QUADRIC biface 1934/35 tutoriel de démontage

quadric tutoriel (2)Le hublot vitré s’ouvre du côté où le remontage se fait , évidemment . De l’autre côté la vitre est fixe et le cadran n’a ni ouverture de remontage , ni fenêtre triangulaire d’indicateur de réserve . quadric tutoriel (3)Enlevez les aiguilles et les vis qui fixent la plaque de métal du cadran sur le cadre quadric tutoriel (4)Apparaît un cercle de bois percé de deux trous : celui pour la clé de remontage amovible et celui où passent l’axe des aiguilles et le témoin de charge bicolore : blanc/le mouvement est remonté ; rouge/il est temps de réarmer le mécanisme .quadric tutoriel (5)Ces quatre vis libère le hublot fixe de l’autre côté : il s’agit d’un raccourci que nous vous conseillons pour la plupart des opérations courantes ,  le calibre étant fixé sur cette plaque de bois .quadric tutoriel (7)Une tige relie le mécanisme à la vis d’avance / retard quadric tutoriel (11)Le réglage d’avance / retard est reporté sous le cadre . L’horloge étant destinée à être suspendue , son accès est donc aisé .quadric tutoriel (12)Pour sortir le calibre fixé sur sa plaque de bois , il conviendra de faire attention à  ne pas tordre la tige de rappel de l’avance / retardquadric tutoriel (13)Le cadran du côté fixe ne comprend ni fenêtre de réserve , ni trou de remontage . Attention , les aiguilles et leurs rouages sont solidaires de ce cadran .quadric tutoriel (15)Le calibre G ne porte aucune mention ; tous les modèles que nous avons eu en mains présentent le même « bricolage  » pour fixer le mécanisme : rustique mais efficace .quadric tutoriel 16En bas la tige de l’avance / retard et en haut le volet bicolore d’indication de réserve .

QUADRIC 1934-1935

quadric  suspendue .jpgQUADRIC , horloge murale en bois , mouvement mécanique à clé amovible , calibre G d’une autonomie de 8 jours . Corps en bois , vitre en verre plat , aiguilles type buildings noires , petite fenêtre triangulaire de témoin de charge passant au rouge quand l’horloge doit être remontée , en dessous du XII et au dessus de l’axe central . Format 35 x 32 cm , poids en uniface 3 kg ; poids en biface  5 kg . quadric (8)Recto de la version biface à hublot fixe : ni fenêtre de témoin de charge , ni orifice pour la clef de remontage . quadric dessusVue du dessus : un crochet de chaque côté pour la suspendre

Dans le catalogue de 1934/35 , Jaz affiche clairement la destination de cette horloge proposée en deux versions : uniface ou double face , pour les lieux publics . On peut trouver des QUADRIC arborant le nom d’un horloger sous le XII ou d’un grand magasin comme les Galeries Lafayette  . Elle n’était pas prévue pour être accrochée aux murs mais suspendue par chaîne ( fournie) ou des tiges chromées ce qui , suivant la situation , permettait éventuellement une lecture de l’heure des deux côtés pour la version biface . Voir notre article tutoriel de démontage de la QUADRIC .

APPLIC version 1934/35

horloge bakelite faceAPPLIC , horloge murale en Bakélite , mouvement mécanique à clé , calibre 3G à clé en façade d’une autonomie de 8 jours , référencée n°8032 .horloge bakliteCorps en Bakélite dite Jazolite , aiguilles type buildings chromées , petite fenêtre triangulaire de témoin de charge passant au rouge quand l’horloge doit être remontée , en dessous du XII et au dessus de l’axe central . Format 23 x 23 cm .  horloge bakelite angleForme de pyramide tronquée .horloge bakelite cadranCadran en métal moulé « argenté » avec chiffres en reliefs , on retrouve ce même cadran sur la FANTIC .horloge bakelite calibreSon calibre 3G n’est pas daté horloge bakelite dessoushorloge bakelite dosDe dos , cette horloge est très similaire à version de l’APPLIC de 1936 qui lui succède .horloge bakelite dosElle partage d’ailleurs le même calibre que cette APPLIC version 1936  qui a exactement le même format .

