SARDA Besançon collaboration avec JAZ

En presque cent ans d’existence ,  JAZ a multiplié les collaborations de tous ordres avec la reprise de CARAT et de la SAP Société Alsacienne de Précision puis l’absorption de JAPY , les accords avec Favre Leuba , la SMI Société Méridionale d’Industrie , Peter Uhren , Lorentz La Vedette , LIP , ACCTIM clocks , BULOVA Finhor du groupe Anguenot Frères puis Cupillard Rieme pour les montres , jusqu’à Seiko ou Matra et enfin Yema , Lotus et Pulsar.                                                                                                                                                                                                                                                 Toutefois l’accord conclu avec les établissements SARDA , spécialisés dans la vente par correspondance , est d’un type inédit , et qui plus est , très limité dans le temps et dans son ampleur : confier à cette marque la distribution de quelques Jaz .Sarda catalogue.jpg page 8.jpgEffectivement à la page 8 d’un catalogue de cette marque , on trouve trois Jaz en vente dont les noms sont omis mais se voient dotés de références propres à SARDA : 48-81 pour le PERPIC   , 48-82 pour le FLEURIC et 48-83 pour le CUIRIC . Ces deux derniers étant des Tirages LimitésSarda catalogue.jpg page 1Comme la plupart des catalogues SARDA , il n’est pas daté ; toutefois la conclusion de sa page 2 fait nettement allusion aux affres économiques de l’immédiat après guerre et les dates d’apparition des Jaz présentés permettent de le dater vers 1947 /1948 . Ce sont , sans doute , dans les difficultés qui suivent l’occupation qu’il faut chercher les raisons de cette coopération qui ne connaîtra pas d’équivalent . Jaz a toujours affirmé auprès de ces horlogers affiliés qu’ils étaient leurs seuls vecteurs de vente , rejetant coopératives , grands magasins et vente directe aux clients . Cette offre , somme toute limitée , les revendeurs Jaz n’ont pu l’ignorer mais la consultation des tarifs nous éclaire sur son acceptabilité potentielle : SARDA vendait les Jaz plus chers qu’en boutique . Soit 3.500 Fr pour le PERPIC contre 3.450 Fr en magasin , 8.750 Fr pour le FLEURIC soit 250Fr de plus que chez l’horloger du coin et encore 200 Fr en supplément pour un CUIRIC vendu 9.700 Fr sur catalogue . ( voir la fin de l’article du CUIRIC pour l’étude de l’évolution de son prix de 1946 à 1951 ) sarda catalogue EmpicDans ce petit catalogue de seulement 15 pages , plus tardif – probablement de 1950/52 -c’est un seul Jaz qui est proposé .sarda empicAu milieu de la page 5 , sous la référence H.36 , c’est une EMPIC cette fois qui est disponible , dans sa version à chiffres arabes . granic sarda Pour autant , il ne faut pas voir des Jaz à toutes les pages , même si cette pendule en tôle émaillée , référencée H04 dans ce même catalogue 1950/52 , présente une forte analogie avec la GRANIC , seule horloge en tôle émaillée de la marque au jaseur boréal …

…et pour cause puisque le boîtier est absolument identique : mêmes renflements , strictement le même format et quasiment les mêmes chiffres . La raison est simple : pour un seul modèle d’horloge en tôle émaillée , Jaz n’a pas créé une onéreuse  ligne de production spécifique avec four d’émaillage entre 750 et 860 ° . En revanche Jaz s’est fourni à quelques années d’écart auprès du même fabricant que SARDA . Avec toutefois la notable différence que Jaz avait doté sa GRANIC du calibre 5G , qui présente -comme tous les calibres G – l’avantage de se fixer au boîtier uniquement par l’axe central et l’orifice de remontage , contrairement à la version de SARDA dont le calibre nécessite , pour se maintenir , deux vis supplémentaires bien visibles à 3h et 9h .sarda jaz 1953En 1953 , on retrouve de nouveau quatre Jaz disponibles au page 22 et 23 d’un petit catalogue SARDA de 25 pages . Sous la référence 5383 , c’est un des grands succès de Jaz que l’on retrouve le JAZIC .sarda jaz 1953  page 23.jpgà la page 23 ce sont des modèles beaucoup plus exclusifs qui sont proposés sans que leurs dénominations ne soient reprises mais des références propres à SARDA à savoir 5392 pour l’ALSIC , 5395 pour le SAPIC noir et 5396 pour le BUTIC .

