rubis , jewels ou pierres

Rubis , pierres ou jewels sont les dénominations les plus courantes des pierres d’horlogeries que l’on retrouve fréquemment affichés en fonction de leurs nombres sur les cadrans ou les dos cloches : pour Jaz  cela va de 4 pierres à 15 pierres . Pour autant ne démontez pas vos réveils ou horloges , ces rubis sont faux  ; ce terme péjoratif est en fait exagéré , disons qu’il s’agit de rubis de synthèse . Il s’agit encore une fois d’une invention  suisse mais vulgarisée , modifiée et diffusée par un français .

Si la taille des pierres précieuses est connue depuis l’Antiquité, il faut attendre l’année 1700 pour qu’un Genevois établi à Londres, Nicolas Fatio de Duillier, géomètre et astronome qui alla jusqu’à calculer la distance de la terre à la lune , trouva le moyen de percer les rubis et de les appliquer au perfectionnement des montres .  Sa méthode tenue secrète restera longtemps une spécialité anglaise . Sur le continent , le premier à l’adopter sera Ferdinand Berthoud en 1768 

15 rubisJusqu’en 1902, les montres étaient montées avec de vrais rubis . La mention chaton indique que le rubis est serti puis vissé .Verneuil-_Aristide_Auguste_-1823-1895- Cette année-là , Auguste Verneuil invente le corindon synthétique. Cette pierre synthétique est aussi dure que le rubis , le chimiste français y ajoute simplement un colorant , l’oxyde de chrome , pour lui donner une couleur rouge intense qui n’a pas d’autres qualités qu’esthétiques .terric-pointes

Le cours du rubis ayant trop augmenté dans les années 1920 , toutes les montres sont depuis équipées de rubis synthétiques . Dans ses premières années Jaz proposait le choix entre pointes , moins chères , et rubis plus onéreux mais plus endurants dans le temps  pour ses calibres G dotant les SEVRIC et TERRIC .

Schema-Roulement-Rubis-et-pierre-angulaire-utilisé-sur-un-balancier-montre-600x394Les axes du balancier et des roues sont fixés dans des trous en rubis, appelés coussinets. Le fait que le rubis synthétique soit lisse et extrêmement dur , puisqu’il s’agit de la pierre la plus résistante après le diamant,  permet de minimiser le frottement et d’éviter que le trou ne s’agrandisse . De plus, il n’est pas conducteur, ne se dilate pas et est résistant aux changements de température et aux acides. La durée de vie de l’horloge et sa précision s’en trouvent ainsi améliorées. Mouvement-L094.1Toutefois le côté esthétique des rubis n’est pas à négliger et cette couleur rouge facilite la visibilité et donc la maniabilité pour les horlogers

Différentes étapes de la cristallisation dont – agrandie – la « bouteille » de rubis synthétique et un schéma du procédé de fusion Verneuil  dit monocristallin , le procédé par pression/extrusion  donne des polycristallins . Les montres de moyen/haut de gammes n’utilisent que des monocristallins alors que le bas de gamme utilise les polycristallins ; Aucun appareil de gemmologie traditionnel ne sait faire la différence entre un rubis de synthèse et un rubis naturel.  PM n°350 déc 1955Paris Match , décembre 1955 à noter que si 15 rubis semble être un minimum pour une montre c’est une exception pour un réveil . jaz-de-luxe-1964-1965-dosPar exemple pour Jaz seul le calibres AT est empierré à 15 rubis , derrière ce sont les calibres 4J  , calibres K et KL et  calibres 1AF ou 4AF à 11 pierres ou calibre 5 AF , le calibre Jaz S.A. Swiss CH et le fameux calibre AB et bien d’autres pour les 7 pierres .                                                                                                                                                                                                                                                                                                           On constate qu’en première approximation, le nombre de rubis constitue  un indice sur la qualité d’un réveil . Mais ça ne donne qu’une indication qui ne suffit pas à elle seule à déterminer précisément l’intérêt d’une horloge  . Tout un tas d’autres facteurs entrent en jeu que seule une certaine connaissance du sujet permettent d’apprécier.

Il est vrai que les rubis jouent un rôle, mais principalement les onze premiers pour le balancier et l’échappement. Les rubis suivants sont plus là pour éviter l’usure des trous que pour augmenter la précision , en effet le rubis ne s’use pas contrairement au laiton .

Un mouvement empierré jusqu’à la roue de centre ne sera pas nécessairement plus précis qu’un autre moins empierré, cependant il est probable que sa révision coûtera moins cher sur le très long terme car il n’y aura pas à « bouchonner » les trous ovalisés par un long fonctionnement ,  néanmoins les rubis peuvent aussi se casser.Lexique-antichoc-incablocPierresà noter que les rubis synthétiques ne sont pas uniquement façonnées en coussinets dits aussi pierres à trous A, le garnissage des ancres par des levées ou palettes B et des chevilles de plateau pour les échappements C . ellipseSur les montres Jaz et certains calibres Jaz comme le AF 8 jours et le AB  , l’éllipse est en rubis aussi . Les contre pivots pleins sont également des rubis                                                                                                                                                                                            Si la matière première a donc changé au début du XXe siècle, le travail du pierriste qui fournit aux horlogers ses rubis , ne s’en trouve pas modifié . Mais les mouvements à quartz peuvent très bien se passer de rubis .

