LENTIC 1937 à (1938)

lentic coteLENTIC , horloge murale , mouvement mécanique à clé amovible , calibre 4G , autonomie 8 jours . Nouveauté du catalogue 1937 à la page 10 . Boîtier en métal chromé ou émaillé , vitre en verre , aiguilles buildings . Trois modèles disponibles : chromée n°8200 ; émaillée vert n°8202 ; émaillée beige n°8204 . Diamètre 30 cm , poids 3,428 kg  .

épaisseur 6,5 cm , diamètre de la vitre 20 cm

C’est ainsi que le catalogue de 1937 vante une capacité peu courante de la LENTIC : Lunette démontable en 2 pièces facilitant le remplacement du verre                                                                                                                                                                  Cet argument publicitaire et technique nous semble étrange , comme s’il était usuel d’avoir à changer la vitre de sa pendule . En revanche remonter le calibre G devait se faire au moins tous les 8 jours et assez fréquemment régler l’heure , ce qui se fait sur les horloges murales en poussant délicatement l’aiguilles des minutes . Or ce système de hublot , dont la charnière est au sommet , n’est guère pratique . Effectivement il est d’usage , pour voir l’heure dans toute la pièce , de positionner son horloge assez haut  sur le mur ; c’est donc à bout de bras qu’il faut soulever le hublot métallique pour accéder au cadran . Sauf que la vitre plate cerclée d’inox n’étant pas fixée , il faut , lorsque l’on soulève ce hublot d’une main , la maintenir avec l’autre main afin qu’elle ne tombe pas , puis l’enlever pour remonter le mouvement ou modifier l’heure et enfin la repositionner  pour refermer le hublot : opération complexe et peu aisée qui peut conduire à casser la vitre . Dès lors la facilité à changer le verre prend son sens ce qui est pour le moins paradoxal , voire absurde . Les concepteurs de cette horloge seraient ils donc … disons incompétents , pour rester élégant ? Une charnière à III ou IX heures , sur le côté donc , n’est il pas une solution évidente qui sera d’ailleurs utilisée par Jaz sur d’autres pendules murales ?                                                                                                                             Sauf que celles ci étaient dans d’autres matières plus denses or la LENTIC est constituée d’une tôle relativement légère que le poids du hublot gauchirait ou tordrait irrémédiablement s’il reposait sur une charnière de côté . La charnière au sommet ne présente pas cet inconvénient : CQFD !

Les deux derniers chiffres sur le calibre G indiquent l’année de production en l’occurrence 1937

une petite fenêtre triangulaire de témoin de charge du ressort passe au rouge quand l’horloge doit être remontée

La LENTIC n’est plus en vente pendant la guerre, elle était la première et seule horloge murale  en métal de la gamme Jaz d’avant guerre , les autres étant en céramique , bois ou bakélite :  TERRIC , SEVRIC et APPLIC .  La VISIC est son héritière  en 1948 .

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s