Horlogerie Bijouterie AUBRUN à Chauvigny 1920 à 2000

Nous devons l’essentiel de cet article à Max AUBRUN  ex-conservateur des musées de Chauvigny et co-auteur du remarquable ouvrage de 460 pages : CHAUVIGNY 1851- 1970 120 ans de photographies . Nul n’était mieux placé que lui pour retracer l’histoire de la bijouterie AUBRUN fondée par son grand père Maxime AUBRUN , par ailleurs maire de cette petite ville de la vallée de la Vienne et successeur de Henri BOZIER l’horloger bijoutier de la rue du Marché . Son fils Pierre AUBRUN reprendra le flambeau qui le transmettra à son tour à son propre enfant Max AUBRUN qui – par chance pour tous –  a fait œuvre d’historien pour sa ville et sa famille : qu’il en soit remercié !Chauvigny 0 Chauvigny 1Chauvigny page 298Chauvigny 2

Chauvigny page 300.jpgL’identification des pendules , aux styles les plus caractéristiques , apparaissant dans cette vitrine permet de dater cette photo un peu au delà de l’estimation de l’auteur puisqu’elles sont toutes extraites du catalogue 1964/65 .

 

Chauvigny page 407 600ppLes réveils , à cloche surmontés d’un anneau , qui sont bradés ne sont pas des Jaz , en revanche le réveil géant est bien un Jaz de vitrine , du même  modèle que celui du Raja de Nanpara ; à n’en pas douter il n’est pas bradé mais fait la promotion des Jaz que les AUBRUN  distribuait dès avant -guerre .Chauvigny page 406 600ppMax sera , plus tard , le troisième AUBRUN  à la tête de l’horlogerie bijouterie  jusqu’à sa fermeture .Chauvigny Foire 600ppil n’est pas bien difficile d’identifier une LUMIC à son néon annulaire allumésachets AUBRUN 1938Trois sachets de réparations au nom de Maxime AUBRUN , modèle 1938 , format 11 x 7,5cm

CP Fort de France La Martinique circa 1957/1960

carte-postale-fort-de-franceCarte postale , La Martinique , Fort de France , rue Schoelcher . Une Simca Chambord produite de 1957 à 1960 en approche et l’architecture de la fin des années 50 de la boutique Milon et les belles couleurs attestent de la « modernité » de cette carte postale couleur –  mais l’enseigne Jaz est bien d’avant guerre .

CP MODANE en Savoie circa 1960

carte-postale-modaneCarte postale non oblitérée , rue de la République à MODANE en Savoie . La plaque émaillée  Jaz le Réveil ponctuel surplombe une plaque octogonale pour les pendules Vedette puisque les horlogers qui étaient affiliés à JAZ n’étaient nullement tenus à l’exclusivité , en outre un accord de coopération avait été signés entre les deux grandes marques françaises en 1948  . La datation se fait approximativement avec la Peugeot 203 noire , produite de 1949 à 1960 et la Simca Chambord blanche vendue de 1957 à 1960 .

