Billet de Loterie Nationale publicitaire Jaz 1937

loterie nationale JazLe document n’est pas daté mais la seule date commune aux modèles de Jaz reproduits est 1936/1937 , confirmé par les tarifs de cette même année 1936 .

billet de loterieLe billet est inclus dans un petit dépliant publicitaire billet loterie On notera que pour la SEVRIC, il est précisé que les mouvements sont à rubis , ils étaient tout d’abord à pointes métal . L’autre précision d’importance est la fixation brevetée du mouvement sans vis apparente sur le cadran : consultez notre article pour constater à quel point cela représentait une différence esthétique importante par rapport à la concurrence qui pouvait afficher jusqu’à quatre vis en façade  . Il s’agit d’un authentique billet de la Loterie Nationale offert par un horloger bijoutier , Albert Banholzer , qui incarnait la troisième génération dans sa grande boutique à Châlons sur Marne , devenue Châlons en Champagne en 1995 .

La maison Banholzer qui a édité ce billet , a disparue de nos jours , mais l’immense limousine Peugeot 601 d’avant guerre du patron est resté dans la mémoire des vieux chalonnais qui achetaient montres , réveils , bijoux et orfèvrerie auprès de cette enseigne emblématique de la ville champenoise .

La première petite boutique Banholzer en 1904 place de la République à Châlons , celle du 43 rue de la Marne était cinq fois plus grande .

