Jacques MEYER PDG de JAZ S.A.

meyer La France Horlogère n°432 avril 1982 page 71Jacques Meyer (né le 6 janvier 1930 à Paris XVI° + le 20 Octobre 2007 ) fils de Gilles Meyer , industriel et de Rose Weil . Ayant fait ses études à Janson de Sailly puis à l’Ecole Nationale Supérieur des Arts Décoratifs . Son grand père Georges Meyer avait fondé UTI  (Uti pour Utinam , la devise de Besançon) . Directeur Général puis PDG de 1956 à 85 des établissements UTI employant 450 personnes dans les années 1970 . Président d’UTI SAB Bruxelles de 1973 à 90 , Président d’Hattori Paris S.A de 1973 à 93 ; Senior Vice-Président de Titan Industries Ltd  – 5° fabricant mondial de montres , 438 magasins – à Bangalore , India de 1994 à 97  ; Directeur de Titan Intern. Marketing Ltd à Londres de 1994 à 97 ; Président de JMS Jacques Meyer Services depuis 1995 et de la SHR Société Horlogère Rotary depuis 1998 . Conseiller du Commerce Extérieur de la France de 1962 à 1995 comme Léon HATOT ( les CEE sont à l’origine du Traité de Rome ). Officier de la Légion d’Honneur , Commandeur de l’Ordre National du Mérite . PDG de Jaz S.A. , de Matra Horlogerie et Yema S.A. de 1982 à 86 .                                                                                                                                                                                                                Concessionnaire exclusif de Seiko pour la France, la Belgique et le Luxembourg , Meyer devient de 1982 à 1986 PDG de Matra Horlogerie (Seiko Hattori) puis de 1987 à 1990 de la CGH Compagnie Générale Horlogère .1979 page 0 siège socialCGH dont le siège social se trouve alors au 19 rue Réaumur à Paris , dans le quartier du Temple traditionnellement occupé par les grossistes en horlogerie bijouterie                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             PHILIPPE MATHIEU – LES ECHOS | 
Jacques Meyer qui était PDG de la Compagnie Générale Horlogère (CGH), n’est plus désormais que « directeur général et fondé de pouvoir  » de cette filiale du groupe nippon Hattori-Seiko. La présidence vient en effet d’être confiée à Fumitaka Ueno, un Japonais de 42 ans qui s’occupait auparavant à Tokyo du marketing de Hattori-Seiko, pour le marché européen.
Ce changement est motivé par « la réorganisation du groupe dans la perspective de l’Europe de 1993 ». Il est consécutif à la création, en novembre dernier de « Seiko Europe « , structure devant coordonner le marketing du groupe.
La CGH a réalisé en 1989 un chiffre d’affaires de 600 millions de francs. Elle emploie un peu plus de 600 personnes, dans le Doubs (Besançon et Morteau) et à Paris où se trouve son siège.HBJO n°5 Avril Mai 1982 matra HBJO numéro 5 d’Avril Mai 1982 : Framelec( Cupillard ,Rième , Herma , Lov )avec Jaz ,Yema , Uti  ( Seiko ) et Climpex adhèrent à Promonthor. pin's CGHPin’s de la CGH                                                                                                                                                                                                                                                                       La CGH fabrique et distribue des montres, des réveils et des pendules de marque Seiko, Yema , Jaz , Pulsar , Lorus , Lassale . Hattori-Seiko dispose de filiales en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse et en Suède, et de distributeurs en Espagne, en Italie, en Autriche et des agences au Portugal et en Grèce . La Belgique dépend de la CGH .Meyer 7 ° division PLC (2)Tombeau de la famille Meyer au cimetière de l’Est dit du Père Lachaise à Paris XX° Meyer 7 ° division PLC (3)Les flambeaux , parfois renversées , sont un ornement commun sur les tombeaux XIX° et début XX° siècle . Le sablier ailé pareillement , même s’il prend une double signification sur la sépulture d’une famille d’horloger . flambeau bronzer.jpgFlambeau de bronze en rappel des flambeaux de pierre Meyer 7 ° division PLC (4)FAMILLE Hector LEVY
FAMILLE Léonce MICHEL
Hector LEVY décédé le 17 janvier 1907 à l’âge de 59 ans
Léonce MICHEL décédé le 2 août 1934 à l’âge de 79 ans
Raoul LEVY décédé le 9 octobre 1964 à l’âge de 85 ans
Alice LEVY née MEYER décédé le 26 février 1910 à l’âge de 55 ans
Berthe MICHEL née MEYER décédée le 4 avril 1918 à l’âge de 58 ans
Monique LEVEQUE 1917-1994
Meyer 7 ° division PLC (5)Sépulture du fabricant d’horlogerie Hector Lévy (1847-1907) ; son épouse Alice Lévy née Meyer (1854-1910) ; leur fils Raoul Lévy (1879-1964) ; Berthe Michel née Meyer (1859-1918), la sœur d’Alice Lévy ; son mari Léonce Michel (1855-1934)1907 Le Temps.jpgJournal Le Temps 1907  . Hector Lévy était né le 1° mars 1847 à Saint Quentin dans l’Aisne , de Isaac LEVY et Adèle WORMS , tous deux décédés en 1876 .

