Le Collectionneur Français n°386 Février 2000 Un amateur de jazz et Jaz

véga 0Le Collectionneur Français n°386 Février 2000 Un amateur de jazz et Jaz , couverturevéga 1.jpgpage 7                                                                                                                                                 Jean- Stéphane Véga , qui était encore musicien professionnel avec une appétence particulière pour la musique de Jazz qui justifie ce titre , est habitué des colonnes de revues de collectionneurs . En 1996 , soit quatre ans plus tôt, il avait déjà été la vedette de La Vie du Collectionneur et il le sera de nouveau avec Le Chineur en 2008 . Ce texte de Février 2000 est fort intéressant par la description de la façon dont il organise ses recherches , à cette période , avec le Minitel alors qu’internet était déjà en pleine croissance . Comme dans l’article précédent , on comprend que beaucoup de dénominations lui  manquent encore , même s’il a fait quelques progrès et qu’il se donne les moyens d’avancer dans la connaissance de la marque , en contactant des anciens employés de la maison ou obtenant les brevets :  toutes informations capitales que l’on ne retrouve que très partiellement dans son site.  Cet élégant  site a justifié de grands espoirs chez beaucoup de collectionneurs , dont nous sommes , mais aussi beaucoup de frustration car nous attendions une évolution annoncée qui n’est jamais venue . Cet immobilisme a retardé et finalement motivé la création de Jazlebontemps .

véga 2.jpgpage 8                                                                                                                                      En observant bien , on reconnait sur le GENIC de 1951 reproduit en bas de page, la rare étiquette TIC TAC discret et ses deux jaseurs qui se font face, laquelle orne le bas du cadran de ce GENIC qu’il date de 1951 ; Hélas la qualité de cette image n’est pas meilleure sur son site .étiquette Jaz Chromic 4 1949 (19)Par chance , nous en possédons un exemplaire sur un Jaz CHROMIC  , neuf de stock de 1947 , qui a donc lui aussi conservé cette fameuse étiquette qui devait être enlevée sans doute rapidement , d’ordinaire , par les acheteurs , car elle gêne dans les deux cas , la lecture du bas de cadran .                                                                                                                                                                                                                                                       Concernant la datation des Jaz , nous sommes obligés de nous inscrire en faux , les dates ne sont pas toujours indiquées sur les platines ; elles sont plus souvent frappées en creux sur le battant du marteau et bien souvent il n’y a aucunes dates, hélas . Il évoque sa collaboration au remarquable ouvrage de Karine Myotte : Jaz l’histoire d’une marque dont on comprend à la lecture de cet article qu’il n’a pas pu apporté d’informations capitales dont ce livre regorge pourtant dont il ne semble pas lui même disposer .                                                                                                                                                          On remarquera que sa collection était de 150 pièces en 1996 et de 250 , quatre ans plus tard , cette lenteur peu étonner de nos jours , mais la sélection de Monsieur Véga limitait son choix , autant que les possibilités offertes aux collectionneurs d’alors .

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s