Le LODRIC de Jacques CHIRAC Maire de Paris

         Avertissement liminaire : Jaz est un site laïque , apolitique et non-polémiquechirac lodric (1)Jacques CHIRAC dans son bureau de l’Hôtel de Ville de Paris en Mars 1977 , derrière son bras gauche , on reconnaît un grand réveil Jaz modèle LODRIC .

Chirac et Raffarin . Stoléru et Rocard , les deux co-créateurs du RMI .

Pour comprendre comment un LODRIC arrive sur le bureau de Jacques Chirac , un petit préambule historique , en guise de rappel , s’impose . En 1977 , la fonction de premier édile de la capitale venait d’être rétablie après 105 ans d’abandon , si bien que son prédécesseur est Jules Ferry . Avant d’être Maire de Paris , il avait été Premier Ministre de mai 1974 à 1976 , lorsqu’il donne sa démission au Président Giscard d’Estaing , le 25 Août .

En 2016  Stoléru décoré par Raffarin . Stoléru et Sarkozy                                                                                                                                                                                                      Alors qu’il était à Matignon , Lionel Stoléru était son Secrétaire d’État chargé de la condition des travailleurs manuels et immigrés , poste qu’il occupait déjà dans le gouvernement précédent avec Raymond Barre et occupera de nouveau deux fois avec le même Barre de 1978 à 1981 . Chirac lui -même occupait un poste similaire en 1967/1968 , comme Secrétaire d’État chargé des problèmes de l’emploi . Donc après avoir été , sous Giscard et ses deux Premiers Ministres ,  plusieurs fois Secrétaire d’Etat , Stoléru reprend du service sous Mitterrand et son premier Ministre Rocard avec lequel il crée le RMI , ancêtre du RSA . En 2003 , Stoléru est nommé président du Conseil d’Analyse Economique par le même Jean-Pierre Raffarin devenu à son tour Premier Ministre . Il était donc logique que ce soit Raffarin qui lui remette la cravate de Commandeur  Légion d’Honneur .

raffarinM. Maigrat, le collaborateur mulhousien du ministre Stoleru, devant le poste d’une travailleuse manuelle. Au centre, Henri Klopfer de Wintzenheim , responsable du Service Méthodes de l’usine. A droite, on reconnaît… Jean-Pierre Raffarin, conseiller technique, chef de la cellule communication au cabinet du ministre (photo DNA, 23 mars 1976 ).          C’est donc à ce titre de Secrétaire d’État chargé de la condition des travailleurs manuels et immigrés que Stoléru visite l’usine Jaz en 1976 ; consultez l’article très complet de notre ami Guy Frank , grand spécialiste de l’histoire de Wintzenheim que nous remercions . piselli2Stoléru debout , le soir de la visite , lors du dîner-débat avec les directeurs de l’entreprise et une quinzaine de couples de travailleurs de l’usine Jaz .                                                      Ce genre de visites s’accompagne de cadeaux protocolaires pour chaque visiteur et leurs supérieurs . Stoléru et Raffarin ont probablement rapporté à leur ami et encore Premier Ministre pour quelques jours , un Jaz offert à cette occasion .

lodric chirac 1Le choix aurait porté sur un LODRIC qui a visiblement convenu puisqu’il le conserve dans sa nouvelle fonction de Maire de Paris .

lodric chirac 2Jacques CHIRAC tend le bras droit vers son terminal téléphonique . On aperçoit encore le LODRIC derrière lui dont on reconnaît la silhouette si particulière, l’épaisseur et la taille importante , son cadran noir et on devine même l’espace que provoque le socle par rapport au bureau . Si le cheminement jusqu’au bureau du futur Président de la République n’est pas avéré totalement , en revanche l’identification est certaine .

Le calibre D de Jean Luc Mélenchon

    Avertissement liminaire : Jaz est un site laïque , apolitique et non-polémiqueJean-Luc-Melenchon-et-son-moteur-de-reveilJean-Luc Mélenchon et son objet fétiche. (Bernard Bisson- JDD / DR)   

“Il y a trente-cinq ans, j’habitais dans le Jura une maison au-dessus d’un village fortifié. Pendant des années, des gens avaient jeté leurs détritus pardessus les murs. Ayant décidé d’aplanir le terrain, je me suis retrouvé à déterrer des débris comme un archéologue. Ce qui m’a fasciné dans ce moteur de réveil fut de trouver au pied d’une muraille séculaire un objet qui mesure le temps qui passe. J’avais 27 ans.

