletage Automatique, construite par le célèbre architecte, le Prix de Rome George Feray en 1940, commande du patron de Bayard, Robert Duverdrey , pour la production de fusées d’obus. Rares sont les entreprises horlogères qui échappèrent à ce type de productions militaires. En tous cas  ni Lip, ni Jaz qui se partagèrent d’immenses commandes étatiques dont certaines venaient même des USA pour la guerre de Corée.l'informateur mars avril 1961Contrairement à Jaz, qui a si peu communiqué sur son usine espagnole que nous en ignorons encore la localisation, Bayard a fièrement présenté son« château en Espagne ».

LA VEDETTE

usine-vedette-hagerIl serait difficile de nier l’origine militaro germanique du bâtiment de l’ancienne usine La Vedette, à Savernes, qui s’installe à sa fondation en 1921 dans cette ancienne caserne de l’occupant prussien en Alsace annexée au Reich. Essentiellement connue pour ses carillons et communément nommée VEDETTE, cette marque est l’un des grands horlogers français de gros volume au XX° siècle.usine-la-vedette-31-rue-la-vedetteAujourd’hui occupé par Hager, son adresse est 31 rue de La Vedette, voie ouverte perpendiculairement dans la rue Saint Nicolas qui s’est naturellement vue baptisée du nom de son célèbre occupant.

Catalogue 1950-1951 page 1Vedette n’a que très peu communiqué sur ces bâtiments dans ses publicités (extrait catalogue 1950 /1951 pour les horlogers concessionnaires).

ROMANET fils / FFR/  ROMATIC /JURA                                                                                                                                                                    FFR catalogue 1963 page 0 (20)Catalogue 1963, quatrième de couverture, élégante et moderne, que nous avons choisi pour illustrer notre site Romanet ( en construction ).

FFR catalogue 1963 page 0 (2)La dispersion en trois usines complique la communication pour les frères Romanet qui doivent , au sein du même catalogue 1963,  essaimer leurs sites de production .

ODO                                                                                               catalogue ODO 1937-1938 000 couvertureL’usine de Morez est visible mais il faut y porter attention pour la remarquer. Cette marque, bien connue pour ses carillons, reprendra les sites de productions, présentés plus haut, de son confrère et voisin Romanet.

BLANGY

blangy10La SAMP est connue sous son nom commercial de BLANGY , en raison de son implantation à Saint -Laurent-Blangy. Existence courte, de 1925 à 1954, pour cette entreprise qui n’a jamais montré sa petite usine, laquelle n’aurait guère joué en sa faveur, en terme d’image.

Solex-JCV-1648L’usine Blangy, et une partie de ses ouvriers, sont repris par les cyclomoteurs SOLEX en 1955 qui l’agrandissent en hauteur et largeur. 

JAPY

Japy le grand précurseur, tant en ampleur qu’en antériorité,  ne communique guère sur ses nombreuses manufactures, à part sur cette couverture du catalogue de 1860. Les raisons sont diverses: la publicité n’avait pas encore pris son essor; les seuls médias accessibles étaient les journaux, qui étaient encore quasiment vierges de réclames. En outre,  la clientèle n’avaient pas encore une bonne opinion de l’industrie en matière d’horlogerie, la norme étant encore l’artisanat . usines JapyRevue Vendre 1935 L’empire Japy , troisième fortune de France , s’étale sur cette page dont les machines à écrire sont le thème dans une revue professionnelle pour abonnés . Certes Japy montre ses usines de quincailleries, émail, filatures, pompes; pas les usines d’horlogerie de Badevel et Beaucourt dont nous montrons des cartes postales qui ne sont pas publicitaires.