                                                                                                                                                                 PETIT HISTORIQUE de la marque SARDA Besançon                                                                                                                                         sarda quai veil picardsarda-quai-veil-picardEn 1893 , à Besançon , Hyacinthe SARDA fabricant d’horlogerie comme il y en a tant à l’époque dans la capitale horlogère franc comtoise , installe sa boutique à l’angle du 33 Quai Vieil -Picard et de la rue Marulaz .

 

Catalogues SARDA 1926 / 1932 et 1934                                                                                                                                                                                                                       Lauréat des concours 1913 /1914 /1919 de l’Observatoire National et Chronométrique de Besançon , SARDA se lance rapidement dans la vente par correspondance de montres , réveils , pendules , orfèvrerie , bijouterie comme TRIBAUDEAU autre maison bisontine fondée en 1876 .

Sarda boulevard Carnotsarda-juillet-58Le succès est au rendez-vous , obligeant les établissements SARDA à déménager à un angle du boulevard Carnot dans des locaux beaucoup plus vastes , où la vente au détail est assurée .sarda (3)Les raisons du succès sont à chercher dans la qualité des produits vendus avec des montres à complications , des chronomètres …

 

 

…mais aussi dans l’importance du marketing avec la diffusion de milliers de cartes postales publicitaires permettant d’obtenir les catalogues qui offraient un choix de 500 à 600 montres , soit qualité et quantité . Pour l’orfèvrerie , l’accent était mis sur le suivi des collections sur plusieurs années , permettant à des familles modestes d’acquérir petit à petit une ménagère de couverts , sans recourir au crédit .

 

Pas de jaseur boréal , comme JAZ , pour le logo de SARDA …

 

…mais l’aigle et les colonnes des armoiries de Besançon ( à gauche ) , aigle héraldique qui a l’avantage de ressembler fortement à celui des Savoie que l’on retrouve sur les blasons et les pièces sardes sans doute chers à SARDA et à ses origines .

 

Dans les années 60 , SARDA devient progressivement DIFOR avant de disparaître en 1979 suite à l’accord conclu avec MATY , le dernier bisontin de la vente par catalogue apparu en 1951 , devenu le poids lourd de ce marché avec de nos jours deux millions de clients , 7000 commandes par jour , deux tonnes d’or utilisées chaque année , 650 employés , 17 points de vente et le titre incontestable de leader européen de la vente de bijoux par correspondance , les montres et réveils n’étant dorénavant qu’un faible pourcentage du chiffre d’affaires .

Les Entreprises associées

Usine ALUVAC 22 boulevard National à Nanterre


En presque cent ans d’existence Jaz a collaboré avec de célèbres maisons françaises comme le maroquinier Longchamp , les fondeurs Thécla pour les NANDIC , JUNIC , FACIC ou ALUVAC / SOLIDO pour le corps du FRANCIC et même le célèbre sellier Hermès  pour le cuir des réveils de voyage de luxe TARVIC et pour leurs radio-réveils avec Ducretet Thomson et Pathé Marconi la Voix de son Maître .

Cette rubrique est en cours de construction , mais vous pouvez dès maintenant lire les articles -surlignés en gras- avec la reprise de CARAT et de la SAP Société Alsacienne de Précision puis l’absorption de JAPY , les accords avec FAVRE LEUBA , EUROPA , la SMI Société Méridionale d’Industrie , PETER Uhren , LORENTZ La VEDETTE , SARDA LIP , ACCTIM clocks , BULOVA , GREINER ElectronicsFINHOR du groupe Anguenot Frères puis Cupillard Rieme pour les montres , jusqu’à Seiko ou Matra et enfin Yema , Lotus et Pulsar.

carat jaz japy fin catal. 1958-59
CARAT
lonchamp logo 2
LONGCHAMP
Japy centenaire catalogue 1967-68
JAPY
USINE JAZ INDE détail 2
FAVRE-LEUBA
peter_uhren_1962_01
PETER UHREN FABRIK / LORENTZ

logo bulova

vedette logo

europa boite 4

Anglo Continental Clock Co.

