PAGIC 1976 à 1977

pagic (1)PAGIC 1205-11 blanc                                                                                                        PAGIC , gros réveil , mouvement mécanique , calibre PA . Réservé à l’exportation pas distribué en France , disponible dans les catalogues export 1976  page 41 et 1977 page 40 . Boîtier métal , sans bélière , aiguilles et points lumineux . Trois modèles disponibles : blanc réf. 1205-11 ;  bleu réf.1205-51 et rouge réf. 1205-61 . Diamètre 8,7 cm .

le PAGIC bleu provient de grande Bretagne pagic 77Versions JAPY 131 On remarque sur cette image issue de ce catalogue export que le PAGIC est griffée JAPY puisque c’est sous cette marque qu’il est distribué en France . Tous les Japy étaient entièrement fabriqués par Jaz depuis le rachat de cette marque en 1954 mais cantonnées en fin de catalogue parce que Jaz en avait fait ses produits d’entrée de gamme . A l’étranger Japy n’étant pas connu , il n’aurait pas été rentable pour Jaz de lancer un campagne publicitaire pour des produits entry level product . Par un amusant paradoxe , les Jaz bas de gamme artificiellement catalogués Japy en France redeviennent donc des Jaz à l’étranger .pagic (2)Nos remerciements au collectionneur Marc Barat pour ses photos de son PAGIC 1205-11 blanc , qui est doté d’un bouton d’arrêt de sonnerie luminescent que l’on retrouve aussi sur certains exemplaires de Japy 131 .

DRIMIC 1977

drimic 77

DRIMIC , pendule murale en forme d’assiette de la gamme Jaz Electronic , mouvement électrique à pile LR14  , aiguilles poire et feuille , calibre TM ,   licence ATO. Référencée 4220-10 dans le catalogue Jaz  export de 1977 à la page 44 . Assiette en métal façon étain ; chiffres romains sur écoinçons . Diamètre 24 cm . La DRIMIC n’est disponible que dans ce catalogue export rédigés en cinq langues ; il est quasiment identique au catalogue de vente Jaz France 1977 sauf qu’il ne comprend pas de Japy puisque ceux ci sont estampillés Jaz .

D’ailleurs on remarque sur cette image issue de ce catalogue export que la DRIMIC est griffée JAPY puisqu’en France elle est diffusée sous cette marque , référencée 6220-10 à la page 47 du catalogue Jaz France . Toutes les Japy étaient entièrement fabriqués par Jaz depuis le rachat de cette marque en 1954 mais cantonnées en fin de catalogue parce que Jaz en avait fait ses produits d’entrée de gamme . A l’étranger Japy n’étant pas connu , il n’aurait pas été rentable pour Jaz de lancer un campagne publicitaire pour des produits entry level product . Par un amusant paradoxe , les Jaz bas de gamme artificiellement catalogués Japy en France redeviennent donc des Jaz à l’étranger .

Les Entreprises associées

 

                        Publicité et Usine ALUVAC 22 boulevard National à Nanterrethecla delle.jpg

En 100 ans d’existence Jaz a collaboré avec des fournisseurs comme les fondeurs Thécla pour les NANDIC , JUNIC , FACIC ou ALUVAC / SOLIDO pour le corps du FRANCIC et le célèbre sellier Hermès  pour le cuir des réveils de voyage de luxe TARVIC .

 

En 1951 Jaz prend le contrôle de CARAT horlogers de Précision ; en rebaptisant le calibre à sonnerie limitable CARAT 100 en calibre Jaz AB et en l’incluant dans les COLMIC , ALSIC et SAPIC c’est la fameuse gamme Jaz de Luxe qui est créée apportant une exclusivité mondiale et une montée en gamme à la marque au jaseur .

1954 voit la reprise par Jaz de la branche horlogère de JAPY qui était devenue la deuxième entreprise en importance du Second Empire en se diversifiant dans les moteurs , meubles de jardin , moulin à café , etc . Etrangement  Jaz célèbre dans son catalogue de 1967 le bicentenaire de l’ouverture de l’atelier de Frédéric JAPY qui n’était pourtant encore qu’en apprentissage en 1767 puisqu’il continue même sa formation en Suisse de 1768 à 1771 . Autre preuve que l’appropriation de ce patrimoine est bien superficielle , très vite JAPY sera transformé en version low-cost de Jaz et reléguée en fin de catalogue

indePour exporter en Inde et en Orient  , Jaz ouvre le 6 février 1965 l’usine SIFCO à Hyderabad avec la prestigieuse marque suisse de montre FAVRE-LEUBA , fournisseur historique des maharajas et officiers britanniques de l’Empire . Un parc de machines de construction suisse et française sur lequel s’activent 200 indiens , dont 50% de femmes , produit près de 10.000 réveils par mois dès la première année . Voyez l’article consacré à cette usine indienne .