Meyer 7 ° division PLC (6)La sépulture  de la famille Meyer  se trouve avenue Rachel ( 1821+1858) , la plus célèbre tragédienne de son temps , de religion israélite . Elle eut deux fils : Alexandre du comte Walewski, fils de Napoléon et de Marie Walewska , et Gabriel d’Arthur Bertrand, fils du maréchal Bertrand. Elle est inhumé presque face aux Meyer .Meyer 7 ° division PLC (7)La sépulture se trouve à gauche , en première ligne entre les sépultures Dumesnil à gauche et Klotz-Schwartz à droite .Meyer 7 ° division PLC (1)En passant par la petite entrée de la rue du Repos , vous aurez le grand immeuble de la Conservation du cimetière à gauche et tout de suite à droite ,  cette première avenue qui est l’avenue Rachel et l’entrée dans la 7° division , ancien enclos israélite .

André VOIRIN directeur de l’usine Jaz de Wintzenheim

voirin3                                1 VOIRIN 2 SATO de Tokyo-Clock 3 CARPANO                                                                                                                                                                              Cet article est un extrait choisi de celui paru en Juin 2000 sur le site WINTZENHEIM-JAZ http://wintzenheim.jaz.free.fr/ de l’historien de la ville de Wintzenheim Guy Frank que nous remercions , encore une fois pour son aide déterminante et son précieux travail de mémoire . Pour consulter l’article dans son intégralité suivez ce lien.                                                                                                                                                                                   Monsieur André VOIRIN a été d’abord chef de production en 1963 , puis Directeur adjoint en 1973 de Monsieur CARPANO qu’il remplace en tant que Directeur de l’usine Jaz de Wintzenheim                                                                                                                                                               Mon parcours professionnel

Il est évident qu’en ce qui concerne mon curriculum vitae, il est tout à fait classique. J’ai passé mon certificat d’études parce qu’à l’époque il y en avait un, ensuite un brevet élémentaire parce que ça se passait aussi comme ça, le premier BAC moderne, le deuxième BAC mathélem. […]  j’ai fait Maths Sup et Maths Spé, c’est-à-dire la préparation aux Grandes Écoles. J’ai intégré une école qui s’appelait l’IDN à l’époque (Industrielle du Nord) qui est devenue depuis l’École Centrale de Lille. [… ]

Ma première entreprise, ça a été la Royale Asturienne des Mines qui m’a envoyé au Maroc dans une mine de plomb argentifère. […]

[..] j’ai quitté cette mine de plomb et je suis rentré en France.

A l’époque, on trouvait facilement du travail. J’ai simplement pris les annonces qui étaient dans les journaux et j’ai atterri à la Colgate Palmolive qui était à Courbevoie. Mon titre officiel était « Finishing Supervisor ». […]

Entre temps, comme je voulais changer de situation, j’ai fait l’Ecole des Chefs d’Entreprises, où il y avait pratiquement des conférences et des cours du soir presque tous les jours. Et j’ai réussi cette école avec un beau succès. Ce qui m’a permis de prétendre à ce moment là à autre chose qu’un poste purement technique, et j’ai trouvé une annonce qui demandait un adjoint de directeur d’usine pour gérer la production. Je me suis présenté. Il s’agissait effectivement de l’usine S.A.P. à Wintzenheim. voirin1l’atelier de montage en pleine activité , environ 300 personnes.                                                                                                                                                                                            Je vous dis tout de suite que pendant 20 ans, j’ai travaillé chez JAZ, d’abord comme responsable de production, puis comme directeur-adjoint, et enfin comme directeur.

voirin2L’écroulement de l’horlogerie vers les années 1980 a conduit à des diversifications pour occuper le personnel, telles que fabrication de fourreaux de fusils de guerre, fabrication d’ordinateurs de la marque TANDY. J’ai été très impliqué dans ces nouvelles activités, ainsi d’ailleurs que Henry Klopfer de Wintzenheim ( à l’extrême droite sur la photo) . A l’âge de 55 ans, persuadé du naufrage final, j’ai pris ma pré-retraite.

