Willy Ronis 1910+2009 photographe

Willy RONIS , né en 1910 à Paris et disparu en 2009 , à presque cent ans , est l’un des représentants les plus importants de la photographie humaniste française . Il définit lui même l’école humaniste comme « le regard du photographe qui aime l’être humain »1952Petit horloger rue d’Aligre, 1952 .                                                                                                Quel meilleur exemple de son oeuvre que cette fenêtre ouverte sur le remuant marché d’Aligre qui contraste avec la calme concentration de l’horloger ;  à la frontière des deux mondes un CLASSIC tourné vers la rue : pour être vendu ou donner l’heure ? Parmi les images les plus connues de Willy Ronis, beaucoup relèvent de ce regard porté sur le quotidien pour élaborer des micro-récits à partir de personnages et de situations ayant pour cadre la rue . Willy Ronis  nous livre son propre commentaire sur ce chef d’oeuvre : Au cours de mon reportage sur le marché d’Aligre dans le XII° arrondissement , j’avais remarqué cette petite horlogerie ; Elle était située sur la partie de la rue d’Aligre comprise entre le marché d’Aligre et la rue de Charenton ( la plupart des boutiques de ce tronçon ont aujourd’hui disparu) ; Le jeune artisan m’avait aimablement permis d’opérer depuis sa boutique ce qui donnait un arrière plan intéressant sur les éventaires du marché et les ménagères du quartier .l'horloger de la rue Dauphine par Brassaï 1932-1933La comparaison avec la photo de l’horloger de la rue Dauphine , en 1932/1933 ,  par Brassaï nous semble pertinente . Elle est extraite du célèbre Paris de Nuit , ouvrage réalisé avec Paul Morand , l’un des livres de photographies les mieux réalisés et les plus influents dans l’histoire de la Photographie ; il nous livre une vision plus intimiste,  tout en clair obscur , de l’échoppe d’un horloger sous le regard d’un enfant .Willy RONIS- PETIT APPARTEMENT PARISIEN EN 1949Petit appartement parisien 1949 par Willy Ronis . Ce réveil Jaz , encore un CLASSIC , suspendu en guise d’horloge murale n’est pas une exception dans les milieux modestes ; S’il est vrai que ses images souscrivent, dans une certaine mesure, à une vision optimiste de la condition humaine , Ronis n’en édulcore cependant pas l’injustice sociale et s’intéresse aux classes les plus démunies , nous livrant des images rares de ce milieu .

Sur ces deux photos d’un café , en 1948 par Willy Ronis , on voit encore un réveil sur une étagère  , haut placé en guise d’ horloge , comme chez les particuliers  .

 

recto 6 & 7Jaz était conscient de s’adresser d’abord aux couches les plus laborieuses de la société ; on retrouve donc , dans ce petit fascicule de 1924 , des réveils Jaz employés dans ce type d’usage et de situation .

Ces photos , prises en 1956 et 1957 par des photographes moins imminents , démontrent qu’il était effectivement courant , dans les foyers populaires , de poser ou suspendre les réveils Jean-Philippe_CharbonnierPhoto de Jean -Philippe CHARBONNIER Jazette déc 1947 page 3Cette photo historique de l’équipe dirigeante de Jaz  , qui précède de quelques jours la mort de Louis-Gustave BRANDT l’un de ses fondateurs , a été prise en 1947 par Willy RONIS , le crédit lui en est porté à droite , peut être en tant que membre de l‘agence Rapho  . A la fois juif et militant communiste , RONIS n’aurait pas accepté de travailler pour Jaz quelques mois après la Libération si cette entreprise avait eu un comportement suspect pendant l’occupation ( nous y reviendrons bientôt dans le dossier en cours de rédaction Jaz pendant la guerre)

Interview de Ronis en 1994 où l’on mesure ses engagements et le contexte de cette photo  : J’ai aussi fait pas mal de photographie industrielle… C’est un genre qui présente des contraintes mais j’ai réussi à imposer une certaine vision dans mes reportages : ne pas montrer seulement les installations mais aussi les gens au travail . […]                                                                                                                                                                                                                                                                        grève Jazette déc 1947 page 4                                       Jazette n°16 Décembre 1947                                                                                                                                                                                                       Fin 47, j’ai commencé à faire des sujets sociaux pour Life. A cette époque, il y avait de très nombreuses grèves et ils savaient que je voulais entrer dans des lieux où leurs photographes, avec leur accent américain, auraient été foutus dehors.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Vous avez quitté Rapho à la suite d’un conflit politique ?
Non, pas du tout. Simplement je ne voulais pas que mes photos apparaissent dans certaines publications. Et je ne pouvais pas exiger de Rapho qu’ils tiennent compte de cela. Etant donné que mes photos étaient dans les archives de l’agence, si telle publication sortait un de mes clichés, c’était difficile d’attendre de Rapho qu’ils disent : « Ah non ! Ronis ne veut pas travailler avec vous ». Il y avait par exemple une publication avec laquelle Rapho travaillait beaucoup, c’était France-Etats-Unis, un journal issu du plan Marshall, et c’était totalement exclu pour moi de travailler chez eux. Je vous donne là l’exemple le plus caricatural…

Aujourd’hui l’œuvre de Willy Ronis est exposée dans le monde entier et ses images figurent dans les collections des plus grands musées.

