Serge Lifar et son MUTIC en 1940

Serge Lifar chez lui (2)Serge LIFAR chez lui au lit , le 28 Novembre 1940 . Sur sa table de nuit , derrière son paquet de cigarettes , un réveil de voyage Jaz : le MUTIC de 1938 .                                   Photo par Roger PARRY ( 1904+1977)  Donation Roger Parry , Ministère de la Culture , conservée à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine dite MAP.  Epreuves pour un reportage dans la revue collaborationniste , La Semaine , revue hebdomadaire de spectacles qui paraît entre 1940 et 1944 . Consultez notre article sur Roger PARRY .

Serge Lifar chez lui (3)Serge LIFAR en train de se raser lors de la même séance de prise de vues , à l’extrême droite en bas , le MUTIC est tellement reconnaissable que l’on peut identifier le modèle exact en sa possession . La Semaine, 28 novembre 1940 serge lifard pour son ballet 'Les chevaliers errants' à l'Opéraextrait de LA SEMAINE Novembre 1940 , sous une horloge murale ,  son téléphone à deux cloches , et son MUTIC sur la table de nuit . Serge Lifar chez lui (1) Serge LIFAR chez lui triant les dessins préparatoires des costumes du ballet Le Chevalier Errant ( et non Les Chevaliers Errants comme indiqué sur le site du Ministère de la Culture )  .

Serge LIFAR (1905+1986) ukrainien d’origine , était un célèbre danseur étoile , influent chorégraphe et maître de ballet de l’Opéra de Paris, pendant l’Occupation allemande de Paris de 1940 à 1944 .

Après la mort de Diaghilev en 1929, dont il sera l’un des deux légataires universels , Serge Lifar entre à l’Opéra de Paris . Il sera nommé en 1935 le premier danseur étoile masculin de l’Opéra de Paris , avec son grand succès, le ballet Icare . En 1956, à l’âge de 51 ans, il dansera son dernier ballet.

Après avoir quitté l’Opéra de Paris en 1956 , Lifar poursuit sa carrière internationale en tant que chorégraphe , monte des ballets en Argentine , en Australie , en Italie et en Suède .

Durant les dernières années de sa vie, il vivait à Lausanne, auprès de la comtesse Ahlefeldt .  Elle est inhumée à ses côtés au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois .                                                                                                                                                                                                                                                                                         marquis de cuevas Dans la vie de Serge LIFAR , il y a deux épisodes bien connus des amateurs d’anecdotes : en 1958 , son duel avec le marquis de Cuevas dont le témoin , avec son bandeau sur l’œil droit , est bien le jeune Jean Marie Le Pen …Hitler à paris.. et il aurait été le guide lors la visite éclair d’Hitler à l’Opéra de Paris en Juin 1940

AH-paris-juin-1940La visite éclair et matinale du dictateur nazi , en juin 1940 dans un Paris fraîchement vaincu , a été immortalisée par quelques rares photos et les caméras de la propagande allemande , mais diffusée très tardivement en Allemagne uniquement , si bien que la date précise n’est pas certaine . hitler à Paris le bourgetHitler, ce matin-là , s’est posé à l’aéroport du Bourget à 5 h 30 avec son avion personnel , un Condor quadrimoteur beige et est resté en tout et pour tout deux heures et quart dans Paris , il ne reviendra jamais à Paris . Le croyez vous ? on a l’heure , la durée précise mais pas la date exacte !