L’informatisation

En arrivant chez JAZ, au siège social, il m’est apparu très vite que l’usine de Wintzenheim était dans le collimateur : non-respect des programmes, mauvaise sortie des nouveaux modèles, etc… En arrivant à l’usine, il m’apparut également très vite que c’était l’ordonnancement qui était visé. En fait, la gestion de la production était désastreuse. Les ateliers n’obéissaient pas aux impératifs de quantités et de délais. Par exemple, le décolletage faisait des quantités largement supérieures aux besoins exprimés, quitte à forcer la serrure du magasin matières pour ce faire, et ceci afin d’augmenter la prime de l’atelier. Le résultat était que les magasins avaient trop de pièces inutiles, et pas assez de matières pour faire les pièces nécessaires. Apparemment, quand je suis arrivé, cela ne semblait choquer personne.

Avant toute chose, j’ai donc passé du temps dans les services du siège social, et bien sûr, j’y ai trouvé de graves lacunes. Il y avait à Wintzenheim un bouc émissaire, et c’était bien pratique. Tout ceci ayant été explicité, a eu pour conséquence de calmer le jeu. Cependant, il est apparu que la réaction de l’ordonnancement devait être plus rapide et plus précise. J’ai donc proposé à la direction de Paris l’informatisation de l’usine en utilisant le matériel du siège social. Je fus fermement soutenu par le directeur financier, alors que les services techniques trouvaient l’idée farfelue. J’ai d’ailleurs eu, pendant un certain temps, le surnom de « Monsieur l’Ordinateur ».

Quoi qu’il en soit, après plusieurs années, car il a fallu créer les logiciels alors que maintenant il suffit de les acheter, l’usine était opérationnelle, et la gestion de la production était d’un niveau comparable à ce que l’on trouve aujourd’hui avec des logiciels standards, c’est-à-dire très en avance pour l’époque. M. Mosbach d’Ingersheim est responsable, en grande partie, de la qualité de cette évolution.

Un modèle par semaine

Il faut bien préciser que la création d’un nouveau modèle par semaine était avant tout une nécessité commerciale, afin de forcer la main à l’horloger, car le représentant avait toujours du nouveau à présenter, ce qui facilitait l’entrée en matière. Il se trouve également que cela permettait de rester à peu près dans l’axe de l’inflation, alors que l’horlogerie était dans la liste des produits à prix bloqués. Il faut noter cependant que nous avons eu quelques modèles dont le succès ne s’est pas démenti pendant de nombreuses années, et bien sûr nos services commerciaux faisaient auprès du Contrôle des Prix les démarches nécessaires pour obtenir un assouplissement.

Quand l’usine de Nanterre a été démantelée, le service création de nouveaux modèles est venu également à la SAP de Wintzenheim, et était tenu par deux jeunes gens qui avaient d’ailleurs un très bon talent de peintres, puisque j’ai acheté à l’un un tableau qui figure toujours dans mon salon.

André VOIRIN, Juin 2000

Pierre Marly 45 ans au service de Jaz

 

Pierre Marly , né à Paris le 25 mai 1921. Il entre en 1936 , à 15 ans comme apprenti à la CIMH , Compagnie Industrielle de Mécanique Horlogère  première raison sociale de Jaz , à Puteaux et obtint son certificat d’horloger en 1941 . Requisitionné en 1942 par le STO , Service du Travail Obligatoire , il est enrôlé dans une usine d’optique allemande dont il est libéré par l’armée russe en 1945 .

De retour en France il est réintégré à la CIMH devenue officiellement Jaz S.A. mais comme chef d’équipe . La direction parisienne lui demande, le 1er janvier 1962 , de rejoindre l’usine Jaz de Wintzenheim acquise en 1954 . Il s’installe dans cette petite ville près de Colmar où il fait souche . Devenu chef d’atelier, il prend sa retraite en 1981 après 45 ans au service de Jaz .

Pierre Marly a consacré ses loisirs à l’athlétisme à un haut niveau et c’est bien logiquement que l’ancien horloger a été chronométreur national lors de grandes compétitions sportives .

 

 

M. Henry KLOPFER usine de Wintzenheim de 1952 à 1980

 