EXEMPLES d’USINES NON HORLOGÈRES

Avec les quelques exemples ci-dessus, destinés au grand public, dont le chocolatier Menier et ses trois hectares de bâtiments, on notera que mettre en avant ses usines n’étaient pas l’apanage des seuls horlogers quand l’industrie prend son essor.

mes usinesMichelin communique sur ses trois usines grâce à la créativité de l’illustrateur Edouard -Louis COUSYN, dessinateur attitré de Jaz au début de l’entreprise . Usines Mars 1928REVUE VENDRE Mars 1928  Les agences de publicité proposaient des vues d’usines

Nous avons créé, ci-dessous, un panorama des fabriques d’horlogeries, reproduites essentiellement dans la presse professionnelle en ciblant les établissements par un cadrage serré. En fin d’article nous avons reproduit les publicités dans leur intégralité afin de satisfaire les collectionneurs d’horlogerie, de montres et de pendules avec leurs dates de publication. La particularité architecturale des usines horlogères partout dans le monde, vous le constaterez, sont les grandes baies vitrées pour faire entrer la lumière. ATTENTION : une grande partie de ces horlogeries ne produisent que des montres et pas de réveils.

 

PUBLICITES COMPLETES

Classement par ordre chronologique

1902 Angenstein_Aesch_Bale_regulateurs_a_poids_et_a_ressorts_Horloges_Reveil_matin_19021902 ANGENSTEIN à Aesh. Pas de montres, uniquement des réveils et des horloges dont certaines de style Sécession, qui n’a rien à voir avec la Guerre de Sécession américaine , bien antérieure, mais avec le Sezessionsstil ou Wiener Secession , version autrichienne de l’Art Nouveau français ou du  Jugentstil allemand. L’entreprise se convertit en 1939. Elle est, de nos jours, spécialisée dans la fabrication mécanique de moyennes et grandes pièces et de composants ainsi que dans le soudage.

1906 Georges_Meyer_Utinam_montres_soignees_UTI_Besancon_19061906 Uti, contraction d’UTINAM  ou Plaise à Dieu , la devise de Besançon. On notera qu’il était encore d’usage de mentionner la source d’énergie employée par l’usine qui est donc électro-motrice. Voyez dans l’article Usine Jaz de Puteaux que certaines usines étaient à vapeur. L’entreprise est fondée par la famille Meyer, dont un des descendants dirigera Jaz,  Georges Meyer.

1920 Charles Tissot_fils_le_locle_Adoc_montre_ancre_fabrique_horlogerie_publicites_horlogere_19201920 TISSOT , ce bâtiment est toujours présent mais dorénavant intégré dans un énorme centre logistique très moderne 1920 Eigeldinger_fils_Godat_la_chaux_de_fonds19201920 EIGELDINGER. En 1917, André-Charles Eigeldinger reprend la fabrication horlogère Godat. Il se spécialise dans la production de montres d’observations pour l’armée, de montres de calcul et de montres de poche en argent, en or et en platine comme sur cette publicité. Puis enregistre la marque ZENO en 1922, aujourd’hui spécialisée dans la fabrication de gros calibres jusqu’à 55 mm pour montres mécaniques d’aviateurs.

1920 Election_wristlet_watch_publicites_horlogere_19201920 ELECTION . Qui peut croire à voir ces énormes usines qu’Election fassent faillite dix ans plus tard. Mais s’agit il d’une vue bien réaliste? Nous n’en avons pas la preuve pour une fois. Toujours est il, qu’elles sont alors détenues par les célèbres frères Lucien et Georges Braunschweig. Ce dernier, associé à Fritz Marti, dépose peu après, en 1933, le brevet de l’Incabloc au succès planétaire. Ce génial amortisseur de chocs avait commencé à être étudié chez Election dès 1929. Devenu Portescap, l’entreprise sera le plus important employeur de La Chaux-de-Fonds avec jusqu’à 1.300 ouvriers. Ce succès appelle plusieurs extensions des bâtiments, que les importants profits réalisés permettent d’autofinancer. En 1960, Portescap possède cinq fabriques principales avec une surface de locaux de 18.000 m2.

