USINE SIFCO JAZ FAVRE – LEUBA en INDE

indePour continuer à exporter en Inde et en Orient  , Jaz ouvre , le 6 Février 1965 , l’usine SIFCO à Sanathnagar , banlieue industrielle d’Hyderabad avec la prestigieuse marque suisse de montre FAVRE-LEUBA et India Capital . En fait , Jaz importait aux Indes depuis les années 30 des réveils fabriqués en France en s’appuyant sur la réputation et le réseau de FAVRE-LEUBA , fournisseur historique des maharajas et officiers de l’Empire Britannique des Indes dont WEST END WATCH Co était l’agent commercial grâce à son implantation à Bombay . A partir de son premier plan quinquennal , en 1951 , l’Inde a pratiqué une économie administrée , fondée – notamment au niveau industriel – sur une politique de substitution aux importations qui sont d’abord retreintes puis progressivement interdites . Consultez notre article consacré au réveil géant offert au Raja de Nanpara en 1935 .                                                                                                                                                                USINE JAZ INDE détail 2Pour résumer les choses simplement , il fallait que cessent les importations de produits manufacturés qui étaient source de dépendances et de fuites des capitaux de la jeune république indienne . En outre , l’Inde souhaitait des transferts de technologies et la formation d’une main d’œuvre autochtone qualifiée . Cette usine , au parc de machines de construction suisse et française , occupait 200 indiens , dont 50% de femmes . Au tout début à Hyderabad , on n’assurait que des assemblages de réveils fabriqués en France mais dès la première année ce sont près de 10.000 réveils qui sont produit par mois destinés aux marchés indiens et asiatiques . USINE JAZ INDE détailDans le cadre du régime dit des « licences » ,  l’État Indien a soumis l’investissement privé et celui des grands groupes – investissement qui visait une implantation dans de nouveaux domaines ou tout simplement une augmentation des capacités de production – à l’obtention de « licences administratives »par des oligopoles composés de grands groupes publics et privés, ces derniers acquérant une structure conglomérale par « addition de licences » comme SIFCO qui , de nos jours , est toujours active dans l’industrie pharmaceutique , l’aéronautique , etc.                                                                         Source : Rapport de l’International Labour Organisation  METAL TRADES COMMITTEE 8°session Geneva 1965 à la page 138  Jaz à l'exportOpera Mundi Europe  n°402 Mars 1967  – a weekly report on the Economy of the Common Market – in Euroflash Headlines page i .                                                                                                                                                                  Ainsi dans cette usine , Fabre-Leuba fabriquait ses montres et Jaz ses réveils, limitant apparemment cette production aux Gros Jaz ronds , comme ce modèle de 1978 et une réédition du CHILIC . A la même période Jaz tentera une implantation analogue à Manaus en Amazonie (Brésil) pour des raisons semblables de surtaxation – voir l’exemple d’un NUFIC taxé – en déléguant pendant deux ans un employé de l’usine de Wintzenheim sur place , en vain .

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s