INSA horlogerie Made in Yougoslavia et son DUPLIC

duplic insa (1)Réveil par INSA d’après le DUPLIC de Jaz . Il existe plusieurs variantes de cadran .

les DUPLIC par Jaz insa grenat (3)duplic-boc3aete-dosla comparaison des dos , laisse comprendre que les mouvement sont identiques ou très proches

 Variantes de cadran pour INSA 

Version à chiffres romains sur écoinçons noirs Processed By eBay with ImageMagick, z1.1.0. ||B2Ces chiffres épais n’apparaissent sur les Jaz que dans les années 70 , preuve que ce modèle a été produit sur plusieurs décennies .

 

catalogue INSALe DUPLIC de INSA apparaît à l’extrême gauche en haut de ce petit dépliant , non daté . On reconnait ,  tout de suite à sa droite,  un grand réveil en pollopas fabriqué sous licence en Yougoslavie d’après un célèbre modèle de Japy qui sert aussi de bases aux premiers réveils animés de la marque de Beaucourt .

à gauche la version INSA , à droite la version Japy

Le Maréchal Tito, président à vie , disait de son pays , non sans cynisme :  » La Yougoslavie a six républiques , cinq nations , quatre langues , trois religions , deux alphabets et un seul parti » . Il aurait pu ajouter …et une usine d’ horlogerie

INSA a été fondé le 17 Août 1950 , sous le nom de  » FABRIKA SATOVA » , littéralement « usines d’horloges » , avec son siège à Zemun , près de Belgrade , capitale de la Serbie et de l’ex-Yougoslavie .                                                                                                                                                                                                                                                          En 1952 , environ 40 000 réveils ont été produits .                                                                             En 1954 , cette société est rebaptisée industrie horlogère « INSA »                                                En 1955, environ 15 000 réveils et environ 9 000 temporisateurs de cage                                                   d’escaliers  ont été exportés. Insa 1959Sur ce document de 1959 , on reconnaît un DUPLIC , estampillé INSA , mais plus proche du DUPLIC que ceux vus plus hauts , avec son cadran grenat et des aiguilles semblables au Jaz . En bas du document les temporisateurs de cages d’escaliers , une branche importante de cette entreprise Yougoslave .

Une autre des grandes spécialités d’INSA sera , durant près de 40 ans , les compteurs d’échec ; à droite le célèbre champion yougoslave Nikola Karaklajić , Maître international et par ailleurs disc-jockey de radio et journaliste musical jouant devant un INSA .

insa-zemun-yugoslavia collectionPetite collection de réveil Insa , avec à l’arrière plan : le Japy à gauche et le Jaz à droite .

Le PEINTRIC par INSA et à droite la version de Jaz produite de 1972 à 1981 .

Quasiment identique mais rappelons qu’il s’agit en fait d’une production de PETER Uhren

Grande horloge INSA , rue Prince Michel ou Ulica Knez Mihailova à Belgrade dans les années 80 . De nos jours la rue du Prince Michel est considérée comme l’une des plus belles rues piétonnes de l’Europe de l’Est où s’affichent toutes les grandes marques mondiales , de ce fait et en raison de sa grande visibilité l’horloge Insa reste un des points de rendez vous privilégiés des belgradois et un symbole de la ville .

Au début des années 1980 , l’économie yougoslave est mal en point , depuis la mort de Tito , une situation accentuée par la sortie du modèle communiste . Heureusement l’entreprise avait déjà d’autres branches d’activité , comme les compteurs d’eau , qui lui permettent d’ailleurs de se développer de nos jours avec ce modèle à affichage déporté comme nos compteurs Linky . à droite un mécanisme retardateur pour tête de fusée d’obus de mortier , qui n’a rien pour étonner puisque , dès 1953 , Lip et jaz se sont partagés un immense marché de 5 milliards de Francs pour fournir l’armée américaine en mécanismes de fusées d’obus , tout à fait similaires .

