Argot et jargon de l’horlogerie

L’argot est un langage imaginé d’abord par les voyous, en vue de rester inintelligibles excepté aux initiés à leurs crimes ou leurs secrets. Mais au fil du temps son emploi est devenu davantage un marqueur d’appartenance social. De ce point de vue, il y a autant d’argots que de groupes ou de professions, le mot argot est alors synonyme de jargon, si bien que nous avons fait le choix dans notre petit glossaire ci-dessous, de dissocier l’argot du  jargon et du parler du métier d’horloger, avec une certaine porosité entre eux tout de même. 

L’argot est un parler obscur et changeant qui, dans le cas de l’horlogerie, est celui des voleurs, quasiment uniquement. Il n’est en tous cas absolument pas pratiqué par les horlogers. 

Cette noble profession, qui était autorisée à porter l’épée sous l’ancien régime, pratique un vocabulaire particulier qui emploie quelques images destinées en général à faciliter la compréhension de sa clientèle. Toutefois les marques de haute horlogerie n’hésitent plus à jargonner pour valoriser leurs produits . 

L’argot de l’horlogerie est très restreint et assez inusité de nos jours; à titre de comparaison, on trouvera une bonne vingtaine de synonymes que tout le monde comprendra immédiatement pour le mot voiture. Pour désigner un ordinateur, entré dans notre quotidien voici un quart de siècle seulement, on trouvera plus d’équivalents lexicologiques que pour la montre, qui nous est pourtant familière depuis plus de quatre cents ans. Pour les montres de poignet , on a tout de même quelques expressions argotiques dont tocante est la seule survivante, pour les pendules peut être deux ou trois dorénavant totalement désuètes et absolument rien pour les réveils.