Grâce à l’historien Guy FRANK , nous avons eu l’honneur de rencontrer Monsieur Henry KLOPFER , le 24 Août 2017 , dans sa grande et belle maison des faubourgs de Wintzenheim au pied du château du Hohlandsbourg . Il nous a cordialement ouvert les portes de son foyer , de ses albums photos et de son infaillible mémoire . Notre correspondant local et collectionneur de Jaz , Monsieur Mariano Macor , le rencontre depuis régulièrement pour recueillir son témoignage capital pour l’histoire de Jaz .                                                                                                                                                    dna article kopfler Le hasard a voulu que DNA , les Dernières Nouvelles d’Alsace , consacre une pleine page à l’usine alsacienne de Jaz , trois jours avant notre entrevue ; Texte de l’article :            Henri Klopfer, 83 ans, après sa formation au collège technique a été embauché en 1952 à l’usine de la SAP à Colmar : « J’ai débuté comme simple ouvrier fraiseur à l’usine rue de la Houblonnière, puis comme régleur sur machine, jusqu’à mon départ en 1955 pour l’armée ; démobilisé fin 1957, je suis retourné chez Jaz, où ils m’ont intégré au service développement des nouveaux produits, d’abord comme dessinateur, puis j’ai assumé la charge de rapatrier certaines productions d’une autre usine ; suite à des formations internes et des cours du soir au conservatoire des arts et métiers, j’ai réussi à gravir les échelons jusqu’au diplôme d’ingénieur ; je suis parti en 1981, quand le déclin de l’usine était inéluctable ».
Petite anecdote, en mars 1976, Henri Klopfer avait fait visiter l’usine à M. Maigrat, collaborateur de Lionel Stoleru, nouveau secrétaire d’État, chargé des problèmes des travailleurs manuels. Il était accompagné de Jean-Pierre Raffarin, attaché parlementaire.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Nous vous recommandons la lecture du témoignage de M. André Voirin qui complètera admirablement celui de Monsieur KLOPFER .                                                                                                                                                                                                                 Nous avons fait le choix de rédiger et illustrer d’images les trois heures d’enregistrements avec M. KLOPFER pour les rendre plus lisibles mais de conserver les passages de sa biographique personnelle , même si Jaz n’y est pas directement mêlé , puisqu’une grande partie de sa vie , 27 ans , a été consacré à cette marque :                                                                                                                                                                                                    je suis entré chez Jaz le 22 janvier 1952 …. c’est ainsi que Monsieur Klopfer commence son récit alors que nous arrivons chez lui à l’improviste et qu’il ne s’appuye sur aucunes notes écrites . Ce détail nous donne immédiatement une idée de la qualité et de la précision du témoignage qu’il va nous fournir et que nous vous livrons , hélas sans son accent alsacien si typique .                                                                                                                                                                          Né en 1934 , fils d’un petit viticulteur sans argent ( …) à .. petit village . diplômé de ….18 ans

 

Un ami de mes parents , Fernand Maurer , ancien chauffeur du Maréchal de Lattre de Tassigny qui reçoit des obséques nationales en cette année 1952 , était l’homme de confiance de M.ROBLIN le dirigeant de CARAT … une entreprise d’horlogerie suisse                                            ( article en construction , à suivre bientôt )

Paul NICOLAS 1901 +1970 Vice Président de Jaz S.A

PaulNicolas                     PAUL NICOLAS photo par son fils Hervé STOULS- NICOLAS

 

Jazette 1970 Décembre page 04 Paul NicolasCe résumé de la biographie de Paul NICOLAS fait comprendre que , s’il n’appartient pas du tout au monde de l’horlogerie , c’est un grand communiquant et un immense publicitaire qui va diriger Jaz pendant 30 ans à la fois industriel , éditeur , journaliste , professeur et économiste . Sa revue VENDRE traita du marketing avant que le mot ne fût inventé , il est un pionnier de la recherche appliquée aux progrès de la publicité . En consultant la liste des 33 publicitaires célèbres , on constate vite qu’il est , avec Decaux , le seul à être passer de la théorie à la réalité , de la publicité à l’industrie .                                                                                                                                                                                                                                                    **************************CHRONOLOGIE BIOGRAPHIQUE ***************************                                                                                                                                                               1913/1918 En tant que boursier , il fait de brillantes études secondaires au collège de Château-Gontier et autres établissements , au gré des affectations de son père gendarme . Se destinant à l’enseignement du grec et du latin , il prépare une licence de lettres . Si bientôt la publicité l’arrache à la Sorbonne , il n’en garde pas moins une plume remarquable                                                                                                                                                                                                                                                                                   1926  il fait ses débuts dans la publicité à l’agence ELVINGER comme Pal SARKOZY quelques années plus tard . damour pub 19361927 voit son entrée à l’agence DAMOUR comme chef de publicitévendre-nc2b05-mars-1924-ours 1929 Etienne et Léon DAMOUR lui confient la rédaction en chef de la revue VENDRE  1930  il fonde avec Edmond JEANDET , directeur des biscuits BRUN , la DCF , association amicale des Directeurs Commerciaux de France .                                                                                                 vendre-nc2b0143-octobre-1935-ours1931 à la mort d’Etienne DAMOUR , il devient administrateur de la SAPC , société éditrice de VENDRE                                                                                                            1932 création du brevet professionnel publicitaire ; à l’école technique de publicité , la direction des travaux est confiée à Paul NICOLAS .

