La clef à limitation de sonnerie

 

La clef de limitation de sonnerie fonctionne selon un principe très simple : il suffit de remplacer la clef de remontage de sonnerie habituelle par une clef comportant une extension métallique sur pivot , estampillée Jaz sur les deux côtés , laquelle se déplie et vient buter sur le bouton de sonnerie arrêtant de fait celle -ci !

 

Sur cette animation  , vous verrez l’extension s’arrêter en butée sur le bouton du réveil .

 

On trouve cette clef d’origine sur des JAZIC ou des CREUSIC  .  Le contacteur Jaz est techniquement basé sur le même procédé .duplic jazic camic pubau centre de cette publicité de 1951 , une illustration d’un Jazic et une petite notice pour expliquer le principe de la clef de limitation .contacteur pub sommeilJaz réunit dans cette publicité l’ensemble de ses dispositifs de sonnerie augmentée , diminuée ou améliorée dont le contacteur et la clef de limitation de sonnerie .

Contacteur Jaz 1951 à 1968

contacteur seulLe contacteur Jaz ( ici sans son câble électrique) , est basé sur le même procédé que la clef de limitation de sonnerie Jaz dans son principe général puisqu’il s’agit de dispositifs qui remplacent la clef de remontage de la sonnerie . Comme celle ci , une extension métallique peut , lorsqu’elle est déployée , abréger le temps de sonnerie habituel ; voyez l’article et son animation : la clef de limitation de sonnerie .contacteur Jaz dosLe contacteur se fixait derrière le bouton du réveil et se vissait à la place de la clef de sonnerie . Pour des raisons d’encombrements ou d’écart trop important entre le bouton et la clef , le contacteur ne pouvait pas s’adapter sur les GENIC , DEGIC , SECTIC , SULTIC , MUSIC et CAMIC .

Dispositif de limitation de sonnerie : fermé à gauche et ouvert à droite .contacteur et filLe contacteur avait donc deux fonctions : allumer un dispositif électrique types radio ou lampe , plus une limitation , optionnelle , de sonnerie .

pub contacteurPublicité in Reader’s Digest de 1951 : l’intérêt était double pour la marque au jaseur boréal puisque , si le prix du contacteur était bas ( environ le tiers du réveil le moins cher de la gamme Jaz ) , en revanche il ne se vendait que chez les horlogers affiliés Jaz et en aucun cas chez les électriciens où l’on trouvait des réveils d’autres marques à cette époque . Une fois chez l’horloger , il était trop tard pour réaliser que le dispositif ne s’adaptait qu’à des réveils Jaz , une double vente se faisait alors probablement pour ceux qui ne disposaient pas déjà d’un Jaz adapté . contacteur pub sommeil.jpgJaz réunit dans cette publicité l’ensemble de ses dispositifs de sonnerie augmentée , diminuée ou améliorée dont le contacteur et la clef de limitation de sonnerie.Contacteur Jaz noticemode d’emploi joint à chaque contacteur

Constamment proposé à la vente de 1951 à 1968 , il a fait l’objet de présentations très variées dans les catalogues réservés aux horlogers tandis que le contacteur lui même ne changeait pas . Le rupteur , identique en apparence , était basé sur le même principe sauf qu’il coupait l’alimentation en courant au lieu d’allumer . De fait il devait s’en vendre beaucoup moins car l’usage est beaucoup plus restreint et logiquement réservé au coucher plutôt qu’au réveil ; par exemple éteindre une lampe ou une radio à heure determinée alors que l’on s’est endormi mais dès lors le Jaz n’est plus disponible pour se réveiller . Cela explique que les contacteurs sont proposés par plaque de cinq aux horlogers tandis que le rupteur est vendu à l’unité .

Le contacteur équipait bien sûr les LAMPIC et LUPIC , lampes/ réveils distribuées par Jaz .

LAMPIC 1953 à 1954

lampic

LAMPIC , réveil dont la base est un  JAZIC calibre 12D , formant une lampe de chevet , allumage à la main ou commandé par déclenchement de la sonnerie avec le contacteur/rupteur . Il était vendu avec un abat jour en tissu couleur chamois . Format 34 x 25 cm . Disponible uniquement en 1953 et 1954.

En 1956 la LUPIC reprendra le principe de la lampe réveil mais sur la base d’un GALBIC .

Boîtier nickelé ,  socle et cloche ivoire , cadran à zone ivoire , sans trotteuse , aiguilles et chiffres lumineux . Réf. 198-11 pour la version 110 volts et 198-21 pour le 220 volts .

En 1954  il passe du calibre 12D au calibre H et adopte donc cette nouvelle référence 199-11 pour la 110 volts et 199- 21 pour la 220 volts

LUPIC 1956 à 1961

lupic.JPG

 

LUPIC , réveil lampe , gamme des Gros Jaz , mouvement mécanique , calibre 6U . Nouveauté du catalogue 1956 à la page 13 . Réveil formant lampe de chevet : allumage à la main ou commandé par le déclenchement de la sonnerie grâce au contacteur Jaz , abat jour assorti , boîte polystyrène ivoire , cadran ivoire , zone centrale quadrillée de losanges dorés et chiffres dorés , aiguilles et points lumineux .  Référencé P 1099-11 en 110 volts et P1099-21 en 220 volts . Dimensions : hauteur totale 34 cm , largeur 25 cm . Elle avait été précédée en 1953 par la LAMPIC , une lampe réveil dont la base était un JAZIC , ici le réveil de base est un GALBIC . Cette lampe est disponible jusqu’au catalogue 1960/61 . La dénomination LUPIC sera réattribuée en 1976 .lupic-3-1957-page-18Cette mention du catalogue 1956 rappelle que Jaz produisait aussi hors catalogue des pièces d’horlogerie pour les handicapés le-louis-braille-1967Extrait du Louis BRAILLE 1967 , la revue de la Fondation Valentin Haüy  , association au service des jeunes aveugles et des malvoyants .