BLANCHIC 1947 à 1953

blanchicBLANCHIC , pendule à poser , gamme des Jaz à Tirage Limité , mouvement mécanique , calibre KL , autonomie 8 jours , mouvement à ancre , 11 pierres . Nouveauté du catalogue de Décembre  1947 , référencée 887-80 . blanchic trancheBoîtier gainé de parchemin véritable , intersocle et garnitures de la tranche en laiton  doré , entièrement exécutée à la main , non lumineuse . Format 14 x 16, 5 cm , socle 15 x 5,2 cm , poids 560 gr . blanchic dos ferméSon tirage n’est pas vraiment limité puisque la BLANCHIC est au catalogue jusqu’en 1953 . Elle était une des pendules les moins chères de la gamme des Tirages Limités qui comprenait d’autres pendulettes gainées de cuir les NORIC , PENCHIC et surtout le RUSSIC dont le BLANCHIC est la version albinos : mêmes aiguilles , même mouvement , même socle et intersocle , même format , même silhouette et quasiment le même cadran . Sa dénomination de BLANCHIC est donc directement liée à sa couleur blanche , évidemment . La dénomination BLANCHIC sera réattribuée en 1983 à une pendule murale . blanchicAu tarif de Février 1949 est ajouté une autre BLANCHIC référencée 887-90 qui correspond , peut être , à cette version réellement blanche ; elle est très éphémère puisqu’elle n’est pas présente au tarif de Novembre 1948 et qu’elle disparaît dès le tarif de 1949 .blanchic dos ouvertblanchic mvtblanchic mvt 1946Mouvement KL daté en creux sur la platine de 1946

CUIRIC 1946 à 1952

cuiric

CUIRIC , réveil  de la gamme à Tirage Limité , mouvement mécanique , calibre 4J , échappement à ancre 11 pierres , autonomie 30 heures , non lumineux . Référencé 470 -20 dans la brochure tarifaire d’octobre 1946 , il est un des trois premiers modèles de la gamme des Tirages Limités tout d’abord équipé du calibre JL . Dès Mars 1947 selon la brochure tarifaire FC 47 , il est doté du calibre 4J et donc dorénavant référencé 770-40 . Boîtier gaîné parchemin véritable entièrement exécuté à la main . Socle , cadran et garnitures en laiton doré , non-lumineux . Format 14,5 x 11 cm .jaz cuiric dos.jpg                                                                                                                                                                               cuiric pythoncuiric dosA partir de 1948 une variante en gainé python véritable est ajoutée , référencé 770-50 . En 1951 soit cinq ans après son arrivée , la version parchemin , qui n’était donc pas d’un tirage si limité , disparaît enfin au seul profit du gainé python qui est subitement référencé 770-52 sans raison apparente n’ayant ni changé d’aspect , ni de calibre . Le CUIRIC n’est plus au catalogue en 1953 . L’emploi de cuirs de haute qualité pour l’habillage a induit son nom de CUIRIC qui sera réattribué en 1980 à un réveil de voyage .

Le CUIRIC sera également distribué en vente par correspondance par SARDA Besançon  à un tarif légèrement supérieur soit 9.700 Fr contre 9.500 Fr en boutique , soit une augmentation d’environ 2% . A l’issue de la guerre , produire un réveil de luxe était relativement audacieux si l’on tient compte des restrictions sur les matières premières qui perdureront longtemps et du faible pouvoir d’achat des français . L’instabilité de la monnaie est un autre facteur pénalisant qui se retrouve dans la consultation des tarifs qui étaient parfois trisannuel chez Jaz pour compenser des variations parfois violentes . Notons que les prix de vente étaient imposés par la marque et les tous les horlogers de France devaient s’y conformer strictement . Ainsi le CUIRIC tout d’abord sorti en octobre 1946 au prix de 5.200 Fr , redescend en mars 1947 à 4.646 Fr pour grimper en décembre de la même année à 7.000 Fr soit une augmentation colossale de 50% en neuf mois . Un an plus tard , en Novembre 1948 , il est en vente à 9.500 Fr ce qui représente encore 35% d’augmentation pour finalement se stabiliser de février 1949 jusqu’en avril 1951 à 9.700 Fr . Encore une fois l’histoire de la France et de son économie se reflète , assez logiquement , dans l’histoire de Jaz .