1933 Parution du premier Marché Français                                                                      1936 Paul NICOLAS est nommé Conseiller du Commerce Extérieur de la France . Depuis le début du 20ème siècle, les CCEF sont des industriels , négociants , etc , qui mettent bénévolement leur expérience au service de la présence économique française dans le monde .                                                                                                                                   1939 il entre chez Jaz comme directeur des ventes ; il exerce alors de nombreuses fonctions d’administrateur notamment au Bureau Français pour l’étude de la distribution près la Chambre de Commerce Internationale ; à la Chambre Syndicale de commerce International ; à la Confédération des Travailleurs intellectuels , à l’Office de Contrôle des annonces ( premier organisme d’auto régulation de la publicité) , à l’Office de Justification des Tirages (association professionnelle française dont le rôle est de certifier la diffusion, la distribution et le dénombrement des journaux et de tout autre support de publicité ) , au Syndicat de la Presse , à l’Institut d’Etudes de l’Opinion Publique actuel IFOP , premier institut de sondages français                                                                                                                                                                                                                                                  1940 pudiquement Brandt  lui donne la Direction Commerciale de Jaz « par intérim », ne sachant ou ne voulant entériner le départ forcé de BENEL de confession israélite . Mais quelques mois plus tard , la situation ne s’améliorant pas pour les juifs – par un horrible et tragique euphémisme – il est confirmé à ce poste                                                                                                           Jazette Juin 1942 une1942 il envoie une lettre portant sa fameuse signature et la première Jazette , organe de communication interne , aux horlogers affiliés  Jaz . Elle sera  présenté plus tard comme une publication clandestine ce qui est un peu exagéré pour avoir échappé au contrôle du COIACL . Si les journalistes et diffuseurs des quelques journaux clandestins arrivant à être publiés et distribués sous le manteau risquaient leur vie , il fallait tout de même que le propos soit polémique ce qui n’était pas le cas des messages de Paul NICOLAS .                                                                                                                                  signature paul nicolas1945 il est nommé président de la revue VENDRE où il paraphe éditoriaux et articles de cette même signature .etmar1947 Paul NICOLAS est nommé président d’ETMAR et devient Directeur Général de Jaz RESEAU-OMEGA-1939Le réseau professionnel de la famille Brandt en 1939                                                                                                                                                                  1948 après le décès de Louis-Gustave BRANDT il est nommé administrateur de la Maison Brandt Frères ( Montres Oméga , Tissot , caméras Beaulieu , etc )                                                                                   pub_omega_171949 il devient président du Conseil d’administration de Brandt Frères                          1950 il effectue un séjour de 35 jours aux USA pour étudier les méthodes de ventes et de production dans le cadre de la mission DISTRIBUTION du Plan Marshall elite1955 il fonde l’ELITE institut national d’études commerciales et professionnelles des Horlogers Bijoutiers JoailliersActualités n°1 1955 une1955 Mars  premier numéro de Jaz Actualités qui remplace la Jazette des Horlogers , organe de communication interne . Paul Nicolas signe de petits éditoriaux et fait la liste des nombreuses campagnes de publicité de Jaz , indiquant les journaux , leurs tirages , les passages à la Radio ou à la télévision                                                                         1959 il crée la société Le mouvement de Paris dont il assure la présidence                    1961 il est élu membre de l’Académie des Sciences Commerciales qu’il présidera jusqu’en 1964                                                                                                                 1964  il fonde l’Institut Proscop                                                                                                                                               1970 il meurt à Paris le 27 Novembre.                                                                                                                                                                                         ************                  PAUL NICOLAS EN PHOTOS ET CITATIONS                 ********

fondateurs et dirigeants_previewCette photo historique a été prise en 1947 , quelques jours avant la mort de Louis-Gustave BRANDT l’un des fondateurs de Jaz . Paul NICOLAS se distingue immédiatement par cette taille imposante qui est mise en avant dans tous les témoignages que nous avons recueillis le concernant . On notera que la photo a été prise par un des plus grands photographes français Willy RONIS , peut être en tant que membre de l‘agence Rapho . A la fois juif et militant communiste , RONIS n’aurait pas accepté de travailler pour Jaz quelques mois après la Libération si cette entreprise avait eu un comportement suspect pendant l’occupation ( nous y reviendrons bientôt dans le dossier en cours de rédaction Jaz pendant la guerre) . C’est pourtant probablement l’ordonnance allemande plaçant sous séquestre les entreprises et biens appartenant aux Juifs absents ou arrêtés, dite ordonnance d’Aryanisation du 18 octobre 1940 , qui amène BRANDT à nommer Paul NICOLAS à la place d’Ivan BENEL , cofondateur de Jaz de confession israélite parti se réfugier en zone libre . Par chance , BENEL échappera à l’occupant et décédera en 1970 , la même année que Paul NICOLAS , mais sans avoir repris sa place au sein de la CIMH . Jazette 1970 Décembre page 02_previewPaul NICOLAS n’est ni un des fondateurs de Jaz , ni un horloger ayant apporté des brevets innovants , ni un des actionnaires de la marque , et pourtant , il est sans aucun doute une des figures marquantes de la marque au jaseur boréal . C’est lui qui fait ajouter cet oiseau  au logo de la marque pendant la guerre pour calmer les velléités anti américaines des allemands qui trouvaient que décidément Jaz sentait trop la Nouvelle Orléans et le Jazz .Jazette 1970 Décembre page 03 Paul NicolasCes extraits mettent en avant ses principaux combats