ALSIC 1951 à 1957

alsic vert

 

ALSIC , petit réveil , gamme Jaz de Luxe , mouvement mécanique , calibre AB , à sonnerie limitable , échappement à ancre . Nouveauté du catalogue 1951 . Boîtier en métal doré dans gainerie en cuir , fermetures dorées , cadran argenté , six chiffres en relief , aiguilles et points lumineux . Format 7,5 x 8 cm , poids 300 gr .

Quatre couleurs de cuir disponibles : vert réf.719-11 ; havane réf.719-21 ; bleu réf.719-31 ; rouge réf.719-41 .

 

En 1956 seuls les havanes et bleues sont encore disponibles . En 1958 l’ALSIC n’est plus en vente . La dénomination ALSIC sera réutilisée en 1976 pour une horloge murale .sarda jaz 1953 page 23L’ALSIC  avec le SAPIC noir  l’EMPIC et le BUTIC fait partie des rares Jaz vendus également en dehors du réseau des horlogers affiliés Jaz , puisqu’on le retrouve à la page 23 du catalogue de vente par correspondance 1953 de SARDA Besançon sans-titre-48En 1950  Jaz produit 1.400.000 réveils , son usine de Puteaux a dû chasser ses bureaux vers le Siège Social parisien de la rue de la Boétie  , en outre des ateliers ont été ouverts à Annecy et rue Bayen à Paris mais cela ne suffit pas encore . Afin de faire face à son expansion galopante , Jaz prend  la majorité du capital de la SAP -Société Alsacienne de Précision- dont l’usine alsacienne fabriquait les productions de « Carat horlogers de précision » et elle absorbe cette dernière marque  . Jaz fait ainsi une double bonne affaire : elle s’installe en Alsace à Wintzenheim près de Colmar dans son immense usine et hérite des calibres de précision de Carat dont le « 100 »rebaptisé « AB »  à 7 pierres et sonnerie limitable . Alsic version CARAT (4)ALSIC en version CARAT .                                                                                                  Les dénominations SAPIC célèbrent donc la prise en main de la société SAP et COLMIC parce que l’usine est en banlieue de COLMAR et enfin ALSIC parce que ses usines sont  alsaciennes .sans-titre-55 L’arrivée de ce calibre AB dans le giron de Jaz induit l’apparition d’une nouvelle gamme de réveils les « Jaz de Luxe » dont ces trois réveils sont les pionniers .pub 1952 Réalitéspublicité pleine page Réalités , 31,5 x 23,5 cm , photo A. Berguglian . Ces  trois réveils de Luxe  correspondaient parfaitement au lectorat de Réalités qui était la revue illustrée la plus influente et la plus lue entre les années 1950 et 1970 . Avec son dos carré , son impression en quadrichromie , d’un prix élevé – 590 francs en 1956 –  Réalités  accordait une large place à la photographie , une grande importance au choix des couvertures et à la qualité de ses encarts publicitaires .pub-gapic-balic-raffic-et-alsic

EMPIC 1950 à 1954

empic belge 1951EMPIC , pendule à poser , gamme à Tirage Limité , mouvement mécanique , calibre KL , autonomie 8 jours , échappement à ancre , 11 pierres . Nouveauté du catalogue de Novembre 1950 , référencée 882-10 . Boîtier et six colonnes en laiton doré , terrasse et chapiteau en métal doré mat et guilloché , cadran doré mat , vitre en verre bombé biseauté , aiguilles brunes – on disait encore tête de nègre en 1950 – chiffres brun en relief , non lumineuse . Format 16 x 16 cm poids 1750 gr .

