Jaz Derby Swissonic 1978 pendulette bijou

Jaz Derby Swissonic (1)Pendulette bijou JAZ, mouvement Ebauches S.A. , calibre ESA 934 831, pile bouton, Swiss Made, sans fonction réveil, corps en laiton doré, dimensions 58 mm, 48 mm, épaisseur 1 cm, poids 185 gr. Mentions Jérôme Ravenne et Jaz. Hors catalogue, non référencée.La France Horlogère n°386 Fevri 1978 pendulette orLa France Horlogère revue n°386 Février 1978 page 68                                                  Avant de faire l’acquisition du modèle photographié, nous connaissions déjà cette pendulette par ce petit encart de 1978 qui nous avait doublement surpris. Effectivement, elle n’apparaît dans aucun catalogue de montres ou de réveils Jaz et aucun collectionneur de Jaz n’en avait jamais vu. La deuxième source d’étonnement est l’évocation d’un boîtier en or jaune ou gris, puisque Jaz n’a jamais produit de boîtier dans cette matière. Tout au plus, trouverez vous des montres Jaz plaqué or mais il n’existe aucune pendulette ou réveil dans cette matière précieuse chez Jaz. Contrairement à notre exemplaire qui est estampillé Jérôme Ravenne, l’exemplaire reproduit  dans la France Horlogère est badgé Derby Swissonic

Derby Swissonic est une dénomination qui parle aux collectionneurs de montres Jaz puisqu’on la retrouve sur l’iconique montre électronique à lecture directe apparue en 1974.Jéröme Ravenne (3)Jérôme Ravenne était une marque déposée en 1977 par Ebauches S.A. dans le domaine de la joaillerie, horloges, montres et parts de celles-ci.derby Swissonic Swiss Tout comme Derby Swissonic qui est un autre avatar de ESA, acronyme de Ebauches Electroniques S.A. , qui choisit l’une ou l’autre de ses propres marques pour estampiller cette pendulette. Derby S.A. était une fabrique d’ébauches fondée en 1941 à La Chaux-de-Fonds, membre du consortium auquel appartient Ebauches S.A.

Swissonic était un label utilisé par l’ESA pour distinguer ses «familles» de calibres: Swissonic 10, Swissonic 100 et autres versions ultérieures comme le Swissonic 1000 à quartz, cal. 9180. La montre Jaz Derby dite « Derbysonic » avec affichage à cylindre rotatif est animée par le calibre ESA 9176, communément appelé « Swissonic ».

Derby a également utilisé le nom « Swissonic » pour une ligne de réveils de table, certains caractérisés par un design très particulier…DerbyS1image[1]…dont ce tube- horloge que l’on retrouve estampillé Derby Swissonic ou Jaz    ( extrait du tarif montres Jaz Janvier 1975 )  

Ebauches S.A. est une holding pour la production d’ébauches et de pièces détachées d’horlogerie fondée à Neuchâtel en 1926. Ebauches S.A. prendra le contrôle de 33% de LIP en 1967. En 1968-1969 Ebauches comptait vingt-trois filiales en Suisse, trois à l’étranger et 10.000 employés. La filiale Ebauches Electroniques Marin, ou EEM, fut fondée en 1970. En 1974,  le consortium suisse englobe 25 % du marché mondial des mouvements mécaniques. En 1976, soit cinquante ans après sa création, le groupement totalise 1.136 milliards d’ébauches produites. Parmi les sociétés de la holding, une vague de fusion importante débuta dès 1978,  aboutissant finalement à la création du groupe Swatch. ETA En 1982, Eta reprend la direction opérationnelle d’Ebauches.Ebauche SA page 1Extraits d’un prospectus de 1977 Lire la suite

