POELIC 1967 à 1982

poelic.jpg

POELIC , grande pendule murale de la gamme Jaz Transistor puis gamme Jaz Electronic et enfin Jaz Quartz , mouvement électrique à pile LR14 , calibre 4AN à  licence ATO puis TM et enfin MK . Nouveauté du catalogue 1967-1968 à la page 20 , référencée 2246-10 . Boîtier en cuivre , manche en acier martelé ; chiffres romains et écussons emboutis , aiguilles noires . Diamètre 30 cm , hauteur 55 cm , poids 870 gr . stand-jaz-poeleRéaliser une horloge pour une cuisine à partir d’une poêle est une tradition que l’on retrouve dès le début du XX° siècle ainsi qu’en témoigne cette rare photo du stand de l’horloger Georges Hamelin à la foire d’Angers dans les années 30. Et pourtant si quasiment toutes les pièces présentées sont des Jaz , il y a deux exceptions notables : les coucous et cette poêle transformée en pendule puisqu’il faudra attendre 1967 avec cette Poêlic , au nom étymologiquement limpide , pour que Jaz succombe à cette mode . Mais Jaz ne cessera plus d’en produire , lui ajoutant même en 1975 une variante , la GALTIC à la dénomination ayant une étonnante origine argotique puisque tirée de galtouse . La POELIC ne quittera le catalogue qu’en 1983 mais pour être immédiatement remplacée par la FANIC qui ne s’en distingue que par de petits détails , lui assurant une longévité de près de 20 ans ! Comme les autres horloges murales Jaz , elle évolue se voyant équipée en 1976 du  calibre TM gagnant ainsi la gamme des Jaz Electronic puis en 1980 celle des Jaz Quartz en adoptant le calibre MK .

Cette POELIC est surprenante à plus d’un titre : tout d’abord sa taille puisque l’ensemble mesure 55 cm de haut pour un diamètre de 33 cm ce qui implique une immense cuisine ou un pan de mur entier mangé par ce « chef d’œuvre » du kitsch rustique ; ensuite c’est la faiblesse de la qualité de la réalisation à laquelle Jaz ne nous avait pas habitué : ce cuivre , vernis et lourdement patiné , donne l’impression d’être faux . Enfin les emboutissages sont grossiers , les chiffres disproportionnés , les aiguilles en aluminium trop léger ne font pas illusion , le décor central gravé que l’on retrouve sur nombres de cadrans de réveils et pendules Jaz inapproprié ici , etc

Peinte au dos en noir , le manche est vissé sur le corps par un vis papillon . La vraie surprise est surtout dans son succès aux vues de ces défauts . En revanche , si la GALTIC ne correspond pas non plus à notre goût , il faut reconnaître à celle ci une qualité de réalisation sans comparaison avec cette décevante POELIC . Avec son manche riveté et son métal épais , tout laisse à penser que la GALTIC a été construite sur la base d’une vraie belle poêle traditionnelle  ou tout au moins par un fabricant spécialisé en batterie de cuisine .tempic vitic ruzic scintic bardic moltic caric darlic vonic quinzic latic volic poelic cristic Oct 1966 Paris Match++publicité Paris Match pleine page pour les photos + 1/3 pour le texte à gauche , 35 x 34 cm  .

FEUILLIC 1970 à 1972

feuillic

FEUILLIC , pendule murale de la gamme Jaz Transistor , mouvement électrique à pile LR14 , calibre AN , licence ATO . Nouveauté du catalogue 1970/71 aux  pages 22/23, référencé 2275-10 . Cadran et décor feuilles en cuivre martelé et chiffres romains, monté sur cadre en fer forgé noir , chiffres romains , sans vitre . Diamètre 33,5 cm.

La FEUILLIC , dont le nom s’explique aisément par son décor de feuilles , n’est disponible qu’aux catalogues 1970/71 et 1971/72 .feuillic 6feuillic 3.jpg

feuillic-70La dénomination FEUILLIC avait déjà été réattribuée en 1950 .

GROLIC 1969 à 1984

grolicGROLIC 1207-71 cuivre                                             GROLIC 1207-31 nickel 

GROLIC , réveil de la gamme des Gros Jaz , mouvement mécanique à répétition , calibre PA , made in . Nouveauté du  catalogue  1969-1970 à la  page 34 , référencé 1207-71 . Boîtier et cloches en cuivre rouge , sonnerie sur deux clochettes reliées par une grande bélière , cadran doré , chiffres romains , aiguilles cathédrales , aiguilles et points lumineux . Diamètre 12,5 cm .grolic Encore en vente en 1980 sous la forme d’un nouveau modèle nickelé à cadran blanc, chiffres arabes , aiguilles et chiffres lumineux  , référencé 1207-31 . En 1983 il récupère son cadran à chiffres romains , il est encore en vente en 1984 .