Autoportraits

willy-ronis-photographe-humaniste-1-800x535 Les amoureux de la Bastille 1957                                                                                                  Willy Ronis à légué son œuvre photographique à la France , soit 90 000 clichés .

ROGER PARRY 1904 + 1977 PHOTOGRAPHE

Jaz ParryPhoto par Roger PARRY ( 1904+1977)  Donation Roger Parry , Ministère de la Culture , conservée à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine dite MAP. Etude mettant en scène un REPLIC sur une cheminée , circa 1930 .Roger Parry 1937 autoportraitAutoportrait 1937

Roger Parry est un photographe mondialement célèbre pour ses recherches surréalistes , mais aussi un illustrateur réputé qui débute par des études à l’École Duperré en 1922 .

Dessins de Roger Parry , 1930 .

Maurice tabard en 1928 par Roger ParryIl collabore avec le photographe Maurice Tabard – ci-dessus en 1928 par Roger Parry – et réalise placards publicitaires, affichettes de librairie, portraits d’écrivains et couvertures illustrées de collections populaires

Travaillant essentiellement dans le secteur de l’édition , il expérimente des procédés photographiques , mêlant prise directe et effets dans la chambre noire. Il développe des visuels pour des commandes publicitaires et la presse comme ces publicités , très étonnantes mais inoubliables , pour les munitions Gévelot et un papier peint imperméable . A l’aide d’images aussi dépouillées qu’efficaces , il introduit dans cet art appliqué , assez formel à ses débuts qu’est la photographie publicitaire , les audaces des avant-gardes telles que photogrammes , photomontages et solarisations .

2008 vente à NYBanalité , livre 1° édition . Texte par Léon-Paul Fargue. Paris: La Nouvelle Revue Française et Gallimard , 1930 . Exemplaire vendu 67.000$ en 2008 chez Christie’s.

Roger Parry lance sa carrière de photographe en publiant les illustrations surréalistes du livre Banalités de Léon-Paul Fargues en 1930 .

En 1931-1932 , il s’embarque pour l’Afrique et la Polynésie , son livre sur Tahiti est un succès . Au cours des années 1930 il est photographe de plateau de cinéma et de théâtre , de presse , illustrateur et portraitiste pour Gallimard  .

Réformé en 1939, il intègre pendant la guerre la rédaction de Match et de Marie-Claire, avant de publier régulièrement dans  l’hebdomadaire La Semaine . Principale revue collaborationniste de divertissement sous l’Occupation  , il réalise un reportage chez un des symboles de cette honteuse tendance , le célèbre danseur Serge Lifar , où l’on voit clairement un MUTIC sur sa table de chevet :  voir notre article .

Preuve que ses photos ne valent pas adhésion au collaborationnisme , bien au contraire ,  il rejoint le Comité de Libération des reporters photographes de presse en août 1944 et couvre la Libération de la France jusqu’au printemps 1945 .

Il suit pour l’AFP la visite officielle du général de Gaulle à New York en 1945 et couvre  la Conférence de Moscou en 1947 , dont il  rapporte des milliers de photos sur la Russie soviétique , véritable terra incognita après guerre .Витрины 47М..ю.Vitrine moscovite en 1947 par Roger Parry : pour les réveils , on avait le choix entre celui de gauche ou celui de droite

En revanche en matière de caviars et de crabes , le choix est apparemment plus grand  dans cette vitrine toutefois réservée aux apparatchiks et touristes .  

Roger Parry a illustré plus de 200 romans policiers pour la NRF en tant qu’illustrateur , et nombre d’autres œuvres dont La Condition humaine d’André Malraux .

De nos jours , sa cote est très soutenue dans les salles de ventes et il fait l’objet d’expositions et de publications diverses

 

Guy Demachy illustrateur et Jaz 1956

Sa signature a beau être illisible sur ses publicités  et ses toiles , le style et la réputation du peintre et illustrateur Guy Demachy ne le contraignait pas , dans les années 50 , à plus de compréhensibilité pour être identifié .