BOTIC voilier 1982 à 1983

BOTIC , horloge murale de la gamme Jaz Quartz , mouvement à quartz , pile LR6 , calibre MAK . Nouveauté du catalogue de 1982/1983 à la page 16 , référencée 7150-10 .                                                                                                                                                             Boîtier laiton , cadran blanc à décor de voilier, trotteuse centrale , aiguilles poire et feuille noires , chiffres romains , sans bélière , chemin de fer à l’extérieur de la zone des chiffres , diamètre 22,8 cm . Elle n’est plus disponible en 1984 . Son nom de BOTIC lui vient de boat = bateau en anglais .                                                                                                                                                                                                                                                      La période 1982/1983 est assez troublée pour Jaz avec pour conséquences , entre autres , des flottements et des changements dans les catalogues et mêmes les productions . De fait , il existe un catalogue 1982 , mais aussi un catalogue 1982/1983 et enfin un catalogue 1983 , ce dernier étant très pauvre d’aspect et imprimé en bleu , avec des illustrations à la place des habituelles photographies en couleur . Ainsi cette BOTIC est présente au catalogue 1982/1983 en couleur et au catalogue 1983 imprimé en bleu ,  avec quelques différences d’aspect comme la présence d’un chemin de fer au cadran du modèle de 1982 , dont on ignore si elle possède une trotteuse étant donné la mauvaise qualité de l’illustration . Plus étrange ,une horloge avait été nommée également BOTIC  au catalogue 1982 à la page 21 , très différente d’aspect avec une bélière et pas de décor de bateau

CORONET par Jaz Paris 1979 à 1982

coronet (4)CORONET , horloge murale à Quartz , par Jaz Paris France , comme indiqué en haut et en bas de l’index du 6 . Elle est fort similaire à la NANRIC de Jaz qui n’apparaît qu’en 1980 .Corps en plastique brun ,vitre en plexiglas , aiguilles noires fines , trotteuse centrale à talon rectangulaire , cadran doré , chiffres en fort relief , format 22,5 x 22,5 cm .coronet dosCette vue de dos nous montre la fenêtre , ici obturée , qui permet d’afficher un dateur à date et jour . Effectivement , son modèle d’origine est la RANDIC à dateur , laquelle apparaît elle aussi en 1979 . Cette CORONET et la NANRIC sont en fait des versions sans dateur de la RANDIC . La CORONET est donc un hybride des deux JAZ , reprenant le cadran doré de la RANDIC , mais n’ayant pas de dateur comme la NANRIC .

à gauche la RANDIC à dateur et à droite la NANRIC sans dateur .coronet calibreElle est bien dotée du même calibre MK que sa cousine française .argos page 217Catalogue n°12 ARGOS de 1979 printemps /été , page 217 . Le numéro 11 correspond à cette horloge estampillée Coronet sans que ne soit précisé qu’il s’agisse d’une production par Jaz ou même plus simplement son origine française . Pas plus que pour la n°14 , estampillée Smith’s Timecal , qui est pourtant , elle aussi , une production Jaz comme cela est indiqué au bas de son cadran qui est typique de la marque au jaseur boréal . Contrairement à la CORONET , cette horloge n’a pas d’équivalent chez Jaz  . Apparaît aussi , en 10 , une horloge à balancier par ACCTIM dont nous avons déjà décrit les productions par Jaz .

Couverture du catalogue ARGOS de 1979 printemps /été et la version blanche de la CORONET , qui n’a pas été distribuée sous l’estampille Jaz sur le continent . Elle aussi , est signée Jaz Paris et France en bas de cadran , autour de l’index du VI . Pour autant , elle n’apparaît pas dans les catalogues ARGOS , où la version brun/doré sera maintenue jusqu’en 1982 .

Catalogue 1979 automne/hiver et catalogue 1980 19811982Catalogue 1981 et catalogue 1982 : étrangement elle retrouve son identité française avec la disparition de la petite couronne au profit du jaseur boréal ; mais il faut attendre 1982 pour que Jaz soit crédité dans le descriptif des catalogues ARGOS .

Argos , est une institution outre manche  depuis 1972 , que l’on pourrait définir comme un mélange de Manufrance et de Prisunic , puisque l’entreprise vend essentiellement par catalogue mais dispose d’un réseau de 883 magasins de détails . Au Royaume-Uni et en Irlande , Argos Ltd touche 29 millions de clients par an et près d’un milliard de visiteurs en ligne annuel , maintenant que l’entreprise , qui a même sa chaîne de télé , est aussi sur internet .

Nous n’avons trouvé que très peu d’autres CORONET , exceptées des horloges à poser dotés de mouvement à quartz japonais ou allemand , avec toujours la petite couronne au dessus du nom puisque Coronet en anglais signifie diadème .

