Calibre G 1934 à 1959

calibre GCalibre G ou 1G : Mouvement mécanique à clef amovible , format 6 x 8 cm. Mouvement d’une autonomie de 8 jours sans fonction réveil , platines pleines ( non-ajourées) , hauteur sur platines : 23,5 mm , pont de barillet , arrêtage à croix de Malte , pignons à fuseaux , porte échappement Roskof indépendant à trois pierres , balancier à pivots , spiral auto-compensateurs ( 14.400 oscillations /heure)  .                                                                                                                                                                                                                                         Quatre variantes existantes :                                                                                                Calibre G ou 1G : il dote douze horloges murales  SARRIC , BOISIC , SOFIC , BERTIC , SEVRIC , SORIC , VISIC , MASSIC , TERRIC , MASSIC , FROMIC  , PRINTIC et une horloge à poser POSIC                                                                                                                                                                                                                        Calibre 3G identique à 1G mais avec voyant indicateur d’armage et remontage démultiplié ,  pour emboîtage moulé qui équipe trois murales  APPLIC 1934  ,  APPLIC 1945 , QUADRIC et trois horloges à poser CADIC  , FANTIC , HOTIC                                                                                                                                                                           Calibre 4G identique à 3G mais pour emboîtage métallique pour deux murales en métal  LENTIC , VISIC                                                                                                                                                                                                                                                Calibre 5G identique à 1G mais avec porte -échappements à 6 pierres ( à partir du 1° mars 1951 c’est lui qui est monté dans les horloges murales Jaz soit 21 au total ) VISIC après 1951 , NEPTIC , PRINTIC après 1951 ,  SPIRIC  , BRETIC , FORMIC ,  RHONIC ,  MURIC , Nafra-Don pub , GRANIC Le Progrès Pub ,  Cognac Pub , ZODIC , CUISIC , MITRIC ,  CAMPIC ,  LUMIC ,  LIVIC , REXIC , DELFIC LIGNIC  . Ce calibre ne possède plus le témoin de charge des 3G et 4G .cadran cadiccadran de CADIC                                                                                                        Particularité des calibres 3G et 4G  : la petite fenêtre de témoin de réserve de charge ou voyant indicateur d’armage au milieu du 2 de XII heures : lorsque le triangle est rouge il faut remonter le mécanisme . Le 8 au dessus de l’axe central rappelle l’autonomie de 8 jours du calibre G qui n’a pas de fonction réveil .lentic calibre GLes calibres G ne sont pas toujours datés mais lorsque c’est le cas , ce sont les deux derniers chiffres qui indiquent la date , en l’occurrence 37 pour 1937 .horloge-ceramiqueLa particularité des horloges en céramique Jaz , dotées du calibre G , est l’absence totale de vis de fixation dans le cadran grâce à un système exclusif de maintien par un œillet autour de l’orifice d’entrée de la clé . La concurrence affichait  au moins deux , trois voire quatre têtes de vis pour le moins voyantes et disgracieuses sur ses cadrans .                                                                                                                                                                             Le calibre AG , qui succède à partir de 1956 au calibre G , ne présente plus cet avantage et nécessite deux vis de fixation en facade .Le Guide Jaz fournitures calibre 1GLe Guide Jaz fournitures calibre 3G 4G 5Gpages extraites LE GUIDE JAZ fournitures pour réveils et pendulettes circa 1953 à 1958

QUADRIC 1934-1935

quadric  suspendue .jpgQUADRIC , horloge murale en bois , mouvement mécanique à clé amovible , calibre 3G d’une autonomie de 8 jours . Corps en bois , vitre en verre plat , aiguilles type buildings noires , petite fenêtre triangulaire de témoin de charge passant au rouge quand l’horloge doit être remontée , en dessous du XII et au dessus de l’axe central . Format 35 x 32 cm , poids en uniface 3 kg ; poids en biface  5 kg . quadric (8)Recto de la version biface à hublot fixe : ni fenêtre de témoin de charge , ni orifice pour la clef de remontage . quadric dessusVue du dessus : un crochet de chaque côté pour la suspendre