empic 1En 1953 l’EMPIC arbore des chiffres romains mais revient aux chiffres arabes en 1954 avant d’être définitivement supprimée des catalogues en 1955 . Dans les catalogues l’EMPIC  n’est jamais dans la catégorie Jaz de Luxe mais celle des Tirages Limités uniquement ; d’ailleurs en version à chiffres arabes il n’y a pas pas de mention Jaz de Luxe au cadran toutefois lorsqu’il est en version chiffres romains la mention Jaz de Luxe est indiqué au cadran . La raison est est sans doute qu’il s’agit de la reprise du cadran du VOLIC lequel appartient à ces deux catégories . Nous avons donc fait le choix d’intégrer l’EMPIC à la catégorie des Jaz de Luxe .sarda empic On notera que l’EMPIC , première version , fait partie des rares Jaz distribué également par SARDA Besançon .empic 2empic chiffres romainsempic dessusempic dospub-1952-empicPublicité presse 1952 . Papier , pleine page , format 31,5 x 23,5 cm , issue de la revue mensuelle « Réalités ». Dessin par J.BYDO . Bien connu par ses publicités pour le Rhum Rocroy , Darbel et  Martini , BYDO avait déjà illustré la publicité de la ROULIC en 1950 pour Jaz en 1950 . En représentant une Impératrice Joséphine dans un costume de sacre revisité et épuré , il fait directement allusion à la dénomination de l’EMPIC qui tire son nom du Premier Empire auquel son style se veut une allusion très modernisée avec sa forme de portique à colonnes . Elle est apparue en novembre  1950 au sein de la gamme à Tirage Limité dont les pendulettes , en général sans fonction réveil , étaient entièrement fabriquées à la main et clairement plus destinées à décorer qu’à donner uniquement l’heure puisqu’il n’est fait aucune allusion à son calibre KL qui était pourtant un mouvement de qualité à ancre , 11 pierres et d’une autonomie de 8 jours .En 1950 son prix de 19.750 Francs la plaçait nettement dans le haut de gamme puisque 20 fois plus onéreuse qu’un CLAMIC le réveil Jaz le moins cher , seules les FAUNIC et EMIC étaient plus coûteusesempic pub cheapVersion réduite , format 18 x 13 cm . Si l’on retrouve la signature de Bydo au bout de la traîne , la qualité a baissé autant que le format ; même le sempiternel slogan , bien vieillot et ranci , n’est pas de haut niveau .

SAPIC 1951 à 1961

sapic

SAPIC , petit réveil de la gamme Jaz de Luxe, mouvement mécanique , calibre AB , échappement à ancre, 7 pierres , à sonnerie limitable . Présenté pour la première fois dans le catalogue d’octobre 1951, page 14 . Boîtier métal couleur acajou orné de deux filets circulaires façon or , cadran cuivré et pieds coniques en cuivre rouge , version ci-dessus référencée 710-19 . Aiguilles rectangles et chiffres lumineux . Diamètre 6,5 cm . Sa dénomination SAPIC célèbre la prise en main de la société SAP et de son usine alsacienne par Jaz . Belle longévité puisqu’il restera au catalogue jusqu’en 1961 .sapic-noir-et-dosDe multiples versions ont été proposées avec de subtiles différences :  comme le modèle ci-dessus  à boîtier noir sans filets sur la tranche , quatre chiffres et huit index remplaçant les douze chiffres , aiguilles fuseaux et non rectangles , cadran noir et pieds coniques « or » .

         SAPIC 710-61 de 1954 bleu pastel avec deux filets dorés et six chiffres en relief

       SAPIC 710-81 de 1954 noir avec deux filets dorés et six chiffres en relief

Il existait également des modèles à boîtier ivoire et cadran champagne ou boîtier cuivré à cadran « or » .sarda jaz 1953 page 23 Le SAPIC noir est avec l’ALSIC ,  l’EMPIC et le BUTIC fait partie des rares Jaz vendus également en dehors du réseau des horlogers affiliés Jaz , puisqu’on le retrouve à la page 23 du catalogue 1953 de SARDA sans-titre-48

En 1950  Jaz produit 1.400.000 réveils , son usine de Puteaux a dû chasser ses bureaux vers le Siège Social parisien de la rue de la Boétie  , en outre des ateliers ont été ouverts à Annecy et rue Bayen à Paris mais cela ne suffit pas encore . Afin de faire face à son expansion galopante , Jaz prend  la majorité du capital de la SAP -Société Alsacienne de Précision- dont l’usine alsacienne fabriquait les productions de « Carat horlogers de précision » et elle absorbe cette dernière marque  . Jaz fait ainsi une double bonne affaire : elle s’installe en Alsace à Wintzenheim près de Colmar dans son immense usine et hérite des calibres de précision de Carat dont le « 100 »rebaptisé « AB »  à 7 pierres et sonnerie limitable .