Nous savons que CORONET a été une des marques exploitées en Angleterre par la compagnie américaine Burwood Products Co , bien connues pour ses horloges pour le moins « spectaculaires » , souvent diffusées sous sa marque Arabesque . Burwood_Products_BrownBurwood Products

Sa spécialité était de proposer un décor , en résine , coordonné avec ses horloges qui faisaient déjà un mètre de large minimum ; l’ensemble pouvant vous prendre tout un mur … à l’américaine .

Le LODRIC de Jacques CHIRAC Maire de Paris

         Avertissement liminaire : Jaz est un site laïque , apolitique et non-polémiquechirac lodric (1)Jacques CHIRAC dans son bureau de l’Hôtel de Ville de Paris en Mars 1977 , derrière son bras gauche , on reconnaît un grand réveil Jaz modèle LODRIC .

Chirac et Raffarin . Stoléru et Rocard , les deux co-créateurs du RMI .

Pour comprendre comment un LODRIC arrive sur le bureau de Jacques Chirac , un petit préambule historique , en guise de rappel , s’impose . En 1977 , la fonction de premier édile de la capitale venait d’être rétablie après 105 ans d’abandon , si bien que son prédécesseur est Jules Ferry . Avant d’être Maire de Paris , il avait été Premier Ministre de mai 1974 à 1976 , lorsqu’il donne sa démission au Président Giscard d’Estaing , le 25 Août .

En 2016  Stoléru décoré par Raffarin . Stoléru et Sarkozy                                                                                                                                                                                                      Alors qu’il était à Matignon , Lionel Stoléru était son Secrétaire d’État chargé de la condition des travailleurs manuels et immigrés , poste qu’il occupait déjà dans le gouvernement précédent avec Raymond Barre et occupera de nouveau deux fois avec le même Barre de 1978 à 1981 . Chirac lui -même occupait un poste similaire en 1967/1968 , comme Secrétaire d’État chargé des problèmes de l’emploi . Donc après avoir été , sous Giscard et ses deux Premiers Ministres ,  plusieurs fois Secrétaire d’Etat , Stoléru reprend du service sous Mitterrand et son premier Ministre Rocard avec lequel il crée le RMI , ancêtre du RSA . En 2003 , Stoléru est nommé président du Conseil d’Analyse Economique par le même Jean-Pierre Raffarin devenu à son tour Premier Ministre . Il était donc logique que ce soit Raffarin qui lui remette la cravate de Commandeur  Légion d’Honneur .

raffarinM. Maigrat, le collaborateur mulhousien du ministre Stoleru, devant le poste d’une travailleuse manuelle. Au centre, Henri Klopfer de Wintzenheim , responsable du Service Méthodes de l’usine. A droite, on reconnaît… Jean-Pierre Raffarin, conseiller technique, chef de la cellule communication au cabinet du ministre (photo DNA, 23 mars 1976 ).          C’est donc à ce titre de Secrétaire d’État chargé de la condition des travailleurs manuels et immigrés que Stoléru visite l’usine Jaz en 1976 ; consultez l’article très complet de notre ami Guy Frank , grand spécialiste de l’histoire de Wintzenheim que nous remercions . piselli2Stoléru debout , le soir de la visite , lors du dîner-débat avec les directeurs de l’entreprise et une quinzaine de couples de travailleurs de l’usine Jaz .                                                      Ce genre de visites s’accompagne de cadeaux protocolaires pour chaque visiteur et leurs supérieurs . Stoléru et Raffarin ont probablement rapporté à leur ami et encore Premier Ministre pour quelques jours , un Jaz offert à cette occasion .

lodric chirac 1Le choix aurait porté sur un LODRIC qui a visiblement convenu puisqu’il le conserve dans sa nouvelle fonction de Maire de Paris .

lodric chirac 2Jacques CHIRAC tend le bras droit vers son terminal téléphonique . On aperçoit encore le LODRIC derrière lui dont on reconnaît la silhouette si particulière, l’épaisseur et la taille importante , son cadran noir et on devine même l’espace que provoque le socle par rapport au bureau . Si le cheminement jusqu’au bureau du futur Président de la République n’est pas avéré totalement , en revanche l’identification est certaine .