Tout un chacun le connaissait et le reconnaissait , lui qui a loué ses talents aux grands couturiers comme Dior , à Badoit , à Coca Cola et à Jaz … bien involontairement , et étrangement par le truchement d’une dessin pour Héléna Rubinstein ,  pour la marque au jaseur boréal .helena-rubinstein 21 x 297 cmCatalogue du XXVI° Gala de l’Union des Artistes , 1956 , 30 pages ; Format 21 x 29,7 cm .  Elégante publicité signée Guy Demachy  ; il s’agit d’une page publicitaire exclusive pour ce programme à l’occasion de la nuit du samedi 3 au 4 mars 1956 au Cirque d’Hiver Bouglione avec  le concours de Maurice Escande , Jean Cocteau , Roger Bourdin , Serge Lifar , Pierre Magnier , etc …                                                                                                                                      modes & travaux Juin 1956L’illustration de deux publicités est identique d’évidence . Toutefois nous n’allons pas vous faire jouer au jeu des sept erreurs : le collier a disparu , tout comme la fameuse signature illisible . Pour cause puisqu’il s’agit d’un plagiat mis au jour -sans doute- par une lectrice de Modes et travaux où cette publicité Jaz  parue , mais si chic et si parisienne qu’elle se rendait aussi au très sélect Gala des Artistes  .pub copiéeNous avons appris cette petite escroquerie par « Ceux qui ne s’en font pas » , amusante rubrique récurrente de la revue VENDRE dirigée par Paul NICOLAS , par ailleurs Vice Président de Jaz . Cette allusion à un court métrage musical de Germaine DULAC sur une chanson de Fréhel , et sans doute aussi la ritournelle de Maurice CHEVALIER  » dans la vie faut pas s’en faire » , avait pour but de dénoncer les plagiats grossiers et évidents en publicité . Preuve de son impartialité , c’est Jaz qui est épinglé en Novembre 1956 pour un évident plagiat de cette publicité d’Héléna RUBINSTEIN , reprise pour illustrer une annonce pour les SOMMIC et PHARIC . En fait Jaz n’y est pour rien , ne pouvant soupçonner son agence et leur dessinateur d’une copie aussi grossière , lequel avait gommé le collier et la signature du Maître pensant naïvement cacher son méfait .modes et travaux Juin 1956 uneCouverture / Une du Numéro 666 de Modes et Travaux de Juin 1956 qui contenait cette publicité frauduleuse . Fondé en 1919 , cette revue reste , aujourd’hui encore , le premier magazine mensuel féminin français en diffusion . Sans toutefois atteindre les sommets stratosphériques des années 70 , avec deux millions d’exemplaires . Difficile d’imaginer que son lectorat était alors celui de la parisienne chic mais femme au foyer et , depuis 1951 , qui avait comme loisir de coudre des parures pour la fameuse poupée Françoise puis Michel grâce à la page que le magasine consacrait aux travaux d’aiguilles . Idée pourtant lumineuse puisqu’elle permettra d’attirer aussi les jeunes filles des abonnées ,  afin de les imiter dans une de leurs tâches domestiques , la plus ludique certes , mais tout de même … quel gouffre générationnel avec notre XXI° siècle .

Enric CROUS-VIDAL 1908+ 1987

Crous Vidal boîtesL’identification de l’auteur du graphisme de cette boîte d’emballage pour Jaz , commence comme un roman ou plutôt comme un conte . Jetée dans une pauvre valise en carton et dispersée lors d’une vente aux enchères , cette réunion de boîtes du parfumeur REVILLON qui voisine avec un emballage JAZ me provoqua une épiphanie au sens de la compréhension soudaine de l’essence ou de la signification de quelque chose …                                                                                                                                                         Cela me semblait subitement si évident qu’il s’agissait du même créateur pour toutes ces boîtes . Si le nom de l’auteur ne me revenait pas du tout , il est aujourd’hui bien retombé dans l’oubli , je savais que je le retrouverais facilement , tellement ce type de boîtes des Frères REVILLON , les fameux fourreurs devenus parfumeurs , est réputé , collectionné et parfaitement identifié sauf les prototypes non édités mais du même style . Effectivement la recherche , une fois l’étincelle provoquée , s’avéra aisée et la preuve absolument certaine apportée par la consultation des œuvres du créateur du graphisme de ces boîtes .

 

Enric CROUS-VIDAL ( voir sa biographie complète en fin d’article ) a été militaire de carrière , artiste , éditeur , rédacteur en chef , agitateur et promoteur culturel , dessinateur , publicitaire , sauveur du patrimoine pendant la guerre civile espagnole , restaurateur de cadrans solaires , falsificateur de documents pour la Résistance Française , concepteur et créateur de certains des caractères les plus emblématiques de la typographie , etc .

 

Coupon de tissu conçu pour Revillon par Crous-Vidal et des hôtesses , vêtues de ce même tissu , en compagnie de Jean Marais                                                                                                                                                                                                                  Ce célèbre graphiste catalan , avait développé  et appliqué dans les années cinquantes , l’idée originale d’utiliser les motifs graphiques et typographiques qu’il avait conçu pour habiller des tissus et des emballages .Boîte DUPLICBoîte de DUPLIC 1951 1952 boîte Torpic chiffres romainsBoîte de TORPIC 1952crous vidal arabesques 1954Arabesques par Crous-Vidal 1952/1954

On reconnaît aisément les arabesques appliquées comme décor sur la boîte du TORPIC IMG_7716 (Copier)Prototype de boîte qui a amené à l’édition à fond bleu , vue plus haut

boîte prototype Crous-Vidal (2)Prototype de boîte pour Jaz , encore plus audacieux et élégant , qui ne sera hélas pas retenu par la firme au jaseur .                                                                                                                                                                                                                                                                                                           BIOGRAPHIE ILLUSTRÉE