Néanmoins en 1990 , l’INSA était devenue l’un des principaux horlogers en Europe avec une production annuelle de 1.200.000 réveils par an dont la moitié pour le marché allemand , dont ses propres créations créations et même des montres assemblées en Yougoslavie

La période de 1991 à 2000 a été marquée par des difficultés exceptionnellement importantes causées par le blocus économique international décrété par l’Onu , contre la Serbie . Depuis la levée des sanctions, des efforts importants ont été déployés pour relancer la production et augmenter les ventes mais de nos jours la production de réveils est retombé à 10.000 réveils . insa 2020 (2)Productions récentes de réveils Insa insa 2020 (3)insa 2020 (1)

CORONET par Jaz Paris 1979 à 1982

coronet (4)CORONET , horloge murale à Quartz , par Jaz Paris France , comme indiqué en haut et en bas de l’index du 6 . Elle est fort similaire à la NANRIC de Jaz qui n’apparaît qu’en 1980 .Corps en plastique brun ,vitre en plexiglas , aiguilles noires fines , trotteuse centrale à talon rectangulaire , cadran doré , chiffres en fort relief , format 22,5 x 22,5 cm .coronet dosCette vue de dos nous montre la fenêtre , ici obturée , qui permet d’afficher un dateur à date et jour . Effectivement , son modèle d’origine est la RANDIC à dateur , laquelle apparaît elle aussi en 1979 . Cette CORONET et la NANRIC sont en fait des versions sans dateur de la RANDIC . La CORONET est donc un hybride des deux JAZ , reprenant le cadran doré de la RANDIC , mais n’ayant pas de dateur comme la NANRIC .

à gauche la RANDIC à dateur et à droite la NANRIC sans dateur .coronet calibreElle est bien dotée du même calibre MK que sa cousine française .argos page 217Catalogue n°12 ARGOS de 1979 printemps /été , page 217 . Le numéro 11 correspond à cette horloge estampillée Coronet sans que ne soit précisé qu’il s’agisse d’une production par Jaz ou même plus simplement son origine française . Pas plus que pour la n°14 , estampillée Smith’s Timecal , qui est pourtant , elle aussi , une production Jaz comme cela est indiqué au bas de son cadran qui est typique de la marque au jaseur boréal . Contrairement à la CORONET , cette horloge n’a pas d’équivalent chez Jaz  . Apparaît aussi , en 10 , une horloge à balancier par ACCTIM dont nous avons déjà décrit les productions par Jaz .

Couverture du catalogue ARGOS de 1979 printemps /été et la version blanche de la CORONET , qui n’a pas été distribuée sous l’estampille Jaz sur le continent . Elle aussi , est signée Jaz Paris et France en bas de cadran , autour de l’index du VI . Pour autant , elle n’apparaît pas dans les catalogues ARGOS , où la version brun/doré sera maintenue jusqu’en 1982 .

Catalogue 1979 automne/hiver et catalogue 1980 19811982Catalogue 1981 et catalogue 1982 : étrangement elle retrouve son identité française avec la disparition de la petite couronne au profit du jaseur boréal ; mais il faut attendre 1982 pour que Jaz soit crédité dans le descriptif des catalogues ARGOS .

Argos , est une institution outre manche  depuis 1972 , que l’on pourrait définir comme un mélange de Manufrance et de Prisunic , puisque l’entreprise vend essentiellement par catalogue mais dispose d’un réseau de 883 magasins de détails . Au Royaume-Uni et en Irlande , Argos Ltd touche 29 millions de clients par an et près d’un milliard de visiteurs en ligne annuel , maintenant que l’entreprise , qui a même sa chaîne de télé , est aussi sur internet .

Nous n’avons trouvé que très peu d’autres CORONET , exceptées des horloges à poser dotés de mouvement à quartz japonais ou allemand , avec toujours la petite couronne au dessus du nom puisque Coronet en anglais signifie diadème .

Nous savons que CORONET a été une des marques exploitées en Angleterre par la compagnie américaine Burwood Products Co , bien connues pour ses horloges pour le moins « spectaculaires » , souvent diffusées sous sa marque Arabesque . Burwood_Products_BrownBurwood Products

Sa spécialité était de proposer un décor , en résine , coordonné avec ses horloges qui faisaient déjà un mètre de large minimum ; l’ensemble pouvant vous prendre tout un mur … à l’américaine .

