L’amour c’est gai , l’amour c’est triste de Jean Daniel-Pollet 1971

Au fond d’une impasse du Faubourg-Saint-Antoine, Léon (Claude Melki) partage deux pièces avec sa sœur Marie (Bernadette Lafont). Dans l’une il reçoit ses clients: il est tailleur. Dans l’autre Marie reçoit les siens : elle est voyante extralucide. Léon se sent pleinement heureux jusqu’au jour où il apprend ce que Marie lui cachait par affection : elle se prostitue et Maxime  son prétendu fiancé , interprété par Jean Pierre Marielle , est son souteneur. Ce jour-là Léon découvre aussi l’amour sous les traits d’Arlette , jeune provinciale jouée par Chantal Goya , recueillie par Marie.

l'amour c'est gai l'amour c'est triste

Peu entreprenant, Léon passe ses nuits seul, allongé sur la table de coupe , accompagné de son GONIC.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s