1920 Fleurier_Watch 19201920 Fleurier_Watch_montres_lepine 19201920 FLEURIER la mention des genres spéciaux n’est pas anodine, l’export vers l’orient est la spécialité du gros village suisse de Fleurier. Déjà en 1820, grâce à l’amélioration du commerce avec Canton,  Bovet et ses frères de Fleurier détiennent le monopole quasi absolu de l’importation horlogère en Chine. En 1887,  Fleurier compte une trentaine de maisons d’horlogerie employant 634 horlogers qui fabriquent pour une quantité de pays: Chine, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Angleterre, Espagne, France sont leurs principaux débouchés.

1920 Elida_Watch_fleurier_montre_ancre_garantie_publicites_horlogere_19201920 ELIDA  La Manufacture Fabrique d’Horlogerie Elida a été fondée par J. Kobel basée à Fleurier donc axée sur l’export, elle aussi. En 1916, la société a été rebaptisée Elida Watch Co puis Elida Watch Co. Kobel & Bilat, avec Bilat comme nouveau partenaire commercial.

1920 Oris_Watch19201920 Oris Watch n’est plus à présenter aux collectionneurs de montres, comme à ceux des réveils et horloges, ce qui est assez peu commun. Pendant la guerre ce sont assurément ces derniers, plutôt que les montres, qui vont permettre à la marque de survivre. En 1926, ORIS se vantera de produire une montre toutes les trois secondes, exactement comme Jaz qui produisait un réveil toutes les trois secondes mais en 1977 ( voir plus haut ). En 1930, elle fait tourner les cinq usines – artificiellement réunis ci-dessus- qui produisent à la fois pour Oris et pour d’autres marques. Oris sort sa “Pointer Dateen 1938. Elle a la particularité d’afficher la date avec une aiguille, quand les autres marques l’affichent dans un guichet qui sera un succès et deviendra une des signatures de la marque. Oris est un ruisseau qui coule près de l’usine d’Hölstein.

1920 Rolex_1920Publicité 1920. ROLEX fondée par Wilsdorf & Davis fait appel à la société Aegler dont le nom s’affiche au sommet du centre ROLEX, du nom de son créateur Jean Aegler, cette petite manufacture localisée à Bienne.

1920 Syda_watch_19201920 SYDA WATCH manufacture à l’existence aussi brève qu’elle était petite. 1939 Altus_Bienne_19391939 ALTUS entreprise reprise par Glycine.1939 Revue_Thommen_waldenburg_19391939 Revue Thommen à Waldenburg. Cette entreprise suisse fondée en 1853, spécialisée dans les domaines de l’horlogerie et des instruments de précision pour l’aéronautique , est toujours active dans les mêmes locaux.

1939 Rolex_bienne_geneve_19391939 ROLEX communique sur la constante évolution de ses bâtiments à Bienne.

1940 Judex_la_vraie_montre_de_France_pub 19401940  Judex marque déposée en 1921, une création – comme Decta et Dama – de la Société Européenne de Fabrication d’Ebauches plus connue sous son acronyme Sefea d’Annemasse, fondée par Marius Anguenot de Villers-le-Lac, achetée en 1965-1967 par Ebauches SA ou l’une de ses filiales Eta. Judex a été nommé d’après le personnage principal d’une série de films muets de 1916/1918, sur les exploits à succès d’un célèbre redresseur de torts masqué. Un groupe de résistants, dirigé par Louis Jouhet dit Judex, était connu sous le nom de bataillon Judex toujours en référence à ce héros oublié.

1942 Buren_watch_company_19421942 BUREN WATCH COMPANY créée en 1898 à Büren en Suisse. Aujourd’hui,  la marque appartient à la Schweizer Uhren Editionen à Hambourg, qui fabrique à nouveau des montres sous ce nom avec un certain succès en Afrique du Sud. En partie avec les mouvements anciens, mais dans une large mesure également avec les mouvements ETA.