                      ARGOT et EXPRESSIONS ARGOTIQUES
  • avoir l’aiguille à midi = déclaration d’intérêt génésique pour une Hélène en jupette de lin ou un Hellène en mini toge, on disait alors de celui qui s’apparentait horizontalement au gnomon d’un cadran solaire qu’il avait l’aiguille à midi. On a rarement l’aiguille à midi au sommet de l’Aiguille du Midi quand l’aiguille indique midi .
  • babasse = montre à quartz bourrée de fonctions superfétatoires
  • babillarde = montre ou pendule par allusion à son tic-tac qui, malgré sa monotonie, babille et égaie la solitude
  • bassinoire = grosse montre
  • bobe ou bob = montre et sa chaîne de grosseur inusitée . Il est l’apocope de bobèche, figure de style consistant à supprimer la fin d’un mot. Probable dérivé de bobe = « rond » en ancien français
  • bobino ou bobine = montre; exemple: j’ai payé le bobino et la bride trois cigs = j’ai payé la montre et sa chaîne trois Louis; Bobine à la manque = montre en cuivre.
  • bogue = montre; bogue de plâtre = montre en argent.
  •  boguiste = horloger.
  • breloque = pendule dans l’argot des faubouriens d’où est sans doute venue l’expression : battre la breloque, pour signifier d’abord dans l’armée « annoncer à son de tambour l’heure des repas » puis au figuré, chez le peuple « déraisonner comme une pendule détraquée » ou battre la chamade pour le coeur puisque la chamade est aussi un roulement de tambour
  • broquille = minute
  • cinq à sept = moment de détente entre le travail et la vie familiale, par extension et paradoxalement, il est devenu le terme pour définir un rendez-vous extra-conjugal où il ne faut pas être trop détendu et avoir l’aiguille à six heures et demie.
  • clocher personnel = montre ( Frédéric Dard )
  • coucou = horloge de petite qualité; être remonté comme un coucou = être énervant comme l’annonce tintamarresque de l’heure, 48 fois par jour, par un volatile en bois. Le printemps venu, la femelle du coucou, au lieu de construire un nid, s’en va déposer ses œufs dans les pendules. (François Cavanna)
  • dégringolante = horloge
  • dégoulinante = horloge
  • écureuil ou grignoteur = taximètre
  • guitoune = montre respectée
  • jacquemart ou être armé comme un jacquemart = apparat sans grand effet. Le tintinnabuleur bien qu’armé d’un énorme marteau n’effraie même pas les pigeons qui le coiffent, sauf quand il remplit son rôle à heure fixe
  • lontrè = montre en louchbèm, l’argot des bouchers des Halles
  • marquer six heures et demie = (métaphore horlogère) à midi les aiguilles sont fièrement dressées vers l’astre solaire, quand à six heures et demie elles pendent lamentablement vers la terre. Synonyme = avoir le babilan en berne de cinq à sept.
  • mavontr = montre en javanais
  • midi ou démon de midi = démon poussant l’homme à la débauche au milieu de sa vie, allusion au verset 6 du Psaume 91 de l’Ancien Testament évoquant un énigmatique fléau qui dévaste à midi 
  • oignon = montre de forme rebondie
  • plombe = heure; viendrait des plombs, qui sur les horloges les plus chères, servaient de poids lesquels pouvaient être en fonte, voire même un caillou
  • savonnette = montre ancienne à double boitier ; la tige de remontoir, habituellement positionnée à 12 h, se retrouve à 3 h sur une savonnette. Ces montres à couvercle ne sont plus à la mode mais on en rencontre encore dans l’horlogerie de luxe. Le ressort qui permet d’actionner le couvercle s’appelle secret
  • tante ou avoir sa montre chez ma tante ou mettre sa montre au clou = déposer au Mont de Piété ou au Crédit Municipal. L’origine de l’expression serait due au Prince François d’Orléans, fils du roi Louis Philippe, qui prétexta avoir oublié chez « sa Tante » la montre en or que lui avait offerte sa mère, la reine Marie-Amélie, qu’il avait en fait mis en gage pour honorer une de ses nombreuses dettes de jeu. Nos amis Belges y voient le féminin d’oncle, surnom des prêteurs sur gage.
  •  tire-bogue = voleur de montres, en l’occurrence voleur d’homme ivre, dit vol au poivrier puisque poivre = alcool, d’où provient le mot poivrot.
  • tocante, toquante, tocquante, toquente = montre
  • tournante = montre dans l’argot parisien, partout ailleurs c’est une clef; le viol collectif était jadis nommé barlu, rodéo ou complot

                                                         FREDERIC DARD   

Consultez le grand article que nous avons consacré à Dard et l’horlogerie. Il semble presque impossible de ne pas citer Frédéric Dard, dans un article sur l’argot, en fait probablement à tort puisque Frédérique Dard ne fait pas tant appel à l’argot qu’à son propre langage: on estime qu’il a inventé 20.000 néologismes. Il s’agit de l’idiolecte le plus complet en français.

Lorsque le Dictionnaire San-Antonio paraît en 1993, plus de deux cents titres de Frédéric Dard s’étaient déjà vendus à des dizaines de millions d’exemplaires, sans que personne ne se plaigne de l’absence de ce glossaire qui aurait enfin rendu compréhensible cette langue si particulière. C’est un miracle de constater que nous avons pu comprendre une écriture dont plus de 15. 000 mots sont recensés comme inédits, ce qui est énorme, puisqu’on peut à peu près tout dire dans une langue avec seulement 300 mots, ne pas passer pour une brèle dans son propre idiome à partir de 700 et s’afficher en cador si l’on en utilise 3.000. Toutefois Dard semble avoir systématiquement opté pour Jaz en lieu et place du mot réveil, pour notre plus grande joie .