Annotation 2020-01-20 233911 Son grand père Rodolphe , dont on voit ci-dessus le décret présidentiel qui l’autorise en 1872 à résider en France , était le fondateur de cette dynastie originaire du Grand Duché de Bade , ce qui correspond à cette région frontalière avec la France qui comprend la Forêt Noire . Vous noterez qu’un autre badois se voit accorder le même privilège , le même jour . En fait ce n’est guère étonnant quand on connaît l’importance de l’immigration vers la France des habitants de cet état signataire du Traité de Paris en 1806  initié par Napoléon I° , qui en fait un Grand Duché au sein de la Confédération du Rhin contre un contingent de 8.000 soldats badois au service de l’Empire Français . Eugène Spüller , fidèle compagnon de Gambetta , deviendra , peu après ce décret , ministre de l’Instruction Publique , des Beaux Arts , des Cultes et des Affaires Etrangères : il était lui même descendant d’un boucher né à Forcheim en Bade , pour choisir un exemple célèbre.                                                                                                        Historiquement c’est la région horlogère d’Allemagne , où sont nés les coucous et s’établiront des entreprises telles que Kaiser , Emes , Staiger , Kundo ou Kienzle , Mauthe et Bürk à Villingen – Schwenningen ou encore le partenaire de Jaz , Peter Uhren à Rottweill  .                                                                                                                                                      billet de loterie ColmarCe deuxième billet absolument identique au nom d’un autre horloger , Locherer 15 rue des serruriers à Colmar , prouve qu’il s’agissait d’une campagne publicitaire organisée par la maison mère . Jaz était plus habilitée que de simples horlogers à négocier un contrat avec la Loterie Nationale .                                                                                                                                                                                                                                                    Une petite histoire de la Loterie Nationale Française s’impose pour comprendre dans quel contexte ces billets publicitaires s’inscrivent et pourquoi ils ont été autorisés .                                                                                             congrèsAlbert JUGON , deuxième en partant de la droite  sur une carte représentant les cinq délégués des mutilés français                                                                                                                                                                                                                                       L’actuelle campagne publicitaire télévisée pour la privatisation de la Française des Jeux  l’apprend aux jeunes générations et le rappellent aux anciens : la loterie est née sur une initiative des Gueules Cassées , plus exactement celle d’un héros : Albert JUGON . Le petit aide -comptable de Bretagne monté à Paris avec sa femme et ses deux filles , est mobilisé en 1914 . Son unité part au sud de la Belgique pour la bataille de Rossignol, le 22 août . Le breton figure parmi les 400 survivants de la première brigade , qui comptait encore 6.800 hommes le matin même . Suite à cette défaite , les armées françaises lancent une contre-offensive sur la Marne , début  septembre . Son régiment est redéployé en Argonne où il est pris sous un violent bombardement allemand . Jugon est touché par des éclats d’obus qui lui emportent la moitié de la figure et de la gorge ; une partie de sa langue est arrachée , son œil droit crevé… il est laissé pour mort plusieurs jours au bord d’une tranchée .                                                                                                La Grande Guerre frappe par sa démesure . En France , plus d’un quart des hommes de 18 à 27 ans ont perdu la vie au combat . S’y ajoutent 300.000 civils et autant de disparus . On se souvient moins des blessés , qui dépassent les 4 millions , soit plus de la moitié des mobilisés . Au sortir du conflit , les amputés se comptent par centaines de milliers , les aveugles sont plus de 40.000 . Mais de tous les mutilés , ceux dont le visage a été ravagé par les balles , les obus , les grenades , qui génèrent des blessures inédites , sont les plus dépourvus au sortir du conflit . Ils sont près de 15.000 à avoir été défigurés mais étonnement cela n’ouvre pas droit à une pension puisque ce n’est pas une infirmité fonctionnelle .traité de versailles Les Gueules Cassées choisis par Georges Clémenceau avec le moustachu Colonel Picot , député lui même mutilé .                                                                                                                                                                                                                                            Certes cinq d’entre eux , dont Albert Jugon  à l’extrême droite de cette photo , sont invités par le Tigre , lors de la signature du Traité de Versailles , pour assister à l’humiliation du II° Reich . Pour autant leur quotidien dans l’après-guerre est rien moins qu’assuré : ils peinent à retrouver un emploi dans la vie civile , sont rejetés par leurs compagnes et leurs familles , inspirent la peur ou la pitié des passants .picot-colonelLe Colonel Picot                                                                                                                       Refusant le statut de victimes, trois d’entre eux fondent en 1921 l’Union des blessés de la face : Albert Jugon ,  Bienaimé Jourdain et le Colonel Picot qui surnomme alors ces hommes les « gueules cassées ». Non sans humour , ils prennent pour devise « sourire quand même ». Si le nom initial , « Les Gueules cassées », a été refusé par la préfecture de Paris, cela n’empêche pas ses membres de se faire appeler ainsi pour marquer les esprits albert-jugon-pere-des-gueules-casseesAlbert JUGON , à gauche sur la photo montrant un billet de loterie                             Pourtant, dès son origine, l’association refuse de demander des subventions publiques, préférant subvenir aux besoins de l’association et de ses membres par ses propres moyens . Malheureusement , la générosité du public ne suffit pas à suffisamment soutenir financièrement le dispositif de prise en charge des mutilés de la face . carte-la-dette_tbnEn 1927 , Albert Jugon et ses amis lancent l’idée d’une grande souscription nationale, assortie d’une tombola aux lots fabuleux  et pléthoriques . la-dette-page-pub-dans-bulletin-gc-juin-1932-001_tbnOn peut même y gagner des avions de tourisme ! Appelée « la dette » , elle se développe avec d’autres associations de victimes de guerre dès 1931 .paiement-gros-lot-par-eugene-fournier-vice-president-gc-001_tbn paiement-gros-lot-albert-jugon-et-bienaime-jourdain-001Ce gros paquet dans les bras de JUGON ce sont des billets de banque ! Les fameux billets bleus et roses de 1000 Francs , en cours de 1890 à 1933 , mesurait 235 mm par 130 mm                                                                                                                                                                                                                                                                            Le premier billet de loterie est remis solennellement à Gaston Doumergue, Président de la République , lors de sa visite au domaine de Moussy-le-Vieux , en Seine-et-Marne qui recueillait des Gueules Cassées , dit le château sans miroirs : on comprend aisément pourquoi…                                                                                                                        Hasard extraordinaire ce même Président Doumergue prend sa retraite à Tournefeuille dans la maison qu’il avait gagnée à la loterie grâce à un billet acheté avec un voisin . Heureusement pour lui , car rappelons qu’à l’époque les Présidents de la République n’avaient pas de retraite . Jusqu’alors issus de la grande bourgeoisie ou assassinés en cours de mandats , comme Doumer ou Sadi -Carnot , ils n’en avaient guère besoin .                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Séduit par ce succès l’Etat s’en arroge le monopole en créant la Loterie Nationale qui voit le jour en 1933 , au profit toujours des mutilés mais y ajoute les anciens combattants et les victimes de calamités agricoles . Aujourd’hui encore , elle est actionnaire de la Française des Jeux , dont elle détient 9,23 % du capital .860_bonhoure_coffeur_loterie Paul Bonhoure descendant les Champs Elysées  après avoir touché ses gains .            Le premier tirage de la Loterie Nationale rend millionnaire un coiffeur de 50 ans , à Tarascon , marié , deux enfants,qui est happé par une célébrité foudroyante. 870x489_tirage_loterie_8_novembre Premier tirage de la loterie nationale 5 M. de Francs correspondent à 3 M d’€uros Généreux et élégant , il offre son salon à son assistant , s’achète une grosse voiture et une propriété de plus de cinquante hectares près de Beaucaire où s’écoule tranquillement le reste de son existence , excepté le harcèlement de solliciteurs qui rendra les gagnants suivants plus discrets sur leurs adresses .                                                                                kiosque-loterie-sur-la-canebiereKiosque des Gueules Cassées à Marseille sur la Canebière au 43 , devant les ateliers des Ouvriers Horlogers Réunis (anciennement au 2)                                                                                                                                                                                        Mais les billets sont à 100 Francs , équivalent à 80 € , et donc inaccessibles au plus grand nombre . Le Colonel Picot a donc l’idée d’acheter les billets à l’État , de les fractionner en « dixièmes » qui seront ensuite revendus au public à un prix abordable . Une nouvelle fois , c’est un succès .. Voilà pourquoi sur cette photo marseillaise , les Gueules Cassées annonce avoir gagné pour la 7° fois le gros lot : en fait ayant acheté à l’Etat des billets pleins , ils les ont revendus à acheteurs dont certains sont devenus des gros gagnants .dixieme-gueules-cassees-1935-001_tbn En 1935, l’État réglemente le fractionnement des billets entiers en dixièmes , officialisant ainsi la profession d’émetteurs de Loteries . A la fin des années trente sont autorisés le sur-fractionnement des billets pour des besoin de publicité , jusqu’à 1/5000° comme notre billet émis par Albert Banholzer , horloger à Châlons en Champagne , de fait devenu lui- même émetteur de loteries .

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s