1947 Azurea_Celestin_Konrad_Moutier_fournitures_horlogere_Leon_Fresard_Bassecourt_fabrique_de_boites_de_montres_publicites_horlogeres_19471947 L’Azuréa fondée en 1914 à Moutier. Usine de décolletage toujours florissante et moutiéraine au sein d’un groupe diversifié sur d’autres sites suisses.

1947 Guggi_Freres_Grenchen_Ceres_E.Etienne_Tramelan_Marc_Boos_Peseux_pub 19471947 GUGGI et BOOS. Güggi a toujours pignons sur rue à Grenchen, contrairement à Marc Boos qui a levé le camp.

1949 Alpha_montres_19491949 ALPHA. En 1902 , Paul Arthur Schwarz et son épouse Olga Etienne créent, à la Chaux-de-Fonds, une fabrique de mouvement: Schwarz – Etienne, qui œuvre également sous les différentes marques en sa possession, telles que Venus, Astin, Sultana, Le Phare ou encore Alpha pour répondre aux Oméga des Frères Brandt avec un esprit d’à propos d’une remarquable créativité. Elle est l’une des très rares enseignes horlogères à porter le nom d’une femme, mais partagé et en deuxième position: faudrait tout de même pas exagérer l’égalitarisme de genre, pour lequel le chaux-de-fonnier n’est au fond pas chaud. Dans cette publicité, on remarque le terme de bienfacture qui est outrageusement suisse, nation horlogère qui pousse le concept de la bonne facture à son paroxysme; celui de propagande, pour publicité, est quant à lui historiquement daté et disqualifié. Si nous avons sélectionné cette publicité, c’est qu’elle représente un cas unique dans cette série: effectivement ce pimpant bâtiment, de style pompier, n’existe pas: c’est une orgueilleuse vue de l’esprit. Schwarz-Etienne venait d’être reprise par les trois fils de la famille, Gaston, Hebert et Henri-Louis, en 1940. Sur leur catalogue, que redoutent ces trois suisses? D’être les parents pauvres de la ville? Parents, ils l’admettent si cela signifie de partager les bénéfices une fois par an. Mais suisses et pauvres: voilà un impossible oxymore à supporter pour un Helvète. Les protestants suisses luttèrent pour une certaine morale: austère pour la religion, mais au mètre cube pour la taille du coffre fort. Les disciples de Calvin ne sont pas enclins aux facéties d’ordinaire et vous remarquerez que le drapeau suisse est la combinaison de deux sens interdits, vertical et horizontal. Sauf en matière de plafond, là pas d’interdit bancaire!

eberhard-historique-rue-leopold-robert- Et bien, reconnaissons que les frères Schwarz ont poussé l’audace publicitaire un peu loin en se dotant d’un bâtiment singeant celui des Eberhard, deux étages en moins.

1949 Alpina_Union_Horlogere_Bienne 19491949 ALPINA marque qui a repris son envol en 2002 .1949 E._Piquerez_SA_manufacture_de_boites_de_montres_Bassecourt_Suisse_Pub 19491949 PIQUEREZ1949 Jaeger_LeCoultre_manufacture_dhorlogerie_Le_Sentier_Pub 19491949 Jaeger Le Coultre. Que dire que vous ne sachiez déjà sur cette marque suisse si prestigieuse: que suisse, elle ne l’est qu’à moitié. Sans remonter aux origines des Le Coultre, huguenots des bords de l’Ourcq stupidement chassés en Suisse par la Contre Réforme, mais de l’alsacien Edmond Jaeger stupidement chassé à Paris par l’occupant prussien.  Lequel Edmond Jaeger rencontre en 1903 Jacques-David Le Coultre avec lequel il décide de collaborer. Au fil du temps, la collaboration entre Jaeger et Le Coultre s’étoffe, l’amitié se tisse entre les deux horlogers. En 1915, leurs noms sont une nouvelle fois associés à l’occasion de la création d’instruments de bord destinés à l’aviation alliée de la Première Guerre mondiale. À partir de 1918, Edmond Jaeger doit faire face à des problèmes de santé et se retire peu à peu. Il confie la direction de ses ateliers horlogers parisiens à Paul Lebet, issu de la manufacture LeCoultre. Edmond Jaeger meurt en 1922, mais son nom perdure, associé à celui de Le Coultre. En 1937, les deux maisons horlogères officialisent leur collaboration et donnent naissance, de manière posthume pour Edmond, à la marque Jaeger-LeCoultre.

