Pierre Marly 45 ans au service de Jaz

 

Pierre Marly , né à Paris le 25 mai 1921. Il entre en 1936 , à 15 ans comme apprenti à la CIMH , Compagnie Industrielle de Mécanique Horlogère  première raison sociale de Jaz , à Puteaux et obtint son certificat d’horloger en 1941 . Requisitionné en 1942 par le STO , Service du Travail Obligatoire , il est enrôlé dans une usine d’optique allemande dont il est libéré par l’armée russe en 1945 .

De retour en France il est réintégré à la CIMH devenue officiellement Jaz S.A. mais comme chef d’équipe . La direction parisienne lui demande, le 1er janvier 1962 , de rejoindre l’usine Jaz de Wintzenheim acquise en 1954 . Il s’installe dans cette petite ville près de Colmar où il fait souche . Devenu chef d’atelier, il prend sa retraite en 1981 après 45 ans au service de Jaz .

Pierre Marly a consacré ses loisirs à l’athlétisme à un haut niveau et c’est bien logiquement que l’ancien horloger a été chronométreur national lors de grandes compétitions sportives .

 

 

Calibre SH fiche technique

Calibre SH , made in Japan , avec  sonnerie à heure et demie sur deux gongs . Ce mouvement était fabriqué au Japon mais les horloges assemblées en France . Il équipe les PREVIC , NARGIC , SONNIC , RENIC , ALFIC , NOGIC , GARNIC , NAUDRIC , SOSIC , RHONIC , DODIC , mais aussi des horloges de la marque Vedette .calibre sh.jpgcalibre sh.jpg2calibre sh.jpg3calibre sh.jpg4Dodic mécanismecalibre SH équipant un DODIC dodic mode d'emploiAttention : si vous possédez ce type de pendules . Le mode d’emploi fixé au dos indique qu’ il ne faut jamais manœuvrer le bouton lorsque la sonnerie est en cours

Catamaran JAZ route du Rhum 1982

avis de passage 1983 (1)avis de passage 1983 (2)Avis de passage -recto & verso- d’un représentant Jaz en 1983 . Format 21 x 10 cm .

Jaz catamaranextrait de Jaz Actualités n°150 Octobre 1982                                                                 Contrairement à d’autres marques françaises d’horlogerie qui firent et font encore le pari du sport pour leur communication , Jaz s’est peu servi de ce vecteur pour faire sa publicité , sans doute parce que ce n’est qu’en 1970 que la marque lance sa gamme de montres , celles-ci ayant plus volontiers une image sportive que les réveils . Alors que JAZ est pionnière de la publicité au cinéma , puis à la télévision , sans compter les intenses campagnes d’affichages et de publications de la presse , étrangement elle se tiendra , par exemple , écartée de cet énorme outil promotionnel qu’est le Tour de France .lip communication Revue Française des Bijoutiers Horlogers n°156 Octobre 1953 (extrait , page de gauche ) ;  La comparaison , au delà des chiffres , entre les moyens de communication employés par Jaz et Lip , montre que ce dernier utilise un car-exposition itinérant mais surtout qu’il cible 15 millions de sportifs grâce aux annonces lancées par les hauts parleurs des stades de foot-ball , ce que ne faisait pas Jaz .KIENZLE_buscamionnette-vedetteContrairement à Kienzle ou Vedette , on ne verra jamais de camion Jaz sur les routes

jeux olympiques 19680008extrait Jaz Actualités n°70 du 23 Février 1968                                                                                                                                                                                                                  A peine Jaz fait elle une incursion discréte aux  Jeux Olympiques de 1968 , se contentant de trois éditions de l’Equipe et d’une édition spéciale du Dauphine Libéré , axées autour de deux réveils  les QUINZIC et FAMIC équipe de ski 1977En 1977 pour la promotion de sa montre Jaz Quartz 12 – parce que 12 fonctions ,voir le site jazmontrevintage – nos skieurs ne brillant guère par leur performances, Jaz s’appuie essentiellement sur notre équipe féminine avec Patricia Emonet , Danièle Debernard , Fabienne Serrat et surtout la très jeune et médiatique Perrine PELEN qui remporte , à seize ans la Coupe du Monde de ski en Slalom Spécial féminin et sera plus tard triple médaillée aux JO .