Ne distribuer les Jaz que chez des horlogers affiliés opposant des refus de vente aux centrales d’achats , grands magasins , coopératives , etc                                                                                                                                                                  Discount 1Combats contre plusieurs gouvernements pour le maintien de la vente à prix imposés par le fabricant , cinq  procès perdus , une jurisprudence portant son nom l’arrêt NICOLAS  pour que partout en France Métropolitaine , les réveils et pendules soient vendus au même prix .                                                                                                                                                                      La valorisation du métier d’horloger qu’il incitait à réparer et entretenir lui même les mouvements d’horlogerie , à se former aux nouveaux mouvements électriques .                                                                                                                                                                                       10 millionOn le reconnait aisément à sa stature imposante derrière la chaine de production pour fêter le dix millionième Jaz en 1943 ; Mais il aura aussi à gérer pendant la guerre les pénuries d’électricité , de chauffage , de matières premières , les restrictions de l’occupant ; l’expropriation de l’usine de Nanterre ; la crise de Suez et sa pénurie en laiton ; l’absorption de CARAT et de son usine de Colmar ; l’acquisition de JAPY ; l’installation à Wintzenheim ;  dans les années 60 les mouvements sociaux , l’extension de la TVA au commerce de détail , la concurrence  des bureaux de tabac dans la vente d’horlogerie courante ,  l’ouverture au Marché Commun avec un des premiers joint-venture de la nouvelle Europe signé avec l’allemand Peter Uhren Paul NicolasEn bon publicitaire , Paul NICOLAS accepte de se mettre en scène pour Burroughs , en 1964 , sans omettre de vanter les succès de Jaz .Paul Nicolas profilPaul NICOLAS , à droite , est encore plus imposant de profil que son mètre 85 de face ! Marcel Bleustein - Blanchet et Paul Nicolas 19661966 Marcel BLEUSTEIN -BLANCHET ( 1) le plus célèbre publicitaire français , fondateur de Publicis , aujourd’hui  troisième groupe mondial de publicité , et père de Madame  Elisabeth BADINTER . En (2) à droite Paul NICOLAS Paul Nicolas à WintzenheimPaul NICOLAS faisant un discours dans la cour de l’Usine de Wintzenheim , courtoisie de Monsieur Henry KOPFLER jean gramain hommage à Paul NicolasEn Janvier 1972 paraît le dernier numéro de VENDRE ruiné par l’apparition des photocopieuses , un abonné copiant sa revue pour beaucoup d’autres lecteurs et cruel ironie par l’absence de publicité . Il est l’occasion d’un ultime hommage à Paul NICOLAS par ses collaborateurs et amis ; nous avons choisis son éloge funèbre ci-dessus et surtout ce témoignage de Jean GRAMAIN parce qu’il fut lui -même chef de publicité chez Jaz  .Henry de Farcy SJCet éloge funèbre prononcé aux obsèques de Paul NICOLAS à l’Eglise Saint Pierre de Montrouge , Pais XIV°,  vaut surtout par la qualité de son auteur Henri de Farcy de La Villedubois , Jésuite et économiste agricole de renom , président d’honneur de l’Académie des Sciences Commerciales que Paul NICOLAS dirigea jusqu’en 1964 . Sépulture Monsieur Paul NicolasSépulture de Paul Nicolas au Cimetière Montparnasse à Paris . Photo courtoisie de Monsieur Hervé Stouls-Nicolas , son fils , que nous remercions chaleureusement .

 

 

 