Les Tontons Flingueurs

Audiard passe aussi pour un maître de la gouaille et pourtant son sens de la formule drolatique repose moins sur l’argot que sur une certaine manière de torturer la langue classique, non pour l’abâtardir, mais pour lui restituer la surprise des origines. Nous ne disons pas cela pour « intimer l’ordre à certains salisseurs de mémoire qu’ils feraient mieux de fermer leur claquemerde » mais lorsque le père d’Antoine Delafoy demande la main de la « nièce » de Fernand, il voit une horloge dans le salon et s’exclame « Ohhhh! fin XVIIIe, de Ferdinand Berthoud » preuve que le dialoguiste était un autodidacte qui avait tout lu et tout vu.

LE PARLER DES HORLOGERS

Contrairement à l’argot qui se veut incompréhensible aux étrangers, les termes ci-dessous ont été choisis dans le langage commun pour être compris de tous, pour certains les analogies sont très parlantes.

  • balancier = pièce mobile servant à régulariser le mouvement d’un mécanisme d’horlogerie. Le même terme recouvre – à droite- le volant d’inertie, généralement circulaire, qui pivote autour d’un axe de rotation ou – à gauche- un pendule pesant
  • barillet = mince boîte cylindrique avec un bord denté qui entraîne les rouages, activés par le déroulement du ressort du barillet, qu’il contient et reste donc invisible, contrairement aux ressorts des gros réveils, tout apparents.
  • buildings ou aiguilles buildings = ce terme a été inventé en 2016 par notre site Jazlebontemps pour définir les aiguilles Art Déco, dont la silhouette rappelle celle des buildings de cette période .
  • calibre = le type de mouvement d’une montre, ce n’est pas un flingue mais il peut contenir un barillet!
  • carrure = élément central du boîtier d’une montre qui accueille le mouvement. Elle se trouve entre le fond de boîte et la lunette de la montre.
  • chiffres cardinaux = les chiffres XII , III , VI et IX sont définis comme cardinaux par analogie avec les points cardinaux Nord, Est, Sud et Ouest. On ne confondra pas chiffres et nombres cardinaux. Un cardinal est un nombre qui caractérise la quantité d’éléments d’un ensemble, par opposition à un nombre ordinal qui définit un rang dans une liste soit dans l’ensemble suivant: E = {1,3,5,7,9} , le cardinal de cet ensemble est donc 5 puisqu’il y a cinq chiffres, tandis que le nombre ordinal du 3 est deux, puisqu’il est en 2° position, c’est son ordre. Pourquoi le Pape ne pourrait il point donner l’ordre à ses cardinaux d’aller aux quatre points cardinaux, en nombres cardinaux ?
  • échappement = mécanisme placé entre le rouage et le balancier de la plupart des instruments destinés à mesurer le temps. Pas de pot, il s’agit d’un échappement contrôlé .
  • flip-flap = volets ou lamelles. L’étymologie est un saut périlleux qu’on exécute en touchant la terre avec les mains. Ne pas confondre avec flip-flop, onomatopée désignant le nu-pieds pour les anglo-saxons, que nous appelons tong ou tongues, nommée gougoune au Québec ou slache à Bruxelles.
  • timbre = cloche de sonnerie
  • complication = fonction qu’une montre peut posséder autre que l’indication des heures, minutes et secondes. Il n’y a bien qu’en horlogerie que l’on recherche les complications.
  • corne = les cornes ont pour fonction d’accrocher le bracelet à la montre. La petite barrette qui s’y loge grâce à de petits trous, passant aussi à l’intérieur du bracelet afin de le maintenir, est également appelée entre-corne.
  • lunette = partie de la boîte d’une montre, d’un réveil ou d’une horloge dans laquelle on place le verre. La lunette d’horlogerie a autant de rapport avec l’optique qu’une lunette de WC, le sens étant celui d’une ouverture, comme en automobile avec la lunette arrière. Les anglais disent bezel, de l’ancien français biseau, terme qui recouvre aussi le cadre entourant un écran de télévision ou un ordinateur. Dans le cas de l’ORTIC, ci-dessus, son bezel est donc en forme de bezel.
cache raquette du calibre U de Jaz
  • raquette = organe de réglage des montres et réveils. Si un tennisman joue de la raquette, on sait qu’il ne joue pas la montre, un set pouvant s’étaler sur trois jours
la similitude de forme avec une raquette de tennis n’est pas toujours aussi évidente