 

En 1967 , dans le cadre du marché commun Jaz signe avec PETER- UHREN GmbH un premier accord de collaboration à la fois technique , industrielle et commerciale . Un accord complémentaire conclut en 1975 avec PETER , devenu P.U.F.- Peter-Uhren Fabrik , Uhren étant le pluriel d’horloges en allemand – stipule que la société P.U.F. fabrique la totalité des besoins de Jaz en gros réveils mécaniques et que Jaz pourvoit à la totalité des besoins de Peter en horlogerie mécanique. Consultez notre article sur cette collaboration

loric lorentzLORENTZ  la célèbre marque d’horlogerie italienne , fondée en 1934 et souvent récompensée pour son design , est la créatrice de ce modèle que Jaz a repris en 1974  la baptisant LORIC en hommage à son origine , comme précédemment avec PETER Uhren pour le PETRIC .                                                                                                                                                            (Article en cours de construction , la suite très prochainement avec la reprise de la SAP Société Alsacienne de Précision , les accords avec la SMI Société Méridionale d’Industrie , La Vedette , Lip , ACCTIM clocks , Finhor du groupe Anguenot Frères puis Cupillard Rieme pour les montres , jusqu’à Seiko et Matra et enfin Yema , Lotus et Pulsar  )

BICLIC 1969 à 1977

biclicBICLIC , réveil de la gamme des Gros Jaz , mouvement mécanique , calibre PA . Nouveauté du catalogue 1969-1970 à la page 34 , référencée 1207-71 . Boîtier métal peint en blanc blanc et laiton , sonnerie sur 2 clochettes, aiguilles et points lumineux . Diamètre 8,7 cm . Le cadran de la première version est muni de chiffres arabes et d’aiguilles triangulaires très pointues.

La seconde version – photo ci-dessus- présentée à la page 29 du catalogue de 1970-1971 est dotée d’un cadran doré à chiffres romains et des aiguilles cathédrales . Sa référence devient  1206-13. Le BICLIC n’est plus au catalogue France  en 1974, remplacé par le CLIBIC dont il est l’anagramme , mais il continue sa carrière à l’export jusqu’en 1977 et en France sous l’estampille Japy . Cette dénomination vient de ses deux cloches .peter-uhren-biclicDepuis 1954 , Jaz a acquis la partie horlogerie de Japy se servant parfois de l’ancienneté de cette marque prestigieuse pour faire remonter sa propre histoire à la fondation de celle ci en 1773 . Démarche publicitaire pour le moins excessive puisque les nouveaux Japy sont produits  avec des calibres JAZ  qui ne doivent rien à la marque bicentenaire , en l’occurrence ces modèles à calibre PA sont d’ailleurs fabriqués par Peter Uhren en Allemagne qui en produisait d’ailleurs sa propre version .japy-135-71-angle Les JAPY sont même cantonnés systématiquement en fin de catalogues , en général sur des pages monochromes et proposés à des prix inférieurs aux Jaz comme le prouve ce Japy 135 copie servile du BICLIC qui ne s’en distingue que par le logo et le boîtier qui n’est pas peint en blanc . Ce modèle est visible dans la série Les brigades du Tigre.

Flammes postales publicitaires

flamme-postale-1951EMA du 18 Septembre 1951 expédié depuis le VIII° arr.de Paris                                                                                                                                                                                        Une flamme postale, ou oblitération mécanique, est une oblitération  qui comprend, en plus du cachet donnant le lieu et la date de prise en charge du pli par les services postaux, une illustration ou un texte qui peuvent être pédagogiques , touristiques ou comme ici commerciaux . Les flammes postales font l’objet de collection par certains philatélistes que l’on nomme flammophiles . On les nomme également Enveloppe EMA pour Empreinte par Machine à Affranchir . Outre le logo au jaseur , on notera le slogan des années 50 «  LE REVEIL PRECIS » qui ornait catalogues , publicités , plaques émaillées , etc . La Compagnie Industrielle de Mécanique Horlogère ou CIMH était la société fondatrice dont Jaz était le nom commercial .                                                                                                      oriflammeMais alors pourquoi dit on une flamme ? simplement parce que la première « oblitération mécanique » , mise en service à la fin du XIX° siècle , était un drapeau , un oriflamme .

EMA de 1964EMA du 7 Avril 1964                                                                                                                Le slogan JAZ la plus forte production mondiale de pendules à transistor est à comprendre littéralement : il est question de pendules pas de réveils , entendez donc horloges murales . Toutefois le record est réel puisque dès 1963 Jaz est de tout l’univers le plus gros producteur de cette grande nouveauté : la pendule à transistor . Réveils et pendules confondus ,  Jaz emploie 1.110 personnes et produit plus de 1,4 millions de pièces en 1964 .EMA de 1966EMA du 11 Mai 1966                                                                                                                Elles sont toutes expédiés depuis le VIII° arr. de Paris où se trouve le siège administratif de Jaz au 64 rue La BoétieEma 1966 wintzenheim détail EMA du 27 Mai 1966                                                                                                             à la même date  quasiment , mais à l’autre bout de le France , à Wintzenheim où se trouve l’usine principale de Jaz , le message est différent : L’horlogerie à pile est l’affaire de JAZ . Néanmoins , on notera une chose étrange : l’horloge reproduite est d’évidence une LAGIC  , dernière version , laquelle n’était plus en vente depuis 1963 , mais le message restait valable en 1966 . flamme-postale-1972EMA du 15 Juillet 1972                                                                                                            En 1972 cette flamme postale assure la promotion des pendules « Jour et Date » , lesquelles représentaient un des points forts de Jaz . Effectivement  l’apport de la fonction dateur pour ces horloges murales à transistor , apparues en 1970 ,  étaient alors une Première Mondiale . Japy minut flammeJaz fait l’acquisition de Japy en 1954 , justement la même année que cette flamme . En octobre 1954 Japy est donc bien sous la coupe de Jaz qui hérite du produit phare de l’horlogerie Japy le MINUT à compte-minutes intégré . Créé en 1949 par Japy , il continuera à être produit et sera incorporé au catalogue Jaz / Japy en 1956 pour la dernière fois . En conséquence il est difficile de savoir s’il s’agit d’une idée du nouvel acquéreur de Japy ou la poursuite d’une initiative bien antérieure ;