ACCUMULATIONS de Réveils par ARMAN

Arman, Alarm Clocks (Reveils), 1960. Collection Museum of Contemporary Art, Chicago Réveils 1960 par ARMAN au Museum of Contemporary Art of Chicago               Grâce au talent d’un des artistes français les plus connus au monde , de nombreux réveils Jaz ornent les cimaises des plus grands musées et les vitrines des plus grands collectionneurs.                                                                                                                                              Effectivement , il est aisé de reconnaître au moins dix Jaz dans cette œuvre emblématique du plasticien , mondialement célèbre , ARMAN . Son style le plus reconnaissable , ce sont des collections d’objets communs et identiques qu’il a agencé dans de la résine  ou dans du plexiglas . Ses accumulations d’objets effacent leur singularité et renvoient une image de profusion , en même temps qu’elles soulignent le caractère périssable des produits de la société d’abondance . L’artiste offre ainsi une nouvelle perception de la réalité , notamment des objets du quotidien .portrait armanARMAN Armand Fernandez ( 1928 Nice + New York  2005 ) est un artiste franco-américain , peintre, sculpteur et plasticien , renommé pour ses « accumulations ». Il fut l’un des premiers à employer directement , comme matière picturale , les objets manufacturés , qui représentaient pour lui les prolongements multiples et infinis de la main de l’homme qui subissent un cycle continu de production , consommation et destruction . ARMAN réalise d’abord plusieurs œuvres dans lesquelles apparaissent des traces de tampons ; « cachets » à l’aide desquels il applique la peinture sur la toile . Il marque ici une rupture avec l’outil traditionnellement utilisé en peinture qu’est le pinceau . L’objet , après avoir servi à l’artiste à peindre , est peu à peu intégré dans ses toiles en tant que matière . Les objets , qui servaient habituellement de modèles pour la peinture , se retrouvent directement intégrés dans ses œuvres . Ce procédé crée la confusion entre la réalité (l’objet) et sa représentation (la toile) , puisque les deux sont amalgamés.

Diverses accumulations par ARMAN

Lorsque vous regroupez des objets , des morceaux d’objets qui se ressemblent par leur forme ou leur couleur , vous obtenez « naturellement » une construction qui semble organisée , donc éventuellement une œuvre d’art . Les accumulations d’objets représentent d’une certaine façon la consommation de masse qui symbolise une époque . Elles rappellent aussi que l’homme est un consommateur qui existe à travers et par l’objet

Dans certaines de ses œuvres , ARMAN détruit les objets par des colères souvent violentes ou par des découpes au contraire chirurgicales . L’artiste va au delà de l’illusion induite par les objets , qui s’offrent ainsi à nous et nous rappellent que consommer c’est détruire . On peut aussi y voir une allégorie du temps qui passe , aussi les montres et réveils ont été beaucoup employés par ARMAN dans ses accumulations .

Avec à la République , aux drapeaux de marbre , à l’entrée de l’Elysée mais surtout le duo  Consigne à vie  et l’Heure de tous érigés devant la Gare St Lazare , un public plus large découvre l’œuvre de ce membre fondateur des Nouveaux Réalistes .                          En amalgamant voitures , horloges , valises , etc , dans des matières telles que le béton , l’artiste crée une sorte d’allégorie pompéïste . Il vient ainsi sacraliser l’objet et l’immortaliser , évoquant alors un processus de fossilisation .

Les montres , les réveils , les horloges et même les rouages d’horlogerie ont fait l’objet d’accumulations comportant pour certaines des réveils JAZ plus ou moins identifiables .

Pour des œuvres plus tardives et surtout qui font l’objet de tirages multiples , comme ses Réveils en colère ou son Oiseau -réveil , il utilise des JERGER et un JUNGHANS à répétition ,  sans doute , parce qu’ils sont encore commercialisés . minutes armanIl emploie également des réveils neufs d’origine chinoise pour Minutes .

Arman, Alarm Clocks (Reveils), 1960. Collection Museum of Contemporary Art, ChicagoAlarm Clocks ( réveils ) au Museum of Contemporary Art of Chicago . En revanche des JAZ usagés sont à l’honneur dans cette accumulation de 1960 .museum of contemporary artNational Gallery of Art East Buildingchicago museum of contemporary art.jpg détailAlarm Clocks ( réveils ) au Museum of Contemporary Art of Chicago : détails.O'clock 1998 armanDans O’clock de 1998 , malgré la mauvaise qualité de l’image , on reconnaît quelques BAYARD mais évidemment aussi les silhouettes de plusieurs  JAZ , dont un ou deux CINTRIC ou SLAVIC , entre autres .Arman par Fabrizio GarghettiARMAN , en 1989 devant l’objectif de Fabrizio Garghetti , travaille sur des réveils découpés et maculés de peinture .

Ce simple GROLIC , en se faisant détruire et à demi emmurer dans une plaque de béton , est paradoxalement devenu un des Jaz les plus chers au monde, apparaissant comme une trouvaille archéologique .