Dans le catalogue de 1934/35 , Jaz affiche clairement la destination de cette horloge proposée en deux versions : uniface ou double face , pour les lieux publics . On peut trouver des QUADRIC arborant le nom d’un horloger sous le XII ou d’un grand magasin comme les Galeries Lafayette  . Elle n’était pas prévue pour être accrochée aux murs mais suspendue par chaîne ( fournie) ou des tiges chromées ce qui , suivant la situation , permettait éventuellement une lecture de l’heure des deux côtés pour la version biface . Voir notre article tutoriel de démontage de la QUADRIC .

APPLIC version 1934/35

horloge bakelite faceAPPLIC , horloge murale en Bakélite , mouvement mécanique à clé , calibre 3G à clé en façade d’une autonomie de 8 jours , référencée n°8032 .horloge bakliteCorps en Bakélite dite Jazolite , aiguilles type buildings chromées , petite fenêtre triangulaire de témoin de charge passant au rouge quand l’horloge doit être remontée , en dessous du XII et au dessus de l’axe central . Format 23 x 23 cm .  horloge bakelite angleForme de pyramide tronquée .horloge bakelite cadranCadran en métal moulé « argenté » avec chiffres en reliefs , on retrouve ce même cadran sur la FANTIC .horloge bakelite calibreSon calibre 3G n’est pas daté horloge bakelite dessoushorloge bakelite dosDe dos , cette horloge est très similaire à version de l’APPLIC de 1936 qui lui succède .horloge bakelite dosElle partage d’ailleurs le même calibre que cette APPLIC version 1936  qui a exactement le même format .

HOTIC circa 1934 /1935

baklite GB

HOTIC , grande pendule à poser , mouvement mécanique à clé amovible , calibre 3G d’une autonomie de 8 jours avec remontage en façade , sans fonction de réveil , réf. n°8056 au catalogue 1934/35 en bakélite rouge , existe également en bakélite verte . Corps en Jazolite la bakélite brevetée par Jaz , cadran en métal moulé « argenté » avec chiffres en reliefs , aiguilles « buildings », aiguilles et chiffres lumineux. Pour stocker la clé , un logement en creux , épousant sa silhouette , a été aménagé au dos  dans le corps en bakélite . La petite fenêtre triangulaire , dans le cadran entre le XII et l’axe central , appelée  » guichet avec indicateur d’armage  » laisse apparaître un voyant rouge indiquant 24 h à l’avance que la pendule doit être remontée . Format 18,7 x 24,5 cm .  Jaz , toujours dans l’air du temps et souhaitant donner un style  » cossu » à sa gamme de pendules à poser , lui a donné la  forme qui est typiquement Art Déco.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

stand-jaz-poc3aaleOn la voit trôner au centre du stand  Monsieur Hamelin , dépositaire Jaz , à la foire d’Angers vers 1935

pub-anglaiseCette horloge a eu un beau succès à l’exportation  comme le montre cette publicité anglaise d’époque et l’indication French Made répété deux fois sur le cadran ; En outre il s’en retrouve un exemplaire en vente sur les sites marchands anglais et américains environ une fois par an .

LENTIC 1937 à (1938)

lentic coteLENTIC , horloge murale , mouvement mécanique à clé amovible , calibre 4G , autonomie 8 jours . Nouveauté du catalogue 1937 à la page 10 . Boîtier en métal chromé ou émaillé , vitre en verre , aiguilles buildings . Trois modèles disponibles : chromée n°8200 ; émaillée vert n°8202 ; émaillée beige n°8204 . Diamètre 30 cm , poids 3,428 kg  .