Calibre RK à quartz 1978 à 1981

calibre rkLe calibre RK est un calibre à quartz pour petits réveils , entièrement conçu par Jaz , dérivé du calibre MK pour horloges murales . Le calibre MAK lui succède à partir de 1981 . Il dotait 35 petits réveils électriques Jaz de 1978 à 1981 , à savoir les FEGIC , JUNIC , SABRIC , RAPIC , CRAMIC , MILIC , PIATIC , LUXIC , PIOMIC , PELIC , HANSIC , CIMPRIC , CEPRIC , DOMIC , CARMIC , DERIC , GALIC , HOUSSIC , QUERCIC , RALIC , SOBRIC , TAIPIC , NIRIC , NULIC , TOPLIC , TRILIC , URTIC , MARTIC , PERFIC , PRECIC , CAILLIC , FICIC , PLITIC , CASPIC , PASSIC .calibre rk détailsA arrêt de sonnerie B après un changement de pile , ce bouton relancera le mouvement en le poussant vers la gauche molette de minuterie D molette de changement d’heure , elle est plus petite puisqu’ elle sert beaucoup moins que celle pour le choix de l’heure de sonnerie E ergot de contact positif  ⊕ de la pile ; n’oubliez pas d’enlever la pile lors du démontage d’un réveil sinon cet ergot peut se bloquer dans le boîtier . Le moteur porte la mention moteur lic.Escapjaz quartz miot mars 1978 page 0 0Extraits du fascicule de 14 pages , édité par Jaz en Mars 1978 et rédigé par Roger MIOT , inspecteur technique de Jaz S.A.jaz quartz miot mars 1978 page 0jaz quartz miot mars 1978 page 7jaz quartz miot mars 1978 page 8jaz quartz miot mars 1978 page 9jaz quartz miot mars 1978 page 10

Calibre MK 1978 à quartz pour murales de 1978 à 1981

calibre mkLe calibre MK est le premier calibre à quartz pour horloges murales , à pile LR6 , entièrement conçu par Jaz . Le calibre MAK lui succède à partir de 1981 .calibre mk molette midic-calibreCe calibre va doter 28 horloges murales entre 1978 et 1981 : SOLIC , TORIC , NANRIC , MENTIC , LAINIC , DEVIC , ASMIC , DERNIC , FOURMIC , DETTIC , ATIC , CANIC , VENIC , ESTIC , FAMIC , MALTIC , MIDIC , NOTIC , PLATIC , CADRIC , POELIC , METRIC , TRAMIC , ANTIC , RELIC , PLECIC , STAINIC , MIXIC .jaz quartz miot mars 1978 page 0 0Extraits du fascicule édité par Jaz en Mars 1978 , rédigé par Roger MIOT , inspecteur technique de Jaz S.A. jaz quartz miot mars 1978 page 0jaz quartz miot mars 1978 page 1jaz quartz miot mars 1978 page 2jaz quartz miot mars 1978 page 3Jaz Quartz Miot Mars 1978 page 4.jpgjaz quartz miot mars 1978 page 5jaz quartz miot mars 1978 page 6

Petite enseigne lumineuse JAZ QUARTZ

petite enseigne luineuse (1)

petite enseigne luineuse (5)

Petite enseigne lumineuse , destinée à un usage intérieur . Eclairage au néon , 220 volts . L’appellation JAZ QUARTZ apparaît en 1984 et disparaîtra à la fin des années 80 puisque tous les Jaz sont alors en quartz : les enseignes perdront donc cette mention Quartz .

Format 19,5 X 28 X 7,5 cm . Munie d’une longue chaînette pour la suspendre.

GREINER Electronics et JAZ

Dans les années 50 Jaz avait breveté et distribué le SPIREGLOR et le TEXTOSCOPE   , deux appareils destinés à l’industrie horlogère . Jaz Actualités 2 Janvier 1975extrait Jaz Actualités n°111 du 2 janvier 1975                                                                    En 1970 Jaz se lance enfin dans la production de montres – consultez le site de référence https://sites.google.com/site/jazmontrevintage/  de notre ami Stéphane spécialiste des montres Jaz – ce qui impliquera un gros effort de formation des horlogers affiliés d’autant que cela correspond avec l’essor de l’horlogerie électronique , à diapason et à quartz . Afin de faciliter l’équipement des réparateurs , Jaz va s’associer à GREINER Electronic .