 

Aussi son investissement très important dans l’univers de la voile de compétition , à partir de 1982 , est une grande première ; mais n’oublions pas que Jaz , devenue propriété de Matra , part avec succès à la conquête du marché américain : en 1983 elle devient la première marque française d’horlogerie aux États-Unis avec plus de 200 000 montres et 100 000 réveils et pendules vendus . Sponsoriser un bateau , qui arrive pour sa première course à New Orléans puis dans la très médiatisée route du Rhum , laquelle comportait presque à chaque fois un concurrent américain pour traverser l’Atlantique , n’était assurément pas une mauvaise idée  .                                                                                                                                                                                                                                   La route du Rhum 1982 voit l’apparition des grands multicoques de plus de 20 mètres . Marc Pajot sur Elf Aquitaine , malgré une avarie , gagne la course avec dix heures d’avance sur JAZ de Bruno Peyron . On notera pas moins de 19 abandons dont ceux de Jean-Yves Terlain sur Gauthier III et d’Eric Tabarly sur Paul Ricard . Jaz Plan.jpgOcéan Speed est un catamaran bipode de 17 mètres dessiné par l’Architecte naval Bruno Dubernet . Il portera successivement le nom des sponsors suivants : AGFA , Takara , L’Aiglon , Eminence , Alcatel et Le Lavandou mais c’est avec celui de Jaz qu’il fera sa plus belle course .arrivée de JazVoyez l’arrivée de la course du Rhum sur INA.Fr  , à la 7°minute du film l’entrée au port se fait de nuit pour le catamaran de Bruno Peyron bruno Peyron tee shirt jazLe skipper, évidemment , porte un tee shirt arborant le nom de son sponsor : JAZ . En fait ce bateau portera plusieurs fois les couleurs de la marque JAZ : tout d’abord en Mai 1982 sous le nom JAZ France pour La Rochelle -New Orléans arrivant  9°sur 31 avec un équipage composé des trois frères Peyron et du Docteur Vigoureux et de nouveau en Septembre pour le Multicap de La Baule avec le score de 3° sur 4 de la classe 1 . Pour la Route du Rhum en Novembre /Décembre , il est plus sobrement rebaptisé JAZ et enfin en 1983 c’est sous la bannière JAZ Quartz qu’il court la transat en double avec Gilles Mallet et toujours Bruno Peyron en équipage .                                                                                                                                                                                                                                 La liste des catamarans de compétition célèbres disparus à jamais parce que coulés , détruits , perdus , brulés ,etc… est sans fin , presqu’autant que celle des bateaux dont on est sans nouvelles , par chance on sait que Océan Speed alias Jaz France était encore amarré en 2012 à Saint Domingue .

Les 3 frères PeyronLes trois frères PEYRON : Bruno , Loïc et Stéphane                                                                                                                                                                                                      BRUNO PEYRON est l’un des plus grands skipper français , détenteur d’une constellation de records

  • Premier navigateur à réussir le Tour du Monde en moins de 80 jours (Trophée Jules-Verne 1993)
  • Seul navigateur à avoir conquis le Trophée Jules-Verne à trois reprises (1993, 2002 et 2005) avec Ronan Le Goff (2002, 2005 et 2010)
  • Fondateur de The Race (première course autour du monde sans limites 2000 / 2001)
  • 8 fois numéro 1 mondial des records océaniques (1993, 1998, 2000, 2001, 2002, 2003, 2005, 2006)
  • 3 fois record de l’Atlantique (1987, 1992, 2006)
  • 5 fois record du Pacifique Nord et Sud (1997, 1998, 1993, 2002, 2005 )
  • 5 fois record des 24 heures (1982, 1997, 2000, 2004, 2006)
  • 39 records océaniques
  • 2 fois « Neptune d’Or » et trois fois nommé « World Yachtman of the year » (2002, 2005, 2006)
  • Record absolu du plus grand nombre de milles parcourus en maxi-catamaran océanique

En revanche son parcours sur la route du Rhum a un goût d’inachevé puisqu’en 1982 il finit donc avec Jaz , à une belle deuxième place , derrière Marc Pajot . Quatre ans plus tard , puisque c’est la périodicité de cette course , il est devancé de 48 heures par  Philippe Poupon qui lui concède encore la deuxième place , mais cette fois sous la bannière Ericsson .autocollant Jaz Quartz catamaranautocollant Jaz Quartz de 1983 représentant le catamaran vu de face : assez peu reconnaissable , convenons en ….le slogan Jaz Le Bon Temps , que nous avons repris pour titrer notre site , était  celui de la marque à cette époque .