Calibre DV 1968 à 1973 puis 1980/1981

cal DVLe calibre DV est un mouvement mécanique , d’une autonomie de 30 heures à fonction réveil , empierré de quatre rubis , qui apparaît en 1969 , remplaçant le calibre J. Il sera remplacé à son tour en 1974 par le calibre DK mais étrangement le calibre DV sera employé de nouveau en 1980/1981 en remplacement de son propre remplaçant le DK ! Il a été entièrement conçus par les ingénieurs de Jaz et fabriqué à 100% à Colmar .calibre DV trilingue

doc cal DV (1)doc cal DV (2)Il fait l’objet de variantes : 3DV à répétition , 4DV silencieux pour réveils Discreto et 6DV pour réveils à dateur et 14DV à 7 rubis . Au total , le calibre DV est monté sur 37 Jaz dont huit 14VD , cinq modèles pour les 3DV , 4DV et autant pour le 6DV .

calibre DVIl est facilement identifiable de l’extérieur en observant les boutons qui sont percés au centre , en admettant qu’ils n’aient pas été changés . Boutons et clefs sont identiques pour la sonnerie et le mouvement ce qui facilite les réparations et les remplacements en cas de pertes . Consultez l’article consacré à la mallette de réparation du calibre DV

Les calibres DV sont datés en creux sur la platine , en haut et à gauche : datation à l’américaine à savoir l’année d’abord , le mois ensuite . Exemples ci-dessus 7007 = 1970 mois de juillet et 7204 =1972 et mois d’avril .calibre 14 dv (3)7104 pour 1971 avril pour ce calibre qui affiche – au bout de la flèche – seven jewels correspondant donc à un calibre 14 DV , les autres calibres DV n’en ont que quatre .calibre 14 dv (2)les calibres 14 DV voient leur échappement dotés de rouages en  Delrin .

Pour identifier facilement un calibre DV sans l’ouvrir , il suffit de regarder la morphologie du dos et les boutons employés .

RENIC 1976 à 1978

 

renic (1)RENIC , pendule murale à sonnerie heure et demie-heure , gamme Jaz Electronic , mouvement électrique ,4 jewels ,  à pile , calibre SH made in Japan mais horloge assemblée en France . Nouveauté du catalogue 1976 à la page 22 , référencée 3209-10 . Boîtier en matière plastique imitation bois , chiffres romains sur écoinçons , trotteuse centrale , lunette doré , vitre en verre bombé . Format 31 x 43 cm . La RENIC est disponible une dernière fois en 1978 . La dénomination RENIC avait déjà été attribuée en 1967 à une horloge murale en vrai bois dont elle reprend en partie la silhouette .renic cadranrenic dos

ROSIC 1975 à 1978

rosic

ROSIC , horloge murale , Jaz Electronic à sonnerie , mouvement à pile LR20 , calibre SP , 4 jewels , Made in Japan . Nouveauté du catalogue 1975 à la page 21 , référencée  3298-10 . Corps en tôle , fond crème à motif de roses à l’origine de  son nom , aiguilles poire et feuille noires , chiffres romains , balancier , sonnerie sur gong deux tons aux heures et demies . Format 26 x 35 cm . Elle n’est plus disponible en 1979.rosic dosrosic detail

NOGIC 1975 à 1977

nogic

NOGIC , horloge murale , Jaz Electronic à sonnerie , mouvement à pile LR20 , calibre SH made in Japan mais horloge assemblée en France , 4 jewels . Nouveauté du catalogue 1975 à la page 20 , référencée  3205-80 . nogic detailCorps en Formica  palissandre , trotteuse centrale , cadran doré , chiffres romains en relief , sonnerie sur gong deux tons aux heures et demies . Format 27,5 x 23 cm . Elle n’est plus disponible en 1978 . La dénomination NOGIC sera réattribuée en 1982 .nogic dosCe nouveau type de pendules à sonnerie était apparu l’année précédente avec un choix de trois modèles seulement ; en 1975 , lorsque la NOGIC apparaît pour la première fois , ce sont onze modèles qui sont étalés sur deux pages , ils seront treize en 1976 , preuve du succès de cette mode permise par l’adoption du calibre SH fabriqué au Japonnogic calibre SHSi le calibre SH venait du Japon , le NOGIC était assemblé en France .

La fonction carillon est rappelée au cadran par une petite portée , sa clé de sol et les notes DO et SOL .

BASIC 1969 à 1974

Basic (3).JPG

BASIC , petit réveil ,  gamme des Stylites , mouvement mécanique , calibre DV ,4 jewels . Nouveauté du  catalogue de 1969/70 à la page 10 , référencée 1302-77 . Sur cette page 10 du catalogue 1969/70 , tous les Stylites , comme beaucoup d’autres Jaz , portent un nom inspiré par une de leurs caractéristiques esthétiques : le NEUDIC pour un nœud de laiton à son sommet , le BELIC pour sa bélière , le CISIC dont le décor est ciselé et enfin ce BASIC dont les pieds sont remplacé par une base ornée qui est d’ailleurs en plastique doré , contrairement au reste du réveil . Basic (2)                                                                                                                                                           Corps métal façon or brossé à la finition diamant , chiffres romains , aiguilles et points  lumineux , mention Made in France en bas de cadran , arrêt de sonnerie au sommet et au dos . Diamètre 6 cm , poids 140 gr . En  1974 pour sa dernière apparition au catalogue , le calibre DV est remplacé par le DK . La dénomination BASIC avait déjà été attribuée en 1939 .Basic (7) les clefs sont épatées à la base pour empêcher la poussière de pénétrer dans le boîtier basic dosVersion à boutons en plastique noir .