Murale 5007 Jaz Electro Espagne 1981 1982

Jaz electro Espagne (2)Horloge murale , gamme Jaz Electro , référencée 5007  au catalogo espagnol 1981 /1982 à la page 4 mais non reproduite , calibre TM, à pile LR 14 zone des heures noire , en Formica façon bois , trotteuse centrale rouge , aiguilles blanches , vitre en verre bombé , lunette en métal chromé .  à noter que le calibre TM n’est plus exploité en France par Jaz à partir de 1981 , il continue donc à doter les murales espagnoles en 1981 /1982 . Jaz electro Espagne (1)Jaz electro Espagne (4)Jaz electro Espagne (3)

En attente d’identification

Nous avons réunis dans cette rubrique , les Jaz non-encore identifiés : à savoir quelques modèles hors catalogues réservés à l’export , des rares prototypes mais aussi ceux pour lesquels la documentation nous manque , particulièrement les productions de guerre et d’immédiat après-guerre . Les restrictions de l’occupant allemand et les pénuries , qui ont perduré après guerre , sont à l’origine de la volatilité de la production des réveils qui ne sont parfois vendus que quelques mois et ne sont même pas reproduits dans les tarifs illustrés puisque même les catalogues ne sont plus édités à cette époque.

chiffres-anguleuxswiss-made-ch-facejaz_11x111jaz-rc3a9pc3a9tition-gb1swiss-madejaz-de-luxe-1964-1965-71940-faceinconnu-1962-2prototype-aux-poissons1bois-3datc3a9-1946-7export-facehorloge-bois-7horloge-c3a0-poser-exportjaz-divanjaz-swiss-made-1940ladic-inconnu-1non-identific3a9-5

Collaboration Phinney-Walker / Jaz

1911 phinneyPhinney-Walker est une compagnie américaine qui s’est fait connaître avant guerre pour équiper en montres de tableau de bord des Ford T jusqu’au Rolls Royce Phantom II …phinney walker auto… qui portaient , en général des noms de villes américaines , comme  Manhattan , Frisco , Tacoma , Broadway , Erie , etc . Mais à partir des années 30 , Phinney- Walker n’est déjà quasiment plus productrice d’horloges . Devenue une division de Hamilton Watch Company , elle se contente jusque dans les années 70 de distribuer sous son nom des horloges et réveils produits par diverses entreprises européennes ou japonaises : UTI Swiza , Europa et donc Jaz . Elle s’inscrit ainsi dans la longue liste des entreprises horlogères qui ont collaboré avec Jaz comme Bulova , Seth Thomas , EuropaMetamec , Acctim , Peter Uhren , Lorentz , Vedette , Smi , etc … 1962 Phinney-Walker Jaz.jpgCette page de 1962 ne contient que des Jaz estampillés Phinney-Walker , sans qu’aucune allusion ne soit faite à la firme au jaseur boréal . En haut un CLENIC , au milieu un OFFIC , en bas à gauche une CLAUSIC  , en bas à droite un MOSIC .publicite-italie-1962-legendeeIl s’agit des mêmes Jaz qui étaient proposées à l’export en Italie où elles étaient rebaptisées contrairement aux Usa où elles perdent leurs noms .

à gauche la SACLIC de 1961 et à droite la page de publicité de 1959 prouve que les deux marques avaient certainement , dans ce cas spécifique ,  le même fournisseur .

à gauche la PENDIC de 1957 et à droite sa version Phinney-Walker de la même année , dotées toutes deux du même boîtier d’origine allemande mais de mouvements différents

Grande similitude entre la version Phinney-Walker et le TAGIC , hormis les orifices prévus pour les crayons chez Jaz et les cadrans différents pour ces deux réveils apparus tous deux en 1957

RAVIC version Phinney-Walker à gauche et Jaz à droite

OFFIC par Jaz …                                                      et sa version Phinney-Walker

phinney-walker-france-transistor cadranSeule différence : la marque mentionnée au cadran , Phinney-Walker au lieu de Jaz .

D’ordinaire Phinney-Walker ne modifie en rien ses reprises , hormis la substitution de son logo à celui de Jaz , exception faite pour cette LORENESE qui se voit encadrée de joues en bois assez réussies .

Pour ses réveils de voyage , fera appel comme la moitié de l’Europe horlogère dont Jaz  , à l’allemand Europa et aux fabricants japonais .

Reprise de la célèbre lampe d’Aladin par Swiza devenue , aux USA , une Phinney-Walker .