A noter que le mystère concernant la date de cette visite pourtant illustre , nous a tourné la tête lors de nos recherches pour cet article . Dans ses souvenirs, Pierre Mendès France la place au 15 juin : connaissant sa probité : on serait tenté de le croire . Le Cardinal Alfred  Baudrillart  dans ses fameux Carnets , en 9 volumes et 10.000 pages , affirme que c’était le 16 , s’agissant d’un journal fait au jour le jour : on serait tenté de le croire . Le sculpteur Arno Breker , qui a accompagné Hitler , affirme que cela s’est passé le 23 , en tant que témoin direct : on serait tenté de le croire . Mais le ministre / architecte , Albert Speer , présent lui aussi sur la photo ce jour là , assure que la visite a eu lieu le 28 , sachant combien les historiens ont apporté de crédit au seul ami d’Hitler :  on serait tenté de le croire . Enfin il y a l’avis des grands historiens : on serait , eux aussi , tenté de les croire , mais ils hésitent : Herbert Lottman  évoque le 23 Juin  dans La Chute de Paris . Tandis que le biographe d’Hitler ,  Ian Kershaw , avance la date du 28 pour sa part . Jean-Pierre Azéma  dans 1940 l’année terrible , au Seuil en 1990 ,  situe la visite le 23 , mais dans sa récente réédition chez Fayard  re-titrée 1940 l’année noire ,  il porte la date au 28…                                                                                                                                                                                                                                                                                        Nous n’avons aucune information inédite sur la date , même si le 28 Juin a notre préférence en raison de l’appétence du Führer pour les vengeances symboliques  , comme le wagon de l’Armistice. de Rethondes . Le 28 juin est la date anniversaire du Traité de Versailles , diktat selon lui , signé en 1919 .                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Serge Lifar avec les clefs de l'opéra de Paris en 1940Serge Lifar en 1940 avec les clefs de l’Opéra de Paris , photo 13 x 18 cm  vendue le Lundi 22 Avril 2013 à Bruxelles ,elle a relancé la polémique sur la visite d’Hitler à l’Opéra.

Serge Lifar se targua d’avoir fait visiter l’Opéra à Hitler dès le matin du 23 juin 1940 , ce qu’il nia ensuite. Ce fait fut largement diffusé dans la presse d’après-guerre et eut une immense portée symbolique pour ses défenseurs comme pour ses détracteurs lors de son procès pour collaboration après guerre.

Dussurget avec Theresa Berganza  et Maria Callas en 1964                                             Néanmoins il se trouve que , par un hasard extraordinaire , votre humble serviteur , co-rédacteur de Jazlebontemps a été dans sa lointaine jeunesse , les années 1985 à 1992 , ami intime et secrétaire de Gabriel Dussurget , fondateur du Festival d’Aix en Provence et conseil artistique de l’Opéra de Paris nommé par Malraux sous la direction de Georges Auric . Cette situation m’a permis d’assister , pendant ces belles années , à toutes les représentations de l’Opéra Garnier . D’ailleurs la première fois , j’étais assis entre Dussurget et Kochno , l’autre exécuteur testamentaire avec Lifar , du fondateur des mythiques Ballets Russes , Serge de Diaghilev . Toujours au premier rang à gauche du parterre , ce qui est loin d’être la meilleure place , mais permettait d’accéder en urgence à la scène  aux coulisses , aux loges d’artistes et à la loge du concierge , centre névralgique des petits secrets locaux . Celle-ci n’était pas tenue par Adolfo Ramirez /Gérard Jugnot comme dans Papy fait de la Résistance mais par le charmant Gino Dittaro , sa femme et sa fille , qui avaient succédé à Carla et Tonio Dittaro ,  lesquels tenaient leur place de Lucien Ferrari , concierge pendant l’occupation , depuis 1928 . C’est tout simplement lui qui , très prosaïquement , à ouvert les portes aux sbires d’un Hitler pressé mais qui avait une connaissance très précise des lieux et aucun besoin du moindre guide  , ce qui a beaucoup étonné ces vassaux , tous allemands , qui en témoigneront sans jamais citer ni Lifar , ni Ferrari non plus . Le brave concierge ne tenait aucune gloire de cette minuscule intervention , à raison : il n’a même pas vu le dictateur .

En revanche ce qui est avéré , c’est que Lifar  accueillit Goebbels à l’Opéra le 1er juillet 1940 , comme il le reconnut lors de son procès , en omettant de mentionner la lettre qu’il lui envoya ensuite à propos de l’avenir de la danse allemande . Les comités d’épuration , dont Dussurget était membre, et les tribunaux ont chassé Jacques Rouché , directeur de l’Opéra de Paris , et Lifar pour s’être compromis avec l’occupant . Il fonde alors et dirige les Nouveaux Ballets de Monte-Carlo . L’éclat de ces créations , la demande insistante du public et des danseurs entraînent le retour de Lifar au poste de maître de ballet de l’Opéra de Paris en 1947. Il lui faudra néanmoins attendre 1949 pour qu’il puisse revenir sur scène en tant que danseur.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s