colmic-dosCe calibre AB  représente une telle innovation avec sa sonnerie limitable – toujours transcrite sous cette forme insistante li-mi-ta-ble – que Jaz fait sa publicité en représentant avec audace et pédagogie le dos , et lui seul , de leurs nouveaux réveils , originalité sans doute unique dans le monde de l’horlogerie ! carat-sapic

Cette prise de contrôle de CARAT et de la SAP aura pour résultat la cohabitation , sur les tarifs Jaz et chez les bijoutiers affiliés , de réveils absolument identiques mais indifféremment estampillés « Jaz de Luxe » ou « Carat horlogers de précisions » équipés des calibres AB,  ex 100, comme le réveil ci-dessus qui est un SAPIC version Carat . Il en est de même pour les  réveils qui ont la même origine alsacienne et présentés en même temps : le COLMIC  dont le nom rend hommage à COLMAR et l’ALSIC qui célèbre l’ALSACE , nouvelles ville et région d’implantation  pour Jaz . L’arrivée de ce calibre AB dans le giron de Jaz induit l’apparition d’une nouvelle gamme de réveils les « Jaz de Luxe » dont ces trois réveils sont les pionniers .

Les boîtes ne se différencient que par leurs marques respectives Jaz et Carat .

En revanche on notera que les pieds torpilles des versions CARAT sont creux alors que celles des Jaz sont pleins

à partir de 1954 sont proposés en option trois types d’écrin : cette gaîne en maroquin rouge comprenant deux sangles pour fixer les pieds fuseau du SAPIC , réf . E.EN19 ou la même en cuir façon croco couleur havane , réf.E.EN30 , et enfin une boîte en polystyrène ivoire réf.E.EEB78 .pub 1952 Réalitéspublicité pleine page Réalités , 31,5 x 23,5 cm , photo A. Berguglian . Ces  trois réveils de Luxe  correspondaient parfaitement au lectorat de Réalités qui était la revue illustrée la plus influente et la plus lue entre les années 1950 et 1970 . Avec son dos carré , son impression en quadrichromie , d’un prix élevé – 590 francs en 1956 –  Réalités  accordait une large place à la photographie , une grande importance au choix des couvertures et à la qualité de ses encarts publicitaires .( voir notre analyse d’une autre publicité de 1952)sapic colmic carlic francic raffic PM n°299 Déc 1954publicité Paris match n° 299 , déc .1954  , tiers de page sapic coticPublicité presse 1954 Reader’s Digest 18,5 x 13,2 cm curvic sapic publicité pour deux Jaz de Luxe , où l’on notera l’absence de prix indiqués   tarvic sapic torpic pub 1957publicité 1957 sapic cotic balic pub 1957publicité 1957 format 23,5 x 9 cm sapic cotic pub                         La dénomination SAPIC sera réattribuée en 1977 à un réveil en plastique .

JAZIC ou GIRASOLE 1949 à 1954

jazicJAZIC 193-20 avec trotteuse , version promotionnelle  .                                                                                                                                                                 JAZIC , grand  réveil , gamme des Gros Jaz , mouvement mécanique , calibre 13D avec trotteuse puis  calibre 12D sans trotteuse . Nouveauté présentée dans la brochure TARIF F.C. 49 de Mai 1949 . Boîtier nickelé , socle et cloche jaune paille , cadran à zone des heures jaune paille , trotteuse centrale rouge pirate , jonc antigliss cerclant le pied . Diamètre 13,5 cm soit 14 x 15,5 cm , poids 560 gr .