Compressions de CESAR  lui aussi membre des Nouveaux Réalistes   (à gauche un Jerger Chambord ; à droite un Equity )

Comme ARMAN , les réveils ne pouvaient échapper au vocabulaire de César , son complice et néanmoins frère ennemi , mais dans une moindre proportion . Toutefois la technique offensive des compressions rend l’identification des réveils utilisés plus compliquée qu’avec les accumulations , même si à droite les petits triangles au dessus de III VI IX et XII , les chiffres 6 et 9 très noueux permettent l’identification immédiate d’un Bayard Stentor . En revanche nous n’avons pas reconnu jusqu’à présent de Jaz , de manière certaine , dans son œuvre .

 

 

Miroir publicitaire JAZ et NOV circa 1951

miroir pub Jost (2)Petit miroir publicitaire + thermomètre intégré pour les montres NOV et JAZ . Format 32 x 29,5 cm miroir pub Jost  (4).JPGL’écusson , en raison de son jaseur à queue basse , cerne chronologiquement ce miroir entre 1942 et 1967 . La silhouette du réveil de droite , particulièrement ses pieds torpilles , laissent à croire qu’ils ont été inspirés par un SAPIC ou un TORPIC  , le situant plus précisément aux débuts des années 50 .

Marcel JOST le fabricant de tableaux -réclame , implanté au 46 rue St Erhard à Strasbourg – Neudorf , ne fabriquait pas ce type de publicité pour JAZ  , qui n’avait pas de liens avec les montres NOV , mais pour un horloger qui était probablement aussi opticien ou bijoutier et avait besoin , à ce titre , d’un petit miroir amovible dans sa boutique pour que ses clients puissent se voir porter ses produits .  Jaz proposait ses propres miroirs publicitaires , vers 1950 et 1943/53

CLOISIC 1957 à 1961

cloisicCLOISIC 1644-20.                                                                                                                                                   CLOISIC , horloge murale , mouvement mécanique à clé , calibre 1AG  , autonomie 8 jours . Nouveauté du catalogue 1957 à la page 20 . Boîtier en Pollopas , lunette en métal  , vitre en verre bombé . Deux versions disponibles : boîtier blanc , lunette dorée , chiffres et points d’heures blancs sur zone rouge , aiguilles dorées , réf.1644-10 ou idem sauf lunette chromée , zone des heures verte et aiguilles brunes réf.1644-20 . Format 20,5 x 20,5 cm .

cloisic cadran AG.JPGCalibre AG les deux derniers chiffres sont ceux de l’année de production : ici 1957

Elle succède à la MURIC qui trouve l’origine de son nom dans le fait qu’il s’agit d’une horloge murale . En changeant son calibre 5G pour le plus moderne 1AG , la MURIC devient en 1957 la CLOISIC gardant un nom qui continue à faire allusion à son statut de pendule murale avec son synonyme : cloison ! En 1958/59 la zone or de la MURIC revient sous la référence 1644-30 et on ajoute également une version à zone jaune référencée 1644 -40 . Pour sa dernière apparition en 1960/61 , le changement est subtil puisqu’il ne reste plus que la zone jaune de disponible mais elle qualifiée de jaune PERNOD , suivant un accord conclu avec la célèbre marque de Pastis – voir article pub STRATIC–  réf .1644-14 et 1644-26 si la lunette n’est pas façon or mais chromée . cloisic cadranMentions Made in France sous le jaseur et 8  DAYS sous l’orifice de la clé rappelant à l’export son autonomie de 8 jours

 

l’attache murale pivote pour permettre l’accès à l’avance / recul sans qu’il soit besoin d’ouvrir le boîtier du mécanisme et fait donc office de cache poussière .cloisic 2° versionà partir de 1962 les CLOISIC changent de cadran et adopte celui des anciennes MURICcloisic cuidic lamic pub

 

Les différences de format à l’édition de ces pages de publicité – 29 x 12,5 en haut , 18 x 13 à gauche et 23,5 x 17 cm à droite – ont justifié de légères modifications de leurs maquettes respectives .