 

Enric CROUS-VIDAL  (Lleida Espagne 1908 + Noyon, France 1987) est une figure pionnière du graphisme espagnol , créateur de caractère typographique , éditeur et écrivain espagnol

 

Entre 1931 et 1935 , avec les revenus qu’il gagnait en faisant des affiches et des brochures plus sa solde de caporal dans l’armée républicaine espagnole , carrière militaire contrainte par sa famille , il créa le magazine ART qui réunissait ceux qui allaient devenir plus tard les représentants les plus intéressants de  l’avant-garde espagnole Plein d’idées surréalistes et audacieuses mais déroutantes , le magazine affichait dès son premier numéro sa vocation cosmopolite et combative . Crous-Vidal y publie ses poèmes , ses articles sur la publicité  et l’imprimerie . Il dessine avec soin les en-têtes et les titres avec des supports parfois proches de la typographie visuelle . Le magazine a ouvert ses portes à tous les aspects de l’avant-garde , de la chorégraphie au cinéma , en passant par la photographie expérimentale , l’éclairage et l’architecture . Ses talents publicitaires ont fait de ce magazine une plate-forme de l’art avant-gardiste de sa ville natale catalane de Lérida et de son propre travail qu’il a exposé en 1934 aux Galeries Laietanes de Barcelone  et au Cercle des Beaux-Arts de Madrid.     

Après la Guerre d’Espagne 1936/1939 ,  au cours de laquelle il a œuvré à la sauvegarde du patrimoine artistique , il s’est exilé en France, où sa connaissance des presses à imprimer a aidé la Résistance Française à falsifier passeports et d’autres documents . Enfin , il collabore avec les Monuments Historiques français à la reconstruction des horloges solaires en Tarn-et-Garonne , faisant de lui un horloger de fait , ce qui nous le rend encore plus sympathique , évidemment . 

 Après la Seconde Guerre Mondiale guerre , il s’exile à Paris où il travaille , entre 1947 et 1955 , et parvient à apprendre le métier de typographe . Cherchant  la relation avec d’autres artistes et designers d’avant garde , il collabore avec eux tout en recherchant la diffusion publique de ses idées , de son travail par une position d’activiste intellectuel  non-individualiste . crous vidal doctrine et actionDoctrine et Action par Crous -Vidal .                                                                                            Ce militantisme l’amène à promouvoir ses idées à travers des groupes, des programmes, des expositions , des écoles , développant une activité parallèle importante en tant que théoricien et diffuseur de ses idées typographiques , dans des textes qu’il a conçus comme des manifestes.

 

Affiches LIP 1947 et Royal Stephens’ 1946                                                              Autodidacte , il n’atteint pas le graphisme par les canaux habituels puisque l’artiste devint illustrateur et affichiste pour des raisons économiques et technicien en impression par conviction de l’importance de la modernité et de l’autonomie de la publicité et de la typographie . 

Installé à Paris, il consolide sa connaissance du métier de graphiste dans l’imprimerie Draeger pionnière de la publicité pour Citroën , les parfums Revillon , Bugatti , Guerlain , etc . Il réalise pour Draeger des projets dans le style élégant qui caractérisait cette maison avant la guerre .

 

Au sein de cette société, il travaille avec Maximilien VOX, auteur du logo de la SNCF , entre autres  . VOX , frère du Professeur Monod , était en outre rédacteur en chef du magazine Caractère, une publication spécialisée de premier plan dans laquelle Crous-Vidal a publié de nombreux articles en faveur d’une typographie héritée de la tradition méditerranéenne , dite Grafía Latina ou La Graphie Latine, faisant de Crous-Vidal  le père de l’Ecole Latine de typographie .

 

Certains de ses caractères sont édités par la Fonderie Typographique Française , dont il est le directeur artistique , sous les dénominations Champs Elysées appelée Lleida en Espagne , Flash , Paris ou Ile de France .

 

Police de caractères PARIS à gauche et FLASH à droitecrous vidal arabesques et typographiesPanorama de ses arabesques et typographies crous vidal photos (4)à gauche CROUS-VIDAL et au centre SAVIGNAC baptisant la police de caractères PARIS au champagne

SavignacSon ami et mentor le célèbre affichiste  SAVIGNAC lui conçoit cette affiche en 1952crous paradesSon concept le plus audacieux , et qui résume le mieux son œuvre , est certainement PARADE  qui n’est pas un caractère en soi comme PARIS ou FLASH , mais une création   typographique, compte tenu de la nature des éléments fixes qui se répètent pour créer des variations infinies . PARADE est une série de 154 ou 155 figures basées sur quatre éléments fonctionnant comme des modules qui , en se combinant , deviennent toutes des figures . Officiellement présenté comme un «ballet typographique » dans le numéro de Septembre 1950 de la revue Publimondial , elles avaient été précédemment utilisées par Crous pour la réalisation d’affiches , de publicités , de papiers d’emballages et de boîtes .crous vidal photos expo grand palaisExposition au Grand Palais                                                                                                                 Avec son travail principalement axé sur la conception de caractères typographiques et de vignettes , Crous- Vidal défendit durant ces années la nécessité de construire un modèle d’orthographe latine inspiré par l’élégance , la corporalité et le mouvement des anciens types méditerranéens en opposition à la sobriété et à la raideur des nouveaux types germaniques caractères construits à la règle et au compas  qu’ils considéraient froides , trop mécaniques et pas du tout adéquates à l’esprit latin. et surtout helvétiques par la défense de l’arabesque contre le carré . Vox et lui  pensaient que l’alphabet latin était le système d’écriture le plus parfait , épuré par deux millénaires d’histoire dont le zénith avait déjà été atteint dans l’Antiquité . 