J’ai beaucoup déménagé. Les objets, on s’en débarrasse. Curieusement, alors que celui-ci aurait dû être jeté, je l’ai gardé. Quand vous l’observez, il est constitué de rouages, d’engrenages, de ressorts. Dans mon appartement, il se trouve dans la partie bureau, au pied d’une statue en bois, qui représente, bras croisés, le buste d’une personne, le regard dans le vide, en position d’attente. Cet objet est générique de tout ce qui a constitué ma vie d’homme, en tant que père, personnage politique, amant… Ma vie d’adulte y est contenue.

Un réveil ne sert pas seulement à donner l’heure, c’est aussi une alerte. Ma vie a été jalonnée de rendez-vous. Lesquels ce moteur a-t-il déclenchés?

Les marxistes, dont je suis, ont cherché dans le temps les irrégularités qui expliquent l’Histoire. Mais on ne la saisit qu’a posteriori. J’ai voulu comprendre la corrélation qui existe entre la donnée objective du temps et sa donnée subjective (la durée). Le livre de Stephen Hawking Une brève histoire du temps m’a offert un début de réponse. Le temps est un produit de l’univers matériel. J’en ai déduit l’idée d’un temps social.

J’habitais à Massy. À vol d’oiseau, c’est très proche de Paris. En voiture, selon la circulation, cela peut prendre une heure et demie. Les embouteillages, avec les camionneurs, les travailleurs, renvoient à ce temps social. Là, résident les irrégularités qui conduisent aux révolutions. Alors, je regarde ce moteur de réveil. Il est né de l’effort d’un homme. Je ne sais pas quand il s’est arrêté; pourtant, la vie, elle, a continué. Elle se moque bien des contingences extérieures, des institutions, si puissantes soient-elles, mises en place par les hommes. Même en Grèce, la vie continuera… À un moment, c’est la chaîne du libéralisme qui rompra. »

JDD le journal du Dimanche  le 21 juillet 2013, modifié  le 19 juin 2017 , propos recueillis par Ludovic Perrin

                                                                                                                                              Le grigri de Monsieur Mélenchon s’avère être un calibre D , version de l’Occupation avec platines et rouages en alliages blancs . Il s’agit d’une vue avant du côté du cadran , les clefs et boutons sont de l’autre côté .

Pendule Président par Jaz

Avertissement liminaire : Jaz est un site laïque , apolitique et non-polémique

FRANCE-POLITICS-TRANSPORT-GOVERNMENT-RAILHorloge Lepaute sur le bureau présidentiel à l’Elysée

à gauche : la Président de Jaz 1974 ; à droite la pendule du Président 1760

Nul n’est besoin d’être un spécialiste de Jaz pour savoir que presque tous les réveils et pendules de cette marque ont des noms qui se terminent en -IC , hormis cinq exceptions , lesquels ont en général une signification  : consultez notre article en construction sur l’étymologie des dénominations . À de rares exceptions près , ce n’est pas Jaz qui nous éclaire sur l’origine des noms , nous devons procéder par déductions . Parfois celles-ci s’imposent comme des évidences , à l’instar de la Président , rare pendule de 1974 , qui offre une parenté esthétique avec la pendule à deux cadrans de l’Elysée , laissant peu de doute sur l’origine de sa dénomination hors normes .murat-horloge2 LepauteCette horloge est définie à tort , par quasiment tous les médias , comme étant une pendulette d’officier en raison d’une certaine ressemblance avec celles-ci , ce qui est une double erreur . D’abord , elle n’en a pas du tout ni le format , ni le poids , puisqu’elle fait 21 cm de haut bélière baissée : voir sa fiche du Mobilier National . Napoléon I° , en personne , qui se déplace -même sur les champs de batailles – avec un considérable matériel d’apparat tel que vaisselles , mobiliers et nécessaires en tous genres , n’en possède pas d’aussi imposante , évidemment .Elysées 2Mais surtout cette création de Jean-André Lepaute ( 1720 + 1789) , que les Annales Françaises de Métrologie date de 1760 , est bien antérieure  aux pendulettes d’officier , justement imaginées par l’Empereur -selon la légende- pour n’avoir pas supporté de devoir attendre ses officiers en retard sur le champ de bataille . Il aurait donc eu l’idée de faire fabriquer une pendulette indiquant l’heure, qui se transporterait n’importe où .

portrait officiel« Elle passe d’une pièce à l’autre et le suit dans tous ses rendez-vous ». Depuis son arrivée à l’Elysée, Emmanuel Macron ne quitte pas son objet fétiche qui lui permet d’imposer son rythme.