 

Jaz chez Army & Navy Stores Ltd en 1935

army & navy 860page 860 du catalogue Army and Navy Stores Ltd de 1935 , avec trois Jaz en bas de page MODIC , LOTIC et PORTIC  . Les autres productions sont britanniques puisque Ferranti , malgré son nom italien , a produit des horloges synchrones de 1932 à 1957 uniquement à Manchester . Les Baby Ben sont une exception puisqu’ils sont d’ordinaire produits par Westclock aux USA à Lasalle en Illinois ; toutefois  il est bien précisé que ceux ci sont issus de leur manufacture canadienne , à Peterborough en Ontario . Ce genre de pratique que l’on retrouve avec les usines de Jaz à l’étranger , permet de contourner des droits de douane exorbitants en fabriquant sur place sous licence , en l’occurrence dans un ancien dominion britannique .Army & Navy stores 859page 859 du catalogue Army and Navy Stores Ltd de 1935 avec un CUBIC  , non nommé contrairement aux autres Jaz , en bas au centre dans son écrin chapelle . Il s’agit des variantes à peintures craquelées , proposées en France les années précédentes , dans les trois mêmes couleurs émaillées red , green or tan soit rouge , vert ou havane . Au moment où paraît ce catalogue à Londres , ces CUBIC ne sont plus disponibles à Paris . Les montres sont toutes des Moeris  de F. Moeri à Saint-Imier en Suisse .army & navy 860 détail.jpg( page 860 extrait agrandi et numériquement corrigé )  . Outre-manche le choix de boîtiers pour le MODIC est plus important que sur le continent : nickelé , rouge , bleu , vert et rouge orangé ( tango) , ces deux dernières couleurs nous étant inconnues . Trois couleurs sont disponibles pour le LOTIC walnut , mahogany and dark red soit noyer , acajou et rouge foncé alors que seules les deux premières étaient disponibles en France , l’acajou étant défini chez nous comme thuya . army and navy co-operative 1908Army & Navy Stores était un groupe de grands magasins de l’Empire Britannique , né au XIXe siècle en tant que société coopérative d’officiers de l’armée , comme son nom l’indique . Army and Navy Stores Catalogue logo 1900La société devient Army & Navy stores Ltd en 1934 juste avant la sortie du catalogue où apparaissent ces Jaz .

Mais comme le démontrent cette illustration de 1890 et cette photo du rayon jouets de 1920 , les  produits vendus et la clientèle n’avaient plus rien de militaires depuis fort longtemps .Army and Navy Stores Cataloguea facadeLe magasin amiral se trouvait Victoria Street à Londres , dans des locaux appartenant au célèbre fabricant d’armes  Vickers dont le nom apparaît sur la façade . Army-Navy-Stores-Les succursales étaient très nombreuses en Angleterre mais aussi dans l’Empire Britannique , particulièrement aux Indes et même à l’étranger avec une première implantation à Paris dès 1875 .

Leur catalogue de plusieurs centaines de pages , est aussi célèbre que notre catalogue Manufrance , il fait même l’objet de rééditions pour les nostalgiques , chercheurs et collectionneurs .londonvictoria_storeEn 1973, le groupe des magasins Army and Navy Stores fut acquis par le non moins célèbre House of Fraser  , déjà à la tête de 60 magasins en Grande Bretagne dont le fameux Harrods ; cette même année le bâtiment victorien commence à être remplacé par les architectes londoniens Elsom Pack & Roberts . Ces grands magasins seront repris en 1985 par le « beau père »de Lady Diana , le milliardaire d’origine égyptienne , Mohamed Al Fayed dans des conditions qui en feront un des plus grands scandales financiers de l’histoire du Royaume Uni                                                                                                                                                                                                                                                        On ne les confondra ni avec les très nombreuses boutiques de surplus militaires britanniques , ni avec les magasins canadiens arborant pourtant le même nom de Army and Navy Stores .

horloge murale export 1962 / Japy 85

murale exportHorloge murale , gamme Jaz Transistor et gamme Jaz Electric , mouvement à transistor , pile LR20 , calibre 4 AN daté de 1962 . Corps et cadran en plastique beige , chiffres dorés en relief , lunette en métal rouge , vitre bombée en plexiglas  . Diamètre 24 cm , poids 420 gr sans la pile . Cette horloge est absente des catalogues 1962 ou 1963 où elle devrait apparaître , elle était uniquement destinée à l’export ; nous l’avons d’ailleurs acquis à l’étranger . En fait elle se trouve dans les catalogues 1962/63 mais dans la section Japy à la page 24 , sous la référence Japy 85 .img_2189 (copier)Les GUTIC et CLAUSIC , contemporaines de cette horloge , affichent le même double estampillage au cadran :  transistor et Jaz Electric . Toutefois en France sous le nom transistor , on retrouve la mention légale impérative Licence ATO ; il semble que celle ci ne soit pas obligatoire en Angleterre d’où cette horloge provient . horloge export trancheCette pendule présente une caractéristique unique chez Jaz : elle est très nettement moins épaisse en bas  , à savoir 6 cm , que dans sa partie supérieure où elle atteint 12 cm . On retrouve cette particularité sur d’autres marques , comme Vedette ,  mais jamais aussi prononcée ; cela présente l’avantage , si l’horloge est placée très en hauteur de corriger les problèmes de parallaxe pour un observateur placé plus bas puisque le cadran est incliné face à lui ; en outre ,  la lunette rouge en métal est plus large en haut en forme de casquette afin de minimiser les reflets lumineux sur le cadran .horloge export dosLe calibre 4 AN nécessite une pile LR20 simplement tenue par les deux pattes de connexionhorloge export face