De l’utilisation par JLC de la même police de caractère, si particulière, que celle d’origine de  Jaeger, est née une confusion attribuant toutes les Jaeger à JLC; Ambiguïté entretenue à plaisir par des vendeurs avides et incultes. La volonté de faire passer un  réveil Jaeger pour un Memovox est dérisoire. Le prestige de Jaeger est suffisant en soi pour celui qui signe avec Cartier un contrat d’exclusivité en 1907, assurant de doter tous les Cartier de mouvement Jaeger.

1949 Lavina_Villeret_SA_fondee_en_1852_manufacture_dhorlogerie_Pub 19491949 LAVINA; L’étude des usines reproduites dans les publicités n’est pas à négliger si l’on s’en réfère à la fiche Watch-Wiki de Lavina qui en déduit l’appartenance à la Alpina Gruen Guilde.

Avec une certaine candeur, Watch-Wiki fait remarquer que certaines usines sont parfois agrandies sur les publicités: non vraiment? On l’a vu plus haut avec Alpha, elles peuvent même être uniquement basées sur un projet architectural et rester virtuelles.

1949 Pierce_SA_Bienne 19491949 PIERCE. Pierce fait partie de ces importantes maisons horlogères dont l’histoire est quasiment inconnue. Pas de monographie à son sujet, pas d’information sur les créateurs et les dirigeants qui leur ont succédé, peu d’informations diffusées pendant la longue existence de l’entreprise et une période chaotique à la fin des années 1970 qui a sans doute vu disparaître l’essentiel des archives de l’entreprise. L’intérêt de notre site Jazlebontemps n’en apparaît que plus évident à reconstituer la saga unique de Jaz en l’absence d’archives, par l’analyse de tous documents à notre portée et la collaboration de grands collectionneurs comme Marc Barat ou J-S Véga et les témoignages vivants de Monsieur Kopfler ou Monsieur Stouls-Nicolas, fils du charismatique Paul Nicolas.

1949 Reconvilier_Watch 19491949 RECONVILIER WATCH; Reconvilier est le nom de ce petit village suisse où était implantée SHR. Fondé en 1853, la Société Horlogère Reconvilier est devenue célèbre comme «la montre du peuple» dans les années 1920 en raison de la solidité, de la fiabilité de ses mouvement Roskopf, et de son rapport qualité-prix. Elle ressuscite en 2008, mais dans le canton de Zug.

1949 Record_Watch_Co_Tramelan_Geneve_Pub 19491949 Record Watch Co n’est pas une marque anglaise, elle est connue pour la Datafix ou la « Sector » (1903-1908), premier modèle de montre triangulaire qui fit une certaine sensation à l’époque. Implantée à Tramelan-Dessus, judicieusement raccourci en Tramelan, qui incorporera le groupe Longines au début des années 60.

1953 Meroz_fabrique_de_pierres_dhorlogerie_La_Chaux_de_Fonds 19531953 Méroz . Chaux devant! De loin le principal fournisseur de rubis synthétiques!