JAZIC 193-21 Nl                                                          JAZIC 193-20 Lx                            Le JAZIC est disponible en non lumineux réf. 193-21 ou avec aiguilles et chiffres lumineux  réf. 193-20 .  jazic-3JAZIC réf. 193-32 vert  Nl                                                                                                     En 1950 apparaît une version à socle , dos cloche vert métallisés et zone des heures vert pâle , disponible là encore en Lx réf. 193-33 ou Nl réf.193-32 .

jazic doréEn 1953 s’ajoute la nouvelle référence 193-81 , à boîtier et socle gris clair et cadran ivoire disponible uniquement en lumineux ; cette dernière version n’est déjà plus disponible l’année suivante . Jazic 190-75.JPG JAZIC 190-75 sans trotteuse  mention CIMH au bas du cadran                                                                                                                                                         Etrangement cette même année 1954 , qui est pourtant la dernière année de mise en vente du JAZIC , apparaissent trois éphémères versions du JAZIC sans trotteuse donc dotée d’un calibre 12D qui cohabitent avec le JAZIC  ivoire à trotteuse Lx ou Nl . JAZIC 190-97JAZIC 190-97  gris mauve , sans trotteuse , zone des heures bleue , daté 3-54 sur le battant du marteau . Son cadran marque très discrètement une transition , qui est toutefois d’importance , avec l’apparition pour la première fois de la mention JAZ S.A . Effectivement sur le JAZIC 190-75 on pouvait encore lire CIMH ,  l’acronyme de Compagnie Industrielle de Mécanique Horlogère qui était indiqué in extenso sur tous les Jaz depuis 1921 et sur les premiers JAZIC . Dans les faits Jaz renonce à CIMH , son ancienne raison sociale trop longue et obscure , au profit de son nom publicitaire maintenant mondialement célèbre et devient JAZ Société Anonyme au cours de l’année 1951 .

JAZIC 190-97 dos avec sa clé à limitation ; socle creux et son jonc de couleur assortie

En dehors de l’absence de trotteuse , ces trois JAZIC à boîtier nickelé avec clé de limitation de sonnerie et tous lumineux se distinguent par leurs couleurs : réf.190-75 à socle et dos-cloche gris clair , cadran gris à zone des chiffres noire ; réf. 190-97 à socle et dos-cloche gris mauve , cadran blanc et zone des chiffres bleue clair ; réf.190-99 à socle et cloche vert pâle , cadran blanc et zone des heures grise ;  Le JAZIC disparaît  dès 1955 des catalogues , donc relativement vite . En 1957 l’INTRIC est présenté comme étant son successeur . Le JAZIC a été décliné dans de nombreuses couleurs et formats  comme le FRANCIC , les FABLIC et même un Sténomètre .

La clé de limitation de sonnerie fonctionne selon un principe très simple : une extension , estampillée Jaz sur les deux côtés , se déplie et vient buter sur le bouton de sonnerie arrêtant de fait celle -ci !

 

PA030211.JPGAffiche publicitaire par René RAVO .

Le JAZIC est l’un des plus grand succès de JAZ , vendu en grand nombre avant même la campagne publicitaire  par le seul effet de sa présentation en vitrine. Son succès mondial est tel que les usines n’arrivent pas à suivre les commandes . Devant ce succès Jaz conçoit des JAZIC géants à exposer dans les vitrines de ces horlogers affiliés .sarda jaz 1953D’autant que le  JAZIC fait partie des rares Jaz vendus également en dehors du réseau des horlogers affiliés puisqu’on le retrouve à la page 222 du catalogue de 1953 du leader de la vente par correspondance d’horlogerie SARDA Besançon .girasole (3).JPGA l’export le JAZIC  portait d’autres dénominations comme Girasole – le tournesol – en Italie ( voir l’article sur cette rare publicité de vitrine) .

Boîte de JAZIC affichant au dos sa référence imprimée au tampon encreur : 193-21 pour la version non-lumineuse ( voir photo plus haut ) ; elle est précédée d’un D majuscule pour calibre D ; les trois chiffres en bas – 084 – donnent la date de mise en boîte : Août 1954 soit un des derniers JAZIC produits .

Le Jazic étant un des plus grands réveils produit par Jaz , sa boîte – au centre – est évidemment la plus volumineuse avec un format de 16 x 14 x 8 cm ; à droite sur cette boîte de  Juillet 1952 , comme l’indique le nombre 072 , la référence est la même mais le calibre n’est pas précisé .