Jaz au Brésil

brasilbrazil Décembre 1947 bis

 

levy franckEnsemble de publicités publiés en Novembre , Décembre 1947 et Juin 1948 dans le journal Brésilien O Estado par le distributeur Levy & Franck de Porto Alegre , capitale de l’état du Rio Grande du Sud .Jaz Brésil 1948Journal A NOITE ilustrada  Rio de Janeiro 15 juin 1948

En revanche les publicités publiées avant guerre par cet importateur , l’un des plus importants du Brésil avec des boutiques à Sao Paulo , Riode Janeiro et Porto Alegre , ne font aucune mention de Jaz alors qu’il distribuait déjà les montres Oméga . Henri-Louis_LevyPour l’anecdote , sachez que l’un des créateurs de cette Société Anonyme fondée au XIX°, était un français , Henry Louis Lévy connu comme  Henrique Luis Levy ( Delhingen en Alsace 1829 + Sao Paulo 1896) , qui était à la fois bijoutier , entrepreneur , instrumentiste et compositeur internationalement renommé . Ses descendants fondent la Casa Lévy qui sera l’importatrice des pianos Bechstein , Pleyel , etc , encore en activité de nos jours , contrairement à la branche des bijoutiers horlogers , hélas , disparue .Jaz Nufic Brasil (4)Ce réveil NUFIC , acquis au Brésil , est porteur d’un timbre de dédouanement , réservé aux produits d’importation , comme la plupart des pays émergeants en imposaient dans les années 60 afin d’éviter la fuite des capitaux et permettre à l’industrie locale de se développer . Jaz Nufic Brasil (3)La boîte arbore une inhabituelle cocarde tricolore pour insister sur l’origine française de ce réveil … pourtant fabriqué en Allemagne par Peter Uhren . Jaz tentera de répéter au Brésil l’opération qui lui avait réussi en Inde en s’associant à Favre-Leuba avec l’usine SIFCO à Hyderabad en 1965 .  Associé à la société brésilienne IBREL , implanté dans la zone franche de Manaus en pleine Amazonie , ils assembleront jusquà 150.000 horloges murales et 100.000 montres en 1978 mais souffriront de difficultés rédhibitoires d’approvisionnement .

 

KUNIC brasilKUNIC Made in Brésil ind brasilieraLes réveils assemblés au Brésil ne porte pas la mention Made in France au bas de l’écran mais IND BRASILIERA pour industrie brésilienne  .                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   La zone franche a été créée sous la dictature militaire, en 1967, pour redonner un second souffle à la ville. À cette époque, Manaus n’était plus que l’ombre de sa splendeur passée. Teatro_Amazonas_-_Vista_Aérea.jpgDans le centre-ville, le théâtre Amazonas, construit avec du marbre d’Italie et décoré avec des meubles de Paris, tombait en ruine. Il avait été élevé à la fin du XIXe siècle, au pic de la fièvre du caoutchouc , alors que le monde découvrait les propriétés du latex , la sève des grands hévéas que l’on ne trouvait qu’en Amazonie.

Cette découverte avait fait la richesse de Manaus , mais la roue a vite tourné. Dans les années 1920 , les Anglais décident de déplacer la production mondiale de latex vers l’Asie et y plantent des graines d’hévéas illégalement importées . Le caoutchouc brésilien n’est plus aussi compétitif et Manaus connaît un déclin immédiat . Le chômage et la misère dévorent la ville .

La création du pôle industriel vise donc à redonner des emplois aux extracteurs de caoutchouc. La ville passe de 250 000 habitants en 1967 à 1,8 million aujourd’hui. mais de nos jours , encore , les autoroutes sont rares et la ville reste , quasi uniquement , approvisionnée par les voies aériennes et le fleuve Amazone .