La montre Jaz quartz portant la signature de Bruno Peyron et la silhouette de son bateau

pont et nacelle centrale de JAZ

Calibre RPK à quartz 1981

calibre RPKTexte et illustrations extraits du Jaz Actualités n°148 d’Octobre 1981          Dorénavant cornaqué par le Groupe Matra Horlogerie , JAZ doit , dans son catalogue 1982 , inévitablement suivre l’ascension mondiale du Quartz en horlogerie et dote ses gammes de réveils et horloges analogiques de trois mouvements de technologie Hattori , lesquels avaient fait leurs preuves puisque vendus à des millions d’exemplaires par SEIKO ( Kintaro Hattori est le fondateur de Seikosha Factory ). Ce calibre RPK à pile LR6 , le calibre RQK à pile bouton pour les plus petits réveils et le calibre MAK pour horloge murale . On notera que les boutons sont tellement petits qu’ils se manipulent à plat avec le gras du doigt , renouant en cela avec les boutons du PARIC de 1942 . Il dote le DAILLIC , l’OFFIC , etc .calibre RPK La France Horlogère n°375 Février 1977 page 61& 62 montageLa France Horlogère n°375 Février 1977 page 61 & 62 (assemblage ) calibre RPK La France Horlogère n°375 Février 1977 page 63La France Horlogère n°375 Février 1977 page 63

Calibre DV mallette de réparation

malette calibre DVPetite  mallette de réparation pour calibre DV      Format 14 x 8,5 x 2,5 cm malette DV ouverte7 boîtes plastiques transparentes comprennent un ensemble de pièces de rechangescalibre DV malette (1)Un rappel de nomenclature est fixé au couvercle     clefs VS472 vis de platine10 clefs 7 boutons 8 clefs dorées de fixation de dos-cloche et 5 vis de fixation de platinecalibre DV ressorts DV 116 : trois ressorts de réveils           DV 48 : trois ressorts de mouvement à crochets tous maintenus par un sertissage en fil de fer calibre DV malette (5) BD 4109 ensemble barillet réveil                    BD 4041 ensemble barillet mouvement  DV5095 balancier réglé BD4091 ancre DV2080 roue d'échappementDV 5095 deux balanciers réglés BD4091 cinq ancres  DV2080 deux roues d’échappement

 

dix goupilles de platine DV94 huit axes de balancier DV3106 trois noyaux de raquette à rubisdoc cal DV (2)Nous devons à la générosité de Stéphane G. de présenter cette rare mallette complète . Consultez le site de notre ami , spécialiste des montres JAZ  Jazmontrevintage.

 

Calibre MAK et JAK à Quartz pour murales 1981 à 1986

calibre MAK photoscalibre MAK texteTexte et illustrations extraits du Jaz Actualités n°148 d’Octobre 1981                                                                                                                                                                                       En 1981 Jaz est dorénavant entre les mains du Groupe Matra Horlogerie et doit  inévitablement suivre l’ascension mondiale du Quartz en horlogerie . Ses gammes de réveils et horloges analogiques se voient alors dotées de trois mouvements de technologie Hattori , lesquels avaient fait leurs preuves puisque vendus à des millions d’exemplaires par SEIKO ( Kintaro Hattori est le fondateur de Seikosha Factory ) à savoir le RPK à pile LR6 pour réveils , le RQK à pile bouton pour petits réveils et ce MAK pour horloge murale . Il succède au calibre MK qui n’équipait que 28 pendules mais qui était de conception Jaz et de fabrication française  ; ce sont 72 horloges murales qui écoperont du MAK entre 1981 et 1986 . Il est donc loin derrière le calibre J , employé dans 112 réveils mécaniques ou plutôt 186 si l’on compte ses variantes calibre 3 J , 4J etc . Néanmoins il s’agit du deuxième calibre le plus employé par Jaz et le premier pour les murales . En 1988 il est encore employé pour les murales à quartz Japy .regic dosLe calibre MAK peut être inséré dans ce type de carénage calibre JAKCalibre dateur JAK à calotte noire pour horloge donnant le jour et la date . Calibre JAK à calotte blanche                                                                                                                                                                                             On pourrait même ajouter tous les calibres JAK pour horloges à dateur qui ne sont que des variantes du MAK que l’on reconnaît aisément au centre de ce mouvement : JAK voulant signifier MAK à Journalier , comme le calibre JK était le dateur pour le MK .Jaz notice calendrierCette notice en six langues confirme l’analogie entre calibre JAK et MAK    pages 2 & 3Jaz notice calendrier 2pages 1 & 4 La France Horlogère  n°375 Février 1977 page 61.jpgLa France Horlogère n°375 Février 1977 page 61 calibre MAK La France Horlogère n°375 Février 1977 page 62La France Horlogère n°375 Février 1977 page 62