LIGNIC 1953 à 1954

lignic.jpg

LIGNIC , petite pendule murale , mouvement mécanique à clé amovible  , calibre 5G , autonomie 8 jours . Nouveauté de 1953, présentée dans le catalogue 1954 à la page 15 , référence 655-10 . Boîtier en palissandre encadré acajou , lunette laiton poli verni , vitre en verre bombée ; aiguilles ivoire ; chiffres noirs sur zone galbée dorée . Format 21 x 21 cm . Son nom est inspiré de la matière utilisée pour son boîtier, le bois, lignum en latin.lignic dos.jpg

NEPTIC 1953 à 1954

neptic NEPTIC , horloge murale , forme assiette en faïence  , mouvement mécanique à clé amovible , calibre 5G  , autonomie 8 jours . Nouveauté du catalogue 1953 à la page 16 , référencée 602-10 . Décor de fleur de nénuphar vert d’eau sur fond blanc . L’étymologie de NEPTIC est double : nénuphar pour le décor et par conséquence Neptune Dieu des Sources et des Eaux vives . Diamètre 27 cm . Elle ne sera en vente qu’en 1953 et 1954 .

BOISIC 1950

boisic cat belge 1950BOISIC , horloge murale , mouvement mécanique à clé amovible , calibre 1G , autonomie 8 jours . Nouveauté du catalogue 1950 , référencée 657-10 . Boîtier en chêne clair ciré , chiffres en métal rapportés , sans vitre , ni trotteuse . Format 30 x 27,4 cm , poids 1600 gr environ . La dénomination BOISIC provient de son boîtier en bois ; ce nom de BOISIC sera réemployé deux fois en 1971 et 1978 . La BOISIC n’est disponible qu’en 1950.

LENTIC 1937 à (1938)

lentic coteLENTIC , horloge murale , mouvement mécanique à clé amovible , calibre G , autonomie 8 jours . Nouveauté du catalogue 1937 à la page 10 . Boîtier en métal chromé ou émaillé , vitre en verre , aiguilles buildings . Trois modèles disponibles : chromée n°8200 ; émaillée vert n°8202 ; émaillée beige n°8204 . Diamètre 30 cm , poids 3,428 kg  .

épaisseur 6,5 cm , diamètre de la vitre 20 cm

C’est ainsi que le catalogue de 1937 vante une capacité peu courante de la LENTIC : Lunette démontable en 2 pièces facilitant le remplacement du verre                                                                                                                                                                  Cet argument publicitaire et technique nous semble étrange , comme s’il était usuel d’avoir à changer la vitre de sa pendule . En revanche remonter le calibre G devait se faire au moins tous les 8 jours et assez fréquemment régler l’heure , ce qui se fait sur les horloges murales en poussant délicatement l’aiguilles des minutes . Or ce système de hublot , dont la charnière est au sommet , n’est guère pratique . Effectivement il est d’usage , pour voir l’heure dans toute la pièce , de positionner son horloge assez haut  sur le mur ; c’est donc à bout de bras qu’il faut soulever le hublot métallique pour accéder au cadran . Sauf que la vitre plate cerclée d’inox n’étant pas fixée , il faut , lorsque l’on soulève ce hublot d’une main , la maintenir avec l’autre main afin qu’elle ne tombe pas , puis l’enlever pour remonter le mouvement ou modifier l’heure et enfin la repositionner  pour refermer le hublot : opération complexe et peu aisée qui peut conduire à casser la vitre . Dès lors la facilité à changer le verre prend son sens ce qui est pour le moins paradoxal , voire absurde . Les concepteurs de cette horloge seraient ils donc … disons incompétents , pour rester élégant ? Une charnière à III ou IX heures , sur le côté donc , n’est il pas une solution évidente qui sera d’ailleurs utilisée par Jaz sur d’autres pendules murales ?                                                                                                                             Sauf que celles ci étaient dans d’autres matières plus denses or la LENTIC est constituée d’une tôle relativement légère que le poids du hublot gauchirait ou tordrait irrémédiablement s’il reposait sur une charnière de côté . La charnière au sommet ne présente pas cet inconvénient : CQFD !

Les deux derniers chiffres sur le calibre G indiquent l’année de production en l’occurrence 1937

une petite fenêtre triangulaire de témoin de charge du ressort passe au rouge quand l’horloge doit être remontée

La LENTIC n’est plus en vente pendant la guerre, elle était la première et seule horloge murale  en métal de la gamme Jaz d’avant guerre , les autres étant en céramique , bois ou bakélite :  TERRIC , SEVRIC et APPLIC .  La VISIC est son héritière  en 1948 .