1955 Technos_Gunzinger 19551955 Technos Gunzinger Frères; existe toujours à Welschenrohr une petite structure qui assure le service après vente des très nombreuses montres Technos Swiss Made vendues au Japon entre 1955 et 2002. En revanche le concessionnaire brésilien, qui a racheté nom et droits mondiaux, rencontre un succès mirobolant au Brésil, où il est leader avec 35 % du marché Entreprise brésilienne à 100%, ils produisent environ un million de montres par année dans leur fabrique de Manaus, en pleine jungle amazonienne, là ou Jaz avait commencé à s’implanter. Les montres Technos sont maintenant équipées de mouvements Citizen et ne sont donc plus Swiss Made.

1957 Meroz_pierres_dhorlogerie_La_Chaux_de_Fonds_Pub 19571957 Méroz en comparant avec la publicité de 1953, on voit apparaître une aile supplémentaire derrière  le bâtiment principal en angle droit.

1964 Candino_Telstar_biene_Orfina_grenchen_publicites_horlogeres_19641964 GANDINO d’une capacité de production de quelques 1,5 million de montres par an et depuis 2002 propriété du groupe Festina – marques Festina , Lotus, Jaguar et Calypso.

1969 Montremo pub 19691969 MONTREMO se place parmi les leaders dans l’art de la fabrication de cadrans de montres pour la haute horlogerie. Ce cadranier est le petit dernier de la liste puisque fringant sexagénaire depuis peu; à droite, ce cylindre est le fameux STATIC qui pour une fois n’est pas un Jaz mais un Lutz de 1959 par Shapper, seul réveil gratifié d’un célèbre Compas d’Or, consultez notre article sur notre Uti Swiza.

 

 

Prospectus publicitaire circa 1924

 

couverturePetit prospectus publicitaire , sept volets pliés en six , format 8 x 9 cm . Ce petit format permettait de l’inclure dans les boîtes d’emballages des réveils .  verso 1 à 7Verso 1 à 7 1 & 2 & 3& 4&5&6&7Recto de 1 à 7 verso 1 & 2Verso 1 & 2  Cette usine a été construite entre 1919 et 1921  à Puteaux ; on aperçoit en arrière plan le grand rond point avec le monument de la Défense , aujourd’hui déplacé ; Cette place sera remplacé par le CNIT  dans le cadre de la création du quartier des affaires de la Défense qui vaudront expropriation et démolition de cette usine en 1964 . Voir notre article sur la représentation des usines dans les publicités des entreprises d’horlogeries ( à venir bientôt) .verso 3 & 4Verso 3 & 4 .  Le CLUB , ici dans sa version lumineuse , apparaît en 1924 . Les réveils sont encore une telle nouveauté qu’il convient d’expliquer leur fonctionnement par le menu .verso 5 & 6Verso 5 & 6 . REPLIC . Le bouton d’arrêt au sommet du réveil est une relative nouveauté , les Zig et Zon de Japy en avaient déjà au début du XX° siècle , et représente un progrès par rapport à certains réveils de la concurrence qui contraignait à manipuler le bouton de sonnerie au dos .Pour arrêter les cloches extérieures , il fallait pivoter un crochet qui bloquait la sonnerie , dorénavant le bouton au sommet est gage de facilité .verso 6 & 7Verso 6 & 7 . Le CLASSIC est le premier et le plus grand des réveils ronds de la marque , sa place en première place est une évidence . Les prix uniformes , non indiqués parce que très fluctuants en ces temps de forte inflation , étaient « uniformes  » c’est à dire imposés par la marque afin d’éviter une concurrence entre horlogers affiliés à Jaz .1 & 2 & 3& 4&5&6&7Recto de 1 à 7 recto 1 & 2Recto 1 à 2 ; Avant que Jaz ne se serve du jaseur boréal comme griffe de la marque , c’est la dormeuse qui était le vecteur de communication de la marque .recto 2 & 3Recto 2 & 3  ; on notera que la gamme de Jaz était encore très réduite et limitée à trois réveils ronds , employés à tous les usages et dans chaque pièce , quitte à ne pas respecter les proportions pour rendre la chose visible et crédible . recto 4 & 5Recto 4 à 5 . L’emploi du terme carillon – il s’agit de sonnerie – est usurpé mais fait rappel à ce qui dotaient alors les foyers français recto 6 & 7Recto 6 à 7 . L’exagération est vraiment importante sur ces deux dernières images : le plus gros Jaz avec ses 12 cm de diamètre , le CLASSIC , se voit doublé de volume .