épaisseur 6,5 cm , diamètre de la vitre 20 cm

C’est ainsi que le catalogue de 1937 vante une capacité peu courante de la LENTIC : Lunette démontable en 2 pièces facilitant le remplacement du verre                                                                                                                                                                  Cet argument publicitaire et technique nous semble étrange , comme s’il était usuel d’avoir à changer la vitre de sa pendule . En revanche remonter le calibre G devait se faire au moins tous les 8 jours et assez fréquemment régler l’heure , ce qui se fait sur les horloges murales en poussant délicatement l’aiguilles des minutes . Or ce système de hublot , dont la charnière est au sommet , n’est guère pratique . Effectivement il est d’usage , pour voir l’heure dans toute la pièce , de positionner son horloge assez haut  sur le mur ; c’est donc à bout de bras qu’il faut soulever le hublot métallique pour accéder au cadran . Sauf que la vitre plate cerclée d’inox n’étant pas fixée , il faut , lorsque l’on soulève ce hublot d’une main , la maintenir avec l’autre main afin qu’elle ne tombe pas , puis l’enlever pour remonter le mouvement ou modifier l’heure et enfin la repositionner  pour refermer le hublot : opération complexe et peu aisée qui peut conduire à casser la vitre . Dès lors la facilité à changer le verre prend son sens ce qui est pour le moins paradoxal , voire absurde . Les concepteurs de cette horloge seraient ils donc … disons incompétents , pour rester élégant ? Une charnière à III ou IX heures , sur le côté donc , n’est il pas une solution évidente qui sera d’ailleurs utilisée par Jaz sur d’autres pendules murales ?                                                                                                                             Sauf que celles ci étaient dans d’autres matières plus denses or la LENTIC est constituée d’une tôle relativement légère que le poids du hublot gauchirait ou tordrait irrémédiablement s’il reposait sur une charnière de côté . La charnière au sommet ne présente pas cet inconvénient : CQFD !

Les deux derniers chiffres sur le calibre G indiquent l’année de production en l’occurrence 1937

une petite fenêtre triangulaire de témoin de charge du ressort passe au rouge quand l’horloge doit être remontée

La LENTIC n’est plus en vente pendant la guerre, elle était la première et seule horloge murale  en métal de la gamme Jaz d’avant guerre , les autres étant en céramique , bois ou bakélite :  TERRIC , SEVRIC et APPLIC .  La VISIC est son héritière  en 1948 .

CADIC 1936

cadic

CADIC , pendule à poser , mouvement mécanique 8 jours , calibre 3G . Présente dans la collection de 1936 et au Tarif F129 d’Août 1936 . Boîte en bakélite et plaques chromées , aiguilles buildings  .

Proposée en trois couleurs : acajou référencé 8012 , vert référencé 8014 ou thuya référencé 8016 . Non lumineux . Format 12,5 x 18 cm .cadran cadicOn notera la petite fenêtre de témoin de réserve de charge au milieu du 2 de XII heures : lorsque le triangle est rouge il faut remonter le mécanisme . Le 8 au dessus de l’axe central rappelle l’autonomie de 8 jours du calibre G qui n’a pas de fonction réveil .

Ce mouvement dotait les premières horloges murales Jaz mais , dans le cas de ces pendules à poser , le remontage ne se faisait pas en façade mais par l’arrière grâce à une clé qui disposait d’un logement moulé en creux dans la bakélite au dos de l’horloge pour certains modèles ; en l’occurrence pour la CADIC , la clé est fixe . Elle n’est plus en vente en 1937 . Ce nom de CADIC sera réattribué en 1976 à un réveil Electronic .pub-anglaiseCes pendules à poser en bakélite obtinrent de beaux succès à l’export aux USA et en Grande Bretagne particulièrement . Le siège de la filiale anglaise se trouvait en plein Londres face à St Sepulchtre’s Church , proche de la City .