 

                         GROLIC 1207-31 dos 

grolic export 77Une troisième version cuivre rouge et cadran noir existe, uniquement en 1977, pour l’exportation, disponible à la page 37 du catalogue export, portant la référence 1207-35.

japy-135-71-angle

La version de la filiale de Jaz , le Japy 135 possède des pieds différents.

 

 

Même Peter Uhren qui fabriquait pour son partenaire Jaz , tous ses gros réveils                    mécaniques , diffusait sa propre version .

AFRIC (1942)

africAFRIC 437-11 lumineux .                                                                                                                                          AFRIC , petit réveil , gamme des Stylites , mouvement mécanique , calibre J , 30 heures . Cage bois d’Afrique BUBINGA (nommé Bubunga dans le catalogue !!) , socle Palissandre , lunette en cuivre rouge , cadran noir , verre plat , existe en non-lumineux ou lumineux . Format 92 x 133 mm poids environ 355 gr  .                                                                                                                                                                                                                     Avant guerre les collections Jaz ne sont constituées que de réveils et pendules en métal et  bakélite , la matière à la mode  . Les restrictions et exigences de l’occupant auront quasiment raison de ces deux matières mais JAZ  réussit , malgré tout , à créer des modèles luxueux en bois avec les ressources de ses créateurs maisons et de nos colonies dont provient le Bubinga (Guibortia Demesuei ) . Faut il voir dans l’emploi de cette matière provenant du Cameroun , l’ex Kamerun colonie allemande confisquée en 1918 à la suite de la défaite du II° Reich ralliée depuis 1940 à la France Libre , une malice voire un acte de résistance cachée dont les français se firent les champions sous l’occupation à défaut de faire mieux ? afric nl.JPGAFRIC 437-10 non-lumineux .                                                                                                                                                      Toujours est il que l’AFRIC n’apparaît qu’au catalogue tarifé , restreint mais illustré , de Janvier 1942 sous la référence 437-10 pour le modèle non-lumineux et 437-11 pour le modèle avec aiguilles et chiffres lumineux . En 1943 il n’est déjà plus au catalogue alors que trois nouveaux réveils [ Corsic , Damic et Gradic ] apparaissent dont les boîtiers sont également en bois mais ceux ci sont beaucoup moins exotiques puisqu’ils sont en frêne et en charme . Est ce encore un hasard si ce Corsic fait allusion à la Corse libérée cette même année 1943 ?  Entre temps , en Octobre 1942 , l’Afrikakorps de Rommel a été vaincu à El Alamein par les alliés dont les troupes de la France Libre du général Kœnig qui avait ouvert la voie pour cette victoire à Bir Hakeim ; il n’était plus du tout « recommandé » de citer l’Afrique  et surtout de nouvelles colonies françaises venaient de rejoindre  De Gaulle  dans sa lutte contre l’Allemagne nazie coupant les approvisionnements en bois exotiques . En 1944/45  les conditions se sont encore durcies : les réveils de la gamme luxe , comme les ASIC , sont dans un bois bien ordinaire mais peints et sculptés et l’AFRIC fait l’objet d’une réédition sous le nom de NEFRIC dont  le boîtier est constitué d’un simple bois blanc peint en imitation acajou .

On notera de légères différences d’aspect des socles entre nos deux exemplaires ; les platines en alliage « blanc » et non en laiton du  calibre J témoignent elles aussi des pénuries et restrictions de guerre . Mais surtout vous remarquerez que l’un des cadrans affiche un oiseau – le fameux jaseur boréal– et pas l’autre au dessus du logo JAZ , ce qui n’est en fait pas si anormal puisque celui ci apparaît à partir de 1941 mais sans un systématisme absolu . Il en sera d’ailleurs de même en 1967 quand la queue du volatile se redresse , on trouve quand même en vente  jusqu’en 1969 voire 1970 des jaseurs à queue basse .

.

VERDIC (1942 à 1943 )

verdic

VERDIC , petit réveil mécanique, gamme « les petits calibres » . D’une fabrication très soignée, les petits réveils JAZ , 30 heures , calibre E possèdent  des pignons taillés , trempés , polis ;  des platines pleines ; un porte-échappement et des barillets indépendants , un échappement empierré . Référencé 341-20 sans écrin  et 0341-20 avec écrin , dans le catalogue de Janvier 1942 à la page 7  .verdic rouge.jpg Ses références deviennent 341-10 et 0341-10 dans le catalogue 1943 peut être parce que le boîtier est désormais métal marbré . Il n’est plus au catalogue en 1945 . Cage moulée en métal , émaillée chinée , base en Jazolite noir avec ornements cuivre rouge , chemin de fer au pourtour , cadran métal teinté champagne , mention Made in France en bas de cadran , chiffres romains , aiguilles glaivesnon-lumineux . Format 9 x 8,5  cm . Inutile de chercher plus loin que sa couleur pour l’origine de son nom . Modèle à cheval sur deux périodes de la chronologie des logos Jaz , on le trouve avec les deux types d’estampille au cadran , avec ou sans jaseur .

L’ écrin chapelle du VERDIC se devait d’être vert .