 

Ses théories ont été diffusées, notamment en France et en Espagne, où la Fundición Tipográfica Neufville  a édité certaines de ses lettrines et que la presse professionnelle a fait écho à ses propositions . Il s’agit de la plus importante fonderie espagnole . La police Futura , qui y sera a conçue par Paul Renner en 1924 , est probablement la typographie la plus vendue de tous les temps .Exemple de son succès mondial : les premiers astronautes ont déposé sur la Lune , en 1969 , une plaque avec une inscription faite avec Futura .

caractère adrian frutiger univers.pngMais Vox et Crous-Vidal  ont échoué devant la poussée définitive des propositions de l’école suisse , dominante depuis le milieu des années cinquante, et surtout par la diffusion du type Adrian Frutiger Univers , plus souple et pratique que les lettres semi-graphiques des défenseurs de l’orthographe latine qui conviennent uniquement aux titres et aux affiches.crous vidal photos (2)CROUS-VIDAL en reflet sur une de ses affiches pour Air France , qui applique sa technique de l’emploi des arabesques pour concevoir l’oiseau et utilise sa police Les Catalanes de type Western Saloon de 1954 .crous cinzanoPublicité pour Cinzano de 1947 à 1954 .

 

Affiches par Crous-Vidal                                                                                                      à gauche :  il est l’auteur de l’affiche du 4° Salon de l’Emballage en 1950 à Paris , porte de Versailles . Il pourrait s’être fait connaître des dirigeants de Jaz à cette occasion  .               à droite : affiche pour une exposition personnelle , en 1965 , dans une des plus grandes galeries parisiennes , à quelques encablures du siège de Jaz , au 64 rue La Boëtie .

 

 

Toiles et signature de Crous-Vidal                                                                                        Sa déception face à cette déroute , contre « l’école suisse » , a conduit Crous-Vidal à abandonner son activisme et même son métier  – car son caractère fougueux lui a toujours fait concevoir son travail  , non pas comme un simple professionnel , mais comme un militant – dans les arts graphiques et à se consacrer à la peinture . roy de Navarre (3)Boîtes de Luxe pour la papeterie Roy de Navarre Crous Vidal boîte (10)Nous avons eu la chance de pouvoir nous porter acquéreurs de la valise de Enric Crous-Vidal , comprenant des maquettes peintes à la main pour des parfumeurs et ces boîtes pour Roy de Navarre .poudriers Crous Vidal (8)IMG_7715 (Copier)

OVNI par Elio Bertin et Jaz circa 1979

Ovni FranceLa dénomination OVNI n’a guère besoin d’être expliquée pour cette création de Elio Bertin qui peut varier dans son aspect et être animée de divers mouvements électriques à pile . Douze chiffres et soixante index , pas d’aiguilles . Diamètre 36 cmovni 3Ovni 2Le mécanisme Jaz dissimulé dans ce petit boîtier fait défiler le disque pour donner l’heure au sommet , exactement sous la pointe noire .ovni par Kienzle Première version par Kienzle dont le mécanisme n’est pas élégamment intégré au disqueOvni par BulovaVersion Bulova au design plus abouti , même si le disque est moins sobre . En fait le mouvement est encore un Jaz , estampillé Bulova comme souvent pour les horloges Bulova . Consultez notre article sur la collaboration entre Bulova et Jaz .Bulova bertin licence Atoovni 4calibre TM par Jaz . Ce calibre sera exploité par Jaz de 1974 à 1980 . Le bouton est supprimé puisqu’il suffit de soulever le disque et de le placer à la bonne heure en la faisant correspondre avec la pointe au sommet .Print

L’O Clock a été lauréat du Red Dot Concept Design Award pour l’année 2017 , elle reprend le même principe que l’OVNI en l’épurant . Designer : Mike Simonelli

 

chaîneL’Ovni de Bertin procède du même principe que cette Catena Wall Clock par Andreas Dober pour Anthologie Quartett : c’est le cadran qui tourne pas les aiguilles . Un procédé semblable animait les fameuses horloges mystérieuses de Cartier , consultez leur article sur notre site Cartier en construction .

Dès les années 30 , Jaz n’a pas hésité à oser des affichages originaux , remplaçant les chiffres par des index , voire des cubes . Voyez ci -dessous quelques exemples de Jaz , où le remplacement des chiffres par des index est au service de designs minimalistes .