APPLIC 1945 / 1948 à ( 1950)

applic-1948APPLIC , horloge murale , mouvement mécanique , calibre 3G à clé en façade d’une autonomie de 8 jours . Corps en Bakélite dite Jazolite , aiguilles type buildings , cadran de métal découpé composé de 12 chiffres peints en ivoire , petite fenêtre triangulaire de témoin de charge passant au rouge quand l’horloge doit être remontée . Format 23 x 23 cm .                                   applic-1936    En 1936 cette  première version de l’APPLIC apparaît avec cadran rond sous lunette vitrée sur le même boîtier carré à pans biseautés en bakélite . Pendant la guerre , en raison des pénuries et des restrictions imposées par l’occupant , les pendules en bakélite ne sont plus produites . En 1942 , il n’y a plus que deux pendules en céramique disponibles qui sont à leur tour interdites si bien qu’en 1943 il n’y a plus aucune horloge murale en vente .Dès 1945 une horloge en bakélite réapparaît provisoirement , c’est la nouvelle APPLIC qui conserve la silhouette de la première version mais troque son cadran blanc et sa lunette ronde vitrée  contre un centre granité et une élégante garniture de chiffres chromés qui lui donne paradoxalement un aspect beaucoup plus Art Déco que le modèle d’avant guerre . Elle disparaît des tarifs  1946 et 1947 pour réapparaître de nouveau à la page 3 du tarif illustré de  1948 équipée du calibre 3G mais cette fois le cadran et les aiguilles sont de couleur ivoire pour contraster avec la bakélite laquelle peut être soit brune marbrée soit rouge marbrée , référencées 654-24 et 654-34 . En 1949 et 1950 seule cette version rouge subsiste aux catalogues faisant d’elle l’ultime pendule murale en bakélite produite par Jaz .

APPLIC version marbre rougeapplic (1)applic (2)APPLIC version brun / noir

VISIC 1946 à 1955

visic-version-2
VISIC 1948

VISIC 1950

visic
VISIC 1953

visic flècheVISIC 1952                                                                                                                      VISIC , horloge murale , mouvement mécanique , calibre 4G puis 5G (à partir de 1951) d’une autonomie de 8 jours , à remontage par clé  en façade . Présentée dans le tarif illustré FH  d’Octobre 1948 . Lunette en duralinox poli , vitre en verre plat , cadran en métal satiné , aiguilles style buildings . Diamètre 30 cm , poids 855 gr . Cette horloge est la descendante de la LENTIC de 1937 et l’ancêtre des VUSIC et VIRIC qui partagent toutes le même boîtier en métal léger mais dotées de calibres et de cadrans légèrement différents . visic-ouvertureElles disposent d’une ouverture inhabituelle de la lunette puisque la charnière n’est pas sur le côté comme d’ordinaire mais sur le dessus , ce qui est peu pratique puisque qu’il faut se servir de ses deux mains pour remonter l’horloge ou modifier l’heure , ces calibres ne possédant pas de bouton au dos . Malgré cette similitude d’aspect , il est relativement aisé de les distinguer . lenticEffectivement , datant d’avant guerre , la LENTIC  n’arbore pas sur son cadran d’oiseau jaseur apparu en 1941 et les chiffres de son cadran sont plus fins . Quant à la VUSIC qui lui succède en 1956 , son calibre AG impose deux vis de fixation apparentes sur le cadran de chaque côté de l’axe central qui permettent de la différencier facilement de la VISIC . La VIRIC étant une version électrique sur secteur 110 ou 220 volts , le câble secteur évite toute méprise .

En revanche il existe deux variantes subtiles de la VISIC mais un petit détail permet de les discriminer aisément : apparue en 1946 , elle sera doté de 1948 à 1951 du calibre 4G  qui dispose d’un petit regard triangulaire juste au dessus de l’axe central des aiguilles qui permet l’apparition d’un témoin rouge de témoin de réserve , appelé avant guerre indicateur d’armage , qui indique qu’il ne faut pas tarder de remonter la pendule . Il disparaît en 1952 au profit de la mention  « 8 DAYS » et d’une petit flèche indiquant le sens du remontage avec l’adoption du calibre 5G  . En outre les variantes de 1946 et 1947 étaient disponibles avec cadran métal satiné , référencée 625-10 , ou métal noir , référencée 625-14 . En 1956 lui succède la VUSIC qui ne s’en distingue que son calibre AG.

crochet vi et vusic
Nous avons remarqué que , bien souvent, la fixation au dos a été recourbée par les utilisateurs , cette dernière n’étant pas alignée sur le bord du boîtier s’avère donc peu pratique .