CALIBRE RQK à Quartz pour petits réveils 1981 à 1986

calibre RQK photocalibre RQK texte .jpgTexte et illustrations extraits du Jaz Actualités n°148 d’Octobre 1981          Dorénavant cornaqué par le Groupe Matra Horlogerie , JAZ doit , dans son catalogue 1982 , inévitablement suivre l’ascension mondiale du Quartz en horlogerie et dote ses gammes de réveils et horloges analogiques de trois mouvements de technologie Hattori , lesquels avaient fait leurs preuves puisque vendus à des millions d’exemplaires par SEIKO ( Kintaro Hattori est le fondateur de Seikosha Factory ) . La particularité du calibre RQK est qu’avec une épaisseur de 0,9 cm , il est extra-plat et peut équiper de petits réveils comme les NORDIC , NODRICGONICDORNIC, LUSTIC , ELGIC , SUDIC , RUBIC , OLVIC , NORIC , NOGIC , LONIC  , DUSIC , TERCIC , CERTIC , MAURIC , LAVIC et VALIC de 1981 à 1986 .

Son corps en plastique peu flatteur est , en général , dissimulé par un cache en métal qui apporte du poids et , en conséquence,  un ressenti plus noble aux réveils qu’il anime . On notera que les boutons sont tellement petits qu’ils se manipulent à plat avec le gras du doigt , renouant en cela avec les boutons du PARIC de 1942 . Jaz précisait que les boîtiers de ces réveils alliaient le laiton et l’ABS doré ; ( c’est du vrai or !) comme le rappelait le Directeur Commercial ,  André FROMENT .calibre RQK La France Horlogère  n°375 Février 1977 page 63.jpg

La France Horlogère n°375 Février 1977 page 63La France Horlogère  n°375 Février 1977 page 64 fin.jpgLa France Horlogère n°375 Février 1977 page 64

Horlogerie Bijouterie AUBRUN à Chauvigny 1920 à 2000

Nous devons l’essentiel de cet article à Max AUBRUN  ex-conservateur des musées de Chauvigny et co-auteur du remarquable ouvrage de 460 pages : CHAUVIGNY 1851- 1970 120 ans de photographies . Nul n’était mieux placé que lui pour retracer l’histoire de la bijouterie AUBRUN fondée par son grand père Maxime AUBRUN , par ailleurs maire de cette petite ville de la vallée de la Vienne et successeur de Henri BOZIER l’horloger bijoutier de la rue du Marché . Son fils Pierre AUBRUN reprendra le flambeau qui le transmettra à son tour à son propre enfant Max AUBRUN qui – par chance pour tous –  a fait œuvre d’historien pour sa ville et sa famille : qu’il en soit remercié !Chauvigny 0 Chauvigny 1Chauvigny page 298Chauvigny 2

Chauvigny page 300.jpgL’identification des pendules , aux styles les plus caractéristiques , apparaissant dans cette vitrine permet de dater cette photo un peu au delà de l’estimation de l’auteur puisqu’elles sont toutes extraites du catalogue 1964/65 .

 

Chauvigny page 407 600ppLes réveils , à cloche surmontés d’un anneau , qui sont bradés ne sont pas des Jaz , en revanche le réveil géant est bien un Jaz de vitrine , du même  modèle que celui du Raja de Nanpara ; à n’en pas douter il n’est pas bradé mais fait la promotion des Jaz que les AUBRUN  distribuait dès avant -guerre .Chauvigny page 406 600ppMax sera , plus tard , le troisième AUBRUN  à la tête de l’horlogerie bijouterie  jusqu’à sa fermeture .Chauvigny Foire 600ppil n’est pas bien difficile d’identifier une LUMIC à son néon annulaire allumésachets AUBRUN 1938Trois sachets de réparations au nom de Maxime AUBRUN , modèle 1938 , format 11 x 7,5cm

calibre CS 1975 à (1999)

cal cs

Le calibre CS est un calibre de réveil d’une autonomie de 30 heures qui apparaît en 1975 et commence en 1977/78 à remplacer le calibre DK . Il est conçu par Uhrenfabrik Senden , fabricant de réveils allemands distribués sous les noms commerciaux de Europa et Deluxe . Consultez l’article que nous consacrons à Europa et sa collaboration avec Jaz .

doc cal cs (2)doc cal cs (1)

 

Pour identifier facilement un calibre CS sans l’ouvrir , il suffit de regarder la morphologie du dos dont la principale caractéristique est qu’il ne comporte qu’une clef de remontage pour remonter le mouvement et la sonnerie contrairement à ses prédécesseurs qui  nécessitaient deux clés séparées.