Les pendules Jaz font , aussi , usage d’index de toutes sortes pour épurer leurs lignes , ainsi qu’en témoignent les exemplaires ci-dessous :

Accordons nous , hors Jaz , un petit panorama mondial des horloges minimalistes contemporaines les plus originales : EyeclockElle vous semble louche ? cette Eyeclock indique pourtant 03h50 , c’est net !Empty_ClockEmpty Clock . Une horloge écologique fabriquée uniquement en bambou et en métal, avec simplement des aiguilles et pas de cadran .

Simplicité et pureté pour le coréen Giha Woo dont les aiguilles de son horloge Front & Back sont également les piles nécessaires à son bon fonctionnement .ora il legaleL’horloge Ora ilLegale , de Denis Guidone , est un chef d’œuvre de design et d’ironie puisqu’elle n’a pas de chiffres et qu’il manque manifestement une partie importante de sa base dans le but de la basculer sur sa base pour le passage à l’heure d’hiver ou d’été : idéalement simple et donc géniale . L’Ora Legale est pour les italophones l’heure d’été  .studio-ayaskan-sand-04Horloge de sable inspirée par les jardins zens , version moderne du sablier par le Studio Ayaskan

studio-ayaskan-sand-01un petit schéma est nécessaire pour bien comprendre mais le principe est simple et clair

A Million Times par le studio de design suédois Humans since 1982 est une installation de 288  horloges analogiques animée par 576 moteurs électriques aboutissant paradoxalement à un immense affichage digital . Dimensions 3,4 x 1,8 mètresCanna_By_ChronarteCanna par ChronArte . Comme dans le concept du sable dans un sablier, les tubes individuels représentent les heures de la journée tandis que la hauteur à laquelle chaque heure est remplie d’eau vous indique les minutes .Around_ClockLe concept de cette horloge rotative est basé sur la rotation constante et subtile du globe et constitue donc une meilleure représentation du temps que l’horloge commune assez proche des minuteurs Jaz .

On en voudra à personne de préférer , à certaines horloges à lectures si minimalistes qu’elles en deviennent complexes , ces versions alphabétiques plus aisées pour qui sait  lire .

Maurice PAULIN illustrateur ( 1900+1986)

emic-plexic-pubPublicité de presse , pleine par le célèbre illustrateur Maurice PAULIN ; elle est publiée en 1952 qui est la dernière année pour l’EMIC et première année pour la PLEXIC .                                                                                                                                                                                                                                                                                            Maurice Ferdinand Paul Paulin, né le 14 Septembre 1900 à Paris V° , mort à Boulogne-Billancourt le 25 Février 1986 est illustrateur, dessinateur et peintre .

Il est principalement connu pour avoir illustré la série de trente deux romans d’espionnages pour la jeunesse : Langelot .

Outre Langelot , on lui doit les illustrations des neuf albums des Six Compagnons : de 1971 avec Les Six Compagnons et la Princesse Noire jusqu’à 1975 et Les Six Compagnons Dans La Citadelle.

De 1966 à 1976 , il illustre vingt albums de la série Les Jolivet de Jerry West

Il réalise de superbes gouaches publicitaires pour le paquebot FRANCE

             Quelques publicités illustrées par Maurice PAULIN de 1939 à 1960                                                                                                                                                           Elève aux Beaux-Arts de Paris, il avait beaucoup pratiqué le dessin de mode avant guerre et fait de nombreuses incursions dans la publicité et dans l’édition . Cette publicité pour Jaz se situe en 1952 au plus fort de sa carrière de publicitaire , toutefois il semble que ce travail autour de la PLEXIC et de l’EMIC reste son unique intervention pour la marque au jaseur boréal  .

 

 

Tita TERRISSE artiste

COQUIC  et DROPIC par Tita TERRISSETita terrisse Jazette_1948_Juin_page_03 extraitextrait Jazette n°17 de Juin 1948                                                                                                                                                                                                                                     Deux ans après cette annonce dans la Jazette n°17 , Jaz diffusait en Belgique la DROPIC  un cartel de bronze qui porte effectivement sa signature au dos . boisic cat belge 1950Le cartel en bois mentionné serait il le BOISIC sorti lui aussi en 1950 ? Ce n’est précisé  nul part et il nous semble un peu trop raide par rapport au reste de sa production même si les rouleaux de parchemin stylisé appartiennent au vocabulaire stylistique de cette artiste . En revanche le COQUIC est d’évidence une des productions de la fée du staff comme on la surnommait avant guerre . Il n’y a pas de biographie connue de Tita TERRISSE qui n’est étrangement pas non plus recensée par le Benezit . Pourtant il suffit de consulter les résultats des grandes salles de ventes et quelques journaux des années 30/40 pour trouver de nombreuses traces de son talent multiforme puisqu’elle est , à la fois , aquarelliste , peintre , décoratrice , sculptrice , staffeuse et illustratrice .