Le 29 juin 2017, un peu plus d’un mois après son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron dévoilait son portrait officiel, réalisé par la photographe Soazig de la Moissonnière. Une image savamment mise en scène sur laquelle le jeune chef de l’Etat apparaît debout, devant son bureau, la fenêtre ouverte sur les jardins de l’Elysée. Autour de lui, les drapeaux français et européens, un livre ouvert, deux téléphones portables et… une mystérieuse horloge à double cadran affichant 20 heures 20.

Pour celui qui s’est longtemps présenté au cours de sa campagne comme le « maître des horloges », cet objet, signé Jean-André Lepaute, n’est pas anodin. Il a même pris une place prépondérante dans le quotidien d’Emmanuel Macron . « Cette horloge passe d’une pièce à l’autre et le suit dans tous ses rendez-vous », rapporte ainsi la rédaction de Paris Match qui a suivi le président pendant une semaine entière. Avec cette pendule mécanique, initialement réservée au Conseil des ministres, le chef de l’Etat « impose son rythme », précise le magazine.

Extrait de l’article de Mélanie Rostagnat sur le site CLOSER du 

 

 

 

Emile Bollaert : un Noric pour l’Empereur Bao Daï

Portrait de l’Empereur par Harcourt et un Noric par Jaz noric Jazette_1948_Juin_page_02[1]Extrait Jazette Juin 1948 page 21 .                                                                                                                                                                     Ce petit encart  dans une Jazette , l’organe de communication de Jaz avec ses horlogers affiliés , mérite quelques explications pour les plus jeunes d’entre nous qui ignorent certainement qui sont Monsieur Bollaert et même Bao Daï , le flamboyant Empereur du Vietnam , décédé en 1997 à Paris dans un oubli quasi total . bao dai 1948S.A.I. l’Empereur Bảo Đại ,  « Gardien de la Grandeur » , en 1948  à Paris.

La caricature ne voudrait retenir de lui que l’image d’un souverain fantoche , volage , décadent et dispendieux , allant jusqu’à faire graver ses paquets de cigarettes à son nom .

C’est oublier que son destin ressemble étrangement à celui de son homologue chinois Puyi , magnifiquement mis en scène par Bertolucci dans le Dernier Empereur , avec une chute  moins douloureuse , heureusement .  Élevé dans une solitude extrême , soumis à une sinistre routine , n’ayant jamais eu ni jouet , ni compagnon de jeu , mal nourri : il pesait 20 kilos à neuf ans . Empereur à douze ans , il sera privé de son pouvoir par la France Coloniale , puis l’envahisseur japonais et enfin la Chine avec le Viet Minh . Faute de pouvoir réformer son pays , il passe de plus en plus de temps aux loisirs : chasse , yachting , bateau , cheval , golf , tennis ;

Certes son goût du luxe était sans limite . Par exemple , les collectionneurs de Rolex savent que la montre du souverain vietnamien s’inscrit dans le Top 10 des plus onéreuses au monde . Surnommée «Bao Dai» , vendue cinq millions de CHF en 2017, elle est fabriquée en 1952 . Déjà à l’époque , ce modèle automatique en or , dont le cadran noir est serti de cinq diamants , était le plus cher de la marque à la couronne . Il l’aurait acquise au printemps 1954 alors qu’il séjournait à Genève lors les pourparlers de paix concernant la guerre d’Indochine . En visite chez Philippe Beguin, un célèbre détaillant de la marque , le 13ème et dernier Empereur du Vietnam aurait demandé la Rolex la plus chère , comme à son habitude , et se serait offert cette référence 6062 unique.