Dans les années 70 , le leader des appareils de réglage et de diagnostic c’est bien  GREINER Electronic de Langenthal en Suisse dont Jaz se fera le distributeur exclusif . Les représentants de Jaz montres – ce n’était pas les mêmes que ceux des horloges ou des réveils – étaient également distributeurs exclusifs des machines GREINER Electronic Jaz Actualités 1° Juillet 1977extrait Jaz Actualités n°131 du 1° juillet 1977                                                                      Le nettoyeur à ultrason l’ULTRASON U-3 ( voir son fonctionnement sur You Tube  https://www.youtube.com/watch?v=L0miGsLkTlc  )Jaz Actualités 8 sept 1978Fin de cette collaboration en 1978Jaz Espanola SACette enveloppe en notre possession , datée du 23 Septembre 1974 , prouve qu’à la même période , la branche espagnole de Jaz , JAZ ESPANOLA S.A. , s’adressait à la concurrence directe pour GREINER electronic  qu’était WITSCHI Fils , autre spécialiste suisse des appareils de mesures et de test pour l’horlogerie .

Calibre RPK à quartz 1981

calibre RPKTexte et illustrations extraits du Jaz Actualités n°148 d’Octobre 1981          Dorénavant cornaqué par le Groupe Matra Horlogerie , JAZ doit , dans son catalogue 1982 , inévitablement suivre l’ascension mondiale du Quartz en horlogerie et dote ses gammes de réveils et horloges analogiques de trois mouvements de technologie Hattori , lesquels avaient fait leurs preuves puisque vendus à des millions d’exemplaires par SEIKO ( Kintaro Hattori est le fondateur de Seikosha Factory ). Ce calibre RPK à pile LR6 , le calibre RQK à pile bouton pour les plus petits réveils et le calibre MAK pour horloge murale . On notera que les boutons sont tellement petits qu’ils se manipulent à plat avec le gras du doigt , renouant en cela avec les boutons du PARIC de 1942 . Il dote le DAILLIC , l’OFFIC , etc .calibre RPK La France Horlogère n°375 Février 1977 page 61& 62 montageLa France Horlogère n°375 Février 1977 page 61 & 62 (assemblage ) calibre RPK La France Horlogère n°375 Février 1977 page 63La France Horlogère n°375 Février 1977 page 63

Calibre MAK et JAK à Quartz pour murales 1981 à 1986

calibre MAK photoscalibre MAK texteTexte et illustrations extraits du Jaz Actualités n°148 d’Octobre 1981                                                                                                                                                                                       En 1981 Jaz est dorénavant entre les mains du Groupe Matra Horlogerie et doit  inévitablement suivre l’ascension mondiale du Quartz en horlogerie . Ses gammes de réveils et horloges analogiques se voient alors dotées de trois mouvements de technologie Hattori , lesquels avaient fait leurs preuves puisque vendus à des millions d’exemplaires par SEIKO ( Kintaro Hattori est le fondateur de Seikosha Factory ) à savoir le RPK à pile LR6 pour réveils , le RQK à pile bouton pour petits réveils et ce MAK pour horloge murale . Il succède au calibre MK qui n’équipait que 28 pendules mais qui était de conception Jaz et de fabrication française  ; ce sont 72 horloges murales qui écoperont du MAK entre 1981 et 1986 . Il est donc loin derrière le calibre J , employé dans 112 réveils mécaniques ou plutôt 186 si l’on compte ses variantes calibre 3 J , 4J etc . Néanmoins il s’agit du deuxième calibre le plus employé par Jaz et le premier pour les murales . En 1988 il est encore employé pour les murales à quartz Japy .regic dosLe calibre MAK peut être inséré dans ce type de carénage calibre JAKCalibre dateur JAK à calotte noire pour horloge donnant le jour et la date . Calibre JAK à calotte blanche                                                                                                                                                                                             On pourrait même ajouter tous les calibres JAK pour horloges à dateur qui ne sont que des variantes du MAK que l’on reconnaît aisément au centre de ce mouvement : JAK voulant signifier MAK à Journalier , comme le calibre JK était le dateur pour le MK .Jaz notice calendrierCette notice en six langues confirme l’analogie entre calibre JAK et MAK    pages 2 & 3Jaz notice calendrier 2pages 1 & 4 La France Horlogère  n°375 Février 1977 page 61.jpgLa France Horlogère n°375 Février 1977 page 61 calibre MAK La France Horlogère n°375 Février 1977 page 62La France Horlogère n°375 Février 1977 page 62