Collection Delphine GUERRIER et Guillaume QUEMBREevisic photal damien (1)Merci à nos lecteurs attentifs Delphine GUERRIER et Guillaume QUEMBRE de nous avoir confié ces photographies de leur VISIC à cadran marron qui porte sous le VI la mention Photal Damien qui avait déjà intrigué un visiteur vietnamien , il y a quelques mois , sur une horloge identique .

 

Le procédé Photal Damien est un système d’impression photographique sur métal qui permet une grande finesse de couleurs et de détail . On trouve également l’inscription PHOTAL DAMIEN sur des règles à calcul , des cadrans d’instruments d’aéronautique , des étiquettes métalliques ou des appareils photos . Le procédé utilise des plaques d’aluminium photo-sensibles , donne une inscription sans aucun relief et permet des teintes différentes sur la même surface entre le rouge et le noir . Les couleurs palissaient avec une exposition à la lumière . Nous ne connaissons  pas le mécanisme exact de ce procédé mais il devait demander de l’outillage ou des compétences assez pointus car pendant la période de l’occupation , ce procédé a été systématiquement remplacé par la gravure chimique, qui était à la portée de n’importe quel imprimeur de quartier.                                                                                                                                                 Cette VISIC à cadran marron n’apparaît pas dans nos catalogues français , mais on sait que Jaz vendait des produits différents à l’export , peut être est ce le cas ? En outre , nous ignorons si JAZ employait le procédé Photal Damien sous licence ou bien faisait faire ces cadrans auprès de la Régie Maurice Damien qui était installée à Paris .

FANTIC 1934 à (1937)

fantic-1937FANTIC , grande pendule à poser , mouvement mécanique à clé amovible , calibre 3G d’une autonomie de 8 jours avec remontage en façade , sans fonction de réveil . Corps en Jazolite la bakélite brevetée par Jaz , décors chromés , cadran en métal moulé « argenté » avec chiffres en reliefs , aiguilles « buildings », aiguilles et chiffres lumineux ( sur ce modèle la peinture du cadran a disparu ).fantic cadran vertFANTIC et son cadran vert fantic ouvert.jpgle calibre 3G est à l’aise dans ce grand boîtier en bakélite fantic ouvert 2.jpgle format imposant de ce boîtier impose cette rallonge en bakélite pour l’avance / reculfantic calibrele calibre n’est – hélas – pas daté .

Existe en deux tons Thuya réf. 8046 et Acajou réf. 8048 dans le tarif d’Août 1936 à la page 4 . Pour stocker la clé , un logement en creux , épousant sa silhouette , a été aménagé au dos  dans le corps en bakélite . La petite fenêtre triangulaire , dans le cadran entre le XII et l’axe central , appelée  » guichet avec indicateur d’armage  » laisse apparaître un voyant rouge indiquant 24 h à l’avance que la pendule doit être remontée . Format 18,5 x 29 cm . En 1937 seule la couleur Thuya  est encore disponible .meuble élysée Ruhlman Jaz , toujours dans l’air du temps et souhaitant donner un style  » cossu » à sa gamme de pendules à poser , lui a donné la  forme qui est typiquement celle des bahuts Art Déco et particulièrement  du plus célèbre d’entre eux le  » Meuble Elysée  » de  Jacques -Emile Ruhlmann créé 15 ans plus tôt et conservé au Mobilier National . La dénomination FANTIC sera réattribuée en 1983 .fantic-dosFANTIC acajou réf. 8048 de dos avec sa clé amovible dans son logement .fantic pub 1934publicité , fin d’année 1934 ; l’Illustration , annonces page XV , format 34 x 12 pub-anglaiseCes pendules à poser en bakélite obtinrent de beaux succès à l’export aux USA et en Grande Bretagne particulièrement . Le siège de la filiale anglaise se trouvait en plein Londres face à St Sepulchtre’s Church , proche de la City .