Frédéric Rancez employé Jaz en 1935

Frédéric Rancez , matricule 46031 à Auschwitz- Birkenau , il est un des plus célèbres déportés du convoi du 6 juillet 1942 dit « convoi des 45.000 «   de sinistre mémoire.                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Nous évoquons dans cet article  Frédéric Rancez pour rendre hommage à ce martyr de la déportation , qui a travaillé chez Jaz dans les années 30 , mais aussi parce que son parcours professionnel est assez symptomatique des autres ouvriers qui , comme lui , passent d’une usine à l’autre dans Puteaux et ses alentours où il est né. En outre,  son activité militante recoupe d’autres engagements politiques chez d’autres employés de la manufacture de Puteaux et en enrichira notre article à venir sur les mouvements sociaux chez Jaz . Ceux qui veulent connaître l’intégralité de sa biographie se reporteront à l’article du site Mémoire Vive , puisque nous nous concentrons sur son parcours professionnel .                                                                                                                                                                                                                                                                                  Frédéric Rancez naît en 1903 chez son père qui était boulanger à Puteaux.

Avant son service militaire en 1923, qu’il effectue partiellement en Allemagne occupée puisqu’il est réformé au bout de six mois , il avait suivi une formation d’ajusteur fraiseur

En 1924 , Frédéric Rancez se marie avec Lucie Duriez à Suresnes et il adhère aux Jeunesses communistes . Le couple n’aura pas d’enfant . charron à puteauxÀ partir de 1926 et pendant deux ans le jeune Frédéric Rancez travaille chez automobiles Charron à Puteaux, puis deux autres années aux établissements Dalbouze & Brachet toujours à Puteaux , spécialisés dans le matériel de cimenterie

puteaux-aout-1907-maison-g-richard-unic-1-quai-nationalIl passe encore par d’autres entreprises , notamment de construction automobile,  comme Renault, Citroën, Duroc , Thomson, De Dion et Unic, ces deux dernières étant implantées à Puteaux.

jeunesses communistesDe 1931 à 1936, il est trésorier de la section des Jeunesses communistes de Puteaux . En mai 1933, il adhère au Syndicat des métaux de la région parisienne.                                                                                                                                                                            Prospectus 1923 page 2En 1935, il fait grève à la fabrique de réveils Jaz à Puteaux. Le Populaire 25 mars 1935

Manifestation_SFIO_1934Les 6, 7 et 9 février 1934, il participe aux manifestations contre les ligues factieuses d’extrêmes droites . En octobre suivant, il adhère au Parti communiste : il était déjà membre des Jeunesses Communistes depuis 1924 .

En juin 1936, lors des grèves du Front populaire, il travaille chez Gardy , société d’appareillage électrique , à Argenteuil .                                                                                             compteur sanders4Il est embauché le 7 juin 1941 comme monteur électricien aux usines Sanders à Gentilly qui fabriquaient avant guerre des machines à calculer sous licence américaine. Les militants communistes y sont très présents et sont fichés par les Renseignements généraux. Cette usine de la métallurgie est d’ailleurs surnommée « la maison rouge » à Gentilly. Devenue filiale d’un groupe franco-allemand, elle travaille pour l’industrie de guerre allemande pendant le conflit.Sanders manif Grève Sanders       

Le 9 février 1942, une grève éclate chez Sanders. 
Cet arrêt de travail est motivé par le refus du directeur de l’usine de satisfaire les revendications des ouvriers  portant sur les salaires et l’exercice des libertés syndicales. Le travail reprend au bout d’un quart d’heure, après que le directeur ait menacé de prévenir la police, en cas de poursuite du mouvement.

Cependant le directeur a tout de même informé la Confédération générale du patronat français  Prévenu de la grève, le commissaire de police de la circonscription appelle aussitôt les Renseignements Généraux.  La Brigade spéciale chargée de la répression anticommuniste enquête aussitôt. Elle recherche les « meneurs » et obtient par un membre de la maîtrise de l’usine une liste des ouvriers supposés être à l’origine du mouvement.

 Le 11 février, seize ouvriers sont arrêtés par des inspecteurs des RG et sont  conduits au Dépôt de la Préfecture de police de la Seine, où ils sont interrogés violemment. Trois d’entre eux sont relâchés le soir même, car ils ne sont pas connus des services de police comme étant communistes. Les 13 autres, qui ont un dossier aux Renseignements généraux comme « militants communistes actifs et propagandistes » à la Conciergerie, en attendant leur internement administratif dans un camp français. Quatre d’entre eux sont internés au camp de  Pithiviers, puis à l’île de Ré jusqu’au 10 août 1944. Les autres internés seront déportés à Auschwitz : huit d’entre eux sont internés au camp de Voves le 26 avril 1942, puis au camp allemand de Compiègne (Frontstalag 122), le 10  mai 1942. Ils sont désignés par les autorités allemandes pour être déportés le 6 juillet 1942, comme otages communistes, en représailles aux attentats commis par des résistants communistes contre des officiers et soldats allemands. 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Le convoi du 6 juillet 1942 occupe une place singulière dans l’histoire des déportations  en France. Il est le premier convoi de répression à quitter le camp de Compiègne pour les camps de concentration allemands, et le seul de l’année 1942. Il est aussi le seul convoi de résistants – avec celui des 230 femmes déportées le 24 janvier 1943 dit convoi des 31000- à avoir eu Auschwitz pour destination définitive. nom vient des matricules commençant à 45.000                                                                                                                  Frédéric Rancez meurt à Auschwitz le 2 novembre 1942 , cinq mois après son arrivée Le taux de létalité du convoi des 45000 est de 89% en moins de six mois . Son corps a été incinéré et il n’a donc pas de tombeau .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
plaque emplacement usine SANDERS rue Benoît Malon à Gentilly
monument commémoratif à Gentilly

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :