AARABE LAKBIR horloger à Ouarzazate Maroc

Certes le vénérable Aarabe Lakbir – encore en activité – n’a certainement jamais été un horloger affilié par Jaz mais nous devions rendre hommage à cet horloger de Ouarzazate , la Porte du Désert , dont la naïve , mais attachante , plaque émaillée est une des plus charmantes preuves de la célébrité de Jaz à travers le monde .

Le texte ci-dessous et les photos sont intégralement repris du remarquable site historique de Mohammed BAYOUSSEF  http://memoire-ouarzazate-photo-documents-souvenirs.over-blog.com/

Cette boutique au-dessous de laquelle est suspendue la plaque de la montre Jaz, qui se trouve sur la ruelle des banques, qui mène vers hôtel Royal et la BMCE d’un côté et vers Kisariat Ahl Sous de L’autre Côté, appartient au deuxième horloger de Ouarzazate qui s’appelle AARABE LAKBIR ou pour les gens du coin LAMAALLAM BENIDAR. C’est le fils ainé d’un mokhazni de 31 Makhzen Mobil AARABE IDAR surnommé IDAR l’éboueur (IDAR ACHATTAB en arabe) à cause de son amour de faire la corvée du quartier toute la journée. Feu monsieur IDAR originaire d’Elklaa Sraghna comme un nombre important des Mokhaznis de Mobil, est venu à Ouarzazate dans les années 50, où il a exercé dans le goum puis à Makhzen mobil. C’était parmi les premiers qui ont eu leur permis de conduire de la première auto-école chez OTHMAN de TASSOMAATE (Othman dont nous avons amplement parlé). Durant les années 60 monsieur Idar avait une voiture parmi les premières d’Ouarzazate, c’était une Citroën noire avec une manivelle de démarrage qu’il actionne tôt chaque matin. A notre bonheur, pour la mettre en marche, il compte sur nous enfants de la caserne pour la pousser au départ. Lakbir AARAB plus connu à Ouarzazate par BEN IDAR l’horloger dont la mère feue Lalla Zahra était la sage-femme du douar avait un frère benjamin Larbi militaire et une sœur Aicha femme de foyer. Il est le seul de sa famille à rester à Ouarzazate à Ait GDIF après le décès de ses parents et son mariage avec une fille de la région. Tout jeune vers 1964, ses études primaires non achevées, son père le confié au seul horloger du centre de Ouarzazate monsieur BELYAZIDE pour apprendre le métier d’horloger qu’il aime tant. Monsieur BENLYAZID l’ex parlementaire au sein du parti de l’Istiqlal l’a pris en charge durant des années en tant qu’apprenti. Fin 1968 et début 1970, Lakbir à commencer à fréquenter les souks hebdomadaires à son propre compte en tant que réparateur de montres et d’horloges qui étaient dans le temps mécaniques Types Jaz, Dogma, Flica ,Lip, Zénith, Omega, Carillon, comtoise etc. montres très prisées par les collectionneurs. Apres des années d’expériences dans le métier, il s’est approprié le magasin sujet du présent article d’un joaillier juif partant vers la Palestine au nom d’Isaac (dont les fils gardent toujours contact avec Ouarzazate ils sont de Telmasla). Dans le temps, après l’abandon de Belyazide du métier d’horloger pour se consacrer à la politique, Ben Idar était le seul artisan horloger connu par sa rigueur, la précision de son travail et son savoir-faire pournettoyer, réviser ou réparer une montre de luxe, une vieille horloge  qui a besoin d’être. Par ses connaissances, il prend le soin même de vous donner les meilleures explications sur ce qu’il entreprend dans son échoppe et travaille sous vos yeux à son établi et répare des mécanismes de montre quelque fois très complexe et anciens.

ouarzazate (2)Mais, vu la lourdeur de l’âge et la baisse de la vue, malgré des lunettes à forte dioptrie (on disait dans le temps lunettes à verres des fonds des bouteilles d’huiles (’قاع الزجاجة), Lakbir à cesser depuis 1974 de se déplacer aux souks et s’est contenter de son magasin jusqu’à aujourd’hui.

La défaillance des pudeurs Roman par Christophe GIRARD 2006

Christophe Girard

 

 

Christophe GIRARD est généralement défini comme un homme politique puisqu’il a été Conseiller Régional d’Ile de France , Maire du IV° arrondissement de Paris et reste encore actuellement adjoint à la Maire de Paris . Militant de l’homoparentalité , il est lui même marié au réalisateur Olivier Meyrou . Comme Jack Lang sera toujours associé à la Fête de la Musique , il restera dans les mémoires pour avoir été l’initiateur de l’événement culturel des Nuits Blanches . On a pas oublié qu’il a grimpé pendant plus de vingt ans tous les échelons chez Yves Saint Laurent puis LVMH , ayant été découvert par Pierre Bergé à Tokyo . Parfaitement nipponisant , il est diplômé de littérature japonaise et démontre dans ce roman autobigraphique , qui est le premier de ses quatres livres , son talent d’écriture où il livre avec une grande pudeur et presque timidité son enfance au bord de la Loire, du côté d’Angers .                                                                                                                                                                                                                                                                      C’est une famille de quatre enfants , douce , sans excès , dans une forme de bonheur incertain . Et puis les choses basculent avec la mort d’une des deux soeurs . On ne sait pas très bien dans quelles circonstances. Ce mystère unit et sépare , pèse désormais sur les jours comme une chape de plomb puis engloutit la mère dans un désespoir lancinant . Un jour, elle disparaît à son tour dans la Loire , en un discret suicide .                                                                                                                                                                                Sans emphase ni pathos, le narrateur cherche à comprendre un mystère et peut-être les signes d’un destin mélancolique que seul un formidable appétit de vivre lui permettra de tenir à distance .  La défaillance des pudeurs est un joli livre d’images pour parler du deuil , du temps qui passe, de l’homosexualité, de la bisexualité, de la filiation, du suicide avec ce ton égal qu’offrent l’intelligence, l’équilibre et la distance.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Pour l’histoire de la présence de Jaz dans les foyers français , cet extrait de son livre est extrêmement représentatif de  plusieurs générations d’après guerre qui reçurent pour leurs communions comme cadeaux de leurs parrains ou marraines , le duo montre LIP et réveil JAZ . Rien n’obligeait l’auteur à citer ces deux marques mais il a finement senti que cette précision parlerait à beaucoup . L’entrée de Jaz dans l’univers des montres en 1970 bouleversera ce binôme traditionnel donc beaucoup de cinquantenaires et au-délà peuvent encore témoigner .                                                                                                                                                                                                                                           L’histoire des montres Jaz se trouve sur le site jazmontrevintage 

horlogerie-bijouterie-piard-montchaninCette répartition du marché chez les horlogers bijoutiers se faisait évidemment aussi avec les montres Oméga puisque la direction des deux maisons était la même . La consultation de nos articles illustrés sur les horlogers affiliés vous démontrera , par les images des vitrines d’époque , la distribution habituelles des rôles : les bijoux à Murat , les carillons à Vedette , les chronomètres à Lip , les montres à Oméga ou Zénith et enfin les réveils pour Jaz le plus souvent .

 

Ces quelques exemples de publicités Jaz pour la presse , qui ciblent les Premières Communions , sont autant de confirmation de cette tradition rapportée par Christophe GIRARD dans son roman La Défaillance des pudeurs