Guy Demachy illustrateur et Jaz 1956

Sa signature a beau être illisible sur ses publicités  et ses toiles , le style et la réputation du peintre et illustrateur Guy Demachy ne le contraignait pas , dans les années 50 , à plus de compréhensibilité pour être identifié .

Tout un chacun le connaissait et le reconnaissait , lui qui a loué ses talents aux grands couturiers comme Dior , à Badoit , à Coca Cola et à Jaz … bien involontairement , et étrangement par le truchement d’une dessin pour Héléna Rubinstein ,  pour la marque au jaseur boréal .helena-rubinstein 21 x 297 cmCatalogue du XXVI° Gala de l’Union des Artistes , 1956 , 30 pages ; Format 21 x 29,7 cm .  Elégante publicité signée Guy Demachy  ; il s’agit d’une page publicitaire exclusive pour ce programme à l’occasion de la nuit du samedi 3 au 4 mars 1956 au Cirque d’Hiver Bouglione avec  le concours de Maurice Escande , Jean Cocteau , Roger Bourdin , Serge Lifar , Pierre Magnier , etc …                                                                                                                                      modes & travaux Juin 1956L’illustration de deux publicités est identique d’évidence . Toutefois nous n’allons pas vous faire jouer au jeu des sept erreurs : le collier a disparu , tout comme la fameuse signature illisible . Pour cause puisqu’il s’agit d’un plagiat mis au jour -sans doute- par une lectrice de Modes et travaux où cette publicité Jaz  parue , mais si chic et si parisienne qu’elle se rendait aussi au très sélect Gala des Artistes  .pub copiéeNous avons appris cette petite escroquerie par « Ceux qui ne s’en font pas » , amusante rubrique récurrente de la revue VENDRE dirigée par Paul NICOLAS , par ailleurs Vice Président de Jaz . Cette allusion à un court métrage musical de Germaine DULAC sur une chanson de Fréhel , et sans doute aussi la ritournelle de Maurice CHEVALIER  » dans la vie faut pas s’en faire » , avait pour but de dénoncer les plagiats grossiers et évidents en publicité . Preuve de son impartialité , c’est Jaz qui est épinglé en Novembre 1956 pour un évident plagiat de cette publicité d’Héléna RUBINSTEIN , reprise pour illustrer une annonce pour les SOMMIC et PHARIC . En fait Jaz n’y est pour rien , ne pouvant soupçonner son agence et leur dessinateur d’une copie aussi grossière , lequel avait gommé le collier et la signature du Maître pensant naïvement cacher son méfait .modes et travaux Juin 1956 uneCouverture / Une du Numéro 666 de Modes et Travaux de Juin 1956 qui contenait cette publicité frauduleuse . Fondé en 1919 , cette revue reste , aujourd’hui encore , le premier magazine mensuel féminin français en diffusion . Sans toutefois atteindre les sommets stratosphériques des années 70 , avec deux millions d’exemplaires . Difficile d’imaginer que son lectorat était alors celui de la parisienne chic mais femme au foyer et , depuis 1951 , qui avait comme loisir de coudre des parures pour la fameuse poupée Françoise puis Michel grâce à la page que le magasine consacrait aux travaux d’aiguilles . Idée pourtant lumineuse puisqu’elle permettra d’attirer aussi les jeunes filles des abonnées ,  afin de les imiter dans une de leurs tâches domestiques , la plus ludique certes , mais tout de même … quel gouffre générationnel avec notre XXI° siècle .