Il est tout de même assez étrange que des marques de montres prestigieuses choisissent des tennismen comme ambassadeurs puisqu’aucun d’entre eux ne porte de montres lors des matchs: trop lourdes, trop fragiles et surtout inutiles. Unique exception: Nadal et sa Richard Mille à tourbillon, qui pèse 25 gr bracelet compris. Elle encaisse une accélération de 5G et Richard Mille encaisse 31.080 € du gramme soit un total de 777.000€ la montre.

  •  réserve = elle maintient la vitre contre la lunette dégageant ainsi l’espace nécessaire aux aiguilles pour ne pas frotter contre le verre. Guère moins épaisse qu’une réserve indienne.
  • seconde morte = le mouvement d’une aiguille se déplaçant au rythme d’un saut par seconde; elle est typique des montres à quartz alors qu’en horlogerie mécanique, “battre la seconde” est une véritable prouesse technique, dite complication horlogère. Il n’y a pas de première morte, en dehors d’Eve: seconde n’est pas employé dans l’acception de deuxième
  • squelette = technique esthétique dans laquelle certaines parties d’une montre ont été entrouvertes afin d’en dévoiler les organes. Avoir plusieurs squelettes dans le placard fait de vous un bon collectionneur ou un bon horloger.
  • tourbillon = mis au point par Abraham-Louis Breguet en 1801 afin de compenser les écarts de marche causés par la gravité terrestre en position verticale, c’est un mécanisme qui renferme les composants permettant le va-et-vient du balancier dans une petite cage mobile au centre de la montre effectuant un tour par minute.
  • trotteuse = l’aiguille des secondes. La grande trotteuse est fixée au centre du cadran alors que la petite trotteuse est placée sur un petit cadran spécifique.
 JARGON et ACHRONYMES HORLOGERS 
  • AD : Authorised Dealer: horloger revendeur officiel d’une marque
  • Frankenwatch = montre assemblée de toute pièce et non conforme à sa configuration originelle.
  • Hybride = corps de réveil affublé d’un mouvement d’une autre marque
  • JLC : Jaeger-LeCoultre RM : Richard Mille L&S : Lange&Söhne AP : Audemars Piguet VC : Vacheron Constantin
  • Q, QA, QP  = Quantième, Quantième Annuel et Quantième Perpétuel
  • NATO = NATO ( ou OTAN) est un bracelet de tissu crée pour les militaires.
  • N.O.S = Neuf de Stock ; une montre d’antan, neuve de stock et jamais portée complète. 
  • PDL : Phase de lune: complication qui donne la forme de la lune.
  • RdM = Réserve de Marche.
  • Toolwatch = une « montre outil ». Métaphore du jargon des collectionneurs désignant une montre que vous portez partout quelque soit le lieu et les circonstances, une « indestructible »
Quelques citations d’argot 
1843 le président Bresson qui sait ses Mystères de Paris, daignait expliquer à un grinche, qui feignait de l’ignorer, le sens du mot toquante (montre). Un autre grinche se leva aussitôt et dit : –Pardon, M. le président, vous êtes dans l’erreur : le mot toquante ne se dit plus dans l’argot depuis plus de dix ans. Une montre s’exprime par un autre mot. M. le président. –Quel est ce mot ? Le grinche. –Bobineau et par abréviation Bob. source : 1843. Ignorance de M. Eugène Sue  