On peut ajouter à son CV la qualité d’étalagiste-décoratrice puisqu’elle réalise ces vitrines pour le joaillier Boucheron

Cette paire de lampes diabolos portent un cachet à son nom , adresse de sa galerie , téléphone et son estampille constituée de deux T croiséstita terrissePhotographie © Mobilier national, droits réservés                                                                  Cartel en applique circulaire orné de douze rayons de soleil dorés, un sur deux ayant en relief les monuments de Paris. Numéro d’inventaire : GML-6027-000 du Mobilier National . Dimensions 44 cm de diamètre .Acquisition : 1 juil. 1943 .Ancien numéro d’inventaire : Sur cachet Tit à Tenisse 23 avenue des Champs Elysées – Paris – mouvement électrique Lip Ericsson.                                                                  D’évidence il s’agit d’une mauvaise lecture d’un tampon identique à celui vu plus haut , qui est effectivement peu lisible .

Miroirs et toiles de sa main font aujourd’hui l’objet d’enchères assidues et  témoignent de ses multiples talents .

Ce miroir et ces deux candélabres de 1940 attestent sa proximité avec Serge Roche , le célèbre décorateur que s’arrachaient Coco Chanel et Ali Khan . Elle collabore avec lui en tant que staffeuse et il est parfois difficile de distinguer qui à fait quoi . Face à l’excés de rationalisation de la fin de l’Art Déco , ils sont les tenants d’une réintéprétation du baroque . Le COQUIC est absolument typique de ce style , si particulier et si identifiable , que nous avons pris le parti de l’attribuer à Tita TERRISSE sans grand risque de se tromper .Paix45A1945 Projet pour la fête de la paix par Humbaire, Jean Picard le Doux, Tita Terrisse et Hétrau                                                                                                                                                                                                                                                                        Sculpteurs et architectes exposent, au Salon de l’imagerie en 1945, des projets de décoration de l’Opéra et de son avenue pour la célébration d’éventuelles fêtes de la Paix …qui n’auront jamais lieu malgré les prestigieuses signatures réunies .

André ARBUS en 1937 et Jean JANIN en 1943 sont autant d’autres collaborations qui prouvent que son talent était reconnu par les plus grands noms de l’Art .

Louis Cheronnet et le conservateur du Petit Palais , Raymond Escholier , font allusion dès 1937 à des pendules conçues par TERRISSE qui auront , sans doute , inspiré à Jaz l’initiative heureuse de lui confier deux de ses productions . cb_ci33egroupe

Jean CHESNOT artiste

enveloppe-premier-jour-chesnotJean CHESNOT  peintre et dessinateur de l’Ecole Française,  né à Dinard . Essentiellement connu comme dessinateur de timbres postes et d’enveloppes Premier Jour , il reçoit en 1977 le Grand Prix de l’Art Philatélique  pour le dessin de son timbre « L’abbaye de Fontenay ». Mais son œuvre picturale cotée va bien au delà des commandes alimentaires pour des publicités et des timbres . chesnot dessin d'audienceIl est également connu pour ses dessins d’audience . nu par Jean ChesnotHuile sur toile par Jean CHESNOT circa 1970                                                                                                                                                                                                                En 2012 , La Comédie Française acquiert six aquarelles de Jean CHESNOT représentant les coulisses de la Comédie-Française . Pour Jaz , il réalise de nombreux dessins publicitaires : Jaune PERNOD ;  l’heure en plein air  ; etc …fevric bardic tarvic julic tournic pub.jpgpublicité Paris Match 31 x 23,5 cm bardic calbric julic pub par chesnotpublicité estivale ; Paris Match 1958 , 35 x 14 cm bardic par chesnotversion condensée de la précédente uniquement axée sur le BARDIC

platic vetic tevic paissic rosticPublicité presse , 27 x 13 cm , publiée dans Bonnes Soirées , magazine hebdomadaire féminin belge francophone , probablement dans son édition française puisque les prix sont en francs français .ridic diric par chesnot.jpgpublicité presse 18,5 x 13 cm ; Reader’s Digest  1959tournic bornic julic par chesnotlassic bornic futic pub chesnot

Format 35 x 14 cm . Un même dessin pouvait être réemployé plusieurs fois . duplic pubDans cet article nous avons reproduit principalement les publicités portant sa signature mais il existe , à la même période , bien d’autres dessins qui sont d’évidence de sa main sans porter son nom .

