Hybride / Toutes blessent la dernière tue

hybride toutes blessent (3)La facture est suffisamment artisanale pour qu’aucun doute ne subsiste sur l’origine de cet hybride qui emprunte le cadran et les aiguilles d’un FILIC .filicFILIC 1959 à 1963hybride toutes blessent (4)L’emploi de la faux , du sablier et de cette devise : toutes blessent , la dernière tue méritent quelques explications et mises au point .

La faux , le sablier et les ailes noires sont les attributs modernes de Chronos qui  n’existent pas du tout dans la mythologie classique . Ce n’est qu’au XVII° siècle qu’il commence à être représenté ainsi . Effectivement , Dieu du Temps dans la tradition orphique , il est décrit à l’origine comme ayant une forme serpentine à trois têtes : une tête humaine, une tête de taureau et une tête de lion .

Dans la mythologie alexandrine et romaine, Chronos est le père des Heures , déesses qui sont les personnifications des douze heures du jour ou de la nuit qui répondent aux noms de : Augé la première Lueur du jour , Anatolé l’Aurore ou le Lever du Soleil , Musica l’Heure de la musique et de l’étude , Gymnastica l’Heure du gymnase , Nymphé l’Heure des ablutions et du bain , Mesembria le Midi , Spondé pour les Libations versées après le repas , Eleté l’Heure de la prière , Acté l’Après-Midi ou l’Heure du repas et du plaisir , Hesperis le soir , Dysis le Crépuscule ou le Coucher du Soleil et Actos la dernière Lueur du jour .

Certains associent , à tort, Chronos (Χρόνος) qui est la personnification du Temps au nom de Cronos  (Κρόνος) le Titan , celui qui dévorent ses propres enfants . Il est vrai que la confusion est d’autant plus aisée que Cronos possède aussi des attributs du temps , comme la faucille avec laquelle , il avait émasculé son père Ouranos , le Ciel . C’est donc assez logiquement que le sablier et la faux seront , plus tard , associés à la faucheuse , personnification de la Mort .hybride toutes blessent (6)La devise d’origine est « Omniae vulnerant, ultima necat »… avec , sous-entendu, le mot « horae » heures , soit : « Omniae (horae) vulnerant, ultima necat »/ Toutes les heures blessent , la dernière tue .

Sous sa forme latine , on la trouve fréquemment sur les cadrans solaires , sous plusieurs versions possibles , mais tout à fait synonymes : omnes feriunt ultima necat ou vulnerant omnes ultima necat  ou encore omniae vulnerant , ultima necat .fugic Vous avez surement remarqué que les cadrans solaires sont souvent accompagnés d’une formule moralisante, comme si indiquer l’heure qui passe était avant tout un message sur la condition humaine . On y trouve , par exemple , souvent celle-ci : TEMPUS FUGIT , employée par Jaz pour le FUGIC  dont l’origine est dans sa version complète : Fugit irreparabile tempus = La fuite irréparable du temps , qui est une citation du poète romain Virgile dans ses Géorgiques, liv. III, v. 284 . Leçon bien pondérée par Alphonse Karr dans Clothilde en 1839 : « Dans les livres de tous les temps et de tous les peuples, on trouve répété à chaque instant le fugit irreparabile tempus ; on l’a écrit sur le marbre, sur le papyrus, sur la cire, sur le papier ; ce qui n’a jamais empêché ceux qui écrivaient, lisaient et répétaient ces lieux communs, de passer leur vie à se plaindre des heures qui durent un siècle ».

hybride toutes blessent (2)hybride toutes blessent (1)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s