ONDIC 1967 à 1969

ondic (3)

ONDIC , radio-réveil ou réveil radio , gamme Radio Jaz et  Jazistor , licence ATO . Boîtier beige et ivoire , molettes et touches noires , touche d’arrêt blanche , cadran blanc concave , aiguilles bruns foncés , aiguilles et points lumineux , référencé 2402-11 , calibre 3AR . Format 26 x 16,5 x 10 cm .ondic lampe Une lampe éclaire l’écran                                                                                                                  La dénomination ONDIC avait déjà été attribuée en 1957 à une horloge murale ; elle trouve pour ce radio réveil son étymologie dans les ondes radios , évidemment . » ONDIC la pendule qui chante et qui parle «  c’est ainsi qu’est présenté ce radio réveil pour la première fois , à la page 11 du catalogue 1967/68 .

L’ONDIC était présenté à l’époque comme étant le seul radio-réveil à transistors au monde , « encore une PREMIERE MONDIALE pour Jaz » ,  proclame la marque dans ses publicités .

pub-ondicComme indiqué fièrement dans cette page de publicité , l’ONDIC  est l’œuvre du célèbre designer industriel – on disait encore esthéticien – français  Philippe Charbonneaux  (1917 +1998) surtout connu dans l’automobile , avec une carrière commencée chez Delahaye , pour être le père de la Chevrolet Corvette et de la Renault R16  dont le concept d’une berline deux volumes « 5 portes » et dotée d’un hayon , ce qui est une première pour l’époque . Outre la célèbre lustreuse « Nénette » toujours en fabrication, il dessine des ponts d’autoroutes , brosse à dents  Vademecum , chariot élévateur , électroménager , jouets , lampes Wonder , ordinateur Bull , publicités sur lieu de vente , téléviseurs dont le célèbre TELEAVIA Panoramic 111 , ventilateurs  Etoile , poêle Pyrobal et travaille pour Jaz réalisant cet ONDIC mais aussi le réveil  DRILIC et le compte – minute TEMPIC . Le talent de ce grand designer a valu à l’ONDIC d’être sélectionné par le Jury de « Formes Utiles » au  « Salon des Arts Ménagers » de 1967 et par la « Société des Artistes Décorateurs » du salon « Art de vivre » de 1967 .

La Première Mondiale sera de courte durée puisque qu’au Salon de la Radio-TV , en Septembre 1967 , Pizon -Bros , le leader en France des postes portables à lampes , qui ne pouvait manquer de prendre le départ des postes à transistors , présente le Radioclock , que l’on peut le trouver également estampillé Vedette, qui le commercialise en 1968 sans rien changer , hormis l’étiquette .

Les spécialistes et collectionneurs de TSF ou de radios nous opposeront qu’il y a justement une production des frères Pizon ( Bros en anglais est l’abréviation de Brothers ) bien antérieure : la Newclock qui était déjà un radio réveil produit en 1954 , mais celui était sur secteur et surtout il n’était pas à transistor mais à lampes , contrairement à l’ONDIC . En regardant de l’autre côté de l’Atlantique , il faut même remonter à 1928 avec le premier radio réveil sur secteur présenté par Joseph BULOVA .

1967 est également l’année de sortie du célèbre Philips 22RS274 avec son étrange style Atomic Age , qui a de nouveau tant de succès , mais il est sur secteur , uniquement .

En se basant sur les sites spécialisés de radios , on pourrait encore nous objecter , qu’il y une variante du fameux Tamouré qui comportent un réveil , lequel est mécanique , suisse et daterait de 1966 .