 

SAN ANTONIO « J’suis comme ça » Roman de Frédéric DARD 1960

San Antonio 2.jpgSan Antonio  » J’suis comme ça » roman de 1960 par Frédéric Dard , réédition de 2005  Editeur Pocket  Fleuve Noir , chapitre V , page 53 .                                                                                                                                                                                                                                                           Le truculent Frédéric DARD nous prouve encore une fois que Jaz et réveil étaient absolument synonymes par antonomase  au même titre que Frigidaire , Velux , Opinel , Scotch , etc . Inutile donc de préciser qu’il est question d’un réveil-matin . D’ailleurs il réemploiera le mot Jaz à la place de réveil-matin dans un autre roman en 1963 Le gala des Emplumés                                                                                                                                                                   Dès les années soixante de grands universitaires comme le sociologue Alfred Sauvy , le critique littéraire Robert Escarpit ou l’académicien Jean-François Revel se mettent à lire San-Antonio parce qu’ils cherchent à comprendre ses lecteurs : ils y voient à juste titre un document sans équivalent sur la culture de leur époque . Cette culture comprend les objets de consommation des classes populaires . DARD , qui citait déjà systématiquement les marques des belles voitures de son commissaire , n’est pas avare pour citer les marques emblématiques de cette  époque : Rustica , Maggi , Martini , Postillon , Bottin et donc Jaz . En l’occurrence avec ce Jaz sur une assiette pleine de monnaie il témoigne également d’une pratique bien oubliée mais courante à l’époque et que nous retrouvons d’ailleurs l’année suivante , en 1961 , dans le film Arrêtez les tambours de Georges Lautner .arretez-les-tambours

Remerciements à notre ami Stéphane https://sites.google.com/site/jazmontrevintage/ de nous avoir signalé cette nouvelle apparition d’un Jaz dans un roman . N’hésitez pas à nous contacter jazlebontemps@orange.fr ou sur notre site Facebook Jaz Le Bon Temps pour nous mentionner un roman ou un film évoquant un Jaz .

Calibre K et KL 1936 à 1961

calibre k premiere version

Le calibre K est un mouvement mécanique , à 11 pierres d’une autonomie de 8 jours , sans fonction réveil , qui a équipé les pendulettes de la gamme Jaz de Luxe , des Tirages limités et autres modèles de prestige de Jaz jusqu’en 1961 . Il a été créé en 1936 . Il s’agit pourtant de la dernière année de fabrication de cette première version à échappement Roskopf et ressort libre qui n’équipera donc que  l’AMPLIC .

Dès 1937 il est modifié avec un porte échappement à ancre et son ressort en barillet .doc cloche calibre KLCe calibre dispose d’un dos/ cloche spécifique indiquant ses spécificités : échappement à ancre et 11 pierres .

schéma calibre k 2eme version.jpg

Il sera remplacé en 1961 par le calibre AF doté de la fonction réveil.

Comme la plupart des calibres , il se décline en plusieurs versions:

Calibre K: AMPLIC

Calibres K , 8K et 9K: PAIRIC, DATIC, PARLIC

Calibre KL: VOLIC , BICHIC , SCULPTIC , FAUNIC ,  FONCIC

Calibre 13K: DONRIC

Galerie des réveils et pendules à poser Jaz Transistor

Galerie chronologique des réveils et pendules à poser portant la mention Jaz Transistor au cadran .                                                                                                                                    CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR ACCEDER A L’ARTICLE CORRESPONDANT

sistric   

offic noiroffic    

paltic crème (4)    

      

   

Galerie des minuteurs ou compte minutes

Galerie chronologique des minuteurs                                                                                                                                                                                                                                            CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR ACCEDER A L’ARTICLE CORRESPONDANT
comtic-1comtic-avec-pattestelic-5-unites2tempic-2tempic-5tempic-6OLYMPUS DIGITAL CAMERAtimictempic-3tempic-4tempic-7chronic-2chronic-3contic-orangelupic4lupic-blanclupic-rougetelic1rouzic-3rouzic-1sugicnutictelic