Il existe trois variantes du calibre CS de base qui n’est doté que de deux rubis : celle à sept rubis , dans ce cas les réveils portent en général la mention7 jewels au cadran ;  une variante à dateur simple sans les jours ( exemple le CALIC ) et enfin le 6CS à dateur jour et date ( exemple le JOURIC )

 

Le calibre n’ayant pas de sens de fonctionnement impératif , il peut être orienté , selon les spécifités du boîtier,  « tête » en bas ou en haut : l’arrêt de sonnerie peut donc être en haut à gauche …

…ou en bas à droite…

…voire de côté à gauche ou à droite

la date est parfois indiquée sur le moyeu de la clef de remontage… le premier chiffre est le trimestre il peut donc aller de 1 à 4 , le second chiffre indique es deux derniers chiffres de l’année veglia 1976 (2)par exemple 2/76 pour deuxième trimestre 1976

cal-cs …toutefois le calibre CS est toujours daté en creux sur la platine ; la référence W001 trahit son origine allemande puisqu’elle commence par le W de Wecker qui veut dire réveil en allemand , d’ailleurs les références des plus célèbres mouvements ou réveils allemands commencent souvent par ce W , comme le fameux W10 de Junghans . La dénomination française est une allusion à son fabricant CS pour Calibre par Senden .

calibre CS

Ce réveil ne dispose que d’une seule clef , correspondant donc à un seul barillet qui déversera son énergie pour les deux fonctions : mouvement et réveil ; D’ordinaire chaque fonction a son propre barillet .

On utilise un système d’arrêtage qui laisse vider assez d’énergie pour que la sonnerie sonne une fois, soit un tour d’arbre, ce qui veut dire que l’on a qu’un armage de sonnerie, il faut donc remonter à chaque fois son réveil  : https://www.youtube.com/watch?v=m-ST4NpCsls

les boutons sont , a priori et en grande majorité , en plastique mais on peut en trouver en métal .

Ce calibre CS est à forte diffusion puisque vous le retrouverez également sur les réveils DELUXE , autres marques de Senden Uhrenfabrik .

La manufacture horlogère française UTI , fondée par le grand père de Jacques Meyer qui sera PDG de JAZ S.A de 1982 à 1986 , employa également le calibre CS pour ces réveils de voyage de base , comme d’autres marques telles que LANCEL ou JAPY  sous gouvernance JAZ .

 

Calibre DV 1968 à 1973 puis 1980/1981

cal DVLe calibre DV est un mouvement mécanique , d’une autonomie de 30 heures à fonction réveil , empierré de quatre rubis , qui apparaît en 1969 , remplaçant le calibre J. Il sera remplacé à son tour en 1974 par le calibre DK mais étrangement le calibre DV sera employé de nouveau en 1980/1981 en remplacement de son propre remplaçant le DK ! Il a été entièrement conçus par les ingénieurs de Jaz et fabriqué à 100% à Colmar .calibre DV trilingue

doc cal DV (1)doc cal DV (2)Il fait l’objet de variantes : 3DV à répétition , 4DV silencieux pour réveils Discreto et 6DV pour réveils à dateur et 14DV à 7 rubis . Au total , le calibre DV est monté sur 37 Jaz dont huit 14VD , cinq modèles pour les 3DV , 4DV et autant pour le 6DV .

calibre DVIl est facilement identifiable de l’extérieur en observant les boutons qui sont percés au centre , en admettant qu’ils n’aient pas été changés . Boutons et clefs sont identiques pour la sonnerie et le mouvement ce qui facilite les réparations et les remplacements en cas de pertes . Consultez l’article consacré à la mallette de réparation du calibre DV

Les calibres DV sont datés en creux sur la platine , en haut et à gauche : datation à l’américaine à savoir l’année d’abord , le mois ensuite . Exemples ci-dessus 7007 = 1970 mois de juillet et 7204 =1972 et mois d’avril .calibre 14 dv (3)7104 pour 1971 avril pour ce calibre qui affiche – au bout de la flèche – seven jewels correspondant donc à un calibre 14 DV , les autres calibres DV n’en ont que quatre .calibre 14 dv (2)les calibres 14 DV voient leur échappement dotés de rouages en  Delrin .

Pour identifier facilement un calibre DV sans l’ouvrir , il suffit de regarder la morphologie du dos et les boutons employés .