Toute aussi célèbre et prévisible dans l’univers du grand luxe , La Ferrari Bao Daï .

En étudiant parisien et en costume traditionnel , celui qui n’est encore que le Prince Héritier Vinh Thuy pose devant une spectaculaire horloge , en 1926 dans son propre hôtel particulier , avenue Lamballe à Paris XVI°.bao dai horlogeAccoudé sur le manteau d’une cheminée où trône une horloge Art Déco , probablement en bakélite sur trois boules blanches . Dans ce contexte le choix d’un Jaz , un NORIC , bien qu’il soit un Tirage Limité , entièrement fait à la main , pourrait sembler dérisoire . Ce cadeau s’inscrit pourtant dans une tradition diplomatique que les Bollaert connaissent visiblement bien , qui consiste , au-delà de la fonction pacificatrice , à promouvoir un savoir-faire:  ainsi les ambassadeurs de Louis XIII ou Louis XIV emportent en Chine une foule de présents , de l’horlogerie particulièrement .

Toutefois il ne s’agit pas d’un cadeau réellement diplomatique, qui échoit de droit aux services du protocole de l’Elysée pour un chef d’Etat , mais d’un cadeau personnel et amical , proportionné aux moyens d’un couple aisé de hauts fonctionnaires après guerre . dalat villa (3)En outre , ce NORIC est parfaitement adapté au style et au standing du Palais d’été de Dalat qui est en fait une grande villa Art Déco .

Ce réveil n’aurait pas détonné dans ces chambres , assez sobrement décorées.

D’ailleurs un carillon Vedette , sans aucune ostentation, trône encore au mur du salon

Dans son pays ou en France , le Roi des Rois pratiquait la chasse à outrance . Après guerre ,  il va donc chasser en Alsace dont le gibier a été totalement préservé par le rattachement au Reich . Evidemment , il se rendait à la fameuse chasse de Jean Bonin de la Bonninière , Comte de Beaumont , dont le territoire cynégétique couvrait douze communes alsaciennes . En 1954  avec dix amis , ils abattent en un seul week-end : 829 faisans , 360 lièvres , 138 perdreaux , 88 canards , 27 chevreuils et un seul sanglier . Or ce domaine de Diebolsheim  qui reste légendaire pour les chasseurs , est situé à 30 kms à peine de l’usine Jaz de Wintzenheim . L’Empereur d’Annam et du Tonkin a t il entendu parler de cette fabrique ? Est il passé devant ?  Cela a t il joué dans le choix de Madame Bollaert ? En tant que prince héritier,  il fait ses études en France, fréquentant le Cours Hattemer où il est scout , le lycée Condorcet, le lycée Lakanal puis l’École libre des sciences politiques n’ignorant donc rien de la culture et du commerce français ,  il ne pouvait guère avoir ignoré les publicités pléthoriques de Jaz .

Emile BOLLAERT ( 1890 Dunkerque + 1978  Paris ) Compagnon de la Libération , dit Beaudoin de son pseudonyme dans la Résistance.                                                                                                                                                                   Il fait si courageusement la guerre de 1914-18  qu’il obtient la Légion d’Honneur et cinq citations .
Entré dans la carrière préfectorale en 1919 , il occupe divers postes en départements puis au cabinet d’Edouard Herriot . De 1932 à 1934 , il est directeur général des Beaux-Arts . Ayant refusé de prêter serment à Pétain , il est révoqué. En 1941 , il entre dans la Résistance et est désigné dès 1942 comme le futur préfet de police de Paris puis comme Commissaire à l’Intérieur à la Libération . En 1943,  le Général de Gaulle  le nomme Délégué Général du Comité français de la Libération nationale auprès du Conseil national de la Résistance en remplacement de Jean Moulin .monument commémoratif de l'échouage du Jouet des Flots le 3 février 1944 à Feunteun AodEn Février 1944 , Bollaert est intercepté avec Pierre Brossolette sur la côte bretonne en cherchant à se rendre à Londres suite au naufrage du Jouet des Flots . Transférés au siège de la Gestapo , 82/84/86 avenue Foch  – surnommée alors avenue Boche – ils sont atrocement torturés .