Le JAZIC est muni d’une trotteuse centrale , cela nous paraît courant aujourd’hui pourtant il s’agissait à l’époque d’une Première Mondiale , enfin c’est ainsi que Jaz le présente même si  le premier est en fait l’éphémère TROTTIC sorti l’année précédente .jazic pub par bydojazic pubPublicités  presse , format 18,5 x 13,5 cm , Reader’s Digest dessinés par BYDOduplic jazic camic pubpublicité presse , format 35,5 x 13,5 cm

BUTIC 1950 à 1954

buticBUTIC , grand  réveil , gamme des Stylites , mouvement mécanique , calibre 1J . Nouveauté en 1950 , référencé 490-10 à la page 3 du tarif illustré FB 50 de Novembre 1950 . Boîtier métal émaillé noir , décor papillons dorés , cadran métal chamois , chiffres et points en reliefs , vitre en verre biseauté , socle doré , non lumineux . Format 14,5 x 10,5 cm , poids 485 gr .

Ces papillons qui butinent ou leur dénomination anglaise de  » butterfly « ont inspiré son nom de BUTIC  ;  il en est  même pour  son « cousin » sorti à la même date , le GLYCIC , qui ne varie du BUTIC que par son décor de glycines . Ils seront rejoints plus tard par le FOUGIC à décor  de fougères et le BAMBIC  évidemment ornés de deux biches . Le BUTIC est disponible jusqu’en 1954 .

butic dessusbutic cadranbutic dosbutic dessoussarda jaz 1953 page 23Le BUTIC , avec l’EMPIC , l’ALSIC et le SAPIC , fait partie des rares Jaz vendus également en dehors du réseau des horlogers affiliés Jaz , puisqu’on le retrouve à la page 23 du catalogue de vente par correspondance 1953 de SARDA Besançon  , ce qui explique sans doute qu’il soit beaucoup moins rare que ses cousins VIBRIC et GLYCIC .

CUIRIC 1946 à 1952

cuiric

CUIRIC , réveil  de la gamme à Tirage Limité , mouvement mécanique , calibre 4J , échappement à ancre 11 pierres , autonomie 30 heures , non lumineux . Référencé 470 -20 dans la brochure tarifaire d’octobre 1946 , il est un des trois premiers modèles de la gamme des Tirages Limités tout d’abord équipé du calibre JL . Dès Mars 1947 selon la brochure tarifaire FC 47 , il est doté du calibre 4J et donc dorénavant référencé 770-40 . Boîtier gaîné parchemin véritable entièrement exécuté à la main . Socle , cadran et garnitures en laiton doré , non-lumineux . Format 14,5 x 11 cm .jaz cuiric dos.jpg                                                                                                                                                                               cuiric pythoncuiric dosA partir de 1948 une variante en gainé python véritable est ajoutée , référencé 770-50 . En 1951 soit cinq ans après son arrivée , la version parchemin , qui n’était donc pas d’un tirage si limité , disparaît enfin au seul profit du gainé python qui est subitement référencé 770-52 sans raison apparente n’ayant ni changé d’aspect , ni de calibre . Le CUIRIC n’est plus au catalogue en 1953 . L’emploi de cuirs de haute qualité pour l’habillage a induit son nom de CUIRIC qui sera réattribué en 1980 à un réveil de voyage .

Le CUIRIC sera également distribué en vente par correspondance par SARDA Besançon  à un tarif légèrement supérieur soit 9.700 Fr contre 9.500 Fr en boutique , soit une augmentation d’environ 2% . A l’issue de la guerre , produire un réveil de luxe était relativement audacieux si l’on tient compte des restrictions sur les matières premières qui perdureront longtemps et du faible pouvoir d’achat des français . L’instabilité de la monnaie est un autre facteur pénalisant qui se retrouve dans la consultation des tarifs qui étaient parfois trisannuel chez Jaz pour compenser des variations parfois violentes . Notons que les prix de vente étaient imposés par la marque et les tous les horlogers de France devaient s’y conformer strictement . Ainsi le CUIRIC tout d’abord sorti en octobre 1946 au prix de 5.200 Fr , redescend en mars 1947 à 4.646 Fr pour grimper en décembre de la même année à 7.000 Fr soit une augmentation colossale de 50% en neuf mois . Un an plus tard , en Novembre 1948 , il est en vente à 9.500 Fr ce qui représente encore 35% d’augmentation pour finalement se stabiliser de février 1949 jusqu’en avril 1951 à 9.700 Fr . Encore une fois l’histoire de la France et de son économie se reflète , assez logiquement , dans l’histoire de Jaz .