ACCUMULATIONS de Réveils par ARMAN

Arman, Alarm Clocks (Reveils), 1960. Collection Museum of Contemporary Art, Chicago Réveils 1960 par ARMAN au Museum of Contemporary Art of Chicago                           Grâce au talent d’un des artistes français les plus connus au monde , de nombreux réveils Jaz ornent les cimaises des plus grands musées et les vitrines des plus grands collectionneurs.                                                                                                                                              Effectivement , il est aisé de reconnaître au moins dix Jaz dans cette œuvre emblématique du plasticien , mondialement célèbre , ARMAN . Son style le plus reconnaissable , ce sont des collections d’objets communs et identiques qu’il a agencé dans de la résine  ou dans du plexiglas . Ses accumulations d’objets effacent leur singularité et renvoient une image de profusion , en même temps qu’elles soulignent le caractère périssable des produits de la société d’abondance . L’artiste offre ainsi une nouvelle perception de la réalité , notamment des objets du quotidien .portrait armanARMAN Armand Fernandez ( 1928 Nice + New York  2005 ) est un artiste franco-américain , peintre, sculpteur et plasticien , renommé pour ses « accumulations ». Il fut l’un des premiers à employer directement , comme matière picturale , les objets manufacturés , qui représentaient pour lui les prolongements multiples et infinis de la main de l’homme qui subissent un cycle continu de production , consommation et destruction . ARMAN réalise d’abord plusieurs œuvres dans lesquelles apparaissent des traces de tampons ; « cachets » à l’aide desquels il applique la peinture sur la toile . Il marque ici une rupture avec l’outil traditionnellement utilisé en peinture qu’est le pinceau . L’objet , après avoir servi à l’artiste à peindre , est peu à peu intégré dans ses toiles en tant que matière . Les objets , qui servaient habituellement de modèles pour la peinture , se retrouvent directement intégrés dans ses œuvres . Ce procédé crée la confusion entre la réalité (l’objet) et sa représentation (la toile) , puisque les deux sont amalgamés.

Diverses accumulations par ARMAN

Lorsque vous regroupez des objets , des morceaux d’objets qui se ressemblent par leur forme ou leur couleur , vous obtenez « naturellement » une construction qui semble organisée , donc éventuellement une œuvre d’art . Les accumulations d’objets représentent d’une certaine façon la consommation de masse qui symbolise une époque . Elles rappellent aussi que l’homme est un consommateur qui existe à travers et par l’objet

Dans certaines de ses œuvres , ARMAN détruit les objets par des colères souvent violentes ou par des découpes au contraire chirurgicales . L’artiste va au delà de l’illusion induite par les objets , qui s’offrent ainsi à nous et nous rappellent que consommer c’est détruire . On peut aussi y voir une allégorie du temps qui passe , aussi les montres et réveils ont été beaucoup employés par ARMAN dans ses accumulations .

Avec à la République , aux drapeaux de marbre , à l’entrée de l’Elysée mais surtout le duo  Consigne à vie  et l’Heure de tous érigés devant la Gare St Lazare , un public plus large découvre l’œuvre de ce membre fondateur des Nouveaux Réalistes .                          En amalgamant voitures , horloges , valises , etc , dans des matières telles que le béton , l’artiste crée une sorte d’allégorie pompéïste . Il vient ainsi sacraliser l’objet et l’immortaliser , évoquant alors un processus de fossilisation .

Les montres , les réveils , les horloges et même les rouages d’horlogerie ont fait l’objet d’accumulations comportant pour certaines des réveils JAZ plus ou moins identifiables .

Pour des œuvres plus tardives et surtout qui font l’objet de tirages multiples , comme ses Réveils en colère ou son Oiseau -réveil , il utilise des JERGER et un JUNGHANS à répétition ,  sans doute , parce qu’ils sont encore commercialisés .

Statue : David est ponctuel

minutes armanIl emploie également des réveils neufs d’origine chinoise pour Minutes .

Arman, Alarm Clocks (Reveils), 1960. Collection Museum of Contemporary Art, ChicagoAlarm Clocks ( réveils ) au Museum of Contemporary Art of Chicago . En revanche des JAZ usagés sont à l’honneur dans cette accumulation de 1960 .museum of contemporary artNational Gallery of Art East Buildingchicago museum of contemporary art.jpg détailAlarm Clocks ( réveils ) au Museum of Contemporary Art of Chicago : détails.O'clock 1998 armanDans O’clock de 1998 , malgré la mauvaise qualité de l’image , on reconnaît quelques BAYARD mais évidemment aussi les silhouettes de plusieurs  JAZ , dont un ou deux CINTRIC ou SLAVIC , entre autres .Arman par Fabrizio GarghettiARMAN , en 1989 devant l’objectif de Fabrizio Garghetti , travaille sur des réveils découpés et maculés de peinture .

Ce simple GROLIC , en se faisant détruire et à demi emmurer dans une plaque de béton , est paradoxalement devenu un des Jaz les plus chers au monde, apparaissant comme une trouvaille archéologique .

Compressions de CESAR  lui aussi membre des Nouveaux Réalistes   (à gauche un Jerger Chambord ; à droite un Equity )

Comme ARMAN , les réveils ne pouvaient échapper au vocabulaire de César , son complice et néanmoins frère ennemi , mais dans une moindre proportion . Toutefois la technique offensive des compressions rend l’identification des réveils utilisés plus compliquée qu’avec les accumulations , même si à droite les petits triangles au dessus de III VI IX et XII , les chiffres 6 et 9 très noueux permettent l’identification immédiate d’un Bayard Stentor . En revanche nous n’avons pas reconnu jusqu’à présent de Jaz , de manière certaine , dans son œuvre .