Brossolette se suicide en sautant de balcon en balcon, tandis que Bollaert est déporté à Buchenwald , Dora et Bergen-Belsen . EB-1mai45Le 1° mai 1945  , E.B. défile, en tenue de déporté, sur les Champs Élysées EBM51-1mai45-Koenig-1.jpgà l’Arc de Triomphe, avec le général Koenig, alors gouverneur militaire de Paris , qui sera le dernier Maréchal de France et lui aussi Compagnon de la libération .                                                                                                                                                                Rapatrié en 1945 , alors qu’il ne pèse plus que 45 kilos, il est désigné comme Commissaire de la République à Strasbourg , puis nommé en 1947 Haut Commissaire de la République en Indochine .Il y mène des négociations avec avec Hô Chi Minh qui repousse les conditions françaises d’armistice. Il offre la « liberté » au Vietnam , au Cambodge et au Laos , dans le cadre de l’Union Française, puis Il négocie avec l’Empereur Bao Daï lors des entretiens de la baie d’Along.EBM79-auTonkin-1Au Tonkin avec l’amiral Battet et Madame Bollaert de dos , toujours aux côtés de son époux.                                                                                                                                                                                                                                                                                  Les 6 et 7 décembre 1947, Émile Bollaert rencontre Bao Daï en baie d’Along et signe avec lui un accord fixant les grandes lignes d’un traité franco-vietnamien. Bao Daï manifeste sa première réticence en ne signant pas de son nom d’empereur, mais de son nom de simple citoyen Vinh Tuy.Bao Dai Baie d'AlongJuin48-1 Le 5 juin 1948 , l’Empereur Bao Daï contresigne , en présence de M. Émile Bollaert , une déclaration par laquelle la France reconnaît l’indépendance du Vietnam, auquel « il appartient de réaliser son unité ».Le 5 juin 1948, Dao Baï, Emile Bollaert, Nguyen Van Xuân et Tran Van Huu à bord du Duguay-TrouinLe 5 juin 1948, à l’extrême gauche Bao Daï et Emile Bollaert à bord du Duguay-Trouin .                                                                                                                                                                 Les accords de la Baie d’Along ont pour conséquence le rétablissement de Bao Dai à la tête de l’état .
Le soir même, Bao Daï part pour la France.

Madame Bollaert aux côtés de son époux , qui s’occupa de choisir un cadeau pour Bao Daï , chez l’horloger Keller , rue de Constantinople  Paris VIII°.

1964_oct_13_selassieEmile Bollaert , président la Mission Laïque Française , s’incline devant  S.A.I Haïlé Sélassié I°, Empereur d’Ethiopie , le 13 Octobre 1964.                                                                                                                                                                  De 1949 à 1960, Emile Bollaert est président de la Compagnie Nationale du Rhône , le concessionnaire du Rhône pour la production d’hydroélectricité .guy mollet emile bollaert et FMGuy Mollet , Emile Bollaert et François Mitterrand 1956 campagne législative du Parti Radical                                                                                                                                                                                                                                                                          Conseiller de la République , comme l’on nommait alors les sénateurs choisis par les députés de l’Assemblée Nationale , il est inscrit au groupe du Parti Radical puis  Radical-Socialiste et élu par 531 voix sur 582 votants .

Il meurt en mai 1978 , est enterré au cimetière Montparnasse .EB-GrandCroix Le 21 mars 1961 à l’Elysée , le Général De Gaulle le décore de la Grand-Croix à titre militaire en présence – à l’extrême gauche – de Pierre MESSMER le héros de Bir Hakeim , futur Premier Ministre qui avait été son directeur de Cabinet , et de Madame Bollaert à la gauche de l’ex Président Vincent Auriol .                                                                                                                                                                         Site BollaertNos remerciements , les plus chaleureux et les plus respectueux , vont à Monsieur Alain Bollaert qui a conçu un site à la mémoire de son père Emile BOLLAERT et nous a donné l’autorisation d’en utiliser les éléments nécessaires à cet article  . Nous vous invitons à consulter ce site remarquable par la qualité et la clarté de son analyse , l’exclusivité de certaines informations et la richesse de son iconographie . Le plus admirable est l’objectivité de son fils cadet , qui n’a caché aucune polémique et ne tombe à aucun moment dans le danger de l’hagiographie  .  http://www.emile-bollaert.fr/