Willy Ronis 1910+2009 photographe

Willy RONIS , né en 1910 à Paris et disparu en 2009 , à presque cent ans , est l’un des représentants les plus importants de la photographie humaniste française . Il définit lui même l’école humaniste comme « le regard du photographe qui aime l’être humain »1952Petit horloger rue d’Aligre, 1952 .                                                                                                Quel meilleur exemple de son oeuvre que cette fenêtre ouverte sur le remuant marché d’Aligre qui contraste avec la calme concentration de l’horloger ;  à la frontière des deux mondes un CLASSIC tourné vers la rue : pour être vendu ou donner l’heure ? Parmi les images les plus connues de Willy Ronis, beaucoup relèvent de ce regard porté sur le quotidien pour élaborer des micro-récits à partir de personnages et de situations ayant pour cadre la rue . Willy Ronis  nous livre son propre commentaire sur ce chef d’oeuvre : Au cours de mon reportage sur le marché d’Aligre dans le XII° arrondissement , j’avais remarqué cette petite horlogerie ; Elle était située sur la partie de la rue d’Aligre comprise entre le marché d’Aligre et la rue de Charenton ( la plupart des boutiques de ce tronçon ont aujourd’hui disparu) ; Le jeune artisan m’avait aimablement permis d’opérer depuis sa boutique ce qui donnait un arrière plan intéressant sur les éventaires du marché et les ménagères du quartier .l'horloger de la rue Dauphine par Brassaï 1932-1933La comparaison avec la photo de l’horloger de la rue Dauphine , en 1932/1933 ,  par Brassaï nous semble pertinente . Elle est extraite du célèbre Paris de Nuit , ouvrage réalisé avec Paul Morand , l’un des livres de photographies les mieux réalisés et les plus influents dans l’histoire de la Photographie ; il nous livre une vision plus intimiste,  tout en clair obscur , de l’échoppe d’un horloger sous le regard d’un enfant .Willy RONIS- PETIT APPARTEMENT PARISIEN EN 1949Petit appartement parisien 1949 par Willy Ronis . Ce réveil Jaz , encore un CLASSIC , suspendu en guise d’horloge murale n’est pas une exception dans les milieux modestes ; S’il est vrai que ses images souscrivent, dans une certaine mesure, à une vision optimiste de la condition humaine , Ronis n’en édulcore cependant pas l’injustice sociale et s’intéresse aux classes les plus démunies , nous livrant des images rares de ce milieu .

Sur ces deux photos d’un café , en 1948 par Willy Ronis , on voit encore un réveil sur une étagère  , haut placé en guise d’ horloge , comme chez les particuliers  .

 

recto 6 & 7Jaz était conscient de s’adresser d’abord aux couches les plus laborieuses de la société ; on retrouve donc , dans ce petit fascicule de 1924 , des réveils Jaz employés dans ce type d’usage et de situation .

Ces photos , prises en 1956 et 1957 par des photographes moins imminents , démontrent qu’il était effectivement courant , dans les foyers populaires , de poser ou suspendre les réveils Jean-Philippe_CharbonnierPhoto de Jean -Philippe CHARBONNIER Jazette déc 1947 page 3Cette photo historique de l’équipe dirigeante de Jaz  , qui précède de quelques jours la mort de Louis-Gustave BRANDT l’un de ses fondateurs , a été prise en 1947 par Willy RONIS , le crédit lui en est porté à droite , peut être en tant que membre de l‘agence Rapho  . A la fois juif et militant communiste , RONIS n’aurait pas accepté de travailler pour Jaz quelques mois après la Libération si cette entreprise avait eu un comportement suspect pendant l’occupation ( nous y reviendrons bientôt dans le dossier en cours de rédaction Jaz pendant la guerre)

Interview de Ronis en 1994 où l’on mesure ses engagements et le contexte de cette photo  : J’ai aussi fait pas mal de photographie industrielle… C’est un genre qui présente des contraintes mais j’ai réussi à imposer une certaine vision dans mes reportages : ne pas montrer seulement les installations mais aussi les gens au travail . […]                                                                                                                                                                                                                                                                        grève Jazette déc 1947 page 4                                       Jazette n°16 Décembre 1947                                                                                                                                                                                                       Fin 47, j’ai commencé à faire des sujets sociaux pour Life. A cette époque, il y avait de très nombreuses grèves et ils savaient que je voulais entrer dans des lieux où leurs photographes, avec leur accent américain, auraient été foutus dehors.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Vous avez quitté Rapho à la suite d’un conflit politique ?
Non, pas du tout. Simplement je ne voulais pas que mes photos apparaissent dans certaines publications. Et je ne pouvais pas exiger de Rapho qu’ils tiennent compte de cela. Etant donné que mes photos étaient dans les archives de l’agence, si telle publication sortait un de mes clichés, c’était difficile d’attendre de Rapho qu’ils disent : « Ah non ! Ronis ne veut pas travailler avec vous ». Il y avait par exemple une publication avec laquelle Rapho travaillait beaucoup, c’était France-Etats-Unis, un journal issu du plan Marshall, et c’était totalement exclu pour moi de travailler chez eux. Je vous donne là l’exemple le plus caricatural…

Aujourd’hui l’œuvre de Willy Ronis est exposée dans le monde entier et ses images figurent dans les collections des plus grands musées.

Autoportraits

willy-ronis-photographe-humaniste-1-800x535 Les amoureux de la Bastille 1957                                                                                                  Willy Ronis à légué son œuvre photographique à la France , soit 90 000 clichés .

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s