Il s’agit toutefois d’une petite erreur ou d’une mauvaise lecture des fiches techniques : le Tamouré , célèbre petite radio bicolore , est une production française de Reela-Gees , distribué sous les marques Scot , Arayla , Reela , Rools et Manufrance ; Laquelle date bien de 1966 , en revanche sa variante , avec un réveil sur le côté,  est bien postérieure puisqu’on en trouve qu’à partir de 1974 .                                                                         Pour être tout à fait précis , notons que l’antériorité de l’ONDIC est un peu plus importante qu’on pourrait le croire . Effectivement s’il n’apparaît qu’au catalogue 1967/ 1968 , soit Juillet /Août 1967 les catalogues sortant en été , l’ONDIC apparaît en fait dès 1966 dans les publicités , comme Réveillez vous « en radio » qui est datée de Novembre 1966 : voir plus haut . Là encore , les sites spécialisés dans les radios commettent une petite erreur en datant l’ONDIC de 1965 .trophy-sonatineNous devons à la vérité de reconnaître que la primauté d’un radio réveil , à transistors et à piles , ne revient pas à Jaz avec l’ONDIC , mais à Trophy avec son modèle SONATINE en 1962 pour sa distribution , mais déjà présenté comme une nouveauté au Salon de 1961 .Mécanique populaire n 193 juin 1962Cette publicité , parue dans La Mécanique Populaire n°193 de Juin 1962 , en est la preuve . Si l’axe est porté sur le confort Usa , c’est que cette revue est la version française de la revue américaine Populars Mechanics , il s’agit portant d’une fabrication et de brevets , tous français . L’adresse postale est bien celle de Trophy dont le siège était effectivement à Vincennes .Sonatine versoTrophy est le nom commercial de la Compagnie Industrielle de Métrologie , gérée par Marcel Amans Cabantous et Gilbert Scheiff .Sonatine pubMais notons bien que Jaz ne proclame pas avoir produit le premier réveil radio au monde mais distribuer le seul réveil -radio , ce qui n’est pas pareil et pas faux . Effectivement la distribution déjà très limitée de SONATINE n’a pas , à notre connaissance , dépassée un an ou peut être deux ; si bien qu’en 1966/1967 , l’ONDIC se retrouve effectivement  seul de cette catégorie , pendant quelques mois .

Cette petite entreprise affichait toujours son adresse au dos de ses productions , faute d’implantation d’un réseau de distributeur fourni et en raison de l’absence de stations de réparations en province .1957 Comme l’indique cette publicité  le réseau de distribution de Trophy n’était pas celui des horlogers , sa diffusion s’avérait de ce fait confidentielle d’autant que sa gamme était très réduite . Cette marque est essentiellement connue pour son horloge ORTF dessinée par Houriez , mais nous avons expliqué dans un autre article qu’il ne s’agissait que d’une licence accordée à d’autres marques comme Odo .La JarryLe terme d’usine est bien exagéré pour le 106 rue de la Jarry , qui est bien connue à Vincennes pour être celle de la petite cité industrielle , dite La Jarry , située dans le quartier Est de la ville . Le terme d’atelier serait largement suffisant : on voit encore avant sa destruction , l’inscription Trophy Radio puisque la CIM s’était convertie dans les années 80 à la radio …thérapie .

Notons les similitudes entre le ONDIC et le radio réveil fabriqué par Ducretet-Thomson à la même période avec un DRILIC . Nul doute que la conception du ONDIC est signée Ducretet-Thomson . Néanmoins l’apport de Charbonneau n’en paraît que plus important .La Voix de son Maître (3)La Voix de son Maître (1)

Version par La Voix de son Maître; une fois ouvert , on reconnaît le calibre 3AR1967 1969 boîte ondicLa boîte de l’ONDIC est spécifique puisqu’il s’agissait alors du seul radio transistor de la marque qui inaugure la nouvelle gamme des Radio Jaz ; preuve que l’Ondic est bien apparu dès 1966 , il arbore encore le jaseur boréal à queue basse qui change en 1967.philips 22 RS 274 et sa boîteLa boîte de son contemporain , le Philips 22RS274  , est plus attractive avec la reproduction stylisée de son contenu : cela a peut être influencé la marque au jaseur qui , plus tard , ornera aussi ses boîtes de la silhouette de ses réveils radios .fichic tevic motic ondicpublicité Paris Match , Noël 1967 , pleine page , format 34 x 26 cm .