1843 Le président rappelait à l’accusé, qu’au dire d’un témoin, il se serait vanté de mettre la main sur la toquante. Levasseur : Toquante ? Qu’est-ce que c’est que ce mot-là ? connais pas. Desmarais, gendarme : Au mois de décembre dernier, j’ai été requis d’arrêter l’accusé Levasseur, et d’assister à la perquisition faite au domicile de Souques, où nous avons trouvé une quantité considérable de fausses clés. Levasseur, à cette occasion, a dit : « Quel dommage que je ne sois pas entré seul ! j’aurais mis la main sur la toquante. » Levasseur : Mais enfin, qu’est-ce que c’est que ça, la toquante ? Je n’ai pas été initié à un pareil langage. M. le président : Ne feignez pas d’ignorer ce que vous savez mieux que personne. Toquante, dans l’origine, voulait dire montre ; depuis, son acception s’est étendue, il veut dire aujourd’hui tout ce qui est bon à prendre. Clivat, se levant : Pardon, M. le président, vous êtes dans l’erreur, le mot toquante ne se dit plus dans l’argot, depuis plus de dix ans (rires dans l’auditoire). Une montre s’exprime par un autre mot que je dirais bien… M. le président : Quel est ce mot ? Clivat : Bob ou bobineau. source : 1843. Littérature bigorne  
1927 T’as donc pas une tocante sur toi, pour confectionner une sole avec un ressort ? source : 1927. A la revoyure – Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)  
1956 la totteuse de la toquante poursuivait sa ronde circulaire autour du cadran source : 1956. M’as-tu vu en cadavre ?  
1829 J’ai fait suer un chêne […] Son auberg j’ai enganté, […] Son auberg et sa toquante source : 1829. Rue du mail, dans Le dernier jour d’un condamné  
1834 Et moi qui suis bon drille, / Sûr, je vais droit au pentre / Enganter son chasson. / Son chasson, sa toquante, / Ses attaches brillantes source : 1834. Un soir à la Croix-Rouge, dans Chabot (Charles), Une infirmerie de prison, dans Paris ou le livre des cent-et-un  
xxx J’engantai sa toquante source : xxx. Chanson morale (Chansons dans la langue bigorne), dans François-Vincent Raspail ou le bon usage de la prison  
1854 –Allons, aboulons la toquante. –La toquante ? –Eh ! bien… oui, la montre. –La voilà !… source : 1854. Les rues de Paris. Mélodrame populaire en 6 actes et 8 tableaux  
1910 Le Président, ayant voulu consulter sa toquante pour voir si c’était l’heure d’aller déjeuner, s’aperçut avec tristesse qu’on le lui avait soulevée source : 1910. À la conquête du Pôle Nord, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912)  
1856 quand j’entendis l’un d’elle parler Argot en me regardant. […] il s’agissait seulement pour rire de pincer ma toquante. source : 1856. Histoire anecdotique du théâtre, de la littérature et de diverses impressions contemporaines tirée du coffre d’un journaliste avec sa vie à tort et à travers  
1976 En passant sous l’arc du faubourg Saint-Denis, Raf frima machinalement sa tocante. source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza
1862 Tu d’vrais bien m’donner ton petit dada qu’t’as au bout de la canelle de ton bogne source : 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865  
1968 J’ai toujours bogue et bon radin source : 1968. Le gouêpeur et le voleur (Chansons dans la langue bigorne), dans François-Vincent Raspail ou le bon usage de la prison (etc.)  
xxx Nous attendions la sorgue, / Voulant poisser des bogues source : xxx. Chanson morale (Chansons dans la langue bigorne), dans François-Vincent Raspail ou le bon usage de la prison  
1872 Ma bogue est au Mont-Pegal. source : 1872. Dictionnaire d’argot ou de jargue (4)  
1821 Pour trois brides de bogues, le fourga m’a recoqué 6 balles. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest  
1821 J’ai abloquit 3 bogues pour 18 Balles. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest  
1821 je vais pésiller une gothon et aller au mislocq faire des bogues. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest  
1821 Il croioit avoir deux Bogues d’orient, elles Sont de tartre. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest

.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s