La Disparition roman de Georges Perec 1968

LA DISPARITION est un roman  en lipogramme  écrit par Georges PEREC  en  1968 et publié en 1969. Il fait environ 300 pages et ne comporte pas une seule fois la lettre E    Quand il publie son roman La Disparition en 1969, Georges Perec fascine son public en écrivant un texte sans aucun mot contenant la lettre «e», un exploit . Un lipogramme , du grec leipogrammatikos, de leipein (« enlever , laisser ») et gramma (« lettre ») : « à qui il manque une lettre », est une figure de style qui consiste à produire un texte d’où sont délibérément exclues certaines lettres de l’alphabet . Démarche complexe qui s’inscrit parfaitement dans le mouvement de l’OULIPO  « l’OUvroir de LIttérature POtentielle» dont étaient membres Perec ou Raymond Queneau , qui s’étaient donnés pour mission de trouver des contraintes d’écriture susceptible de décupler leur potentiel créatif . Pour l’Oulipo , la contrainte lipogrammique permet d’exalter l’imagination , que résume Perec en ces mots « … qu’a contrario tout mot soit produit sous la sanction d’un tamis contraignant… ». Les mots pendules , réveils , horloge , réveille- matin , montre , tocante , chronomètre , chronographe , etc comportant tous un E , c’est naturellement Jaz que Perec emploie , certain qu’il était d’être compris tellement ce nom  était devenu synonyme de réveil , suivant en cela le souhait de Georges Scemma , publicitaire des origines de la marque et inventeur du nom Jaz , qui avait prescrit  :  Notons ceci : « Jaz », jamais « réveil Jaz » ; c’est inutile et même nuisible. On ne parle plus de réveil, il n’existe plus de mot, il est remplacé par son synonyme : un Jaz .                                                                                                                                                                    La Disparition du E affecte également la macrostructure externe du roman , qui est composé de 26 chapitres soit le nombre de lettres de l’alphabet et 6 parties pour le nombre de voyelles , puisque un observateur attentif remarquera l’absence du 5° chapitre et de la 2° partie correspondant à la place du E dans l’alphabet et l’ordre des voyelles .                                                                                                                                                                       Mais Claude BURGELIN , ami de l’auteur, explique le malentendu autour de la Disparition  : Le feu d’artifice verbal est si éblouissant qu’il aveugle. On mit des années avant de s’apercevoir que derrière ces jeux de massacre autour de la lettre interdite se dessine une fable sur le génocide des juifs . Et plus particulièrement ses propres parents puisque PEREC , né en 1936 de parents juifs polonais , se retrouve orphelin très tôt : son père engagé volontaire dans la Légion Etrangère meurt au front en 1940 et sa mère prise dans un rafle meurt en 1943 à Auschwitz . Perec très touché par la disparition de ses parents et soigné dès 1949 par Françoise DOLTO , allait élever des livres cénotaphes pour faire barrage à l’élimination hitlérienne . C’était sa façon d’avoir le dernier mot mais il avait l’élégance et la pudeur de les crypter comme dans Le Condottière où l’on retrouve les dates de mort de ses parents dissimulées .                                                                                                                                                            Cette mère , Cyrla Szulewicz , contrainte de porte l’étoile jaune était ouvrière chez JAZ avant d’être déportée , dès lors il n’est pas étonnant de la trouver évoquée dès l’incipit de la Disparition  : ce JAZ c’est sa mère …

 

Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s’assit dans son lit, s’appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l’ouvrit, il lut; mais il n’y saisissait qu’un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la signification.

 Il abandonna son roman sur son lit. Il alla à son lavabo; il mouilla un gant qu’il passa sur son front, sur son cou.

 Son pouls battait trop fort. Il avait chaud. Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux. Un bruit indistinct montait du faubourg. Un carillon, plus lourd qu’un glas, plus sourd qu’un tocsin, plus profond qu’un bourdon, non loin, sonna trois coups. Du canal Saint-Martin, un clapotis plaintif signalait un chaland qui passait.

 Sur l’abattant du vasistas, un animal au thorax indigo, à l’aiguillon safran, ni un cafard, ni un charançon, mais plutôt un artison, s’avançait, traînant un brin d’alfa. Il s’approcha, voulant l’aplatir d’un coup vif, mais l’animal prit son vol, disparaissant dans la nuit avant qu’il ait pu l’assaillir.

Avis de passage représentants Jaz

cp-avis-de-passage-1950-mr-haller-nordJAZ ne distribuait ses productions qu’à travers un réseau composé d’horlogers , bijoutiers , joailliers ou orfèvres indépendants mais affiliés qui étaient régulièrement démarchés par les représentants de la marque . Afin d’annoncer leurs visites futures , ils envoyaient des cartes postales comprenant au recto leur nom et photo mais évidemment le verso était l’occasion d’une communication interne publicitaire . Début 1950 elle ne pouvait qu’évoquer le JAZIC  apparu en 1949 qui va s’avérer un des plus grands succès de la marque au jaseur .jaz-avis-de-passage-1951En 1951 c’est le FRANCIC qui est à l’honneur , une déclinaison de la silhouette du JAZIC en plus petit .avis passage 1951avis passage 1951 rectoFin 1951 l’avis de passage de Gaston Haller fait allusion à trois événements majeurs dans l’histoire de Jaz qui vient de prendre la majorité du capital de la SAP -Société Alsacienne de Précision- dont l’usine alsacienne fabriquait les productions de « Carat horlogers de précision » et elle absorbe cette dernière marque  . Jaz fait ainsi une double bonne affaire : elle s’installe en Alsace à Wintzenheim près de Colmar dans son immense usine et hérite des calibres de précision de Carat dont le « 100 »rebaptisé par Jaz « AB »  à 7 pierres et sonnerie limitable qui équipe le SAPIC reproduit sur la carte , inaugurant la nouvelle catégorie des Jaz de Luxe .avis passage 1958avis passage 1958 rectoEn 1958 Monsieur Olyve , horloger à Cassel dans le Nord , est démarché par Pierre GUILLOT qui remplace Gaston HALLER qui dorénavant représente Jaz mais aussi Japy puisque cette marque centenaire avait été absorbé en 1956 par la marque au jaseur . La carte postale évoque une horloge murale mécanique la LAMIC puisque la LIMIC sa version électrique n’apparaît que l’année suivante . Le Compte -Minutes est un COMTIC , très grand succès de la marque entre autres auprès des ménagères qui sont clairement la cible de cette petite publicité . Gervaise 1961 représentant a (2)Gervaise 1961 représentant a (1)En 1961 le recto publicitaire n’a guère changé , une PLATIC remplace la LAMIC : on reste dans les murales à clefs amovibles . Côté adresse le portrait de Jean Gervaise représentant pour la région ouest , . représentantreprésentant 1962En 1962 , un an plus tard SOLMIC et SMOLICTALIC, lesquelles sont pourtant en fin de carrière. Toujours adressé à Pouzet , horloger à Saint Gilles Croix de Vie , angle rue Gautté et Quai du Port Fidèle , où lui succèdera Thierry Dubaile .cp-jaz-orangeavis de passage 1964 rectoEn 1964 , Jaz met l’accent sur ces horloges à transistor :  HOUDIC et TEMIC et son vaste choix de couleurs de Formica , la matière à la mode . Le représentant pour le sud ouest ,  Robert Lacassaigne , avait donc en charge La Vendée et entre autres commerçants Mr Pouzet , horloger au petit port de Saint Gilles sur Vie qui trois ans plus tard devient Saint Gilles Croix de Vie en s’unifiant à Croix de Vie , la petite ville qui lui faisait face à l’embouchure de la Vie .avis de passage 1966 (2)Avis de passage de Jean BRIOTET : NOVIC , QUINZIC et DARLIC . Ces trois Jazistor  alimentés par des piles sont une révolution en 1966 , date de sortie du DARLIC , les deux autres sont de 1965 .avis de passage 1966 (1)Le tampon de la poste faisant foi  , 27 Septembre 1966 , BRIOTET s’est rendu chez son client l’horloger BOBIN en Octobre 1966avis de passage 1971Avis de passage de 1971 mettant en vedette le PERLIC qui était pourtant apparu trois ans plus tôt . La MINOR Austin  stationnée , à l’envers , sur la  place de la Concorde n’était pas non plus une nouveauté puisque 1971 est sa dernière année de production .avis de passage 1971 rectoau verso la photo du jeune représentant Gérard Zurmelybocquet waslet à Laon

On est heureux d’apprendre par internet que l’horlogerie Bocquet Waslet à Laon est toujours en activité et que notre représentant Gérard Zurmely coule des jours heureux à Bangkok auprès de sa troisième épouse .

jaz-reveil-radio-avis-de-passage-2La photo et même le nom du représentant a disparu permettant de n’éditer qu’un seul modèle d’avis de passage pour toute la France . Le MUSIC réveil -radio à transistor est en couverture du catalogue 1974 , c’est cette même photo que l’on retrouve sur cet avis de passage puisqu’il s’agissait d’une grande innovation à l’époque et un des produits les plus onéreux de la marque , vendu trois fois plus cher que la plupart des réveils Jaz et deux fois plus que les pendules .jaz-le-bon-temps-avis-de-passage-1Au début des années 80 , le nom du représentant n’est pas revenu mais il  est tout de même présent à travers cette petite saynète humoristique une peu surjouée où il tient sa mallette à la main , sa valise d’échantillons à ses pieds . Le propriétaire des lieux arbore un cigare qui , s’il n’est pas encore interdit dans les lieux publics , est tout de même un peu étonnant à moins d’y voir une référence subliminale à la représentation du capitaliste type avec ce message sous-jacent : grâce à Jaz vous allez vous enrichir !! Jaz a souvent accompagné son nom très bref d’un slogan correspondant  à une période précise : tout d’abord  » Jaz réveil de précision » puis  « Jaz le réveil précis  » ou  « Jaz le réveil ponctuel » et enfin à la fin des années 70   » Jaz le Bon Temps » que nous avons repris comme titre pour notre site historique .avis de passage 1983 (1)avis de passage 1983 (2)Avis de passage de 1983 , recto & verso , format 21 x 10 cm . Le Catamaran Jaz fort de sa deuxième place lors de la route du Rhum 1982 est en vedette au dos de cette longue carte